DNC Chapitre 95

DNC Chapitre 94
DNC Chapitre 96

Dernier DNC de la semaine, enfin ! Ces foutues élections m’auront angoissées, mais je vous aurai fini ce chap’ même s’il était chaud à trad ! :p

Il devrait y avoir un autre BTTH bonus ce soir normalement, si je ne tombe pas de fatigue x)

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 95 - Du côté du Lac Liucui

 

Cheng Ziang partit immédiatement au Manoir du Prince par un tunnel secret et à toute vitesse, une fois la réorganisation du Pavillon Butian accomplie. Ensuite, il rapporta à sa majesté tout ce qui s’était passé le plus rapidement possible, et repartit tout aussi vite. L’allé-retour n’avait pas pris plus de quinze minutes !

Malgré ça, Chu Yang savait déjà tout ce qu’il avait fait et se tenait devant lui… Il n’aurait pas pu être aussi rapide même si Tie Butian l’avait secrètement prévenu !

Le Chef de Brigade comprit tout d’un coup : le jeune homme en face de lui avait un esprit aussi profond que l’océan ; il ne pouvait rien lui cacher !

Il n’a rien dit à l’instant, mais il est clairement venu me trouver.

Je sais toujours où tu te trouves. Ne pense même pas à tenter quoi que ce soit, ou tu le regretteras amèrement !’

Voilà ce qu’il voulait dire…

Il poussa un long soupir en voyant le fourbe partir.

Ce dernier se sentit très revigoré en marchant sous le vent nocturne. Il avait toujours prêté attention à Cheng Ziang parce qu’il était persuadé qu’il était l’homme de main du Prince dans le Pavillon.

Le vieil homme était peut-être un expert de haut niveau, il n’en était pas pour autant un dirigeant qualifié ! Il n’avait pu accéder au poste de Directeur de Pavillon que parce qu’il était alors le plus puissant et digne de confiance.

Sans ça, Tie Butian n’aurait jamais désigné un étranger à ce poste. De plus, il avait beau avoir fondé le Pavillon, il n’y occupait aucune responsabilité importante et sa position de dirigeant n’existait en fait que de nom.

Il faisait vraiment confiance à Cheng Ziang.

Chu Yang était absolument certain que sa Majesté n’allait pas délaisser le Pavillon, aussi quand il vit son chef de Brigade disparaître quand tout était terminé, il sut qu’il était parti faire son rapport au Prince.

Après tout, il lui fallait bien rapporter tous les gros changements qui avaient eu lieu !

Ainsi, le jeune fourbe se rendit immédiatement dans la chambre du vieil homme et attendit.

Tout cela lui laissait un goût amer en bouche. Il voulait avoir le contrôle total du Pavillon Butian et non pas avoir constamment à ses côtés un informateur du Prince, ce qui en soit était très désagréable. Cependant, il était incapable de se débarrasser de lui, aussi s’est-il servi de cette menace pour mettre le plus de pression possible sur Cheng Ziang !

Ce n’est pas grave si tu es un homme de main du Prince, mais cela étant, le Pavillon est mon territoire ! Tu devras te rouler en boule même si tu es un dragon ; tu devrais t’incliner même si tu es un tigre ! N’essaie même pas de créer la moindre vague sans ma permission !

Ne crois pas que tu puisses faire ce que tu veux parce que tu as la confiance de sa Majesté ! Aussi longtemps que j’en serai le chef, le Pavillon sera mon territoire !

Chu Yang grogna deux fois puis éclata d’un rire féroce et hideux. Sa voix terrifiante fut portée à l’extérieur par le vent nocturne… Un bébé pleurait dans une maison à côté de la route ; il s’arrêta immédiatement de chouiner en l’entendant et se tut complètement…

Une fois arrivé au Lac Liucui, Chu Yang se retrouva abasourdi malgré son calme olympien devant la scène qui s’étendait sous ses yeux !

Un début de mur défensif en encerclait le périmètre et du lac, qui était célèbre pour sa tranquillité et son raffinement, provenait un bruit assourdissant bien qu’on soit en pleine nuit !

De nombreux hommes grands et costaux tenant des fouets à la main surveillaient les alentours du lac. Il y avait un kiosque au milieu de ce dernier et Gu Duxing s’y tenait, immobile et les bras croisés sur la poitrine. Son regard aussi froid que la lame d’une épée observait les alentours.

Il avait beau ne pas bouger, il avait rendu l’atmosphère autour du lac aussi froide qu’un soir de fin d’automne.

Il vit sur le sol devant le kiosque une sorte d’amoncellement bordélique et en y regardant de plus près, il remarqua qu’il s’agissait en fait d’une dizaines de personnes qui avaient été jetées là. Ce n’était pas des cadavres, mais des gens à moitié morts. Ils poussaient de faibles gémissements mais n’osaient pas hurler.

L’un d’entre eux grogna d’un peu trop fort ; Gu Duxing, qui semblait se détendre au-dessus d’eux, aboya froidement : « T’es bruyant !»

« Bam…» Une demie-tuile tomba du toit et frappa la blessure sur la jambe du type en question, qui poussa un hurlement de douleur. Il voulait pleurer davantage mais n’osa pas faire le moindre bruit. Il endura la douleur et la contint en lui.

Tous les autres qui l’entouraient tremblèrent de peur.

Toujours stupéfait, Chu Yang courut pour se rapprocher du lac. Il se frappa la tête et dit : « C’est ma faute… Je n’ai pas clairement dit à Gu Duxing que je ne voulais que je ne voulais que l’île au centre… Et maintenant, ce mec a pris le contrôle du lac tout entier !»

« Ah, tu es là ?» L’épéiste descendit du kiosque en flottant comme un nuage et atterrit devant lui. Comme il était sobre, il avait un air glacial rappelant un cadavre contrairement à la fois où, ivre, il s’était montré un peu plus amical.

Le jeune homme désigna les alentours du doigt : « Ah, c’est toi qui a fait tout ça ?»

« Uh uh. J’ai pris le contrôle de tout le Lac Liucui !» dit froidement Gu Duxing. « Comme on a beaucoup d’argent et que ça devait être fait rapidement, j’ai invité toutes les entreprises de construction ici. »

Le Fourbe chancela : « Et que s’est-il passé avec ces types ?» Il pointa du doigt la pile de gens dont l’épéiste avait cassé les membres.

« Un incident mineur, rien qui ne vaille la peine d’être mentionné » répondit calmement son ami. « J’ai entendu dire que le coin appartenait à quelques officiels et eux, ce sont leurs hommes de main. La plupart sont des domestiques, ou des grouillots du genre. Dans tous les cas, j’ai tabassé toute personne qui venait causer des problèmes avant de les faire fuir en courant. J’en ai déjà renvoyés plein comme ça. »

Il roula des yeux et dit froidement : « Ce ne sont que quelques fonctionnaires et ils osent interférer dans nos travaux… Ils ont vraiment des tripes !»

Chu Yang se frotta le front et demanda prudemment : « As-tu tué qui que ce soit ?»

Il priait en son for intérieur pour qu’il n’en ait pas tué tant que ça. Si jamais ce devait être le cas, ça allait être difficile de passer ça sous le tapis. Ce serait un peu trop déraisonnable, même avec le Prince pour leur torcher les fesses… Ils allaient passer pour des criminels à se saisir de la propriété d’autres personnes et de les tuer.

Il jeta un coup d’œil à la ronde et vit de nombreux blessés. Quant aux morts… Il n’y avait pas l’air d’en avoir.

L’adolescent se détendit un peu en entendant Gu Duxing lui dire : « Ne t’inquiète pas, je sais me contrôler. » (NdT euuuuh… Comment dire XD) Par contre, il manqua de tomber à la renverse quand celui-ci poursuivit : « J’ai juste tué une douzaine de personnes, plus ou moins. Ce n’est rien mais comme les cadavres pourraient nous attirer de la malchance, je les ai traîné ailleurs.

Le jeune fourbe trembla tandis que son expression s’assombrit, mais finit par lui lever son pouce en disant : « Tu es une brute !»

L’épéiste lui répondit nonchalamment : « Un gentilhomme ne doit pas manquer de tolérance, mais un grand homme doit être impitoyable !»

Chu Yang resta silencieux, puis finit par faire un signe de la main et dit : « Je vais aller me coucher. »

« Attends. »

« Qu’y a-t’il ?»

« C’est ton tour de monter la garde, moi je l’ai fait toute la journée. Maintenant, je dois m’entraîner à l’épée et me reposer. » Gu Duxing ne prit même pas la peine de se retourner et s’en alla en disant : « On ne peut pas dormir ici, j’ai tout détruit en arrivant. Tu peux t’asseoir pour méditer de toute façon, non ?»

«…»

Le jeune homme fit transporter tous les blessés sur la rive du lac. L’épéiste, lui, n’était déjà plus dans les parages.

Il resta immobile un moment avant de secouer la tête de résignation. Il trouva ensuite un endroit isolé et s’assit en tailleurs, puis activa la Technique des Neuf Calamités Défiant les Neuf Cieux.

Pour le fourbe, le moment avant de se coucher était le meilleur moment pour cultiver ! Il ne voulait vraiment pas gâcher ce temps précieux.

Il suivit ses pensées et entra dans l’océan de son esprit, expira longuement les impuretés en lui et le silence couvrit entièrement tout entre la terre et les cieux ! Il calma peu à peu ses pensées jusqu’à devenir aussi paisible que la surface du lac.

Tout le vacarme du chantier semblait rester à l’extérieur et ne troublait pas sa sérénité !

Gu Duxing, de son côté, était complètement plongé dans son entraînement à l’épée. Il jeta tout d’un coup un coup d’œil au jeune homme et en resta abasourdi.

Comment est-ce possible ? N’est-il vraiment qu’un Guerrier Martial de quatrième rang ?

Bien qu’il s’exerce à l’épée, il ne cessait jamais d’observer ce que faisait le fourbe. L’épéiste avait senti, depuis le moment où ils utilisèrent le mot « frère », qu’il avait trouvé quelqu’un sur qui se reposer. Il avait l’impression d’avoir un nouveau membre dans sa famille, Chu Yang !

Bien qu’ils n’aient jamais tous les deux parler de rangs, il savait que son ami était plus jeune que lui et que bien qu’ils ne connaissaient pas auparavant, il lui avait donné un foyer et l’avait aidé quand il était au bout du rouleau. Il lui avait même promis de l’aider à atteindre le pinacle de la culture…

Depuis le jour où l’adolescent lui avait dit qu’il allait l’aider pour qu’il ne déçoive pas l’amour de Miao Ling, Gu Duxing ne le voyait plus uniquement comme son bienfaiteur, mais comme son frère ! Un frère avec qui il partagerait la vie comme la mort !

Parce que mon frère me comprend mieux que quiconque !

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 94
DNC Chapitre 96

10 Commentaires

  1. Letyure

    Merci c :

    Répondre
  2. grenvious

    ce bourrin ^^

    Répondre
    1. Letyure

      Il était pas censé avoir tué que 7 personnes avant ? Parce que là on dirait qu’il en a tué autant que Chu Yang tellement il s’en fiche de leurs morts x)))

      Répondre
  3. nickylaboum

    merci contrairement autre histoire du même genre je trouve qu’il ne passe pas très vite de niveau bien qu’il soit plus fort que son niveau ne l’indique

    Répondre
  4. Myrddin

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Conan

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  6. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:Noooooon ! Chu Yang,qu’à tu fait ? Ce type qui devait devenir le plus respectable de tout temps confondu est désormais une brute sanguinaire !

    Répondre
  7. iceTrap

    Merci

    Et je crois en toi pour le chap bonus de BTTH la fatigue n’a pas de prise sur toi :^)

    Répondre
  8. Askidox

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Dark-sram

    Merci pour ce chapitre =D

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com