EER : Chapitre 99
EER : Chapitre 101

Chapitre 100 – Mon âme vagabonde 1/9

 

Après qu’il eût récupéré les corps jonchant le champ de bataille, Yu Ilhan se posa quelques secondes et secoua la tête. Le Dragon de cinquième classe l’observait toujours.

— Je pensais que tu ne pouvais pas me toucher. Pourquoi es-tu encore là ?

Bien sûr, Yu Ilhan était également incapable de lui faire le moindre mal. Pour la même raison que les Anges étaient incapables d’attaquer mais pouvaient employer une magie défensive absurde, celui-là n’aurait également aucun problème pour se défendre si nécessaire.

Oh, bien sûr, dans un monde abandonné tel que celui-ci, hors de portée des Cieux, Herta n’était rien de plus qu’une fée ailée, dont le rôle se limitait aux explications de base.

— Tu es vraiment un humain au toupet incroyable.

— Ben, essaye un peu de vivre un millénaire avec rien d’autre qu’un Ange à tes côtés, et on en reparle.

Peu de gens oseraient parler de façon si nonchalante, presque arrogante, en face d’un être à la présence si écrasante, même après avoir appris qu’ils ne risquaient rien. Pour Yu Ilhan, avoir côtoyé des Anges plus que quiconque changeait la donne, et il ne s’en rendait pas vraiment compte.

Le Dragon fut quelque peu perplexe face à la rétorque de l’humain, mais finit par hausser les épaules avant de lui donner la réponse qu’il attendait.

— Je désirais voir quels allaient être les résultats de tout ça.

Yu Ilhan faillit éternuer en entendant ça.

— Je sais qu’il y en a encore dix-neuf qui se cachent. Tu sais, le bluff est un risque, surtout quand il échoue.

— …

Yu Ilhan était accompagné de la magie continentale de l’Empire Elfique, bien sûr ! Le Dragon, qui venait d’échouer même sa dernière tromperie, vit son expression s’effondrer quelque peu, mais finit par hausser les épaules une fois de plus en soupirant.

Et s’exprima sur un ton pitoyable, qui ne collait pas du tout avec son apparence.

— Ce ne sont que des nouveau-nés qui ne sont pas encore éveillés.

— Ouais, et ils vont être siiiiii sages lorsqu’ils seront grands, n’est-ce pas ? répliqua Yu Ilhan.

Même sa dernière tentative de persuasion ne valait rien. Yu Ilhan comptait voir le Dragon rager et s’énerver, mais il n’en fut rien. Il explosa simplement de rire.

— Si c’est ainsi que tu penses, alors je n’y peux rien. Ok, vas-y. Tue-les tous. J’ai moi-même joué à un jeu qui ne me ressemble pas, et qui n’a rien à faire dans le comportement d’une existence supérieure, aussi suis-je resté fidèle à ma race jusqu’à la fin.

— Ouaip. Je vais tous les buter, et n’en laisser aucun en vie. Si t’as terminé, tu peux t’en aller.

— Non, lâcha le Dragon. Pas encore.

Il secoua la tête, comme s’il hésitait encore à dire quelque chose de particulier.

— …Toi. Deviens un soldat du Démon de la Destruction, fit-il finalement.

— Hein ?

— Quelle absurdité ! s’exclama d’un seul coup Herta.

Yu Ilhan était perplexe tout autant que Herta était enragée face à cette offre inatendue. Néanmoins, le Dragon se mit à parler plus librement, comme s’il s’était agi de son but depuis le tout début.

— Tu as les qualités d’un soldat du Démon de la Destruction. Une force écrasante ! La volonté nécessaire pour l’imposer ! Ce sont vraiment des qualités que notre Armée du Démon de la Destruction poursuit. Si tu renais en tant que vrai soldat, tu acquerras des pouvoirs qu’aucun minable Ange ne saurait imaginer t’offrir. Oui… Comme moi.

— Alors, pourquoi les candidats supposés devenir des soldats avec oh tant et plus de puissance se sont-ils faits massacrer si facilement ?

— Ils n’étaient que des incapables, qui ne désiraient que joindre l’Armée de leur propre chef. Maintenant, je te parle du futur, lorsque tu deviendras une existence supérieure.

Le Dragon ricana de ses dents acérées et se mit à rire légèrement, son corps tremblotant légèrement.

— Tu dois savoir qu’un individu doit rejoindre une faction de transcendants afin de devenir une existence supérieure. Ne désires-tu pas devenir plus puissant ? N’as-tu pas soif d’encore plus de pouvoir ?

On devait adhérer à un club de transcendants pour pouvoir devenir une existence supérieure ? Qu’est-ce que c’était encore que ça, maintenant ? Mais Yu Ilhan tourna la tête vers Herta, fiable source d’informations, et elle sembla hésiter en hochant la tête.

— C’est… correct. Le mur à franchir pour devenir une existence supérieure est devenu bien trop difficile à franchir seul. Pour ce faire, il faut aujourd’hui se reposer sur la puissance et les archives d’un groupe.

— Autrement dit ? insista Yu Ilhan en fronçant un sourcil.

— C’est comme étudier la correction de l’examen de l’an dernier parce que celui de cette année est trop compliqué pour toi, soupira Herta.

À la deuxième explication, il comprit du premier coup. Alors, c’était comme ça. C’était pourquoi tous les êtres supérieurs appartenaient soit à un camp, soit à l’autre, tout en sachant qu’ils ne pourraient plus utiliser leurs pouvoirs dans les mondes inférieurs.

Tandis que Yu Ilhan réalisait, Herta continua, d’une voix tranchante.

— Si Yu Ilhan désire devenir une existence supérieure, si ce moment arrive un jour ! Alors, nous, de l’Armée des Cieux, accepterons fièrem…

— Tu veux faire de lui un esclave de Dieu alors qu’il a tant de potentiel ? la coupa net le Dragon. Tu es vraiment d’une stupidité sans bornes !

— Nous sommes bien plus constructifs que vous autres idiots, qui ne faites que foncer droit vers chaos et destruction sans rien savoir de ce dont il s’agit réellement !

— Hah, renifla le Dragon. Et qui exactement ne connait pas la destruction ? Si tu parles de vous autres crétins, qui ne faites que vous reposer sur un vulgaire Dieu pour tout et n’importe quoi, alors oui, en effet. Vous êtes même capables de dire de telles choses sans honte.

Il s’arrêta de parler et battit des ailes. Une lumière ténébreuse l’enveloppa et il en sortit un magnifique jeune homme aux cheveux noirs et aux yeux rouges. Bien sûr, un Elfe.

— Des idiots incapables d’analyser la situation. Le lien entre Darus et la Terre n’est que le début. Bientôt, des changements irréversibles vont prendre place, et vous ne pourrez pas les empêcher.

— Que veux-tu dire ? cria Herta.

Le Dragon-Elfe ignora l’Ange et s’adressa directement à Yu Ilhan.

— Humain Yu Ilhan, tu vas avoir droit à de nombreuses opportunités de rencontre avec l’Armée du Démon de la Destruction. Tu vas également goûter à notre immense puissance.

— Parce que ce n’est pas encore terminé ? se plaignit immédiatement le principal concerné.

Alors que Darus commençait à lui courir sur le haricot, d’autres idiots allaient apparaître sur Terre ?

— Je ne te demanderai pas de répondre immédiatement. Mais souviens-toi. Nous sommes les plus puissants, une fois que toutes nos brides d’être supérieurs sont relâchées, et nous sommes prêts à t’accueillir à n’importe quel moment.

— Eeeeek, eeeeeeeeeek ! grinça Herta, qui ne savait pas vraiment comment le faire taire.

Elle était enragée, simplement, mais elle se trouvait dans un monde abandonné, où battre des ailes s’avérait être l’apogée de ce dont elle était capable ! Tandis qu’elle se contentait de laisser sa frustration s’empiler, le Dragon renifla dédaigneusement dans sa direction avant de se tourner.

— Je suis Teraka, Yu Ilhan, se présenta-t-il enfin. Et nous nous rencontrerons à nouveau.

Après avoir craché ce que Yu Ilhan catégorisait parmi les trois plus classiques répliques de grand méchant, il disparut, dos tourné. Il s’était rendu là où un soldat de l’Armée du Démon de la Destruction devait être. Il avait été un splendide méchant jusqu’au bout.

Fixant l’endroit où il s’était trouvé quelques secondes plus tôt, Herta relâcha sa tension.

— Ne te préoccupe pas de ce qu’il te déblatère, Yu Ilhan. Les soldats dont il parle sont des bêtes qui ne font que foncer vers la destruction afin d’assouvir leur cupidité et leur désir de puissance. D’ailleurs, les mondes supérieurs dans lesquels ils résident sont horribles ! C’est également pour cette raison que l’Armée des Cieux fait de son mieux pour éviter ça !

— Mais tu sais qu’il n’y a pas moyen que j’accepte, lui sortit Yu Ilhan sur un ton évident.

À parler strictement, ce n’était pas à cause de l’Armée du Démon de la Destruction, mais parce que Yu Ilhan n’accepterait jamais d’appartenir à un camp !

En fait, c’était l’une des seules choses qu’il avait retenues de la conversation, et elle le rendait furieux.

Il pensait qu’il pourrait devenir un être supérieur s’il fournissait assez d’efforts, mais maintenant, il aurait besoin de rejoindre un groupe pour ce faire ?

Et il se souvint péniblement de ce que ça représentait pour lui : dans son esprit, c’était exactement comme la fois où il avait été volontaire forcé dans l’un des clubs du lycée !

L’univers détestait-il les solitaires ?! Quel genre de réalité injuste était-ce donc, où l’on ne pouvait même pas devenir un être supérieur par soi-même !

Yu Ilhan était conscient de tout ce qu’il avait préparé en amont du Grand Cataclysme, seul, sans l’aide de personne – ou presque, il n’oubliait pas Lita – et malgré un Dieu qui l’avait oublié là. Désormais, quand il entendait ce genre de choses, il ne pouvait s’empêcher d’imaginer qu’on le prenait pour le plus grand de tous les imbéciles.

Oui, Lita. Parlons de Lita. Ne se sentait-il pas ainsi parce que Lita ne lui avait jamais expliqué tout ça proprement, dans le détail, malgré un millénaire d’occasions ? Yu Ilhan décida qu’elle mériterait une punition aussitôt qu’il la reverrait. Mais mis à part ça…

— Devrais-je oublier l’idée de devenir une existence supérieure ? murmura-t-il.

— Pourquoi est-ce que tu ne peux pas faire dans la demi-mesure ?! s’écria Herta. Tu peux simplement rejoindre l’Armée des Cieux ! Les Anges sont bons, tu sais ! Tu recevras des ailes !

— Mais j’ai horreur de faire partie de groupes ! protesta-t-il vivement, ses sentiments très à cœur.

— Tu es tant obnubilé par la voie du solitaire ?! Attends, si c’est juste ça, tu peux juste… commença Herta, avant de s’arrêter tout net.

— Je peux juste quoi ? insista aussitôt Yu Ilhan, comprenant qu’il y avait anguille sous roche, et déjà décidé à ne pas la laisser filer.

L’Ange secoua la tête, impuissante.

— Ce n’est rien, oublie ça.

— Bien tenté, Herta. Tu viens encore une fois de manquer un lapsus certain. T’as intérêt à tout me dire quand il sera temps, ok ?

— Ce n’est vraiment rien, je te dis ! insista-t-elle.

Yu Ilhan secoua légèrement la tête, et s’étira.

Il s’était demandé ce qui allait se passer lorsqu’il rencontrerait l’ennemi le plus puissant de Darus, et il y avait étonnement survécu, et complété ses objectifs. Bien qu’il fût réellement perturbé par les mots de ce nouvel ennemi, il pouvait dire qu’il en avait terminé sur Darus.

— Oh, attends, corrigea-t-il ses pensées. Il reste encore des draconiques.

— Tu vas y aller tout de suite ? s’interrogea Herta. Alors que la bataille vient à peine de se terminer ?

— Je préfère me reposer une fois que tout sera totalement fini, acquiesça Yu Ilhan.

Il jeta un œil sur le champ de bataille une dernière fois pour s’assurer qu’il n’avait rien oublié. Sa besace était déjà presque pleine – en tout cas le sentait-il ainsi – quand bien même il l’avait grandement vidée au sein du Sablier de l’Éternité.

— Comme récompense cette fois, augmente la capacité correctement, ok ? lâcha-t-il à Herta. Et porter ça par-dessus mon armure n’est pas très joli, alors si tu pouvais y ajouter une option d’invisibilité, ouais.

Pour quelqu’un observant la scène de l’extérieur, tout aurait pu donner l’impression que les Cieux lui étaient redevables et qu’il en profitait largement. En réalité, c’était parfaitement vrai, et il réclamait ses récompenses sans la moindre hésitation.

— Nous avons une bien meilleure idée en tête, alors attends juste un peu, lui répondit Herta, un sourire très léger sur le visage.

Même si Yu Ilhan s’était attendu à la voir râler ? Eh bien, tout pouvait changer, apparemment ! Il se mit alors à la harceler de questions pour en savoir un peu plus sur la façon dont ils comptaient améliorer sa besace, mais elle ne lui en dit pas plus, comme si le voir mourir de frustration était désormais sa première passion dans la vie.

Au bout du compte, Yu Ilhan n’eût d’autre choix que d’activer la formation.

Les draconiques nouveau-nés appartenant à l’Armée du Démon de la Destruction se cachaient tous dans une grotte secrète, apparemment impossible à trouver où à pénétrer sans l’aide de la formation. Comme s’il s’était agi du quartier général de tous les Dragons, elle était connectée à un vaste réseau de cavernes.

— Quand donc les seigneurs vont-ils revenir ?

— Si c’est Karrow-nim, il va tuer tout le monde. De plus, il y a Teraka-nim, qui vient de devenir une existence supérieure.

— L’Armée du Démon de la Destruction est tellement cool. Je vais définitivement devenir un grand Dragon et détruire tout ce qui fera tache devant mes yeux !

— Il n’y a plus rien à détruire dans ce monde. J’attends déjà avec impatience le moment où nous pourrons en envahir d’autres, comme les Dragons adultes.

On disait qu’un enfant correct devenait un adulte respectable. Et ces Dragons juvéniles semblaient ne pas faire exception à la règle. S’il y avait peut-être une chose risible, il s’agissait de leur forme : ils arboraient une apparence elfique, alors qu’il s’agissait d’une espèce qu’ils avaient tenté de massacrer.

— Alors, allons-y, murmura une voix dans les ténèbres.

Yu Ilhan possédait la puissance d’un Dieu de la Mort, et son camouflage ne disparaîtrait pas s’il tuait un ennemi d’un seul coup fatal. Et maintenant qu’il était devenu un Faucheur Flamboyant de niveau 137, les Dragons de niveau 150 n’étaient rien de plus que des sacs de viande sur patte face à un boucher vétéran. Il n’avait même pas besoin de sa compétence de classe, Flambée.

[Vous avez reçu 21.901.287 points d’expérience.]

[Dragon Immature (niveau 153) ajouté aux archives.]

— Qu… Quoi ?

— Karl… Karl est mort !

Yu Ilhan agita sa main en direction des Dragons paniqués et déjà enragés suite à la mort de leur congénère. Mais comme prévu, ils ne le virent pas.

Alors pourquoi hésiter ? Yu Ilhan les abattit en sifflotant. Sa silhouette filant entre ses victimes le plus calmement du monde était vraiment digne du faucheur récoltant les âmes impunément.

— Quel enfoiré ! Karrow-nim va le faire souffrir mille morts quand il reviendra !

— Kroaaaaaar !

— Kak !

— J… ne peux pas mourir com…

Quand plus d’une dizaine de Dragons rendirent l’âme en un instant, les quelques-uns qui restaient tentèrent de fuir, mais Yu Ilhan ne fit pas d’exception, pas plus qu’une moissonneuse ne louperait le moindre épi de blé sur sa route.

Une fois terminé, il vérifia méticuleusement la présence d’autres Dragons vivant, mais vraiment, il n’y en avait plus. Seuls quelques dizaines de draconiques de très bas niveaux étaient dispersés de par le continent.

Les Dragons étaient éteints sur Darus.

— Fuu… soupira Yu Ilhan. Enfin terminé.

— …Peut-être qu’il est vraiment fait pour l’Armée du Démon de la Destruction, tout compte fait… musa Herta.

Yu Ilhan était vraiment plein de toupet. Il avait tué tout le monde, sans se préoccuper de leur âge, de leur sexe ou de quoi que ce fût d’autre une fois qu’il eût décidé qu’ils étaient ses ennemis, et même si elle ne voulait pas l’accepter, il avait désormais un côté cruel qu’elle ne pouvait ignorer.

Bien sûr, elle le trouvait plus cool qu’anormal, déjà à moitié amoureuse de lui, mais d’autres Anges se seraient montrés horrifiés par ce genre de scénario.

Cela dit, n’avait-il pas fait tout ça pour assurer sa propre survie ?

Yu Ilhan rangea les cadavres des Dragons et observa la grotte, autour de lui. Il n’y avait rien là, mais ça ne pouvait pas être vide, puisqu’il s’agissait du quartier général de l’Armée du Démon de la Destruction.

— Il n’y aurait pas des Cœurs de Dragons, ou quelque chose du genre ? s’interrogea-t-il soudain.

— Je te garantis que non, lui répondit immédiatement Herta.

— Je ne te crois pas. L’univers sait répondre à ceux qui le souhaitent assez fort, lâcha Yu Ilhan en soufflant par les naseaux.

Et il se mit à chercher. Cependant, sa tâche était vaine, comme l’avait prédit Herta, et il ne finit par ne trouver qu’une simple cache d’or et d’argent.

— C’est vraiment beaucoup de richesses, par contre, nota l’Ange. Ont-ils rassemblé tout ça dans le monde qui nous entoure ? La cupidité d’un Dragon est vraiment une chose incroyable…

— Mais il n’y a pas de Cœur de Dragon ! se plaignit Yu Ilhan.

— Je t’ai dit de laisser tomber !

Il récupéra malgré tout l’or et l’argent afin de ne pas repartir les mains vides. Puis, seulement après avoir réellement fouillé chaque recoin de la grotte une nouvelle fois et une autre fois encore décida-t-il de s’en aller, dépité par l’absence de Cœurs de Dragon. Il activa enfin la formation.

— Et que vas-tu faire, maintenant ? demanda Herta. Tu vas chasser les draconiques encore en vie ? Ou peut-être devrions-nous rassembler les Elfes ?

— Nous nous rendons au nid de Lecidna, décida Yu Ilhan.

Sa dernière requête, ses derniers mots. Il lui fallait les respecter.

Vraiment, elle avait échangé sa vie pour ça, juste parce qu’elle était sous les ordres du Jardin du Crépuscule, sans aucune once d’avidité ou de cupidité. Yu Ilhan ne comprenait pas son raisonnement, et il voulait tout autant rendre hommage à son sacrifice que découvrir ce qui avait pu la pousser à agir ainsi, même juste un peu.

— Peut-être qu’elle s’était laissée séduire par toi ? le taquina Herta.

— Fuu, Herta. Il n’existe aucune femme capable d’être attirée par moi, sous les cieux.

Sous les cieux ? L’expression le voulait ainsi, mais ne s’agissait-il pas d’une vérité littérale ? N’était-elle pas au-dessus des cieux, en tant qu’Ange ? En tout cas, il y avait là une femme attirée par lui. Pour être exact, elle n’avait pas le courage de faire progresser tout ce qui pouvait ressembler à un début de relation – et ce, même si elle savait que Lita réagirait face à ça.

Tandis que Herta gardait le silence, Yu Ilhan activa la formation.

La lumière apparut, et Yu Ilhan se sentit flotter. Un instant plus tard, il était de retour là où il avait rencontré le Dragon Doré pour la première fois.

— Aha.

Il réalisa, au moment où il arriva dans la caverne. Il sut immédiatement pourquoi il n’avait pas pu comprendre Lecidna, à la toute fin.

Il ne pouvait rien y faire. Il y avait une ligne que Herta et lui ne pourraient jamais franchir.

— Elle était une mère…

À l’endroit où elle était jadis endormie se trouvaient désormais un énorme œuf doré et une lettre.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 99
EER : Chapitre 101

Related Posts

5 thoughts on “EER : Chapitre 100

Répondre à georgesjungle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com