EER : Chapitre 104 Bonus

EER : Chapitre 103
EER : Chapitre 105

Et pour ce petit bonus bien sympathique qui note la réunification de nos deux amoureux, on remercie Paul !
Je vais tenter d’en faire un deuxième dans la journée pour ne pas vous laisser sur votre faim 😀

 


 

Chapitre 104 – Mon âme vagabonde 5/9

 

— …

— Qui est-ce ? osa articuler un Elfe. Elle dégage une pression écrasante, alors même qu’elle dort.

— Regardez ces ailes, commenta un autre. Elle fait partie de l’Armée des Cieux.

— Ceux qui nous ont abandonnés, rappela un troisième, sur un ton irrité.

— Honnêtement, il est impossible de les apprécier, reprit le quatrième.

— La ferme, vous tous, trancha Yu Ilhan.

— Oui, votre majesté ! répondirent-ils d’une seule voix.

Contrairement à Herta, qui masquait méticuleusement sa présence dès qu’elle se trouvait sur la tête de Yu Ilhan, celle qui dormait sur le lit s’exposait ouvertement, à un point tel que même les Elfes l’avaient remarquée.

Yu Ilhan trouvait la situation bien trop absurde pour l’accepter en un battement de paupières, et il vérifia son visage trois fois avant de parler à nouveau.

— …C’est bien elle…

Même si elle était devenue encore plus mignonne que dans ses souvenirs, elle était définitivement son autre Ange contracteur, Lita. Par-dessus tout, la sous-classe qui lui avait été donnée, Ami des Anges, lui confirmait qu’elle était totalement celle qu’il croyait.

Et elle était bien Lita.

Cet Ange, qui dormait si paisiblement, alors qu’elle l’avait tant inquiété ? Comme il l’avait prévu, il allait devoir la punir pour…

*Soupir*

…pouvait pas faire ça, aussi tapota-t-il sur le bout de l’une de ses ailes, les rétractant dans ses épaules, avant de l’allonger sur le dos pour la couvrir.

— C’est la première fois que je vois notre empereur avec des yeux si doux… fit remarquer un Elfe tout doucement.

— Est-ce la personne de cœur de sa majesté ? s’interrogea Jirl. Et dire qu’il a séduit une existence supérieure, il est vraiment une majesté éternelle.

— Jirl, sa majesté est un solitaire. C’est ainsi. Alors la ferme.

Maintenant qu’elle se trouvait dans une position plus confortable, l’expression de Lita était déjà bien plus détendue.

Même toute la tension dans le visage de Yu Ilhan disparut, alors qu’il était en train de se dire qu’elle ressemblait bien moins à un Ange qu’à une voisine canon. Mais peu lui importait. Il ressentit une immense reconnaissance en réalisant que Lita allait bien, et tourna la tête pour tomber sur quatre Elfes qui l’observaient en silence.

— Quoi ? demanda-t-il.

— Ce n’est rien, votre majesté.

Tous les quatre tiraient une tronche si longue qu’on aurait dit qu’ils venaient d’avaler un résidu de poubelle, déniant la réalité et secouant la tête. Yu Ilhan renifla avant de sortir de la pièce et d’en refermer la porte, avant de se lancer dans une explication.

— Ce n’est pas un grand secret, je suis en quelque sorte en contrat avec les Anges, et je vais me trouver à leurs côtés dans de nombreuses situations. Ils m’ont également aidé à éradiquer les Dragons sur Darus, alors je veux que vous oubliiez vos rancunes à leur égard, au moins envers ceux qui m’entourent.

— S’il s’agit du souhait de votre majesté, alors nous obéirons avec bonheur.

— Vous ne sortez pas avec elle, hein ? Hein ?

— Eh, arrête ça, impudent !

Yu Ilhan leur expliqua tout d’abord ce qu’il en était de tous ces objets étranges qui parsemaient son appartement. Bien sûr, ils ne comprenaient pas le style de vie moderne, mais il se contenta d’en passer les détails à grands coups de c’est un artefact alors faites ce que je dis, ce qu’ils acceptèrent avec une facilité déconcertante.

— Les deux femmes utiliseront cette chambre, et les hommes celle-ci. Bien qu’il n’y ait pas de lits pour l’instant, j’en ai commandés et ils devraient bientôt arriver. Bien sûr, si vous voulez entretenir une relation romantique quelconque, je vous donnerai une chambre à part. Voilà. Des questions ?

L’archer, Paté, leva abruptement la main. Il était une définition même de la beauté elfique, la peau blanche, les yeux blonds, et n’importe qui lui aurait offert sa virginité sans concession.

— Je suis totalement séduit par votre majesté !

— Je ne veux pas entendre ça d’un homme. Suivante ?

Ce fut au tour de Phiria, la voleuse, de parler. Plus petite, les cheveux noirs et les yeux froids, elle était l’archétype parfait de sa classe – et dégageait un charme glacial et fatal qui lui était propre.

— Je veux m’entraîner avec votre majesté !

— Plus tard. Suivante…

— C’est tout, votre majesté !

Rien n’attisait leur curiosité, alors qu’ils venaient d’arriver dans un nouveau monde ? Yu Ilhan, qui se souvenait que les premiers Elfes qu’il avait croisés était somme toute intelligents, se désespéra face à leur manque d’intérêt le plus total pour tout ce qui n’était pas leur majesté ou le combat aux côtés de leur majesté, ou l’avis de leur majesté, ou encore n’importe quoi concernant leur majesté. Il était cependant trop tard pour revenir en arrière.

Oui, tout allait bien et il s’en satisfaisait. Comme il les avait amenés avec lui sur Terre, il allait devoir les rendre plus puissants. Tout en décidant qu’il allait les entraîner, Yu Ilhan partit se laver.

Néanmoins, alors qu’il était en train de retirer ses vêtements, une autre réalisation le frappa.

— Mais… Ces types n’ont même pas d’habits de rechange… murmura-t-il.

Pourtant, ce n’était pas la seule chose dont il devait s’inquiéter. La plus importante était bien leur apparence ; comme ils ne pouvaient pas être à ses côtés vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, il allait venir un moment où allaient devoir agir seuls, et tant qu’ils étaient des Elfes, ces oreilles allaient poser problème.

— Je devrais demander à Herta des artefacts pour camoufler leurs oreilles, aussi, décida-t-il.

— Je savais que tu allais en avoir besoin, alors j’en ai ramené qui ont à la fois une fonction de traduction, et une autre pour transformer une partie du corps. Aucune existence inférieure ne devrait être capable de voir à travers le subterfuge.

Yu Ilhan se tourna en entendant ça, alors qu’il était en train de retirer son pantalon. C’était, comme il s’y était attendu, Herta.

— Tu l’as vue, n’est-ce pas ? demanda-t-elle.

— Oui. Et toi ?

— Bien sûr.

Échangeant ces quelques mots, ils soupirèrent tous deux. Yu Ilhan remplit la baignoire d’une eau brûlante et s’y immergea avec un plaisir non-dissimulé, tandis que l’Ange devint aussi petite que la paume d’une main et s’installa sur un coin de la baignoire.

— La guerre est terminée pour l’instant, expliqua-t-elle. Nous ne savons pas quand le Mur du Chaos pourrait être ouvert à nouveau, mais ils disent qu’on a passé le point critique.

— C’est pour ça que Lita est ici.

— Elle s’appelle Liera, maintenant. Elle a été promue.

Alors les Anges changeaient de nom après une promotion. Tandis que Yu Ilhan sentait un étrange sentiment tourner dans son ventre, Herta tapota la surface paisible de l’eau et continua.

— Ses succès sont énormes. Elle s’est montrée téméraire dès le départ, elle a apparemment disparu au milieu de la bataille, pour réapparaître au milieu d’une partie du Mur du Chaos afin d’en dégager l’Armée du Démon de la Destruction. Et ce n’est pas tout. Même Spiera, qui a tout à voir avec sa promotion, a été choquée, dit-on.

— Ce sont de sacrés résultats, commenta Yu Ilhan.

Il se sentit un peu coupable pour la voir comme un monstre, et non comme un Ange. Mais avec ce que lui racontait Herta, comment aurait-il pu la voir comme une faible et mignonne créature ? Les préjugés avaient la vie dure, après tout.

— C’est une coïncidence, continua Herta, mais la guerre du Mur du Chaos s’est achevée il y a cinq heures à peine. Liera n’a pas été faire son rapport, et est directement descendue ici. Même si c’est toi dont on parle, tu ne peux pas ignorer ce que cela signifie, n’est-ce pas ?

— Je ne le peux, en effet… soupira Yu Ilhan, avant de rire jaune.

— Elle doit être exténuée. Lit… Non, Liera sait que mon lit et le meilleur lit du monde, commandé et fabriqué d’après mes calculs précis et enquêtes en matière de sommeil.

Herta n’aurait jamais pu être plus frustrée qu’elle ne l’était à ce moment. Si seulement elle pouvait utiliser ses pouvoirs sur Terre, elle lui aurait collé une raclée mémorable pour être aussi con !

Mais elle ne pouvait pas, aussi…

— …Oui, soupira-t-elle à son tour. Alors prends grand soin d’elle.

…abandonna-t-elle l’idée même de lui faire comprendre des évidences.

Yu Ilhan sortit de son bain après un long moment. Il enfila de nouveaux vêtements, et en offrit quelques-uns aux Elfes, debout là, le regard vide, alors qu’il leur avait déjà assignés des chambres.

Après ça, il acheta une tonne de sous-vêtements et de vêtements en tout genre dans une boutique à proximité, et distribua les artefacts en forme de boucles d’oreilles qu’il avait reçus de Herta.

— Oooh, ces habits sont si confortables.

— Les sous-vêtements sont trop petits, votre majesté. Ma poitrine et mes hanches sont si coincées…

— Alors tu iras t’en acheter d’autres plus tard.

Les Elfes n’étaient désormais pas différents de n’importe quel être humain ; tout, de leur apparence à leur façon de parler, était parfait. Ils étaient naturellement toujours trop beaux, mais Yu Ilhan décida qu’il ne pouvait rien y faire.

Il était amusant de voir à quel point ils avaient l’air décalés par rapport à ce qu’ils étaient normalement, mais maintenant, ni la police, ni les militaires, ni personne ne pourrait les arrêter. Enfin, c’était peut-être sans compter sur les chasseurs de tête de l’industrie de la mode, des créateurs d’idoles ou des producteurs de films. Mais Yu Ilhan décida qu’il ne pouvait rien y faire non plus.

Maintenant que les urgences avaient été traitées, il ne restait plus qu’une montagne de choses à faire. Cela dit, avant tout, il y avait encore une dernière tâche dont il voulait s’occuper.

— Bien, dit-il. Vous autres, reposez-vous.

— Et votre majesté ?

— Je vais dormir, décréta-t-il.

— Alors nous dormirons avec vous !

— Vous allez dormir de votre côté, oui.

Et la déclaration était ferme. Yu Ilhan retourna dans sa chambre et se hissa aux côtés de Liera, qui dormait toujours dans la bonne position. Il se souvint de cette fois, où elle avait dormi à ses côtés, avant de se faire traîner sur le Mur du Chaos.

— Tu vas juste t’assoupir à côté d’elle ? s’enquit Herta.

— Ce n’est pas comme si je pouvais la réveiller, répondit-il. Et ce n’est pas comme si elle s’en offusquerait, de ce que j’ai vu la dernière fois.

Elle s’en ficherait alors tout allait bien ! Si Liera entendait ça, il ne saurait pas s’il devrait rire ou pleurer. Une telle pensée en tête, Yu Ilhan ferma les yeux, face à Herta qui trouvait la situation tordue et absurde.

— Oui, fais ça… finit-elle par murmurer pour elle-même. Ce sera la meilleure des récompenses pour elle.

— Zzz, répondit déjà Yu Ilhan.

Herta avait malgré tout prononcé les mots suffisamment fort pour que celui-ci les entendît, mais celui capable de trouver le sommeil en moins de deux secondes ne pouvait évidemment rien en savoir.

— Eh ! protesta-t-elle.

Pendant un instant, elle se demanda même si Yu Ilhan avait fait ça volontairement en sachant ce que les deux filles ressentaient pour lui, mais à voir un Ange et un humain dormir si paisiblement l’un à côté de l’autre la fit réaliser qu’elle aurait bien fait de même, finalement ; elle s’allongea à côté de la tête de Yu Ilhan et ferma également les yeux.

Et elle s’éveilla la première, naturellement, étant celle dont le corps et l’esprit avaient accumulé le moins de fatigue.

— Bien que j’ai donné de l’énergie à Yu Ilhan grâce à la compétence, je n’ai pas utilisé la méthode finale, jusqu’à la fin, réfléchit-elle à voix basse. Bien qu’il soit plus correct de dire qu’aucune situation n’a nécessité un tel usage.

Il n’y avait pas besoin d’abuser de l’Ami des Anges en tant que compétence active. Pas quand Yu Ilhan ne faisait que combattre des Dragons. Quant à Teraka, il ne pouvait être vaincu, quoi que fût la situation. Yu Ilhan ne savait que vivre d’un extrême à l’autre.

Elle repensa au moment où il avait rencontré le Dragon suprême, dernier de son espèce. C’était récent, somme toute. Vraiment, il avait été miraculeux qu’ils eussent survécu à sa carapace, reçue par Lecidna en lieu et place de Yu Ilhan afin de lui sauver la vie.

— Nous élèverons ton enfant, c’est promis.

Les Dragons étaient horribles à avoir en tant qu’ennemis, mais si l’un d’eux était dans le camp des humains, ce serait une chose bien plus rassurante et utile. En repensant que l’œuf se trouvait toujours dans la besace de Yu Ilhan, Herta hocha la tête.

— Maintenant que j’y pense, les récompenses n’ont pas encore été remises.

Yu Ilhan allait être surpris en recevant ce qu’il méritait. Herta imaginait déjà la scène et pouffa de rire, toute seule. Puis, elle aperçut une longue lance, posée à côté du lit.

— Huh ?

Une pointe très acérée et une hampe faite dans un métal inconnu. Il s’agissait définitivement d’un artefact de haut niveau. Cependant, cette arme ne portait pas la marque du travail de Yu Ilhan. Elle manquait d’une certaine finition typique.

De plus, quelle était cette aura rose qui l’entourait ? Ce n’était pas du mana normal, pas plus qu’un puissant attribut créé à l’aide d’une pierre magique, alors…

Tap.

Au moment où le doigt de Herta tapota la hampe, une main immaculée surgit du lit et agrippa l’arme. Herta se tourna par réflexe et tomba nez-à-nez avec Liera, qui la regardait sévèrement.

— N’y touche pas, lâcha-t-elle.

— Liera… Je l’ai déjà vu.

— Merde.

Herta soupira en fixant Liera, qui tourna la tête et frémit.

— Comment peux-tu recevoir les archives de la bénédiction d’un autre dieu, alors que tu es une envoyée du Dieu ?! cria-t-elle.

— J’étais sur le point de mourir ! Je n’y peux rien ! se révolta Liera sans aucune honte, sans se trouver d’excuses.

Avant, ses yeux avaient toujours été bruns, légèrement teintés de violet. Maintenant qu’elle avait reçu la bénédiction d’un dieu, ils luisaient d’un rouge irréaliste, tels des rubis.

— Et tu n’es pas gênée ? s’enquit Herta, rougissant un peu elle aussi, preuve de sentiments mélangés.

— De quoi devrais-je avoir honte ? répliqua Liera. Je suis fière.

Alors, les Anges pouvaient devenir si effrayant, une fois capturés par l’amour… Herta se surprit à rire, perplexe, et confirma les informations de la lance.

[Alliée Apocalyptique, Belle Lance d’Acier Bénie par le Dieu de l’Amour]
[Rang – Epique]
[Puissance d’attaque – 7.500]
[Options – Toutes les options sont actives tant que l’amour est intact
[1. La puissance de toutes les compétences augmente de 40%]
[2. Crée une énorme onde de choc en consommant du mana à chaque coup critique.]
[3. L’utilisateur ne recevra pas de coup critique tant qu’il porte cette arme, et sa capacité d’esquive augmente d’une manière considérable.]
[4. La puissance de toutes les capacités augmente encore de 30% lorsqu’elles sont utilisées pour protéger l’être aimé.]
[Restrictions d’utilisation – Celui béni par le dieu de l’Amour.]
[Une épée passée, gardée comme preuve d’un amour inconditionnel, a évolué grâce à la bénédiction d’un dieu pour devenir une lance. Elle continuera d’évoluer avec l’amour de son porteur.]

Oui. Liera avait pu s’échapper de la crise dans laquelle elle se trouvait grâce à la bénédiction du dieu de l’amour, qu’elle avait reçue aux portes de la mort !

Herta cria et vomit du sang. Elle sentait ses membres s’affaiblir et trembler rien qu’en lisant les compétences de cette arme ! C’était un objet d’une magnificence absolue, du nom jusqu’au options !

Voyant Herta réagir de la sorte, Liera serra la lance contre elle et leva fièrement la tête.

— Il s’agit de l’épée que mon Yu Ilhan m’a fabriquée, la première fois. Maintenant, c’est une lance.

— Tu as gardé une telle chose secrète ?! Elle a assurément la capacité d’attaquer le cœur d’une personne, juste à lire ses capacités !

— Elle ne possède pas une telle option…

Tandis que les Anges discutaient, Yu Ilhan s’éveilla à cause du texte vert lumineux apparu sur sa rétine.

[Vous avez rempli l’une des conditions du dieu de la forge. Vous obtiendrez sa bénédiction une fois la dernière condition remplie.]

— Quoi ?! s’écria-t-il. Dormir était une condition ?

Sinon, qu’avait-il bien pu faire pour remplir quoi que ce fût ? Il venait de s’éveiller, aperçut mini-Herta flotter paresseusement dans les airs, et Liera, qui serrait une lance contre elle en exultant une force considérable.

— Oh, réagit Liera.

Ses yeux s’étaient écarquillés lorsqu’elle avait vu Yu Ilhan reprendre connaissance dans un cri, mais elle finit par afficher un sourire digne de toutes les publicités pour dentifrices du monde. Une fleur en pleine floraison n’aurait pas eu l’air plus radieuse.

— Ilhan, je suis rentrée ! fut la première chose qu’elle lui annonça.

— Bienvenue à la maison, Liera.

 

 

    — Fin. —

…fut ce qu’il faillit dire, mais il se contenta de rire légèrement.

— Ouais, prononça-t-il réellement. Laisse-moi regarder cette lance.

Ce fut sa meilleure tentative pour tenter de résister au destin, car il sentait que quelque chose se serait terminé là s’il lui avait réellement souhaité la bienvenue dans ses bras.

 


 

Note de traduction :

 

Cette fin de chapitre est compliquée à traduire tout en faisant comprendre de quoi il retourne. J’ai essayé pas mal de versions, pour finalement opter pour la fidélité et une explication hors-champ.

Au Japon (oui, oui, même si EER est coréen), il y a une construction typique des histoires, lorsque le héros rentre de son boss final, exténué. Sa femme/fiancée/insérez qui vous voulez l’attend à la maison/dans son village/insérez où vous voulez, et l’accueille. Le personnage principal sent qu’enfin, tout est fini ! Ce « Je suis de retour » classique, toujours suivi par un « Bienvenue à la maison » (Tadaima / Okaeri) terminent un bon nombre de séries. C’est un peu un cliché et Yu Ilhan avait peur que son histoire se termine s’il osait lâcher cette réplique.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 103
EER : Chapitre 105

Related Posts

5 thoughts on “EER : Chapitre 104 Bonus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com