Rebirth - Chapitre 433
Rebirth - Chapitre 435

Et voilà le chapitre bonus de la journée. 

Je tiens tout d’abord à m’excuser pour le temps que j’ai mis à le publier, je me suis écroulé de fatigue en rentrant des cours et je n’ai pu me réveiller que plusieurs heures plus tard, d’où le délai.

Cela m’amène à mon second point. Il reste un seul chapitre bonus sur cette session, et je vous avoue que demain, je serai plus ou moins tout aussi occupé, du moins le matin. Aussi, je change un peu les plans de publications.

Le chapitre régulier de demain (jeudi) sera publié dans l’après-midi, car je n’aurais pas le temps de le traduire ce soir (car oui, je suis encore complètement claqué malgré cette sieste forcée), et le chapitre régulier de vendredi devrait être publié vendredi dans la matinée sans problème.

Ce que je vous propose en revanche, c’est de publier le chapitre bonus restant samedi, vous offrant ainsi un chapitre ce week-end. Et comme c’est contraire à ce que j’avais annoncé précédemment, je vous ferai un chapitre bonus gratuit dimanche aussi. Comme ça, ça va me laisser le temps de les traduire tranquillement, je pourrai assurer le même niveau de qualité que d’habitude, et je vais enfin pouvoir souffler un peu (car je vous avoue que ces soldes m’ont achevé avec tout ce que j’avais à faire à côté).

Donc voilà le plan : Jeudi chapitre, vendredi chapitre, samedi chapitre et dimanche chapitre.

Et désolé pour le long pavé 😉

 

 

Chapitre 434 – Mercenaires et Tueurs à Gages !

 

Nie Yan avait atteint les limites de l’anxiété. Le fait que ces gens puissent entrer dans la villa de Xie Yao sans déclencher d’alarme prouvait qu’ils étaient venus préparés. Et ils avaient même une arme aussi dangereuse qu’un sniper avec eux. Étaient-ils réellement venus pour Xie Yao ?

Qu’est-ce qu’ils comptaient faire avec ce fusil sniper ? Les yeux de Nie Yan s’étaient soudain plissés. Est-ce qu’ils veulent tuer Xie Yao ? Il ne les laisserait clairement pas faire !

Xie Yao était importante pour le Dragonsoar Financial Group ainsi que pour le Glory Financial Group. Il ne pouvait s’empêcher de penser que les actions de ces personnes étaient liées à la position de la jeune fille au sein de ces groupes financiers.

Nie Yan s’était lentement approché d’eux, ses mouvements discrets et agiles. Il n’avait aucune idée de ce que faisait la jeune fille à ce moment. Il avait passé son téléphone en mode silencieux et lui avait ensuite envoyé un message.

[Xie Yao, où est-ce que tu es en ce moment ?]

Il n’avait pas fallu longtemps pour que la jeune fille réponde.

[Je suis cachée dans la salle de bain. J’ai peur d’en sortir.]

Sa salle de bain servait de salle de panique. Elle était à l’épreuve des balles et avait un système de commande vocale.

En lisant le message, il avait pu sentir la peur et l’inquiétude de la jeune fille.

[Reste là. Ne sors pas. Je serais là dans un instant !]

Les villas du quartier étaient toutes construites avec les meilleurs matériaux disponibles sur le marché. Chaque brique et chaque carreau était conçus pour résister à de lourds impacts. De plus, les portes des salles de bains étaient uniquement contrôlables par des commandes vocales synchronisées avec ses propriétaires, ce qui permettait d’éviter que quelqu’un rentre par accident ou effraction. C’était précisément à cause de ces mesures que Xie Yao avait décidé de s’y cacher.

[Fais attention, Nie Yan. L’équipe de sécurité de ma famille devrait arriver d’ici trois minutes.]

Nie Yan s’était tassé sur lui-même et s’était approché autant que possible des deux autres sans se faire repérer, arrivant ainsi à portée de voix.

« Bayonet. Tu comprends les conséquences de tes actions, pas vrai ? » Avait demandé l’un des hommes avec un rire sinistre.

« Wisp. Il y a peu de choses que nous refusons de faire contre de l’argent, en tant que mercenaires, mais nous avons pour principe de ne pas blesser les femmes, les enfants et les anciens. Avant que nous arrivions ici, tu ne m’as jamais clairement expliqué la situation ! Ce n’est donc pas moi qui brise le contrat ! » Avait répliqué fermement le dénommé Bayonet.

« Sans ta saloperie de technologie permettant de pirater les satellites, je n’aurais jamais appelé un bâtard dans ton genre ! Écoute-moi bien. Tu es un mercenaire. Je suis un tueur à gages. Le client nous paye et nous menons à bien la mission. Alors viens pas me faire chier avec tes histoires de morale ! N’oublie pas ces chers handicapés attendant toujours que tu leur ramènes de quoi permettre à leurs familles de tenir encore un peu. » Avait dit le dénommé Wisp avec un ton dédaigneux.

Bayonet avait cessé de parler un moment avant de répondre.

« Mes frères d’armes étaient aussi des mercenaires fût un temps. Ils comprendront mon choix. »

« Même si c’est le cas, tu penses vraiment que tu auras l’occasion de leur dire en face ? »

« Tu me menaces, Wisp ?! »

« Oh, non. Pas moi. Mais comme notre client nous a donné un travail à faire, il a naturellement préparé des contre-mesures en cas de situations comme celle-ci. »

« Bâtard ! Qui est le client ?! » Avait grondé Bayonet.

« Ne sois pas stupide. Tu sais très bien qu’un tueur à gages ne révèle jamais d’information concernant ses clients. C’est l’un de nos principes, après tout. »

En écoutant leur conversation, Nie Yan avait plus ou moins compris la situation. Ces deux personnes étaient venues pour soit capturer, soit tuer Xie Yao. Wisp était celui qui avait accepté la mission et avait recruté Bayonet du fait de sa capacité à pirater les satellites de surveillance. Mais une fois qu’ils étaient arrivés ici, ils avaient commencé à se disputer. Bayonet refusait d’aller contre ses principes de ne pas blesser les femmes, les enfants et les vieux, et Xie Yao était à peine une jeune fille de 18 ans. Autrement dit, elle entrait dans une, voire deux catégories. Il avait donc décidé de se retirer.

Dans un sens, Nie Yan admirait ce Bayonet pour rester fidèle à son code de conduite même dans ce genre de situation.

À ce moment, un point rouge était apparu sur le torse de Bayonet. Suite à ça, Wisp avait souri légèrement avec une pointe de dérision dans le regard en disant.

« Je suis sûr que tu devrais le savoir maintenant. Tu n’as pas le choix. »

Bayonet avait alors tourné son regard dans la direction du toit au loin. Avec une simple pression de doigt, sa vie se terminerait abruptement.

« Allons-y. Où se trouve la fille ? » Avait-il fini par dire après un moment de silence.

« Bien, aussi longtemps que tu te souviens de ta place. Ne tente rien d’étrange. Si je détecte la moindre once de trahison venant de toi, toi et tes potes partiraient ensemble pour un voyage vers l’enfer. »

Les yeux de Bayonet avaient soudain eu un éclat sinistre.

« Je me fous de qui est le client. Mais passe-lui ce message de ma part. Aussi longtemps que je vivrai, il a tout intérêt à ne pas toucher à mes amis. Sinon, je le pourchasserai jusqu’au bout du monde ! »

Wisp avait juste gloussé de rire sans répondre. Il avait déjà travaillé avec Bayonet par le passé. Il était plus que conscient que cet homme était capable d’exécuter cette menace.

Mais même en sachant ça, qu’est-ce que ça pouvait faire ? Il n’était que celui chargé de cette mission. Une fois tout cela fini, il recevrait le reste de sa commission et pourrait faire comme bon lui semble. Pour ce qui était des vies autres que la sienne, Wisp s’en moquait joyeusement.

Les deux hommes s’étaient alors approchés de la maison de Xie Yao. Nie Yan ne savait toujours pas si le but de la mission était de capturer ou de tuer la jeune fille. Mais une fois qu’ils seraient dans la maison, il savait que la vie de sa bien-aimée serait en danger. Bien que sa salle de bain soit à l’épreuve des balles, considérant que les intrus avaient réussi à pirater l’un des systèmes de sécurité par satellite les plus avancés du monde, il se doutait que passer outre le pare-feu d’une commande vocale ne devait pas être bien compliqué.

À ce moment, huit silhouettes étaient apparues à l’entrée de la villa. Il s’agissait de l’équipe de sécurité de la villa.

[Wisp, on a des visiteurs.] Avait soudain dit une voix à l’oreille de ce dernier.

[Tue-les.] Avait répondu Wisp en rigolant.

Un laser avait balayé la cour avant de se positionner sur l’un des vigiles, puis un son étouffé avait retenti depuis un toit lointain, et le cœur d’un des gardes avait alors été percé instantanément. Sans savoir ce qu’il s’était passé, le garde s’était effondré au sol, mort.

Soudain, une vague de panique avait assailli les autres gardes alors qu’ils se mettaient à l’abri.

« Ils ont un sniper ! »

« Trouvez-le, vite ! »

En voyant ces réactions, il était évident que ces gardes avaient reçu un entraînement spécial.

[Vous avez trois minutes pour sécuriser la cible et sortir. Je ne serai plus responsable de ce qui arrivera après ça !] Avait dit le sniper dans l’oreillette.

[Compris. Trois minutes suffiront.] Avait répondu Wisp.

Après quoi, Wisp et Bayonet avaient disparu du champ de vision de Nie Yan.

Regardant autour de lui avec anxiété, Nie Yan avait repéré que la fenêtre la plus proche de lui était déjà ouverte. Il l’avait alors empruntée et avait utilisé sa familiarité avec les lieux pour arriver dans la chambre de la jeune fille avant les deux intrus.

La salle de bain de Xie Yao était toujours fermée hermétiquement. En voyant ça, il avait soupiré de soulagement et s’était alors caché près du lit, à l’opposé de la porte.

En voyant une silhouette entrer dans sa chambre via la caméra de sécurité, Xie Yao avait commencé à paniquer. Bien qu’elle connaisse le taekwondo et quelques autres mouvements d’arts martiaux, elle ne se faisait pas d’illusion quant à ses chances face à un professionnel.

« Ne t’inquiète pas, c’est moi. » Avait murmuré Nie Yan par le bas de la porte. Cette simple phrase avait immédiatement donné un sentiment de sécurité à la jeune fille.

« Reste cachée et ne fait pas de bruit. Je te protègerai. » Avait alors dit Nie Yan en sachant pertinemment qu’il risquait sa vie en faisant ça. Mais il ne pouvait pas se permettre de laisser Xie Yao subir la moindre blessure.

Il ne connaissait pas le niveau martial de l’autre camp. Mais de ce qu’il avait pu comprendre de leur conversation, l’un était un tueur à gages et l’autre était un mercenaire. Autrement dit, ils n’étaient pas faibles. Dans le meilleur des cas, il estimait pouvoir en abattre un en embuscade. Mais pour avoir les deux, cela allait être plus que difficile.

Par contre, s’ils réussissaient à entrer dans la salle de bain de Xie Yao, il n’aurait pas d’autre choix !

Alors qu’il pensait à tout ça, il avait entendu les deux personnes s’approcher par le couloir. Bien que leurs pas soient légers, il pouvait tout de même les détecter via les vibrations du plancher.

Il s’était alors encore plus accroupi, son corps à moitié caché par le lit. Et avec un mouvement du poignet, il avait alors sorti une dague qu’il avait récupéré en partant de chez lui. C’était un objet de décoration que son père avait acheté un jour, mais même si la lame ne faisait que la taille d’un doigt, lui donnant l’air d’être inoffensive, il savait qu’avec suffisamment de force, elle pourrait porter un coup fatal.

La porte de la chambre s’était ouverte à ce moment-là et Nie Yan s’était immédiatement tendu, retenant son souffle.

Bayonet avait froncé les sourcils en entrant dans la pièce. Après avoir survécu dans certains des lieux les plus dangereux du monde au fil des années, il avait obtenu un instinct acéré. En entrant, il avait immédiatement détecté la présence de la jeune fille, mais aussi d’un homme.

En détectant ça, il avait fait une légère pause avant de continuer son avance, sans rien dire.

Wisp était entré dans la pièce juste après Bayonet. Il était un expert en assassinat, mais comme il était généralement du côté de la gâchette plutôt que de la balle, son sens du danger n’était pas aussi développé que celui de son compère.

« Où est la miss ? » Avait-il demandé. Il avait regardé autour de lui un moment avant de laisser échapper un ricanement sinistre en voyant la salle de bain.

Par inquiétude pour sa propre sécurité, il avait décidé de toujours laisser Bayonet devant lui, restant un pas derrière.

Bayonet s’était approché de la porte, avait sorti une puce métallique et l’avait lancé vers la porte de la salle de bain. Elle s’était alors attachée d’elle-même à la paroi en vitre fumée.

{Bang !}

Lorsque la puce avait explosé, elle avait immédiatement brisé la porte de la salle de bain en mille morceaux alors qu’un cri d’épouvante avait commencé à sortir de la gorge de Xie Yao.

Bien sûr, elle n’était pas aussi paniquée qu’elle le laissait croire. Même si elle était plus qu’anxieuse, elle avait décidé de faire de son mieux pour attirer l’attention des deux hommes sur elle afin que Nie Yan puisse entrer en action. On aurait beau dire ce qu’on voulait, ses entraînements en arts martiaux lui avait permis de développer une grande force mentale.

Bayonet avait froncé les sourcils en disant.

« Le client la veut en vie. »

Wisp avait alors dit avec un sourire sinistre.

« T’inquiète. Elle ne va pas mourir. »

Il avait reluqué la jeune fille dans la salle de bain avec un sourire malsain. Les cheveux de Xie Yao étaient en désordre, mais sa beauté était encore claire comme le jour.

« Elle est encore plus bonne que sur la photo ! » Avait dit Wisp en ricanant avant de se tourner vers Bayonet.

« Bayonet, tu veux goûter un échantillon avec moi ? » Son sourire diabolique avait complètement dégoûté Bayonet alors qu’il répondait.

« On a pas le temps ! »

Juste alors que Wisp entrait dans la pièce, son regard lubrique posé sur Xie Yao, Nie Yan était sorti de sa cachette et avait frappé le tueur à gages avec sa dague !

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)
Rebirth - Chapitre 433
Rebirth - Chapitre 435

Related Posts

11 thoughts on “Rebirth – Chapitre 434

  1. Merci pour le chapitre et le chapitre bonus bonus. Et perso je trouve encore mieux de les avoir le week-end.

  2. Hey, merci pour le chapitre ! Et arrête de t’excuser, tu fais déjà du très bon travail, tu as une vie aussi faut pas l’oublier… Bon courage à toi !

  3. Le meilleur voleur de Conviction en action dans la réalité : c’est presque mieux que dans le jeu !!!
    Merci pour le chapitre, mais franchement arrête de t’excuser si t’es crevé prend un « congé maladie », moi je te l’accorde volontiers : c’est peu en comparaison de ton travail de qualité et de ta régularité !!!

  4. Merci pour ce chapitre et donc ce travail de fou !! Je suis d’accord avec les autres commentaires ! On est tous plus que satisfait avec ce que tu nous donnes, alors prend une pose, on comprend tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com