EER : Chapitre 107
EER : Chapitre 109

Chapitre 108 – Mon âme vagabonde 9/9

 

Réalisant qu’il devait mettre l’arc de côté après avoir fourni tant d’efforts pour sa réalisation, tout ça parce que Paté n’avait pas encore sa troisième classe, Yu Ilhan resta perplexe pendant un moment, mais reprit rapidement ses esprits.

— Oui, dit-il. C’est juste parce que je fabrique des armes trop exceptionnelles.

— J’aime ton attitude positive, commenta Liera.

— Moi aussi, j’aime ce côté de moi-même.

— Ce que j’aime moi, ironisa Herta, c’est ton humilité. Tu devrais commencer par essuyer tes larmes avant de dire des trucs pareils.

Son énergie drainée, Yu Ilhan fabriqua un nouvel arc. Heureusement, aucune restriction inutile n’y fut attachée cette fois, et son rang légendaire en faisait malgré tout quelque chose de potable selon Yu Ilhan. Bien sûr, sa puissance n’arrivait pas à la cheville de l’artefact, mais pour Paté, ce serait parfait pour l’instant.

— Bon, puisqu’il est tard, arrêtons-nous là, décida-t-il.

Il vérifia l’état de la viande et du sang dans le seau et ajouta encore de ce liquide rouge épais avant de nettoyer ses outils. Cela dit, il réalisa une chose, alors qu’il poussait le seau sur le côté de l’atelier ; sa force était trop élevée.

— Huh ? Je n’ai même pas activé Force Surhumaine.

— Tu as gagné ta troisième classe, ne l’oublie pas, expliqua Hertapédia. De plus, n’oublie pas que tu as des statistiques parfaitement différentes du commun des mortels grâce à ton millénaire d’entraînement. Oh, et il y a aussi la récompense de la Quête Céleste.

C’était vrai. Comme il combattait sans arrêt des entités largement plus puissantes que lui, il avait tendance à oublier qu’il était légèrement au-dessus de la moyenne. Et paf, dans les dents du manque d’humilité.

— Et dire je pensais que tu utiliserais tous les corps de Dragons, soupira Herta.

— Enquêter sur la situation et contacter le Clan du Dieu du Tonnerre prend priorité. Je devrais décider quel genre d’équipements je dois faire après ça, et en quelle quantité. Je vais également devoir décider de dates pour la vente d’équipement de haut niveau, en même temps.

Bien que tout semblait parfait vu de l’extérieur, il n’en saurait pas plus sur le fond des choses avant de se renseigner correctement. S’il contactait le Clan du Dieu du Tonnerre, qui se battait au front à tout moment, il pourrait en apprendre davantage.

— Je pense que tu t’en fais trop, jugea Liera.

— Nous verrons bien, soupira Herta.

Même lorsque Yu Ilhan retourna chez lui avec les deux Anges et son fils endormi, les Elfes ronflaient toujours paisiblement. En revanche, une fois qu’il se mît à cuisiner des ramens avec beaucoup de viande, ils s’éveillèrent immédiatement et surgirent de leurs chambres.

— C… C’est l’odeur de la viande ?! lâchèrent-ils, presque d’une seule voix.

— Et dire qu’il existe une odeur capable de provoquer le désir de manger, à ce point… Ce monde est vraiment… Ouah, votre majesté !

Pour les Elfes, qui venaient de commencer à consommer de la viande après une vie de végétariens, l’odeur des ramens, l’alpha et l’oméga des nourritures instantanées, était un coup de grâce.

Sans ajouter que comme Yu Ilhan n’avait pas lésiné sur la barbaque, ces ramens-là avaient autant de puissance qu’un boss de donjon qui apparaîtrait par surprise après le dernier boss d’un donjon, dans un jeu vidéo.

— Votre majesté ?

— J… Je suis tellement désolée ! Nous avons dormi sans nous soucier de rien au monde ! Nous aurions dû être là pour vous protéger !

Comme ils venaient de se réveiller, leurs visages auraient dû être pathétiquement horribles, mais ces types… Bon sang, ils étaient tous prêts pour un shooting photo de haut standing. Si Yu Ilhan n’avait pas été entraîné par l’apparence de Liera, son cœur se serait probablement mis à battre comme un régiment de chevaux au galop !

— Qui protège qui ? Asseyez-vous et mangez.

— Je ne voulais pas voir un Elfe manger des ramens… se plaignit Liera.

— Tu vas voir des trucs encore plus cool, à l’avenir, alors prépare-toi, Liera, ironisa Herta, le visage dans les mains. Tu vas être surprise à plus d’une reprise, sinon.

Comme ils n’avaient rien ingurgité de la journée, les Elfes dégommèrent ce que Yu Ilhan avait préparé avec le plus grand des plaisirs. Bien entendu, Yu Ilhan ne faisait pas que les observer, il avait activé sa compétence Commandement afin de confirmer leurs statistiques.

— Hm… Ils sont plutôt doués.

Comme on pouvait s’y attendre de la part des meilleurs Elfes parmi les survivants de leur espèce, leurs chiffres étaient largement supérieurs à la moyenne. Peut-être avait-il réellement choisi les génies de toute une espèce ?

Ce n’était pas que ça. Non seulement possédaient-ils un montant considérable de compétences, mais leur maîtrise était élevée, sans doute à cause de leur longue vie, selon ses standards. Ils étaient encore meilleurs que ce qu’il s’attendait à voir.

Et une dernière chose le surprit agréablement.

— Bien. Vous être plutôt doués en dépeçage.

KEUF ! Oui…

Peut-être parce qu’il avait répondu en avalant, Jirl manqua de s’étouffer. Mais pour ceux pour qui la survie était une guerre quotidienne, la récolte et le dépeçage étaient un atout essentiel.

Les Anges comprirent finalement ses intentions.

— Tu vas les laisser dépecer les Dragons ? tenta Liera.

— N’importe qui ne peut pas découper proprement un Dragon de troisième classe ! s’opposa Herta.

Yu Ilhan les ignora, naturellement.

— Il y a quelque chose que vous devez faire après avoir mangé, dit-il. Bien sûr, je vais vous enseigner certaines choses de façon stricte, alors préparez-vous.

— Nous sommes prêts à tout ! répondit Paté d’une voix confiante.

Confiante, le serait-il tout autant après avoir entendu ce que Yu Ilhan attendait d’eux ? Oh, s’il leur donnait leurs récompenses une fois qu’ils auraient fini le travail, ils en pleureraient de joie.

— Liera, donne-moi Mir.

— Voilà.

Yumir changea de bras. Les Elfes, totalement perdus dans leurs ramens, finirent par remarquer la présence de ce petit Elfe dans les bras de Yu Ilhan.

— Qui est cet enfant ? Il est très beau.

— Il ressemble à votre majesté, également. Est-ce votre petit frère ?

— Il est mon fils. Oh, et c’est également un Dragon.

Les Elfes ouvrirent la bouche, mais aucun son n’en sortit. En réalité, uniquement des ramens en sortirent.

Mais il était épuisant pour Yu Ilhan de tout leur expliquer, alors il opta pour une version légèrement écourtée.

— Il est l’héritier d’un des Dragons qui vous ont sauvés et cachés, alors ne le haïssez pas.

— É… Évidemment. Même s’il ne l’était pas, s’il est le fils de votre majesté, comment pourrions-nous… répondit nonchalamment Phiria, la voleuse, au moment où Yumir ouvrit les yeux.

— Tu es réveillé ? lui demanda son père.

— Ouais, oh, papa ! Et les jolies grandes sœurs aussi, et… ?

Yumir observa Yu Ilhan, Liera et Herta en souriant, mais poussa un cri en remarquant le regard insistant des Elfes. Il se jeta au sol et alla se cacher derrière les jambes de son père, n’en sortant qu’un petit bout de tête pour confirmer la situation.

— Papa, qui sont ces gens ?

— Ce sont mes subordonnés, expliqua Yu Ilhan. Ils sont gentils, alors tu n’as pas à avoir peur. Ils ne mordent pas.

— Ne décris pas les Elfes comme des animaux herbivores ! s’offusqua Herta.

Il eut envie de répondre. Oui. Ce gosse était né moins de six heures auparavant ! Il n’y avait pas moyen qu’il demandât à décrire chaque personne par son nom et les saluât juste parce que cette personne était avec son père.

Cependant, la réaction de cet enfant-Dragon fut totalement hors des prédictions de son père.

— …

— Je suis gêné. Je me cache.

Et il activa désespérément sa compétence de camouflage, de son propre chef.

Ce qui était réellement incroyable, c’était la facilité avec laquelle il disparut de la vue des Elfes, qui le regardaient, grâce à son Camouflage de niveau 1 !

— O… Où est parti son altesse juvénile ?

— Comment ? Il était là, il y a quelques secondes !

— …

[Camouflage de Yumir augmente rapidement.]

[Camouflage de Yumir est désormais de niveau 10. Grâce à la résonnance avec le Chevalier-Dragon, il est désormais capable d’utiliser une partie de de la puissance de la compétence Camouflage de ce dernier s’il est proche de lui.]

Yu Ilhan qui béait. C’était une scène magnifique, et si rare. Si Herta avait pu l’immortaliser en prenant une photo, ce serait devenu un trésor intemporel. Mais elle était trop occupée, comme Liera, à imiter Yu Ilhan. Leurs bouches grandes ouvertes n’avaient pas l’air de vouloir se refermer de sitôt.

Yumir avait toujours le visage enfoui dans les jambes de Yu Ilan.

— Ilhan… murmura finalement Liera.

— Ne dis rien, répliqua-t-il, la bouche sèche.

Elle allait lui faire part d’un commentaire quelconque, mais il n’en voulait pas. Il le savait mieux que quiconque, voilà pourquoi.

Yumir. Ce gosse. Il ressemblait vraiment trop à son père. Non seulement ses compétences, mais sa personnalité, et même le talent nécessaire pour devenir un Solitaire Universel !

— C’est une bonne chose, continua malgré tout Liera. Mais, quand bien même, il ne possède pas de Camouflage passif, n’est-ce pas ?

— Pfff…

Regardant Yumir, qui avait activé son Camouflage par pur instinct, Yu Ilhan sentit quelque chose d’indescriptible au fond de lui, mais il soupira avant de se laisser emporter par cette impression inconnue, et le serra dans ses bras.

Son camouflage fut annulé par la force des choses, et les Elfes purent finalement le voir à nouveau. Yumir réalisa qu’il était à nouveau le centre d’attention et tenta à tout prix de quitter les bras de Yu Ilhan.

— Je veux me cacher encore !

— Tu veux te cacher parce que tu es gêné d’être faible, n’est-ce pas ?

— O… Ouais.

S’il y avait quelque chose de fondamentalement différent entre eux, c’était ça.

Si Yu Ilhan avait rejeté le monde entier afin de s’élever seul, Yumir voulait se cacher uniquement parce qu’il ne voulait pas montrer à quel point il était faible. C’était typique des Dragons, dont les membres juvéniles restaient cachés dans des grottes jusqu’à leur maturité. Yumir possédait dans ses gênes la fierté de sa race, qui s’exprimait d’une bien étrange manière suite à la rencontre de la capacité de Yu Ilhan !

Cependant, pour celui-ci, ce n’était pas une mauvaise chose.

— Alors tu as simplement à devenir fort, conclut-il.

— Mais je ne le suis pas encore, et je veux me cacher, insista Yumir.

— Ok, accepta son père. Mais ces gens sont malgré tout mes subordonnés, et tout va bien. Ils ne vont pas se moquer de toi.

Suite à ces mots, Yumir jeta un œil aux Elfes, et les Elfes, en croisant son regard, acquiescèrent immédiatement en s’inclinant. Yumir désirait malgré tout se cacher, incapable de se calmer, mais comme il ne pouvait disparaître de la vue d’un maître en Camouflage, il décida de l’écouter.

— Alors, je vais supporter ça.

— Oui. Ne pas te cacher à la moindre contrariété, c’est le début de l’entraînement.

— Oh… Ouais !

Yumir réalisa, et hocha la tête. Son éducation venait de commencer !

Yu Ilhan confirma la situation des Elfes, trop perplexes pour finir leur repas.

— Vous avez fini de manger ? leur demanda-t-il.

— Pas encore ! réalisèrent-ils enfin.

Ils nettoyèrent proprement les bols sans y laisser la moindre goutte. Yu Ilhan sentit son respect pour eux grandir, juste un tout petit peu.

Après avoir lavé la vaisselle, Yu Ilhan les mena à l’atelier. Cependant, il laissa Liera s’occuper de Yumir et les abandonna là, à la maison. Après tout, il ne pouvait pas le laisser observer le dépeçage de sa propre espèce.

— Ouah, quelle est cette flamme ?!

— Quel endroit merveilleux, protégé par la magie des Anges… !

— Attention, lança Yu Ilhan, les sortant de leur adoration, avant de sortir un corps de Dragon.

— À partir de maintenant, vous allez dépecer ça avec moi, ordonna-t-il.

— Un draconique ? nota Phiera. Nous allons faire de notre mieux !

— On va en dépecer trente mille, ajouta Yu Ilhan en souriant.

— …

— … ²

— … ³

— N…ous allons faire de notre mieux, répéta-t-elle, nettement moins sûre d’elle, tout à coup.

Son niveau de dépeçage était plus élevé que celui de ses compères, sans doute grâce à sa maîtrise des dagues, et elle fut la seule à oser répondre.

— Pendant trois heures, nous allons nous entraîner, annonça Yu Ilhan, maître en dépeçage. Après tout, vous devez faire ça par vos propres moyens. Pas d’entraînement physique, au combat, ou de chasse tant que nous n’avons pas fini ça.

— Comment pouvons-nous… !

— Mais si vous terminez, je vous donnerai l’équipement que je vous ai forgé, conclut-il, tel un coup de grâce du bâton suivi par le baume apaisant de la carotte. Il est vraiment très, très bon.

Au moment où il fit cette promesse, les yeux des Elfes changèrent. Ils savaient fort bien que l’équipement qu’il avait fourni à tous les autres Elfes n’était pas le paroxysme de son art.

Mais allaient-ils recevoir de meilleures armes simplement en effectuant des tâches manuelles ? Leur loyauté, déjà au maximum, augmenta encore – qu’on ne me demande pas comment.

— Nous allons définitivement les terminer !!!

— Bien, j’aime cet esprit.

L’instruction en dépeçage fut stricte. Cependant, face à la passion ardente des Elfes, leur compétence ne put lutter, et fut forcée d’augmenter rapidement. Lorsqu’ils eurent utilisé environ un millier de cadavres comme matériel d’entraînement, ils avaient atteint un niveau capable de les voir dépecer proprement un Dragon de troisième classe.

— Bien, vous n’avez plus qu’à le faire de cette façon, se satisfit Yu Ilhan.

— Oui, votre majesté !

Après avoir sorti quelques carcasses de son inventaire, Yu Ilhan s’attela à son propre travail. L’enchantement d’âme qu’il avait reporté pendant bien trop longtemps.

— Kroaaaaaaar ! comprit l’Orochi.

— Ouais, ouais. T’es pas idiot, hein ? Je vais le faire maintenant.

Yu Ilhan sortit la lance géante en os noir. Elle était d’une beauté absolue une fois polie. Il était sûr qu’il n’existait pas de plus puissante arme dans l’univers – en tout cas, pas contre les Dragons.

— Enchantement d’âme.

La compétence de Dieu de la Mort que possédait Reta. Ce fut le moment où la compétence capable de déchirer la balance régissant les lois de la matière lorsqu’on l’utilisait correctement fut utilisée sur Terre pour la première fois.

— Krararararararar !

L’Orochi réalisa que Yu Ilhan tentait de sortir ses pensées de sa tête, et grogna de délice.

S’il était simplement sorti de son esprit, il n’aurait plus été qu’une pensée qui se serait désagrégée en une fraction d’instant, mais Yu Ilhan avait entre les mains un nouveau corps, spécifiquement destiné à le recueillir. Cette arme avait un jour fait partie de son propre corps d’Orochi, et se trouvait être encore plus parfaite désormais !

Heureusement, l’enchantement d’âme était relativement similaire au manartisanat, et Yu Ilhan comprenait cet art mieux que par le passé.

Changer une arme déjà parfaite en la faisant progresser vers un royaume d’existence tout nouveau en y ajoutant le fragment d’une âme en parfaite harmonie ; libérer cette pensée dans cette arme afin d’extraire son potentiel jusqu’à ses limites absolues.

L’harmonie entre la lance et l’Orochi était naturellement parfaite. Il s’élança et se fixa dans chaque atome de l’arme sans hésiter, et à ce moment, la lance grogna en se tordant et en changeant de forme, comme si elle était composée de matière vivante.

Sa hampe devint plus longue, et la pointe se teinta de pourpre en s’aiguisant encore plus qu’avant. Et par-dessus tout, l’aura écrasante qu’elle dégageait désormais était totalement extraordinaire.

[Lance du Dragon à Huit Queues a été créée.]

[La compétence Enchantement d’âme est désormais de niveau 13. Vous pouvez exploiter la puissance d’une âme plus facilement.]

— Pfft.

— Kroaaaaaaaaar !!

Yu Ilhan tenta de se retenir, mais finit par éclater de rire. Et lorsqu’il le fit, l’Orochi désormais maître de la Lance du Dragon à Huit Queues, hurla comme pour le prévenir de ne pas rire de lui.

Comme on pouvait s’y attendre, il pouvait désormais comprendre un peu la signification du nom des armes.

Bien qu’il semblât que les options eurent disparu lorsque le nom fut compressé, la réalité était tout autre. Au lieu de ça, les options alpha, beta et gamme avaient fusionné en une seule option globale afin de créer un nom unique à ce nouvel artefact.

Si Yu Ilhan le désirait, il était capable de convertir leurs noms en quelque chose de bien plus long, comme il les avait toujours connus, mais il ne le voulait pas. Il respectait la volonté de l’Orochi de vouloir laisser une marque de son nom, et pouvait également voir les options que ce nom contenait.

[Lance du Dragon à Huit Queues.]

[Rang – Épique.]

[Puissance d’attaque – 7.000]

[Durabilité – 15.000 / 15.000]

[Restrictions d’utilisation – Dieu de la Mort possédant le pouvoir de manipuler les âmes.]

[Options]

[1. Les flammes pourpres peuvent être activées à volonté.]

[2. Peut attaquer après avoir séparé la pointe de la lance en huit.]

[3. Vaporise du poison lors de coups critiques.]

[4. L’efficacité de toutes les compétences augmente de 120% face aux Dragons.]

[Une existence de littérature a été recréée par un artisan qui commande les âmes. Lorsque la capacité de l’artisan à manipuler les âmes augmente, ainsi que lorsque les archives accumulées augmentent, l’arme évoluera.]

— Bien, le deuxième artefact épique, se satisfit-il.

Bien qu’il ne l’eût pas créé uniquement grâce à la forge et au manartisanat, il l’avait créé lui-même de bout en bout, et il avait donné naissance au deuxième artefact épique de ses propres mains. De plus, le fait qu’il pût évoluer rendait Yu Ilhan heureux.

La compétence qui amplifiait les compétences du Dieu de la Mort n’étaient plus, il considérait la perte mineure, l’amélioration de l’arme étant quelque chose qui touchait à son fondement. Il se sentait bien, il avait l’impression que l’arme avait trouvé sa voie.

— Devrais-je les contacter maintenant ? s’interrogea-t-il. Ils doivent être endormis, si rien ne se passe, n’est-ce pas ?

— Tu comptes leur fabriquer des armes après leur avoir envoyé un message, n’est-ce pas ? commenta Herta.

— Encore une fois, arrête de lire dans mes pensées.

Il était déjà presque une heure du matin. Si elle dormait, il n’aurait pas été de bon ton de la réveiller. Yu Ilhan envoya un message à Kang Mirae, maîtresse du Clan du Dieu du Tonnerre, pour lui annoncer son retour sur Terre.

Cependant, le message fut lu instantanément, et il reçut un coup de fil presque aussitôt. Lorsqu’il décrocha, ses yeux s’écarquillèrent face au cri qui retentit à l’autre bout de la ligne. Kang Mirae.

— Monsieur Yu Ilhaaaan !

Et il réalisa que quelque chose s’était produit.

— Désolé de ne pas avoir pu répondre pendant quelques mois. Tu dois savoir de la part de Kang Hajin que je me suis rendu dans un monde aband…

— C’est ça ! le coupa-t-elle. Un monde abandonné !

Kang Mirae haussait rarement la voix à ce point. Yu Ilhan ne faisait que cligner des yeux, à chaque fois qu’il l’entendait. Et lorsqu’il reprit enfin ses esprits et fut sur le point de lui demander pourquoi elle était si excitée, elle le prit de court.

— Aujourd’hui ! cria-t-elle. Il y a seulement un moment, nous avons reçu la confirmation qu’un Donjon de Corée est connecté à un monde abandonné ! Nous en sommes déjà au point où il ne peut plus être scellé, il a fusionné avec la Terre et c’est le chaos le plus total ! Monsieur Yu Ilhan ! Il est vraiment miraculeux que vous ne soyez pas rentré trop tard !

Il ne parvint pas à répondre, pendant quelques instants, le temps de digérer l’information. Il ne put arriver qu’à une seule conclusion.

Hey, mon existence sur Terre crée-t-elle des problèmes ?

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 107
EER : Chapitre 109

Related Posts

6 thoughts on “EER : Chapitre 108

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com