EER : Chapitre 106 Bonus
EER : Chapitre 108

Jour 30/31 des soldes ! Plus qu’aujourd’hui et demain !
Je vous rappelle les termes du contrat :

MoL : 50 € / chapitre
EER : 25 € / chapitre

Chapitres en attente :

EER : 0
MoL : 1

 


 

Chapitre 107 – Mon âme vagabonde 8/9

 

Yu Ilhan confirma la quantité de viande et de sang de Dragon et hocha la tête d’un air convaincu. C’était comme si, à l’intérieur du seau, la viande qui ne pouvait être consommée crue se faisait assimiler par la circulation de mana par le biais du sang.

— Même les viandes impropres à la consommation pourraient l’être, si je fais comme ça, estima-t-il.

— Tu as prévu d’ouvrir un restaurant ? Chez Yu Ilhan, attention à ne pas vous empoisonner ? commenta Herta.

— Ma mère n’apprécierait-elle pas si j’en ouvrais un ? rebondit Yu Ilhan. Je peux fournir les approvisionnements. Oh, mais l’endroit d’origine pourrait être problématique. Il n’y a plus de Dragons sur Darus.

— Mais tu ne peux pas faire ça ! s’offusqua Herta.

—  C’est une blague, soupira Yu Ilhan, pourquoi te mets-tu en colère pour un simple restaurant, d’ailleurs ? Cela dit, je crois que ce ne sera pas trop mal de manger de la viande de Dragon, tu sais ?

— Elle est pleine de mana, approuva Herta. Elle pourrait même remplacer les potions…

Bien entendu, la cuisine était l’une des rares compétences que Yu Ilhan n’avait pas améliorées durant ce millénaire gelé. Elle progressait rapidement désormais, grâce au fait que Yu Ilhan fût capable de consommer de la viande et du sang indigestes grâce à sa résistance au poison et à celui que cuisiner du monstre donnait un bon paquet d’expérience. Et à bien y regarder, serait-il un jour capable de maîtriser la cuisine ? Il y avait tant à faire…

C’était fort possible. S’il commençait à cuisiner et consommer de la viande de Dragon, sa compétence allait exploser par monts et par vaux. C’était comique, mais réaliste : Yu Ilhan pourrait très bien devenir un maître cuisinier en apprenant l’art sur des monstres non-conventionnels.

— Je trouve que ça a l’air horrible, grimaça Herta.

— Les bons cuisiniers sont toujours bon, répliqua Liera. Cette viande a l’air bonne.

Liera salivait intensément, sans se préoccuper de Yumir, dans ses bras. Quelle ironie ! Herta se résolut à ne jamais montrer de viande de Dragon à ce petit bonhomme.

Et comme elle prenait ce genre de décision en secret, Yu Ilhan laissa la viande en pleine maturation pour s’en aller s’atteler à une autre tâche d’un air guilleret. Bien entendu, il allait maintenant dépecer.

Il était habitué à démanteler le corps des Dragons, et il lui fallut moins de deux minutes pour débiter entièrement et parfaitement celui qu’il venait d’entamer, récupérant même le sang.

Liera applaudit en le regardant faire, se disant qu’il y avait là plusieurs Yu Ilhan en train de bosser sur le même cadavre tant il allait vite. Herta, de son côté, songea à autre chose.

— Yu Ilhan, la dépouille de Lecidna est parmi les autres, n’est-ce pas ? demanda-t-elle sur un ton un peu craintif.

— Oui, acquiesça immédiatement Yu Ilhan. Elle est décédée sous la forme d’un oiseau doré, mais elle était redevenue un Dragon, la dernière fois que j’ai regardé.

C’était comme pour Karrows, qui avait pris une forme elfique, et les Dragons immatures qui n’avaient pas encore totalement pris leurs apparences d’adultes. Nouveau-né ou ancien et puissant Dragon, ils reprenaient leur forme naturelle après leur mort.

— Je te le dis juste au cas où, mais…

— Je l’incinèrerai, la coupa Yu Ilhan. Lorsque Mir sera grand.

Herta le fixa, l’espace de deux secondes, le temps de digérer sa réaction.

— Tu me prends pour qui ? continua-t-il. Je viens juste de déclarer que je le reconnaissais comme mon fils. Crois-tu que je pourrai manquer de respect à sa mère ?

Herta réalisa enfin. La déclaration, le choix de Yu Ilhan n’était pas simplement à un niveau où il acceptait la réalité de la situation et faisait avec. Il considèrerait vraiment Yumir comme un membre de sa famille.

C’était presque pareil, mais pour Yu Ilhan, la différence était de taille.

— Comme tu fais parfois des trucs anormaux comme s’il ne s’agissait de rien… marmonna-t-elle pour sa défense.

Elle tentait malgré tout de comprendre Yu Ilhan et ses actions souvent insensées, et réalisait à chaque fois qu’elle est était toujours très loin, et c’était un sentiment tragique. Sentiment encore amplifié par Liera, qui riait à ses côtés.

— Tu le savais déjà, n’est-ce pas ! grogna-t-elle à l’adresse de l’autre Ange.

— C’est pour ça que j’ai dit que je deviendrai sa mère, chuchota cette dernière avec le sourire.

Mais les pommes ne tombent jamais loin du pommier. Et les chiens ne font pas des chats. Et Herta ne savait quelle autre expression utiliser dans sa tête. Liera n’avait pas passé un millénaire en compagnie de Yu Ilhan sans rien en apprendre, après tout. Elle était vraiment éligible à la bénédiction du dieu de l’amour. Herta le reconnaissait.

Yu Ilhan n’eut aucune idée de ce qui se passait entre les deux Anges et continua son travail avec acharnement. Il lui restait un peu plus de trois cent corps dont il fallait s’occuper, et il les terminerait dans la journée, mais il y avait un problème : les Dragons de troisième classe.

Les draconiques qui n’étaient pas encore totalement considérés Dragons.

Même s’il en avait déjà utilisé un bon nombre lors de l’édification du nouvel empire des Elfes, il lui en restait encore trente mille ! TRENTE MILLE !

— À raison d’un toutes les vingt secondes, ça en fait trois par minute, calcula-t-il.

— Ça m’a l’air d’être presque impossible, raisonna Herta.

— Ce qui fait cent quatre-vingt par heure, quatre mille trois cent vingt par jour, continua Yu Ilhan, imperturbable. Ce qui me demandera douze jours, si je prends mon temps…

— Alors tu ne prévois pas de dormir, même pas une seconde ? s’étonna Liera.

Même s’il dépeçait les monstres sans s’arrêter, Yu Ilhan était en proie à un sentiment conflictuel. Honnêtement, il était surpris que rien ne se fût passé sur Terre en son absence, mais le futur serait-il toujours aussi clément ?

Bon, bien sûr, dans ce cas, Yu Ilhan pourrait alors se concentrer sur tout autre chose, ce qu’il voulait. Néanmoins, il jugeait avoir été bien trop chanceux d’avoir survécu à la rencontre d’une existence supérieure, d’avoir acquis tous ces cadavres de Dragons, et d’être rentré sain et sauf. Il allait très certainement être temps pour une péripétie indésirable et très contrariante, il le sentait.

— Il mène une vie si compliquée… le plaignit Liera.

— La ferme, vous deux.

Yu Ilhan repoussa ces idées à plus tard. Il ne lui servirait à rien de se déconcentrer pour l’heure, et il termina tout d’abord de s’occuper de la carcasse qu’il avait sous la main. Les Anges allaient observer cette fameuse danse, que Herta connaissait désormais bien, qui transformerait les Dragons en viande, peau, os, et tout ce qui s’en suivait.

Il était onze heure du matin lorsque Yu Ilhan était arrivé à son appartement avec les Elfes. Lorsqu’il eut fini de dépecer et trier les morceaux de Dragons de quatrième classe, il était déjà six heure du soir.

— Mir dort toujours ? demanda-t-il.

— Oui, confirma Liera en baissant les yeux sur lui. Il dort paisiblement.

Yu Ilhan, qui avait caressé avec effroi l’idée des pleurs et des couches à changer lorsqu’il avait reçu l’œuf, changea finalement d’avis pour le mieux : Yumur ne possédait que les bons côtés d’un enfant.

— Bien.

Il rangea ses outils de dépeçage et sortit des os et de la peau de Dragon. Les côtes et le crâne de Karrows, et les parties les plus solides de sa peau.

— Tu vas forger de l’équipement ? s’enquit Herta.

— Pour les Elfes. Je ne peux pas fournie de l’équipement de Dragon à tous comme je l’ai fait avec l’équipement draconique, mais il faut que j’équipe proprement les quatre que j’ai amenés ici.

Il se sentirait vraiment mal s’ils mourraient parce qu’il leur avait donné du matériel de qualité inférieure alors qu’ils avaient fait l’effort de le suivre à travers les mondes. Yu Ilhan était convaincu de cette vérité, mais Herta ne l’acceptait pas.

— Ils ne sont que de niveau 80 ! protesta-t-elle.

— J’ai également utilisé de l’équipement d’Orochi, au même niveau, nota Yu Ilhan.

— Tu es différent !

Il savait très bien ce qui inquiétait Herta. Si une personne utilisait de l’équipement trop bon par rapport à ses compétences, alors elle ne ferait que se reposer sur les possibilités offertes par l’armure, les armes, et les artefacts, et il deviendrait alors très compliqué de gagner des niveaux dans ses propres compétences.

Bon, évidemment, comme Yu Ilhan avait déjà le niveau maximum dans la plupart des siennes, elle ne s’en inquiétait pas le moins du monde, mais les Elfes… n’étaient pas lui. Leur plus haut niveau d’arts martiaux était 72 ! Il était déjà miraculeux qu’ils eussent vécu une si longue vie dans ces conditions, et pour Herta, ce ne serait pas suffisant.

— Je peux m’occuper des compétences qui leur font défaut, rappela Yu Ilhan.

Puisqu’il était doué avec à peu près toutes les armes, cette déclaration n’avait même pas un ton arrogant. Herta ne put que se résoudre à accepter qu’il avait raison.

Liera observait en silence, ne nourrissant pas la moindre intention d’intervenir. Pour une raison obscure, Herta perdait son sang-froid à tout bout de champ, ce jour-là… Cette dernière décida de ravaler son désir de lui répondre, et finit par l’observer en silence, elle aussi.

Yu Ilhan créa tout d’abord une armure résistante pour l’épéiste Mirey et le guerrier Jirl.

Il commença par des armures de cuir supposées être portées en-dessous de l’armure principale, avant de donner naissance à des armures de plates intégrales à base d’os de Dragons, dont les plates n’étaient autres que des écailles de Dragon. Il en découla des armures à même de tester l’endurance de celui qui tenterait de les percer.

Après quoi, il investit quelques pierres magiques de troisième classe et s’adonna au manartisanat. Les deux armures obtinrent le rang légendaire.

— …

Herta pinça les lèvres, mais résista.

— N’est-ce pas le moment où tu devrais faire un truc épique ? commenta Liera.

— Même les rangs légendaires sont les bienvenus au front, pour les Anges… ! craqua Herta, qui se sentit obligé de tenter quelque chose pour que ces deux-là reprissent conscience de la réalité.

Bien sûr, même sans le rang légendaire, il y avait de très grandes disparités entre les matériaux de base et le résultat du manartisanat, et les produits finis dépendaient directement de ces différences. En tous les cas, les deux armures légendaires créées par Yu Ilhan pouvaient être considérées comme des chefs-d’œuvre en la matière.

— Bien, décida-t-il. Finissons ainsi.

Et juste comme ça, il créa des vêtements de cuir pour l’archer Paté et la voleuse Phiria. Il voulut les jointures délicates et souples pour permettre des mouvements fluides, et la surface de l’armure collée à la peau tout en protégeant les parties vitales avec des écailles de Dragon.

Toutes deux furent de rang unique par il n’avait pas investi autant d’efforts que pour les deux armures précédentes, mais il ne pouvait pas faire mieux sans compromettre leur efficacité.

— Et maintenant, une épée longue, deux dagues, un bouclier et…

Un arc.

Il était confiant pour ça, au moins. Parce qu’il était devenu plus doué dans la production de balistes et parce que les élastiques fabriqués à partir des tendons de Karrows étaient encore plus impressionnants que ceux de l’Orochi.

Il se demanda pourquoi il en était ainsi, et réalisa que la Flamme Éternelle avait encore évolué après avoir consommé les restes de l’œuf dont Yumir était né. Peut-être à cause de ça, tous les produits issus de Dragons semblaient être bénis d’une qualité nouvelle.

— Et elle ne m’a même pas demandé si je voulais l’œuf… En secret… maugréa-t-il.

Et la Flamme se léchait les babines – virtuellement, il pouvait le sentir – comme si elle se demandait ce qu’elle avait fait de mal. Il ne ferait que se fatiguer inutilement s’il s’énervait face à une entité magique qui ne pouvait même pas parler, aussi Yu Ilhan continua-t-il à travailler, en se disant que c’était finalement une bonne chose et qu’il en bénéficierait sur le long terme.

Peut-être que la Flamme avait bien fait de dévorer la coquille de l’œuf. Peut-être était-ce à cause de ça que l’épée, les dagues et le bouclier devinrent des légendes.

Yu Ilhan qui venait de trier ces objets, se sentait heureux juste en les regardant. Il entreprit alors la fabrication de l’arc à partir des écailles noires souples et de l’élastique géant de Karrows.

— Ouaaah… Quelle merveille… commenta Liera.

— Yu Ilhan, tu ne fais pas de ton mieux juste parce que Paté a dit qu’il t’aimait, hein ? lança Herta.

— Je suis juste et droit, soupira Yu Ilhan. Tu ne le sais pas encore ?

Mais que pouvait-il y faire ? Ils étaient ses subordonnés, qui l’avaient suivi jusque chez lui en abandonnant leur monde et leur peuple. Il donna tout ce qu’il avait pour que l’arc fût ce qu’il pouvait être de mieux. Il se serait senti trop embarrassé si l’arme s’avérait être un rang unique, quand l’armure l’était déjà.

En utilisant uniquement ces deux matériaux, l’arc fut fini en deux heures. L’arme, qui était si noire qu’elle disparaissant lorsqu’on la plaçait dans les ténèbres, était d’une beauté à couper le souffle, au point que même Yu Ilhan son créateur, s’exclama lorsqu’il en vit le résultat final.

— Est-ce que j’ai trop bien fait ?! C’est une légende alors que je n’ai même pas encore utilisé de pierre magique…

— Alors donne-le lui ainsi ? proposa Herta.

— …Hors de question.

Ce fut le moment où son désir d’artisan s’embrasa d’un feu nouveau. La possibilité de voir un artefact de rang épique naître, issu du seul travail de Yu Ilhan.

— Yu Ilhan ? s’inquiéta Herta, en le voyant si intense.

— Bien, souffla-t-il.

Il était bon d’agir sans hésiter. Yu Ilhan sortit la pierre magique de quatrième classe que Karrows avait laissé derrière lui.

Digne d’une pierre magique appartenant à un Dragon maniant les malédictions, celle-ci émettait une aura noire et vicieuse, qui aurait même empêché Yu Ilhan de la tenir entre ses mains s’il n’était pas ultrarésistant aux malédictions.

— J’ai vendu un objet légendaire pour une grosse somme d’argent. Si je ne peux pas investir juste ça pour mes subordonnés, ça ne va pas le faire.

Il attrapa la pierre magique, fermement. De l’autre main, il se saisit de l’arc et ferma les yeux. Et il se concentra.

Quelle était la chose la plus importante pour un arc ?

L’élasticité de la corde et la flexibilité du corps ? S’il devenait un peu plus rigide, Yu Ilhan pourrait toujours être capable de l’utiliser, mais Paté ne parviendrait pas à en tirer la corde, même des deux mains.

La solidité ? Il faudrait à un Dragon une bonne heure pour briser ce machin. La fonction d’arme était déjà parfaite. Alors quoi ? Qu’est-ce qui pourrait le rendre encore plus parfait ?

Non. Pas ça. Tout ça, c’était faux !

— Bien sûr. C’est ça.

L’illumination lui vint d’un angle parfaitement imprévu, comme un crochet du droit.

Le fil de ses pensées était biaisé. Le manartisanat ne devait pas être un procédé servant à combler le manque d’un objet ! Mais comment pouvait-il seulement avoir pensé ça, en tant qu’artisan ?

La forge et le manartisanat étaient identiques, les deux faces d’une même pièce. Et en même temps, comme les deux faces d’une même pièce, ils étaient différents. Et il devait se concentrer sur la création d’un objet sans précédent grâce à la fusion de deux processus déjà parfaits.

L’arc était bien sûr déjà parfait. Il avait créé cette merveille avec tout ce qu’il avait, en tant que forgeron.

Maintenant, il n’avait plus qu’à créer un artefact parfait en utilisant les pouvoirs de la pierre magique à leur paroxysme, pas en tant que forgeron, mais en tant que manartisan !

Ainsi…

…L’unique pensée…

Vous pouvez fuir tant que vous le voulez…

…fit apparaître une lumière aveuglante. Une lumière obscure, noire, apparue d’une origine inconnue, enveloppa l’arc, la pierre magique, Yu Ilhan et tout l’atelier. Elle était si intense, si écrasante qu’elle aurait très bien pu couvrir le monde entier sans qu’il ne s’en rendît compte, l’espace d’une seconde.

[Trajectoire du Dieu de la Mort vient d’être créée.]

[La compétence Manartisanat est de niveau 50. Vous pouvez plus facilement extraire et utiliser les compétences des matériaux utilisés pour le manartisanat.]

Voilà qui était fait – Yu Ilhan garda le silence face à ce qu’il venait de faire naître. Il ouvrit les yeux et pu voir cet arc noir, qui avait quitté sa main, flotter dans les airs. La puissance magique qui coulait dans sa structure formait un équilibre parfait et surpassait les lois de la matière, juste parce qu’il existait.

— Quel dommage.

Yu Ilhan sourit amèrement face à ce trésor qui allait devenir un mythe des générations à venir. Tout en regardant l’équipement qu’il avait fabriqué jusqu’à présent, et spécialement l’artefact qu’il avait récemment créé.

— Aegis aurait pu devenir ainsi, si j’avais fait un pas de plus, réalisa-t-il. Et je n’ai pas pu trouver le bon sentiment à agripper.

— Mais il a toujours la possibilité d’évoluer, ne l’oublier pas, lui rappela Herta. Aegis deviendra tel que cet arc, avec le temps.

— Vraiment magnifique, murmura Liera. Il va être donné à un simple Elfe… C’est si douloureux !

Humain et Anges en étaient déjà certains, avant même d’en avoir observé les caractéristiques. Cet artefact était le summum de ce qu’avait fabriqué Yu Ilhan, et allait le rester dans un futur à plus ou moins long terme.

Ils savaient tous trois que ce n’était pas un objet que l’on pouvait imaginer et fabriquer sur un caprice, avec les matériaux du jour, les pierres magiques et le forgeron banal. Il fallait de l’inspiration, de la concentration, et la volonté. Il fallait que tout fût parfait jusqu’au corps de Yu Ilhan.

— Les pensées de Karrows, en plus de ça, et ça serait vraiment le top.

— C’est impossible, l’arrêta Herta. Tu viens à peine d’acquérir Enchantement de l’âme, et par-dessus tout, cet Elfe ne serait pas capable de supporter les pensées de ce Dragon.

— Non. Le souci, c’est qu’Orochi a déjà dévoré les pensées de Karrows.

— …

À bien y repenser, il n’avait pas encore déplacé Orochi dans la lance. Yu Ilhan cocha une marque de plus sur le calendrier en son cœur, et se saisit délicatement du trésor qui flottait devant lui.

[Trajectoire du Dieu de la Mort]

[Rang – Épique]

[Attaque – 7.400]

[Durabilité – 12.500/12.500]

[Restrictions d’utilisation – Troisième classe de catégorie archer. Force et agilité supérieurs à 250]

[Options]

[1. Toutes les flèches sont imprégnées d’une puissante malédiction.]
[2. Précision absolue.]
[3. Un coup critique est automatiquement appliqué lors du troisième tir sur la même cible.]
[4. Commande les décédés en les changeant en morts-vivants, qui disparaîtront lorsque la magie aura quitté leur corps.]

[Un forgeron dont les talents sont à même de tordre et abattre les archives par sa simple existence a créé cette pièce maîtresse, artefact parfaitement digne d’accompagner un héros légendaire. Cette arme sera enregistrée dans l’Histoire des mondes.]

Vraiment… Une chimère venait de naître.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 106 Bonus
EER : Chapitre 108

Related Posts

8 thoughts on “EER : Chapitre 107

  1. Yu Ilhan est Grid ???
    EER est Overgeared ???
    On continue l’histoire de l’homme OP….
    Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com