EER : Chapitre 114
EER : Chapitre 116 (le vrai 116, cette fois hein)

Chapitre 115 – Je suis le Maître de vos Vies 7/8

 

— Kroooaaaaar !

— Kohak !

[Vous avez reçu 12.019.283 points d’expérience.]

[Vous avez…

Le chaos régnait à nouveau sur le champ de bataille. Des centaines de loups, peu importât leur affiliation, continuaient de mourir à la seconde. Le temps qu’il fallut pour que des centaines devinssent des milliers, puis des dizaines de milliers… Yu Ilhan eut le temps de soupirer.

— Ah… Ahahhhhh !

— Q… Quesad ! Même Quesad est mort ! On ne peut pas le tuer ! hurlaient les survivants.

Tous les corps entraient immédiatement dans l’inventaire de Yu Ilhan, sans même avoir le temps de totalement être broyés par les lances, et tout ce qu’il restait sur les plaines blanchies par la neige étaient les traces de sang et les empreintes. Yu Ilhan utilisait ce décor blanc comme une immense toile, peignant à sa guise, les lances autant de pinceaux au rouge infini. Il donnait naissance à un chef d’œuvre de dévastation.

— Ah, merde… Quelle migraine… se plaignit Yu Ilhan.

— Tu as vraiment un sens de l’orientation et de la reconnaissance de l’espace hors du commun, commenta Herta. Je pense que tu te débrouillerais bien avec la magie, également.

— C’est assez, trancha-t-il. P…

— Arrête-toi tout de suite ! le coupa Herta, net.

Comme il avait commencé par tuer les plus faibles, il était maintenant difficile de trouver des loups de deuxième classe survivants. Ainsi, il devait changer de tactiques, et ce qu’il avait entreprit était plus singulier : il balançait plus de lances sur ceux qu’il ne pouvait pas achever en un coup.

Ce faisant, sa vitesse de mise à mort diminua, mais son camouflage ne se désactiva pas, et Dieu de la Mort était toujours actif. C’était d’une pierre deux coups, au final.

Yu Ilhan commençait à s’habituer à l’utilisation de son inventaire en situation de combat ; les loups de quatrième classe, témoins impuissants du massacre des leurs qui pleuvait de façon irrésistible, fondirent dans le désespoir et la rage.

— Flemir ! hurla l’un d’eux. Si tu n’avais pas tué Ikedka, nous aurions pu démembrer et déchiqueter ce satané humain !

— Tu n’es plus l’un des nôtres ! Même si tu tuais cet humain, nous n’en sortirions pas vainqueurs. Et puis…

Flemir ne pouvait pas trouver de cible pour évacuer sa colère, et se contenta de serrer les dents face aux DD-Loups qui grognaient à son encontre.

Il avait vu Quesad, le plus puissant des êtres de Kiroa, être facilement mis à mort par un vulgaire humain. Malgré le fait que ce fût uniquement possible grâce à l’aide de Kiana, qui l’avait sérieusement blessé au prix de sa vie, Flemir ne parvenait pas à accepter cette réalité insensée. Un humain ne pouvait pas tuer Quesad, même dans ces conditions !

Non, il aurait dû être totalement mis hors d’état de nuire lors de ce seul et unique coup de pied qu’il avait reçu dans le torse. Et puis, la lance qu’il avait précédé le dernier instant de Quesad… Honnêtement, il n’avait pas été capable de la discerner.

Cet humain avait un niveau de puissance inconcevable pour un humain. C’était comme si sa race n’était pas la même que celle des humains qui avaient un jour vécu sur Kiroa…

Père d’un Dragon… Il peut le prétendre, oui.

Flemir ferma les yeux. Il savait déjà ce qui avait mal tourné, pour que tout devînt ainsi.

Demander une alliance avec les humains de la Terre ? Tenter de tromper cet humain-là ? Pah !

Non. Non, à partir du moment où ils avaient décidé d’utiliser la Terre pour se sauver, cette fin était déjà gravée dans le marbre.

Que pouvait-il y faire ? Que devait-il faire ? La princesse était-elle en sécurité ? Peut-être que les autres humains tuaient les loups noirs qui passaient la porte, comme le faisait ce type extravagant ? Flemir lui-même serait-il capable de survivre à ça ?

Des questions galopaient dans son esprit, et le désespoir avait pris racine en son cœur. Pendant ce temps, un très léger bruit se fit entendre à ses côtés.

— KKaaaaaak !

Tournant la tête par réflexe, il fut témoin d’une scène difficile à avaler ; le coup d’un des DD-Loups survivants venait de se faire trancher, et son corps venait de tomber au sol de façon pitoyable. Il y avait là également cet humain, cette incarnation de la mort elle-même, qui n’avait pas pu maintenir son invisibilité face à cette dernière victime, à cause de l’absence de coup critique.

Mais ce loup rendit l’âme aussitôt, plusieurs blessures d’une arme impossible à voir apparaissant çà et là sur son corps et le saignant à blanc.

[Vous avez reçu 820.224.008 points d’expérience.]

— Huaaaaaah !

Avec ça, il ne restait que deux des loups de quatrième classe – Yu Ilhan venait de les compter en murmurant, tout en rétractant sa lance intraçable. Le loup se trouvant aux côtés de Flemir, devenu totalement fou, se rua vers lui en hurlant comme un demeuré.

— Kuaaaaaa !

— N’essaye même pas ! rétorqua soudain Yu Ilhan.

— Kyaoooooooh !

Yu Ilhan leva sa lance, mais comme si son ennemi avait prédit le mouvement, il se changea immédiatement en loup depuis sa forme humanoïde, et la lance frôla sa fourrure.

— Alors, ils savent se changer à nouveau en loups ! s’écria Herta.

— Tu dois être siiiiii contente d’avoir appris quelque chose de nouveau, hein ? ironisa Yu Ilhan.

 

Sans hésiter une seule seconde, il tendit sa lance une fois de plus. Elle toucha sa cible, mais ce n’était pas du tout suffisant pour lui infliger une blessure fatale, et le loup n’essaya même pas de riposter, se contentant de disparaître dans le Portail, une lance plantée dans le cul.

— Mais quoi ? s’offusqua Yu Ilhan. Ce type est vraiment un monstre de quatrième classe ??

— …C’est aussi la première fois que je vois une créature de ce niveau aussi éhontée… balbutia Herta.

Yu Ilhan songea à le poursuivre, mais à bien repenser à ce qu’il avait dicté à l’Impératrice, il secoua la tête. Si elle utilisait ses lances géantes, elle aurait toutes les opportunités possibles pour le tuer. De plus, comme il lui avait logé son arme là où ça faisait un bien fou – ou pas, elle ne manquerait pas une occasion pareille.

Et puis, il était temps pour l’humanité de s’essayer à la chasse d’un monstre de quatrième classe. Yu Ilhan ne pouvait pas les protéger pour toujours ! Seulement lorsque les humains souffraient, le projet de Yu Ilhan visant à les renforcer avait un sens !

— Et puis…

Tandis qu’il tuait les loups qui cherchaient à traverser le Portail tout en collectant ses lances, il s’adressa à Flemir.

— Pourquoi ne les suis-tu pas ? Tu as une raison de le faire, n’est-ce pas ?

Même si le fait de réfléchir à plusieurs choses à la fois avait actuellement un impact sérieux sur son cerveau, son expression resta froide et sévère, dénuée de toute ride. Comme il avait appris à lire plusieurs livres à la fois afin de les terminer plus rapidement, peut-être que son corps s’était habitué à diviser son attention de la sorte…

— Quelle méthode idiote, d’ailleurs… commenta Herta pour elle-même.

— Je t’ai déjà dit de ne pas lire mes pensées, lâcha Yu Ilhan, d’un air tranchant.

Et comme leur dispute était sur le point de commencer, Flemir ouvrit la bouche.

— Alors, après tout, tu savais…

Des mots contenant une futilité vide d’émotions. Yu Ilhan hocha naturellement la tête, et plus d’une centaine de loups rendirent l’âme pendant ce temps.

— Tu penses que j’ai du soja dans la caboche ?

— …Je suis désolé.

— Tu n’as pas à l’être. Je peux simplement tous les tuer.

Il secoua la main une fois de plus, et une fois de plus, un baptême aérien vint à la rencontre des survivants. Ces derniers n’étant plus composés que de l’élite, ceux qui se firent tuer par la pluie de lances ne représentèrent qu’un petit dixième de la masse. À chaque averse, une dizaine de loups mourraient.

— Eii !

Ayant calculé le délai de son contrôle et les résultats réels de sa connexion à son inventaire après une utilisation continue, Yu Ilhan arrosait désormais les lieux de dizaines de lances en plus petits régiments, plus rapides et serrés.

— Kyaooooh !

Même les monstres ayant auparavant esquivé la mort ne pouvaient plus continuer, comme si les projectiles avaient lu leurs mouvements. Les loups de troisième classe qui avaient compris le truc pour rester en vie entre les averses mortelles firent face à une nouvelle crise mortelle inévitable, cette fois. Il ne restait que moins de vingt milles ennemis dispersés çà et là.

— Aah, cette méthode de mise à mort horrible est de plus en plus développée… se plaignit Herta.

Malgré son désespoir apparent et probablement feint, Yu Ilhan ne lui accorda pas de prévision d’accalmie ; la météo n’allait pas être au beau fixe de sitôt. Les monstres continuaient de rendre l’âme où que l’on pouvait regarder.

Le camouflage de Yu Ilhan avait pris fin depuis belle lurette, mais personne ne songeait à l’attaquer. Ils n’avaient que le temps de se tordre inutilement en tentant de se ruer vers la porte du donjon afin de se sauver en vie.

Pendant ce temps, un délicieux message apparut sur la rétine de notre héros.

[Vous êtes désormais de niveau 140.]
[Force +2]
[Agilité +1]
[Santé +1]
[Magie +1]

— Ouais !

Sentant ses statistiques s’élever légèrement, Yu Ilhan était aux anges.

Il se sentait vraiment frustré. Il avait dégommé, rasé, fauché des loups par centaines de milliers, des monstres qui combattaient avec le destin de leur monde sur les épaules, et il n’avait gagné que trois niveaux ! Bien sûr, contrairement à Darus, tout le monde était faible ici, et il l’avait fait en moins d’une journée, mais quand même !

En revanche, au moment où ses bras s’apprêtaient à s’élancer vers le ciel pour proférer une joie évidente, Flemir se plaqua au sol.

— Pardon ! Pardon ! Nous implorons !

— ‘n à foutre.

— Je ne peux pas laisser mon peuple, ma race, s’éteindre ainsi ! Je t’en prie !

— ‘n à foutre.

N’était-ce pas trop différent des Dragons avec qui il s’était allié, et les Elfes qui le servaient de façon dévouée ? En premier lieu, ces loups avaient exterminé les humains de leur propre chef, même si l’Armée du Démon de la Destruction tirait les ficelles.

Et quel que fût le camp auquel ils appartenaient, ils avaient choisi la Terre comme nouvelle proie. Deuxième péché. Exécution demandée.

Et par-dessus tout,

— Pourquoi diable devrais-je te croire ?

—Il y a un moyen ! cria un autre loup.

En entendant cette voix féminine, Yu Ilhan tourna la tête, confus et curieux, et aperçut une femme aux longs cheveux noirs.

Enfin, une femme… si l’on oubliait les oreilles noires et touffues qui pointaient au sommet de sa tête.

Malgré l’armure de cuir et de métal, sa silhouette voluptueuse ne pouvait faire fausse impression ; spécialement autour de la poitrine, compressée par trop de couches d’armure.

— P… Princesse ?! Comment !

— Je suis venue moi-même, Flemir, répondit-elle calmement.

— Pourquoi !!

De la façon dont Flemir, qui avait un jeu d’acteur déplorable, parlait à sa princesse, l’air paniqué, il semblait qu’elle était bien celle qu’ils prétendaient. Et la façon dont elle avait annoncé être venue d’elle-même signifiait clairement qu’elle était allée sur Terre avant de revenir sur Kiroa.

Cependant… Yu Ilhan se posait quelques questions.

— Il n’y avait que des loups, de l’autre côté, pourtant… murmura-t-il. Seul Flemir était… humanoïde.

— Parmi mon peuple, expliqua la princesse, ceux qui ont reçu le baptême lunaire peuvent changer de forme à volonté entre ces deux apparences. J’en fais partie.

Yu Ilhan reconnut son erreur. Il avait jugé que puisque les loups de quatrième classe avaient tous forme humaine, il s’agissait là d’une fatalité, alors qu’il ne s’agissait visiblement que d’un choix.

Ce n’était pas qu’eux uniquement le pouvaient, mais plutôt qu’il y avait une plus forte probabilité de gagner cette fameuse quatrième classe après avoir acquis cette capacité de métamorphose, grâce au baptême lunaire.

— Alors, pourquoi être revenu en sachant que ce monde est plus dangereux ?

— J’ai compris une chose, après avoir vu à la fois mes alliés et mes ennemis tentés par l’Armée du Démon de la Destruction revenir apeurés depuis l’autre côté. Et j’ai pu en être certaine après avoir vu Melod… cette pauvre louve passée dans le camp de l’ennemi, se ruer ici depuis la Terre, comme si elle fuyait quelque chose. J’ai compris que vous humains étiez enragés et décidés à nous détruire.

Peut-être parce qu’elle était de la royauté, mais sa tête semblait mieux fonctionner que celle de Flemir. Et puis, elle était revenue sur Kiroa alors qu’elle était supposée se planquer sur Terre, de l’autre côté, car elle avait vu l’extinction imminente de son peuple et désirait prévenir cette finalité par tous les moyens.

Pour une noble, elle avait un sacrément bon sens des responsabilités, alors qu’il ne restait qu’un tiers de sa race.

— Il y a d’autre royaux, n’est-ce pas ? demanda Yu Ilhan.

— Aucun, répondit-elle en secouant la tête. Je suis la dernière.

— Vraiment ?

Yu Ilhan leva la main. Au même moment, Flemir baissa la tête de façon désespérée.

— S’il te plaît ! hurla-t-il d’un seul coup. Laisse la princesse en vie ! Je ferai ce que tu veux !

— Nan, c’est bon, rétorqua Yu Ilhan. Je n’ai besoin d’aucun d’entre vous.

— Que dirais-tu des loups survivants ?! Tu peux régner sur tous les loups !

Cette fois, le cri venait de la princesse. Un tel grand cœur. Yu Ilhan se mit à rire à nouveau.

— Je ne peux pas te croire, et je n’ai pas besoin de ton peuple.

— Je ferai en sorte que tu me croies ! rétorqua-t-elle. Et il arrivera définitivement un jour où notre aide te sera précieuse !

Comme s’il y répondait, Yu Ilhan claqua des doigts. Les mots de la princesse étaient trop emplis de confiance. Des centaines de lances apparurent à nouveau, mais cette fois, pour ne pleuvoir que sur les loups rouges.

— Aah.

Témoin de la scène, la princesse soupira de soulagement. Cependant, un autre claquement de doigts de celui qui avait pouvoir de vie ou de mort sur elle la sortit de sa rêverie.

— Et ? Comment vas-tu faire pour me convaincre ?

—J… J’ai entendu les Elfes parler entre eux, avoua-t-elle. De… De l’autre côté. Je sais que tu possèdes la compétence Commandement.

Yu Ilhan jura et pesta dans son cœur. Pourquoi ces imbéciles se mettaient-ils à parler de ça sans raison ?!

— Si tu poses un commandement avec ma vie comme prix, alors mon peuple n’aura d’autre choix que d’obéir.

En entendant ces mots, Yu Ilhan se surprit à réfléchir.

Il avait l’impression d’avoir déjà vu ce scénario quelque part…

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 114
EER : Chapitre 116 (le vrai 116, cette fois hein)

Related Posts

3 thoughts on “EER : Chapitre 115

  1. Merci pour le chapitre, content de voir le retour d’EER, il faut juste espérer que la malédiction ne frappe pas (et je refuse toute responsabilité pour l’avoir tentée ainsi)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com