EER Chapitre 5

EER Chapitre 4
EER Chapitre 6

Hop, bonus de la semaine dernière. Bonne lecture et à samedi pour le suivant ! Petite info importante : j’avais oublié de préciser l’effet du titre Solitaire Universel dans le précédent chapitre, c’est désormais corrigé : ça rend la compétence « dissimulation » passive.

 

 

Chapitre 5 : Vous ne me voyez pas ? 2/5

 

Yu Ilhan garda un moment la bouche ouverte, sidéré par ce qu’il venait de voir. Conformément à ce qu’il avait soupçonné d’après les propos de Lita sur la fenêtre de statut, la puissance des humains était désormais mesurée en terme de niveaux. Son entraînement lui avait bien servi, de manière aussi visible que sur son interface, et les bonus étaient plutôt bons à prendre. Ses attributs continueraient d’augmenter, tout comme sa magie.

Quelque chose pourtant, au milieu de ces bonnes nouvelles, le dérangeait. Il n’avait jamais appris l’art de la dissimulation, ce n’était pas un ninja, et que dire alors de ce titre ? Un certain Dieu se serait-il moqué de lui ?

Comment ça, la dissimulation devient passive ? Je suis dissimulé ? Ma vie est-elle si invisible ? Même dans l’univers entier, je resterai un solitaire ?!

C’est une profonde rage qui se mit à brûler en lui. Retrouver Lita n’était pas un objectif à sa mesure. Non, sa colère lui soufflait un objectif plus grand encore : défoncer les annales akashiques.

Qu’en était-il alors des compétences passives ? Si on se concentrait sur la définition des annales akashiques, ou en tous cas de ce qu’on en soupçonnait, les capacités et les connaissances d’un être devaient parfaitement y être renseignées. L’erreur humaine n’avait ici pas sa place, c’était un instrument universel quasi déique, comment était-il alors possible que sa compétence passive soit non-identifiable ?

C’est peut-être que ça n’a aucune référence de ce que j’ai appris, en dehors de mes aptitudes physiques… Après tout, mon entraînement a eu lieu pendant l’arrêt du temps, et les annales akashiques viennent seulement d’arriver. Ça se résoudra peut-être…

Son hypothèse semblait assez logique, mais il n’allait pas en apprendre plus en restant bêtement devant la porte.

Bon… Je rentre…

Au final, il accordait bien plus de confiance à ce qu’il avait accompli lui-même qu’à ces quelques lignes vertes apparues devant ses yeux. Peu importait ce qu’en disait son statut, rien ne l’empêcherait de se battre à la lance. Il ouvrit enfin la porte de chez lui, désireux de prendre une douche, quand une silhouette bien connue rencontra son champ visuel.

« Ah !»

Elle aussi, il l’avait oubliée… Seule cette onomatopée lui vint à l’esprit lorsqu’il repensa à sa famille, et à sa mère qui se tenait devant ses yeux.

« Mon fils ! Ilhan !»

Il avait été éloigné d’elle si longtemps que même sa photographie ne lui évoquait plus rien, et pourtant, son cœur se remémora tout à coup. C’était elle, cette petite femme de la cinquantaine, qui l’agita autant.

« Maman !»

Ils se sautèrent au cou et se mirent à pleurer ensemble comme deux enfants. Son père finit par arriver, et la faim les assaillant, elle commença à cuisiner. Il n’en savait rien, mais il avait reçu des repas de Lita pendant précisément mille années sans jamais la voir cuisinier. La scène le toucha. L’odeur du riz, le son du couteau sur la planche, de l’huile qui grésillait dans la poêle… Ah, comme toutes ces sensations avaient pu lui manquer.

« Merci pour le repas !»

La maison retrouva le calme, encore que de nombreuses questions torturaient la petite famille. Les plats qu’elle cuisina n’étaient pas terriens.

« Où est-ce qu’on t’a envoyé, mon petit chéri ? Moi, j’ai été dans un monde appelé Yomin avec les voisins. » lui dit sa mère.

« Hmm, un monde sans nom…»

À quoi pouvait bien servir de les inquiéter davantage ? La situation était bien assez spéciale sans en ajouter, d’autant plus que suite à sa mutation, son volume musculaire avait récupéré une taille similaire à celui qu’il avait avant son abandon, et même si sa force était colossale, mentir à ce sujet s’avérait chose aisée. Le père de Yu Ilhan, Yu Yonghan, s’exprima soudainement pour briser le malaise qu’il sentit poindre son nez.

« Heishia était un monde parfait en tout point, sinon pour l’absence de riz… Bon, et puis il me faut bien reconnaître que je m’en sors pas trop avec cette histoire de mana. Je vais sûrement m’habituer, mais je pense qu’il vaut mieux que je me tienne loin des monstres, haha !»

« Je suis bien d’accord, répondit sa mère Kim Yesul, ils ont amené aussi bien les vieux, les femmes enceintes que les nouveaux-nés… Ils les ont fait souffrir pendant dix ans, et tout ça pour quoi ? Ils auraient mieux fait de se contenter des jeunes hommes…»

« Bah, pour eux utiliser le moyen le plus efficace de procéder irait contre la notion d’équilibre dans l’univers. » lâcha Yu Ilhan entre deux bouchées.

Aussitôt, son père et sa mère tournèrent des yeux surpris vers lui. Sans doute faire référence aux propos de Lita n’était-il pas le plus intelligent choix qu’il avait pu observer de sa vie. Cette même vie qu’il avait passée le plus honnêtement du monde, sans jamais mentir, mais il avait désormais bien trop de choses à cacher. Il devrait mesurer chacun de ses propos.

« Enfin, ce que je veux dire, c’est que c’est sûrement comme ça. »

« Équilibre, efficacité… Au diable tout ça, je dis. Moi, l’idée de faire souffrir des gens pendant 10 ans ça me fait grincer des dents. »

« Bon, du coup tu vas peut-être pouvoir arrêter de grincer des dents maintenant que tu as pu t’exprimer ? Moi c’est de t’entendre grincer des dents qui me fait grincer des dents !» cria sa mère.

Ils se calmèrent et finirent le repas.

« Et toi, mon fils ? Tu pourrais tuer des monstres si tu t’en sors bien avec le mana, hein ? J’ai discuté avec les autres femmes, elles disent que les tueurs de monstres sont très riches !»

« Arrête, Yesul, s’opposa son père, les gens qui sont doués dans ce domaine ne se croisent pas à tous les coins de rue. Ces fameux monstres, ou quoi que représentent ces saloperies, sont dangereux. C’est à l’État de s’occuper de ça. »

« C’est une blague ?! Leurs carcasses valent des centaines de milliers de won, il faut en profiter !»

Rien n’était plus étrange aux yeux de Yu Ilhan que d’entendre ses parents parler comme s’ils étaient dans un jeu de rôle… Il se sentit à nouveau esseulé.

L’humanité est revenue, mais je suis toujours aussi seul… La vie n’a pas changé. Au moins, j’en sais plus que mes parents sur les monstres.

« Je ne sais pas me servir du mana. » lança-t-il pour tuer le sentiment de vide.

« Eh bien, il va falloir travailler !» répondit son père en hochant de la tête.

« Ah, je m’en doutais… On ne peut pas gagner contre les gènes. »

Ses parents acceptèrent l’idée sans sourciller, ce qui ne manqua pas de le décourager. À leurs yeux, leur fils n’était qu’un jeune adulte qui passait son temps sur ses jeux vidéos ou dans ses livres et qui détestait par dessus tout le sport. Ainsi, l’idée même qu’il puisse maîtriser le mana et chasser des monstres leur était surréaliste.

« On écoutera l’annonce du gouvernement, on devrait en savoir plus vers 21 heures. »

« On ne peut pas leur faire confiance… Que se passera-t-il si un monstre apparaît dans le voisinage ? Il faudrait déménager, aller dans le quartier d’un utilisateur puissant !»

« Mais non, tout ira bien Yonghan. Par contre ne va pas au travail demain. »

« Eh, ce n’est pas comme si j’avais le choix. La boîte n’arrête pas de m’appeler, regarde, 12 appels en absence, si je n’y vais pas ils auront ma tête. »

« Ne dis pas des choses pareilles, je t’en prie ! Pas devant notre fils !»

Ils reprenaient leurs petites habitudes. 10 ans de séparation n’eurent pas raison de leurs chamailleries de vieux couple, ce qui rassura un peu Yu Ilhan. Il remonta alors dans sa chambre afin de leur laisser leur tranquillité. Peut-être allait-il finalement avoir un petit frère ? Ou une petite sœur… Toutefois, pour l’heure, il désirait surtout en apprendre davantage sur la situation, lorsqu’il vit quelque chose qui le secoua tout entier.

« Qu’est-ce qu’elle fout là… ?»

Était-ce une nouvelle blague de Dieu, ou le souhait de Lita ? Posée au sol et drapée d’un linge blanc se trouvait une lance. Sa lance. Il ferma par réflexe la porte de sa chambre, comment ses parents auraient-ils réagi en le voyant en compagnie d’une telle arme ?

« Mais je comprends pas… Pourquoi ?»

Tout avait pourtant été retourné à son état initial ? Sa lance semblait pourtant constituer une exception, et même si les causes ne lui apparaissaient pas comme évidentes, c’était une excellente chose. Il avait eu l’intention d’en fabriquer une nouvelle dès la fin du changement, mais Dieu l’en avait préservé.

Lance de métal de Yu Ilhan
Rang : Unique
Puissance d’attaque : 800
Durabilité : 500/500
Un miracle de l’artisanat, cette lance a été façonnée par des mains humaines et avec une technique qui la rend aussi résistante que les os d’un monstre de classe moyenne.

« C’est bien beau tout ça, mais comment est-ce que je fais pour savoir si c’est puissant 800 ?»

Malgré tout, la description de l’objet ne laissait qu’assez peu de doutes sur son utilité dans les premiers temps, jusqu’à ce qu’il obtienne des matériaux plus raffinés. Il la rangea dans son armoire, un peu dépité de constater que s’il existait de la magie et des fenêtres de statut, il n’en était pas de même pour les inventaires.

« Bon, je vais me lancer…»

Le retour de l’humanité et l’Apocalypse, comme on nommait ce changement, avaient eu lieu en même temps. Du reste, si l’humanité avait été séparée, elle devait à présent s’unifier pour s’adapter à cette nouvelle réalité. Des tonnes d’informations devaient déjà circuler à ce sujet, aussi internet allait-il sans doute répondre à ces questions. Il était familier de l’outil et savait qu’il constituait la plus vaste source de connaissances.

Ah, enfin, du nouveau texte !

Sur son petit ordinateur portable, il vit enfin sa page d’index ponctuée de nouvelles informations. Tout avait changé, c’était pour lui comme découvrir quelque chose de tout nouveau. Christophe Colomb s’était-il senti ainsi en découvrant le nouveau monde ? Yu Ilhan, lui aussi, se vit comme un capitaine, chargé de naviguer sur les océans inconnus de l’information. Il en fit ainsi pendant plus de 4 heures avant d’enfin détacher les yeux de son écran.

Quantité d’informations avaient défilé devant ses yeux, d’aucunes parfaitement contradictoires, mais fort de plusieurs siècles de lecture, il y voyait plutôt clair, aussi bien dans les paroles des journalistes que celles des hommes politiques, et en tira une conclusions sans équivoque.

Il y a beaucoup trop de menteurs.

Certains, moins professionnels, racontaient même qu’ils avaient tué un dragon et fait de la princesse leur esclave sexuelle, d’autres qu’ils étaient devenus rois de mondes disparus… Ce type de billevesées était trouvable partout, et toujours avec des descriptions aussi abracadabrantesques que d’imaginer un gobelin tuer un prince démoniaque.

Bon, si on essaie de rassembler les sources objectives…

Au sujet des niveaux, il y découvrit plusieurs éléments intéressants, qui pouvaient se découper en stades. Le premier d’entre eux, jusqu’au niveau 5, constituait celui du civil standard. À partir du niveau 7, on retrouvait les soldats, et au niveau 10 d’aucuns pouvaient espérer devenir épéistes, archers, mages et encore d’autres classes qui détermineraient leur fonction dans la société. C’était un peu comme devenir Capitaine…

Le second stade, au niveau 50, correspondait à l’évolution d’une classe, qui semblait séparer les puissants des faibles. Évoluer au niveau 50 n’était pas accessible à tous, seuls pouvaient prétendre y arriver ceux qui comprenaient parfaitement les annales akashiques. Pour progresser par delà ce stade, il leur fallait en plus progresser dans le travail d’une nouvelle classe. Les nobles ne commençaient à s’intéresser à eux qu’à partir du niveau 51.

Le troisième stade était quant à lui accessible dès l’obtention du niveau 100, qu’on pouvait voir comme une puissance similaire à celle de l’armée d’un pays. De surcroît, à partir de cet instant, prendre le moindre niveau devenait excessivement long et complexe. Certains s’en contentaient d’ailleurs.

Pourtant, il existait bien un quatrième stade, mais dont peu parlaient. On soupçonnait seulement l’existence de celui-ci en comparaison aux dragons, et on pouvait dès lors même aller jusqu’à imaginer qu’il existait un cinquième stade, et qui sait, peut-être même plus encore.

Le reste des informations s’avérait bien moins pertinent, aussi Yu Ilhan se concentra-t-il sur ses objectifs à court terme. Il devait dès le lendemain retourner à l’université comme si de rien n’était, le gouvernement ayant promis de mettre en place des mesures afin de protéger les civils et de leur assurer le retour à la vie de tous les jours de la manière la plus sécurisée possible. Pour ce faire, ils avaient annoncé la création d’un régiment spécial composé d’experts en mana résidant au sein d’un quartier de haute-sécurité anti-monstres. Ceci n’avait rien de très crédible…

La seule chose qui importe vraiment, c’est de me protéger moi.

C’était ça qui l’avait motivé à se préparer, il n’y avait aucune raison qu’il en eût été autrement maintenant. À quoi aurait bien pu lui servir d’aller à l’université quand il avait bien plus de connaissances que tous ses professeurs réunis ? Non, il fallait prendre une posture active et s’entraîner directement à l’emploi du mana.

« Pffff…»

L’humanité était toujours aussi décevante et pénible. À l’inverse, la douce et ravissante Lita l’avait toujours soutenu. Elle lui manquait.

« Lita, j’ai tellement envie de te voir…»

« Elle serait ravie de l’apprendre !»

Yu Ilhan se tourna tout à coup, l’air très alerte et prêt à bondir comme un tigre. Il vit cependant, par la fenêtre ouverte, un petit être ailé. Cette chose, sinon pour sa taille, ressemblait à s’y méprendre à Lita.

« Je suis là pour vous apprendre à vous adapter au mana, je suis…»

« En pleine violation de propriété ?»

« Un ange. Mon nom est Herta. »

Les anges étaient-ils donc tous si malpolis ?

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

EER Chapitre 4
EER Chapitre 6

10 Commentaires

  1. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre !! Et voilà un deuxième ange !! J’ai hâte voir comment va évoluer la suite !!

    Répondre
  2. Newkan

    La fin a eu raison de moi xD merci pour le chapitre , j’aime cette série

    Répondre
  3. guts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Gilgamesh

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. yann

    merci pour tes trads !

    Répondre
  7. Mirahau

    Merci pour le chap et hate de lire la suite

    Répondre
  8. Yoris

    Merci pour le chapitre 😉
    Herta … Comme le jambon ?^^

    Répondre
    1. Angel-vieur

      Le goût des choses simples 😀

      Répondre
      1. nikos74190

        j’ai pensé pareil

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com