EER Chapitre 77

EER Chapitre 76
EER Chapitre 78

Chapitre 77 : Puis vint enfin son tour 3/7

 

Ce fut cette fois le regard de Yu Ilhan qui se teinta de flammes.

– Tu cherches à me faire souffrir encore plus, c’est ça ?

– Mais, pas du tout ! C’est un artéfact superbe, tu ne te rends pas compte ? L’un des meilleurs de tous les cieux ! se justifia Herta.

Il soupira et inspecta une fois encore l’artéfact divin tout en réfléchissant à ses applications possibles.

– Attends voir… si personne ne peut y entrer, est-ce que ça éjecte aussi les monstres ? Je pourrais l’utiliser si je suis à deux doigts de mourir ? se corrigea-t-il.

– Ça y est, tu commences à comprendre… se satisfit Herta.

C’était une acquisition exceptionnelle. La restriction d’utilisation d’un lancement par mois l’ennuyait un peu, mais il venait d’acquérir un autre moyen de sauver sa propre vie. Face à Orochi, il avait déjà bien failli perdre plusieurs fois la vie. Avec sa malchance habituelle, fort y avait-il à parier que d’autres épreuves tout aussi dangereuses l’attendraient au tournant. Quelque chose, pourtant, l’ennuyait encore.

– Tu ne m’as pas donné ça par hasard, hein ? Je vais encore devoir sauver le monde ? soupira-t-il.

Les anges eux-mêmes ne savaient pas ce qui attendait la Terre, tout du moins ceux du bon côté de la barrière. C’était comme si on l’invitait à travailler dans son atelier deux mois durant…

– Tu ferais mieux de t’y mettre, Ilhan, lui répondit-elle en riant.

– Tout ça à cause de… à cause de qui, en fait ?

À l’expression que fit l’ange, elle n’en savait pas plus que lui. En grinçant un peu des dents, il rangea le sablier dans l’une de ses poches. L’idée de subir deux mois de solitude lui était un peu désagréable, mais d’un autre côté… il restait un solitaire.

– Herta, tu resteras avec moi quoi qu’il advienne.

– Hmm ?

Si lui ne s’inquiétait que de devoir passer deux mois entièrement seul et isolé même d’elle, elle comprit tout à fait autre chose. Son cœur se mit à battre la chamade, alors qu’il l’embarqua avec lui vers son atelier. À peine y entra-t-il qu’il activa l’artéfact et fit avec surprise le constat de sa puissance. La zone d’effet était bien plus large qu’il ne l’avait imaginée, aussi couvrait-elle l’intégralité de son atelier, soit tout un sous-sol du bâtiment de l’Avant-Garde.

– C’est la première fois que je ressens ça… le temps s’est réellement arrêté, fit Herta.

– Viens-là, plutôt… lui glissa-t-il.

– Je… ok, Ilhan. Tu as gagné.

Le son de la voix du jeune homme lui apparut soudainement plus mélodieux et plus doux. Ils partageaient un instant privilégié, loin du temps et de tous les regards. Personne ne pouvait les déranger. Le visage de Lita revint un instant la hanter, mais n’avait-elle pas affirmé elle-même que ce n’était pas un crime, si personne ne l’apprenait ? Alors, elle vint à sa rencontre, et… ne trouva en lieu et place de ses attentes qu’une armure et une lance défoncées.

– J’aurais dû m’en douter… grommela-t-elle.

– Ouep… c’est pire que ce que je pensais. C’est un miracle que ça ait tenu le coup aussi longtemps, mais je ne peux plus rien en faire.

Le vêtement qu’il portait en dessous n’était que de rang rare, mais l’état de son armure et de sa lance légendaires le rendit profondément triste. À en juger par l’expression que tirait Herta, elle était dans le même état.

– Ne t’inquiète pas, je vais essayer de les réparer. Je pourrais peut-être me servir des écailles et des os d’Orochi ? lui demanda-t-il, tout en s’efforçant de la rassurer.

Elle poussa un étrange soupir où semblaient se mêler la haine et le désespoir. Cette haine n’était que dirigée contre elle-même, qui s’en voulait d’avoir osé formuler des attentes envers cet être que Spira lui avait conseillé de fuir. Elle dut faire face à la réalité.

– Yu Ilhan, quel est le niveau de ta compétence de manartisanat ?

– 32, pourquoi ? s’étonna-t-il.

– Alors, ça devrait être possible. Je vais t’apprendre une technique dont tu risques fort de te servir à l’avenir.

Le regard du jeune lancier se fit passionné, là où celui d’Herta semblait perdre tout éclat à chaque seconde.

– Le manartisanat, c’est la capacité à éveiller le potentiel d’un objet. Que dirais-tu d’opérer la méthode inverse ?

– Comment ça ?

– Ce que je te propose, Ilhan, c’est d’extraire la capacité d’un objet.

Il eut un léger moment d’absence, en réfléchissant à la manière dont il pourrait bien procéder. Ce n’était pas comme injecter des valeurs et des intentions… En plus, Herta ne lui disait rien. Pour cause, il avait depuis longtemps rattrapé son propre niveau de manartisanat. La vérité, c’était qu’elle ne savait pas non plus comment s’y prendre.

– Donc, il faut ôter les capacités offertes par les options d’un objet, c’est bien ça ? voulut-il s’assurer.

– Oui, mais tu vas avoir besoin de pierres magiques.

Il était beaucoup trop risqué de commencer par son équipement le plus puissant, aussi se contenta-t-il pour l’heure d’expérimenter sur des armes de rang unique et quelques pierres magiques de deuxième classe.

– Nous avons deux mois, alors prends tout ton temps, tempéra Herta.

Mais à peine termina-t-elle sa tirade que déjà, une lueur bleutée fit son apparition. Du mana pur, sous la forme d’une substance d’un liquide non-newtonien s’écoula de la hache qu’il tenait de la main droite. Elle grimpa lentement mais sûrement sur son bras, traversa son buste et descendit jusqu’à son autre main et la pierre magique. Une nouvelle lueur se produisit.

– Je t’avais dit, de prendre ton temps ! le réprimanda-t-elle avec force.

– J’ai réussi, Herta, la calma-t-il aussitôt.

La hache, vidée de sa substance, se désagrégea en une fine poussière de métal. Ça, il s’en fichait. Ce qui l’intéressait, c’était le résultat sur la pierre magique.

Pierre magique de seconde classe Tyrannique de la Destruction
Option Alpha : Destruction : augmente la puissance d’attaque de l’arme.
Option Beta : Tyran : augmente les dégâts critiques.
Cette pierre magique possède deux options. Ses attributs pourront augmenter ou diminuer en fonction de l’artisan qui raffinera un objet avec son concours.

 

– Je me demandais si c’était comme quand le temps s’était arrêté sur Terre, mais on dirait que non. Les annales akashiques fonctionnent encore, observa-t-il.

– Il y a une différence entre divin et Dieu. Dis-moi plutôt la vérité. Tout ce temps, tu étais un dragon ? plaisanta-t-elle.

– Non, pourquoi ?

– Parce que les dragons sont naturellement doués dans l’utilisation du mana, tout comme toi.

Posséder un haut niveau en manartisanat ne signifiait pas nécessairement être doué. Les annales akashiques avaient un rôle à jouer dans le résultat final, mais moindre à celui de son créateur. Herta avait peine à croire qu’il ait pu réussir aussi simplement à maîtriser cette technique…

– Non, c’est juste que ça m’a fait penser au désenchantement dans les jeux vidéo. Du coup, ça a été assez simple à se représenter, se justifia-t-il.

– C’est une analyse assez juste, lui reconnut-elle. Ceux qui se spécialisent dans le manartisanat sont appelés les enchanteurs. Je n’avais encore jamais vu de forgeron-enchanteur…

– Et en plus, je peux utiliser du mana, maintenant !

– C’est vrai…

Les équipements qu’il créait étaient si exceptionnels qu’elle avait tendance à oublier le détail, mais il venait seulement d’apprendre à se servir du mana. Finalement, peut-être n’y avait-il rien de très surprenant à ce qu’il ait aussi simplement réussi à accomplir cette nouvelle tâche. Désormais, ses créations seraient plus exceptionnelles encore.

– Yu Ilhan, dépêche-toi d’acquérir une troisième classe. Et pense bien à choisir forgeron comme sous-classe !

– Compris… ne me regarde pas comme ça, tu me fous la trouille, Herta !

Dans l’idéal, mieux aurait-il même valu qu’il s’abstienne de créer quoi que ce soit avant d’avoir obtenu le niveau 100, mais il lui restait encore beaucoup de chemin à parcourir. Alors, pour l’heure, elle se contenta d’admirer son travail.

– Bon, eh bien on va commencer… fit-il.

Pour extraire les propriétés magiques d’un objet, il fallait absolument garder deux choses à l’esprit : l’objet en lui-même, et la pierre magique. Or, le vêtement complémentaire à son armure, l’armure et sa lance étaient des équipements spécialement conçus pour son propre usage. Dès lors, il souhaitait utiliser les meilleures pierres magiques à sa disposition. Il restait encore à créer de nouveaux équipements à l’aide de ses meilleurs matériaux, et pour ça, l’idéal était encore… de dépecer.

– Ne me dis pas que tu vas tout dépecer maintenant ?! se sidéra Herta.

– Tu sais ce que disent les vieux… sans travail, on n’obtient rien ! répondit-il en riant.

– Oui, eh bah tes vieux, tu te les gardes !

Son plan établi, il n’y avait plus une seule seconde à perdre. Il sortit son couteau et commença paisiblement à dépecer, à un rythme de plusieurs tonnes par minute…

– Et toi, petite flamme, tu vas avoir droit aux abats ! Miam miam !

L’intéressée se mit à danser comme si elle partageait son excitation. De toute manière, qu’elle l’ait ou non fait, c’était encore la meilleure manière de se débarrasser des parties non-exploitables des monstres. Rapidement, Yu Ilhan en vint à sortir un deuxième couteau et se mit à arracher, trancher et vider comme un fou furieux.

Rapidement, il développa une nouvelle technique et parvint à dépouiller les carcasses au sortir de la besace, avant de séparer les différentes parties en tas distincts. D’un côté les os, de l’autre la peau, les tendons, un peu de sang et de muscle par ici pour cuisiner, et enfin, d’un habile mouvement du pied, il offrait un repas sans cesse plus copieux à la flamme éternelle.

– Tu vas finir par attirer l’attention du dieu du dépeçage, à ce rythme… s’inquiéta Herta.

– Je le dépècerai aussi, t’en fais pas ! plaisanta-t-il.

– Fais pas comme si c’était cool, ça l’est pas du tout. Espèce de beauf !

Deux semaines plus tard, il déposa ses couteaux et vint réveiller Herta.

– J’ai terminé, lui dit-il.

– Hmm… tu veux me faire croire que tu as dépecé 100 000 monstres de deuxième classe en deux semaines ?

– Bah, tu sais, à un rythme de 7000 par jour ça va assez vite.

– Ok. Tu es officiellement le roi du dépeçage, lui reconnut Herta, d’humeur moqueuse.

– Mouais… je le serais si j’avais eu le dernier, mais je n’arrive à rien avec ces couteaux, se renfrogna-t-il.

L’identité du dernier en question était évidente. C’était le mutant de quatrième classe, Yamata-no-Orochi. Sans autre forme de procès, il balança ses deux fidèles couteaux dans le foyer et se saisit de deux énormes lames de boucher qui traînaient dans son sac.

– Tu ne vas quand même pas le dépecer ici, rassure-moi ?

– Pourquoi pas ? Si j’y vais doucement, ça ne craint rien, lui assura le roi du dépeçage.

Maintenant qu’il maîtrisait parfaitement les différentes options de sa besace, il était vrai qu’il ne courait aucun risque. Herta en vint d’ailleurs une nouvelle fois à regretter qu’elle et ses collègues lui aient offert une telle option, mais comme on disait en Corée, le bateau avait d’ores et déjà quitté le port…

– Allez hop !

Il fit sortir le corps du dragon petit à petit avant de commencer à trancher avec la patience d’un enfant de 4 ans, mais l’adresse d’un véritable maître.

– YAAAAAAAAAAAA !!!

– Même Lita aurait honte en te voyant faire… soupira Herta.

En dehors des parties blessées, le corps presque intact du monstre lui offrit quelque résistance, mais il parvint rapidement à comprendre la manipulation à opérer. Orochi n’était plus qu’un tas de viande, d’os et d’écailles, dont un dixième avait déjà été dépecé. Il plaça même son sang dans des containers.

– Je peux poster ça sur Youtube ? le provoqua-t-elle encore.

– Me parle pas, je suis concentré !

Faisant régulièrement appel à sa besace, il augmenta progressivement la cadence de ses gestes.

– Fait chier, je vois pas de pierre magique…

– Je ne vais pas en pleurer, c’est extrêmement dangereux une pierre magique de quatrième classe !

Herta commençait par contre à sincèrement le fatiguer. En quoi pouvait-elle être dangereuse, s’il l’utilisait sur son arme ? Enfin, les lames continuaient à frapper les écailles en produisant de formidables gerbes d’étincelles. C’était sans doute dû au fait qu’il avait aspiré le restant du pouvoir des 3 pièges de la destruction, mais même avec toute son habileté, Yu Ilhan avait de terribles difficultés à séparer les chairs des os. Sans sa force surhumaine, d’ailleurs, il n’y serait jamais parvenu.

– Mange, petite flamme !

Il lui envoya cette fois les parties les plus endommagées par ses attaques, dont il ne pouvait plus espérer rien tirer. La flamme prit aussitôt en intensité, comme grossissant les épaules, tout en manifestant son régal par de petits mouvements vifs. Bientôt, sa couleur bleutée laissa place à un doré des plus somptueux.

– Elle a encore évolué ?! s’enragea Herta.

– Mais pourquoi est-ce que tu t’énerves, encore ? s’étonna-t-il.

De plus en plus rapidement, des 7 têtes jusqu’à l’unique queue, Yu Ilhan dépeça jusqu’à atteindre la seule et unique partie qu’il ne pouvait pas dépecer.

Sakegari-no-tachi
Rang : Légendaire
Puissance d’attaque : 4444
Options :

– Augmente de 40 % la puissance d’attaque face à un draconique.

– S’enflamme lorsque du mana y est insufflé.

Durabilité : 5000 / 5000
Une arme créée à partir de l’énergie d’un monstre de quatrième classe, né des archives de la bête mythique japonaise, Yamata-no-Orochi. Aussi résistante que tranchante, elle ne dévoilera ses réelles capacités que face à un draconique.

 

Yu Ilhan se rappela enfin de la notification qu’il avait reçue en tuant Orochi. Il avait bien acquis un artéfact légendaire, mais avait très vite chassé le message de sorte à pouvoir continuer sa chasse. Il n’en était pour autant pas satisfait du tout.

– Elle est vraiment faiblarde, pour une épée de quatrième classe… et elle coupe que dalle, regarde ça ! Puis, t’as vu sa taille ? Est-ce que j’ai l’air de faire 5 mètres ? se plaignit-il en boucle.

– Et tu vas en faire une lance… soupira Herta.

– Je vais en faire une… eh !!!

– Vas-y, fais ta lance. T’as qu’à en faire une épique, pendant que tu y es, mais fous-moi la paix.

Sans trop comprendre ce qu’il lui arrivait, et le dépeçage terminé, il prit son marteau et commença le long travail de la forge.

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

EER Chapitre 76
EER Chapitre 78

14 Commentaires

  1. Newkan

    Pauvre herta x)

    Répondre
  2. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Vraiment, ce mec n’a aucune limite.

    Répondre
  3. Maître Ninja

    merci pour ce chap Nos, et j’espère que tu profite bien de tes vacances 😉

    Répondre
  4. JikanJikan

    Merci pour le chapitre et bonnes vacances…(non je ne vais pas le faire les belges sont cool…) Une fois!!!! T’in le cliché !
    En tout cas merci bcp !

    Répondre
  5. Cèlen

    Ha ha la pauvre petite ange frustré !!!

    Merci pour ce chapitre!!

    Répondre
  6. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Bon vacance a toi =P

    Répondre
  7. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  9. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. 4Help4Help

    Bonne vacances et bienvenu en Belgique ^^.
    Je te dit bonjour depuis Liège.

    Répondre
  12. Carlo zimbardo

    Bonne vacance.
    Voici un lecteur des plus assidu j’ai commencée il y a 4 jours cette magnifique lecture et je l’ai fortement apprécié.
    J’attend la suite avec hâte.
    Merci beaucoup pour le travail fournis.
    (petit coucou de Jemeppe, Liège)

    Répondre
  13. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  14. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Répondre à noname.exe Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com