LDO : Chapitre 25

LDO : Chapitre 24
LDO : Chapitre 26

Alors. Je vous souhaite donc la bienvenue pour un nouveau chapitre tout en cultivation.
Dans celui-ci non plus, il n’y aura pas de votes, et je vais vous faire un point sur la situation.

Vous n’avez sans doute pas manqué d’entendre parler des récents problèmes de ralentissements qu’a rencontré le site, et qui sont essentiellement dûs au côté admin / wordpress. Notre bonne et serviable personne, talentueuse de façon innée et qui s’occupe de tout ce qui touche à ça (à savoir Nostra, oui, je sais, ça casse toute la description d’un coup, hein ?) a pas mal trifouillé dans tout ça, désactivant le système des votes pendant les tests. Le temps que tout rentre dans l’ordre, j’ai décidé de proposer un nouveau chapitre “normal”.

Et le système habituel reprendra dès la semaine prochaine 🙂

 


 

Chapitre 25     Le début du travail

 

 

– Eh, Cheng Shun. Te voilà enfin, haha.

Il fronça les sourcils, comme pour me montrer qu’il n’était pas dupe à ma tentative.

– Osumba. Qu’est-ce que tu as fait ? Pourquoi n’as-tu pas ouvert la huitième porte Terrestre ?

– Euh, eh bien, tu vois, c’est un peu compliqué…

Je n’avais pas l’intention de lui révéler quoi que ce soit concernant le Qi temporel. J’avais appris à mes dépends qu’il profiterait de moi à la moindre occasion, et je ne voulais absolument pas lui laisser entrevoir que je possédais désormais un nouveau Qi, un Qi unique et convoité par le monde entier.

– Alors tu vois, il s’est passé ça… Comment dire…

– Arrête de tourner autour du pot ! As-tu réellement plongé dans le bassin ?!

Osumba. Invente n’importe quoi. Dis-lui la vérité concernant les différentes possibilités de ce bassin et de ses propriétés temporelles. Puis, invente n’importe quoi.

Il aurait pu me donner un conseil, ou me lancer sur une piste. Que devais-je lui dire ?

– Ce bassin ne fonctionne pas de la même manière pour tout le monde, tu sais. Tu as profité d’une accélération temporelle alors que pour moi, il s’est passé… hm… le contraire.

Il ne répondit pas immédiatement, cherchant à comprendre et digérer ce que je venais de lui dire. Cela dit, il me dévisageait, cherchant à comprendre jusqu’où je lui disais la vérité. Mais après tout, que pouvait-il y faire ? Il avait le résultat sous les yeux, et je pouvais aller plus loin dans mon explication.

– En réalité, il s’agit d’une ruine entourée de Qi temporel, mais celui-ci ne réagit pas de la même façon pour tout le monde. Toi, il t’a permis une espèce de compression temporelle, et tu as pu cultiver de façon accélérée. N’est-ce pas ?

Je lui parlais, levant le menton d’un air je-sais-tout et j’ai-tout-compris, alors que Zhou Xuefang était celui qui m’avait tout dit. Sans lui laisser le temps de répondre, je repris.

– Pour ma part, il a eu l’effet contraire. Lorsque j’ai ouvert la quatrième porte, elle s’est refermée, avalant à nouveau tout le Qi qu’elle avait libéré.

Je tenais là la bonne excuse.

– Ensuite, elle fut si compliquée à rouvrir que j’y ai passé plus de deux semaines ! J’ai réussi à me rapprocher de l’ouverture de la cinquième porte, mais… tout ça n’est pas à la hauteur de tes attentes, n’est-ce pas ?

Il se calma légèrement, les étincelles dans ses yeux s’éteignirent. J’étais certain qu’il flairait le mensonge, mais qu’il ne trouvait pas comment me le faire avouer. Soudain, son visage s’éclaira d’une lueur malsaine.

– Et comment connais-tu l’existence du Qi temporel, gamin ? C’est moi-même la première fois que j’en entends parler de cette façon. Comment, à ton âge, peux-tu posséder ce genre de connaissances ? N’es-tu pas en train d’essayer de gagner du temps concernant notre marché en progressant moins vite que prévu ?

Il avait mis le doigt sur quelque chose. Comment étais-je au courant ? Mais j’avais déjà une réponse toute faite.

– Quoi ? Tu n’en avais jamais entendu parler ? Êtes-vous tous des incultes, dans ce monde souterrain ? Là-haut, d’où je viens, les érudits le connaissent depuis longtemps. Même s’ils ne peuvent pas l’utiliser, ils le connaissent bel et bien et savent l’étudier.

– …

L’excuse du monde d’en haut. Ha ha, il ne pouvait plus réfuter mes arguments puisqu’il n’y était jamais allé. Prouver mon mensonge allait être sacrément plus difficile, désormais. Mais il avait parlé de marché, et je n’attendis pas qu’il réfléchisse pour rebondir sur le sujet.

– Mais en parlant de marché, où en est ta part ? As-tu trouvé pourquoi ces terres sont peuplées de morts-vivants, et pourquoi ils deviennent de plus en plus agressifs et intelligents, au point d’attaquer des villages et de les décimer de façon organisée ?

Comme je m’y attendais, il avait obtenu des résultats. Et évidemment, il allait s’en vanter, le faisant oublier ce problème de Qi temporel.

– Aaah… J’ai trouvé quelque chose !

Il m’adressa un énorme sourire, fier comme un lion. Je m’attendais presque à le voir rugir de plaisir ; mais bien au contraire, il se contenta de ricaner comme une hyène. De sa poche émergea un bout de papier qu’il me tendit.

– C’est quoi ?

– Une carte. Je l’ai dessinée moi-même. J’ai trouvé la source du mal, mais malheureusement, je n’ai pas pu m’en approcher. Il faut un Qi des ténèbres extrêmement puissant pour y parvenir… Peut-être plus que ce qu’il est possible de posséder.

– Quoi ?

– Abandonne, gamin. Même si tu atteignais le stade des Fondations, tu ne serais toujours pas assez puissant pour détruire cette barrière de ténèbres qui bloque la source. Je ne sais pas ce qu’il y a derrière, mais c’est définitivement inaccessible : on peut en sortir, mais pas y entrer. Je t’ai dessiné la carte parce que ça fait partie de notre marché, mais j’ai réellement fait de mon mieux.

Il disait vrai. Le marché qu’avait modifié Zhou Xuefang l’obligeait à m’aider jusqu’au bout ; s’il n’avait pas subi de contrecoup au niveau de son âme, ça signifiait bel et bien qu’il avait fait tout ce qu’il pouvait et que le reste ne dépendait pas de lui.

Il avait fait l’effort malgré ce qu’il avait initialement prévu dans son propre marché de l’âme. Je pouvais bien lui accorder ça. J’allais faire un effort moi-même, dans ce cas.

– …Mais je crois que je peux créer ton armée, désormais. Je vais aller plus vite que prévu.

Osumba ? Tu es sûr de ce que tu dis ?

Ignorant le vieux qui râlait dans mon ventre, je repris sur un ton sérieux.

– Grâce au Qi temporel de ce bassin, j’ai compris comment utiliser mon pouvoir plus rapidement et en utilisant moins de Qi. Alors tu ne seras pas perdant au change.

C’était faux, évidemment. Je savais le faire dès le départ. Mais il fallait que je trouve une excuse. Et il l’accepta avec joie, mensonge ou pas.

– Ah ? Magnifique ! Tout ça n’a pas été vain, dans ce cas ! Alors, rentrons !

Il porta les doigts à sa bouche et siffla un grand coup. Les deux monstres sur lesquels nous étions arrivés un mois plus tôt arrivèrent au galop, sortant de je ne savais où dans un fracas de tous les diables. Je regardai une dernière fois la carte qu’il m’avait donnée, un plan détaillé du monde souterrain avec repères et directions, avant de la ranger sous mon pagne.

Sautant sur la bête docile en imitant Cheng Shun, je la frappai des talons et nous nous mîmes en route vers son camp de bandits.

 

***

 

– Osumba ! Enfin, te voilà !

Dai Lin me sauta dans les bras. La voir heureuse de me revoir m’avait en tout premier lieu paniqué – l’avaient-ils bien traitée ? – mais voir sa mine enjouée et sa bonne santé me rassura bien vite. Elle ne semblait manquer de rien.

– Tout va bien, Dai Lin ?

– Oh, oui ! J’ai eu de la chance ! Beaucoup de ressources de cultivation, et de la nourriture savoureuse, et…

– Ok, ok. C’est bon. Épargne-moi les détails.

Moi, j’avais passé un mois immobile à faire trempette. Je ne voulais rien savoir des mets délicats qu’elle avait eu le droit de déguster, bien au chaud dans le camp des bandits.

– Pio va bien, lui aussi ? Je ne l’ai pas vu, dehors.

– Oh, lui, il sort régulièrement afin de s’entraîner. Tu sais, il ne peut pas le dire, mais j’ai remarqué que même mort, il peut toujours cultiver. Je crois qu’il s’en est rendu compte et qu’il entraîne son corps en vue d’une percée prochaine.

– Ah ?

– Oui.

La conversation tourna court dans une ambiance étrange tandis que je ne savais plus que lui dire. Cela dit, le malaise fut de courte durée, Cheng Shun vint rapidement me trouver dans la grande tente.

– Ah, ça y est, les retrouvailles sont terminées ? On peut commencer notre affaire ?

Je me retournai vers lui et mon visage se durcit.

– Oui.

– Alors, sortons. J’ai rassemblé cent hommes comme tu me l’as demandé. Tu seras vraiment capable d’en transformer autant d’un coup ?

Je hochai la tête en silence.

– Alors c’est parfait. Nous allons faire ça vraiment bien plus rapidement que prévu !

Il se retourna et sortit de la tente ; je lui emboîtai le pas d’un air résolu. J’avais quelque chose d’important à faire, désormais.

Tu es sûr que tu veux faire ça, Osumba ? Vraiment certain ?

Je répondis à mon mentor intérieurement.

– Oui. Le marché tel que tu l’as défini exige que j’utilise mon pouvoir sur mille de ses hommes. C’est ce que je vais faire. Je n’ai pas le choix.

Bien. Fais tout de même attention à ce qui arrivera ensuite…

J’avais envie de lui répondre qu’il ne devait pas s’inquiéter, mais à vrai dire, il avait de quoi se ronger les ongles. Ce que j’avais prévu n’était pas ce à quoi le chef des bandits s’attendait. Mais il ne le remarquerait pas immédiatement. J’avais eu du temps pour tester mon nouveau Qi, apprendre à le contrôler de façon assez propre, et je parvenais à légèrement le mélanger avec mon Qi normal.

Si ce que j’imaginais se passait bien comme je l’imaginais, alors il allait avoir la surprise de sa vie.

Je comptais effectivement transformer tous ses hommes en soldats de magma ; mais en y injectant une quantité infime de Qi temporel, je pourrais alors l’activer à volonté et leur faire remonter le temps à l’instar de la quatrième porte Terrestre. Ils retrouveraient alors leur état d’origine. C’était un pari risqué, mais je n’avais pas grand-chose à perdre à tenter le coup. Ils étaient des cobayes parfaits.

J’avais également pensé à utiliser le Qi temporel sur Dai Lin, mais… puisque je n’étais pas certain à 100% de la façon dont il allait réagir, je préférais faire tous les tests requis avant de me lancer.

Devant nous étaient alignés exactement cent bandits. Il y en avait pour tous les goûts, du plus petit au plus costaud, des beaux comme des moches, en plein forme ou mutilés par de nombreux combats.

– Voilà. Tu vas tous les changer en soldats de magma. Dis-moi quand nous pouvons commencer.

Je haussai les épaules.

– Quand tu veux.

Il s’avança près du premier homme en file et lui trancha la gorge d’un mouvement de poignet, juste comme ça. Le type s’effondra sans un mot, dans un glouglou résigné et soumis.

Tandis que Cheng Shun s’approchait déjà du deuxième, je me hâtai d’activer mon Bagua du Taiji en utilisant la puissance du magma afin de fixer son âme à son corps. Le type se releva en bouillonnant tandis que le deuxième tombait sous le tranchant de la main de Cheng Shun.

Le processus était éreintant, mais j’avais largement assez de Qi pour faire ce que j’avais à faire, ne réclamant une pause d’une petite heure qu’à mi-chemin et uniquement pour ne pas prendre le risque de tomber à court de Qi. Les soldats mourraient et se relevaient les uns après les autres, devenant une armée d’hommes de lave prêts à entrer en éruption au moindre ordre de leur chef.

Le centième soldat créé, je fis mine d’être complètement à sec et réclamai un jour de repos afin de m’en remettre.

– Un jour ? Nous sommes bien loin de toutes ces années nécessaires, ha ha ! Cent soldats par jour ! Magnifique ! Finalement, cette petite baignade nous aura vraiment été bénéfique !

J’acquiesçai, faisant mine d’être d’accord avec lui. Il fallait dire que pour lui, j’y avais également beaucoup gagné. Être capable de passer de dix ans d’efforts à 10 jours était un fait des plus incroyables et il fallait que je joue le jeu.

Ce qu’il ignorait, c’était que j’avais insufflé une très légère part de Qi temporel dans chacun de ses soldats. Je ne pouvais pas mélanger les différentes affinités de Qi. Les ténèbres se changeaient en magma mais je ne pouvais simplement pas utiliser les deux en même temps, le même Qi ne pouvait pas posséder deux formes simultanées. Cependant, le Qi temporel était à part et flottait dans mon dantian, séparé de mon Qi normal. Je pouvais donc apprendre à – et j’avais rapidement appris à – manipuler les deux à la fois.

Et désormais, ses cent soldats de magma possédaient une légère dose de Qi temporel, que je sentais pouvoir activer selon mon bon vouloir. Je n’étais pas encore très certain du fait de pouvoir leur faire remonter le temps, mais une chose était sûre : j’allais le savoir très bientôt.

 

*

 

On m’avait préparé une tente, juste pour moi et à côté de celle qui avait été apprêtée pour Dai Lin. Pio n’avait pas plus besoin de manger que de dormir et il passait ses jours et ses nuits à chasser pour entraîner son corps. Les bandits lui en étaient d’ailleurs reconnaissants car depuis qu’il s’attelait à la tâche, les monstres rôdant autour du camp et s’aventurant parfois à l’attaquer avaient diminué drastiquement.

– Alors ? Raconte-moi tout. Il s’est passé quoi, là où tu étais ?

Dai Lin, assise sur un tapis confortable, avait les yeux qui brillaient. On ne lui avait apparemment rien dit.

– On ne t’a rien dit ?

– Absolument rien. Je ne sais même pas où tu étais passé, ni combien de temps tu allais rester loin de nous.

Je soupirai profondément. Je sortis de la tente et en fis le tour, veillant à ce que Zhou Xuefang repère toute oreille indiscrète potentielle aux alentours.

Il n’y a personne. Tout le monde dort à cette heure-ci. Même les soldats de magma sont assoupis au milieu du camp, je peux le sentir. Les seules âmes éveillées sont les quelques gardes qui surveillent l’entrée du camp.

– Parfait.

De retour auprès de Dai Lin, je m’installai à ses côtés tout en époussetant mon pagne.

– Tu sais que j’ai récemment appris à utiliser ma première affinité secondaire, n’est-ce pas ? Le magma.

Elle hocha la tête d’un air sérieux.

– Oui.

– Eh bien, là où j’étais… Par où commencer ? Il s’agit d’un endroit empli de Qi temporel.

Elle inclina légèrement la tête, de manière confuse.

– Qi temporel ?

– C’est un Qi étrange, oui. Même en haut, on n’en sait pas grand-chose. Il vient du plus profond du passé, ou du futur, qui sait ? Des ruines apparaissent de temps en temps, et… Enfin, ce n’est pas important. Cet endroit en est empli. J’ai ouvert la quatrième porte, pour comm…

– Hah ? Déjà ?! Mais… C’est trop rapide ! Ton corps ne tiendra pas le coup si tu ouvres les portes trop rapidement ! Il te faut cultiver longuement et avec sérieux pour le renforcer !

Elle ignorait que je disposais d’une technique de cultivation tout droit descendue d’un dieu de la cultivation. Je ne comptais pas le lui dire crument ; après tout, peu importait.

– Ne t’en fais pas pour moi. Je sais ce que je fais. J’ai presque ouvert la cinquième porte, tu sais… Mais là n’est pas le point important. Après avoir ouvert la quatrième porte, elle est progressivement réapparue.

– Hein ? Comment ça ?

Elle n’était plus confuse mais perdue, choquée et incrédule. Je me contentai de hausser les épaules d’un air impuissant.

– Comme je te le dis. Elle est réapparue et j’ai dû la rouvrir. Mais ce qui en est sorti… Ce n’était pas du Qi de ténèbres provenant de la mer infinie de Qi située derrière les portes. Non… C’était du Qi temporel. Je pense que le Qi de ce bassin étrange a corrompu la porte lorsque je l’ai ouverte.

– Attends… Je ne comprends plus rien. Tu vas trop vite. Tu as ouvert la porte deux fois ? Je n’ai jamais rien entendu de tel…

– Pourtant…

– Et puis, du Qi temporel en est sorti ? Qu’est-ce que ça signifie ? Tu possèdes un deuxième type de Qi ? Je n’ai jamais entendu parler de cette affinité…

Je secouai la tête.

– Ce n’est pas une affinité. Je ne pense pas. C’est plus… Tu sais, pour le Qi original, celui de la Lumière et des Ténèbres.

– Ah, oui. Je connais ça. Ce sont les histoires de la création du monde. La séparation du Qi primordial en douze Qi par l’Arbre Immortel.

– Exactement. Je pense qu’au-delà de ces deux affinités qui viennent des profondeurs et du firmament, il existe deux autres affinités bien plus mystérieuses. Le temps, pour commencer…

– Et l’espace ? N’est-ce pas ? C’est ce que tu essayes de dire ?

Osumba.

D’un seul coup, je me perdis bien malgré moi dans mon dantian, ouvrant les yeux face à mon Qi tourbillonnant, ténèbres en bas et temps en haut.

Osumba.

Il avait réussi à invoquer ma conscience en moi, malgré moi ?

Ce que tu viens de dire est quelque chose que tu ne devras jamais répéter. Jamais.

– Quoi ? Pourquoi tout ce sérieux, d’un seul coup ?!

Ses mots résonnaient autour de moi comme autant de coups de tonnerre. Il était plus sérieux que jamais.

Ce dont tu parles est le plus grand des tabous. Le Temps est étudié avec prudence parce qu’il nous est offert de le faire, mais… Ne parle plus jamais de l’Espace. Les seuls qui s’y sont essayés ont tous disparus mystérieusement. C’est devenu un grand interdit dans la communauté des érudits.

– Ok, ok. D’accord. Si tu veux. Mais arrête d’être comme ça, tu me fais peur.

Je me fis éjecter de mon dantian comme j’y avais été aspiré : de force. Rouvrant les yeux sur le monde, je vis Dai Lin qui clignait des paupières devant moi, attendant que je lui confirme ce qu’elle voulait savoir.

– …Non, rien. Oublie.

Si je n’avais pas le droit d’en parler, alors je n’allais pas en parler, c’était aussi facile que ça.

– Bon. Tu es bizarre.

– Non, c’est juste que… Laisse tomber, je te dis.

Elle haussa les épaules, pas plus intéressée que ça, tout compte fait.

– On fait quoi, maintenant ? Tu vas continuer ton travail sur l’armée du magma ?

– Oui. Dans neuf jours, j’aurai mené ma tâche à bien. Ensuite… Ensuite, nous irons jeter un œil par là…

Je caressai mon pagne, dans lequel ma carte était soigneusement rangée.

– …

Et Dai Lin me regarda faire d’un air outré, avant de tourner la tête en rougissant.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LDO : Chapitre 24
LDO : Chapitre 26

8 Commentaires

  1. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Je reconnais la touche « Raka » à la fin.

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Mais qu’est-ce que tu racontes là…

      Répondre
  2. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. FenrirFenrir

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  5. Shirosuu

    Merci pour le chapitre ! Il devient un peu plus malin notre MC ça fait plaisir !

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  7. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com