MWLU : Chapitre 130 Bonus

MWLU : Chapitre 129
MWLU : Chapitre 131 Bonus

Et encore une fois, un grand merci à Gael (et c’est vrai, j’ai failli oublier Antoine qui avait prit une toute petite part à ce don – ou au précédent, comme il veut, haha…) pour ce chapitre plutôt intense !

Dans le WE, je publierai un autre chapitre bonus, offert par mes soins pour votre soutien inflexible, notamment toi, Gael. Ce sera un petit remerciement de plus 🙂


 

〈 130. Les Traces d’un Héros 〉

 

Sae-Jin l’Orque implora Kim Yu-Rin d’avertir le monde à propos de l’oiseau blanc avant de monter à bord de la plate-forme magique.

« Nous, euh, nous montons. »

Les deux Chevaliers en charge de l’opération de sauvetage commencèrent à activer la plate-forme tout en lançant des regards furtifs vers l’Orque. Ou, plus exactement, à son équipement, tant offensif que défensif. Même un simple coup d’œil banal permettait de se rendre compte qu’il s’agissait là d’un armement de première qualité qui embrasait leurs désirs, même involontairement.

L’Orque leur balança lascivement une paire de protège-poignets et de gantelets. Les Chevaliers se regardèrent l’espace d’un instant et celui qui portait la lance s’empara des protège-poignets tandis que celui qui semblait se battre à l’aide de ses poings hérita des gantelets.

Il utilisait ses poings – oui, il utilisait vraiment ses poings pour se battre. Il y avait un emblème doré sur son armure de torse, ‘Jin’, et il était évident que ce type était l’un de ces héritiers des idéaux de Jin Seh-Hahn.

« …M, merci beaucoup. »

Tous deux exprimèrent une gratitude sans bornes après avoir reçu des cadeaux inopinés. Et presque en même temps, la chaude lumière du soleil apparut au-dessus de leurs têtes.

« Nous serons à la surface dans une dizaine de minutes. Veuillez être patient. »

« Je comprends. »

Kim Yu-Rin fit face à ses sauveteurs d’une attitude digne et officielle. L’Orque renifla à un volume juste suffisant pour être entendu. Elle fronça les sourcils après avoir entendu ce bruit ridicule et tourna toute son attention vers les deux Chevaliers. Il s’agissait là de l’éruption de la jalousie qu’elle tentait de réprimer.

« Au fait, on dirait que vous êtes de l’école Jin Mudo ? »

« Oh. Oui, je me suis converti il y a à peu près neuf mois, même si j’ai encore des lacunes en de nombreux points. »

« Mais, vous êtes déjà de niveau moyen supérieur, à peine neuf mois après votre conversion – votre talent doit être exceptionnel. »

« Hahah… Merci pour ces mots, mais ce n’est pas le cas. J’ai simplement beaucoup étudié et copié un paquet de professeurs, c’est tout. Et comme je suis chanceux, ce style correspond vraiment à mes goûts et à mon talent. Mon Trait a été d’une grande aide, lui aussi. »

Jin Seh-Hahn – un homme qui avait réussi à devenir un Chevalier de haut niveau à titre posthume, et reconnu comme un Chevalier de très haut niveau si on demandait l’avis de ses pairs. Il possédait déjà sa place au Panthéon des Chevaliers.

Et maintenant, plus d’une centaine de milliers de disciples de par le monde poursuivaient ardemment la voie de l’artiste martial Jin Seh-Hahn grâce aux enseignements qu’il avait offerts au monde et plus d’un millier d’entre eux avaient choisi de poser leurs armes pour serrer les poings.

Tous ces fervents combattants étudiaient, revoyaient et suivaient une voie qu’ils faisaient leur, s’entraînaient et sculptaient leurs muscles tout en regardant les films exposant les mouvements du héros. Pour eux, il resterait leur maître à tout jamais.

Parce qu’il avait été si généreux en permettant la création de ces vidéos à des fins pédagogiques, son style inestimable, son sens inné du combat, ses techniques et ses pas, tout avait pu être conservé en intégralité et devinrent la lumière qui illuminait l’avenir des générations futures.

Autrement dit, les traces d’un héros avaient déjà été profondément enracinées dans la culture humaine.

« Vraiment ? Votre professeur était vraiment un homme digne du plus grand respect. »

Kim Yu-Rin hocha la tête en signe de respect.

« ……. »

L’Orque se gratta le nez en silence. Il se sentait un peu gêné par le fait que l’existence de Jin Seh-Hahn, l’homme qu’il avait créé dans un unique but personnel, était désormais capable d’influencer le monde d’une manière bien plus incroyable qu’il n’aurait pu le concevoir.

Peu de temps après, la plate-forme arriva finalement à la surface. Comme il s’agissait là d’une zone de chasse de haut niveau, il n’y avait pas masse de témoins pour les voir apparaître, et pas le moindre journaliste. Les seuls âmes présentes étaient ces trente Chevaliers et Sorciers. Ils déglutirent tous nerveusement en voyant arriver l’Orque et son Loup géant.

« …Tu t’en vas, maintenant ? »

Aussitôt l’Orque monté sur Cornlak, Kim Yu-Rin lui posa la question d’une voix misérable.

L’Orque hocha très légèrement la tête et envoya un signal à sa monture.

Kwahck !!

Cornlak bondit de la plate-forme pour disparaître de la vue de tous les spectateurs présents. Et Kim Yu-Rin regarda le dos de cet Orque sur le départ avec une paire d’yeux exprimant toute la solitude du monde.

 

*****

 

À peine rentré chez lui, Sae-Jin fut obligé d’écouter un affreux sermon de la part de Yu Sae-Jung. Après avoir furieusement déclaré qu’elle ne reviendrait pas non plus à la maison pour un mois complet, elle non plus, elle quitta les lieux.

Cette nuit-là, Sae-Jin en oublia de dormir et en profita pour confectionner un collier. Et le jour suivant, il se rendit à l’endroit où elle avait décidé de résider et le lui offrit comme un cadeau accompagné de ses excuses. Elle l’attendait au dortoir de la Guilde et lorsqu’il arriva, elle feignit le mécontentement pour lui pardonner bien assez vite cela dit.

« …Oh ? »

Plus tard ce jour, après avoir été pardonné avec succès, Kim Sae-Jin utilisa son ordinateur portable pour vérifier des choses concernant Jin Seh-Hahn en ligne avant de tomber sur un site particulièrement intéressant.

Il s’agissait là du site officiel de l’école d’arts martiaux Jin Mudo établie après la mort de Jin Seh-Hahn mais ce qui attira son attention furent les mots plaqués en haut de l’écran.

[Yi Yu-Jin, 23 ans, Directrice.]

Voyant sa description qui racontait qu’elle était une ‘ancienne’ membre de la tour d’Eden, il en conclut qu’elle les avait quittés après la mort de son ami et collègue avant d’établir l’association officielle ainsi que l’école qui permettrait de faire vivre sa légende.

Tout en souriant chaleureusement, Sae-Jin parcourut le site avant de se souvenir d’une certaine partit de son testament, écrit pour lui par Kim Yu-Sohn, d’un seul coup.

« En excluant mes possessions matérielles, tout ce que je possède sera transmis à ma collègue de confiance et de valeur, Yi Yu-Jin. »

Ah. Cette clause a vraiment changé sa vie, hein ?

Devait-il s’en sentir fier ou désolé… ? Pour l’instant, Sae-Jin rechercha à travers le site pour finir par trouver une page avec un lien vers le ‘parrainage’. Se disant qu’il allait pouvoir aider un peu, Sae-Jin cliqua sur le lien lorsqu’il apparut sous forme d’hologramme.

Le visage de Yi Yu-Jin fut projeté dans les airs sous la forme d’une vidéo pré-enregistrée.

« Bonjour. Je suis Yi Yu-Jin, la directrice actuelle de l’école Jin Mudo. »

Un visage courageux, brave et honnête, qui manquait parfois un peu à Sae-Jin, le salua.

 

*

 

« Fuu… »

En même temps, Yi Yu-Jin laissa sortir un très long soupir de lamentation tout en se tenant la tête dans les mains.

Un registre rempli d’une avalanche de chiffres se trouvait juste sous ses yeux. Les revenus étaient signifiés en bleu tandis que les dépenses étaient marquées d’un rouge net.

Plus personne ne tenait de registre à la main de cette façon, mais comme elle faisait partie de ces incultes de l’informatique, elle ne pouvait pas faire autrement.

« Et comment suis-je censée remplir ce trou dans le budget… ? »

Cependant, tout était empli de caractères rouges à n’en plus finir ; coûts de management, coûts de maintenance, coûts de travail, etc… Tout n’était que perte et manquait toujours le profit.

Si elle voulait générer un profit forcé, elle pourrait probablement. Après tout, si elle augmentait drastiquement le prix des leçons tout en serrant la bride côté copyright sur les enregistrements de Jin Seh-Hahn pour ensuite charger des royalties, alors elle gagnerait largement de quoi remonter la pente.

Mais si elle le faisait, le public l’accuserait de vendre l’image de Jin Seh-Hahn, même si une file de Chevaliers serait toujours là pour payer malgré tout. L’artiste martial Jin Seh-Hahn avait créé un style de combat de son cru, et celui-ci en valait largement le coup.

Mais Yi Yu-Jin ne voulait pas ça. Elle ne pouvait pas. Parce qu’elle croyait connaître mieux que personne la raison pour laquelle son ami l’avait chargée de transmettre sa légende.

Jin Seh-Hahn lui disait souvent qu’elle lui ressemblait. Il ajoutait également qu’elle pourrait facilement cesser d’utiliser des armes et se contenter de ses poings.

À l’époque, elle avait caressé l’idée avant de la rejeter de plein fouet en prétendant qu’il tentait de ruiner sa carrière. Mais après sa mort, elle posa naturellement son arme définitivement et commença à fermer les poings pour avancer sur une toute autre voie. Et les résultats furent surprenants.

C’était grâce à son Trait unique, « maîtrise du niveau ». Il avait une compatibilité étonnamment grande avec l’art martial de Jin Seh-Hahn ; ainsi, elle avait utilisé les enregistrements de l’homme en question – qui lui appartenaient désormais – pour progresser rapidement. Il lui avait pris deux mois à peine pour maîtriser le style. Même la façon dont Eden la traitait changea après ça.

Néanmoins, Eden eut l’air d’avoir été un peu trop drogué par cette sensation délicate qu’était la médiatisation à outrance suite aux actes de Jin Seh-Hahn. Ils demandèrent à Yi Yu-Jin de devenir son clone et d’apparaître face aux caméras pour des interviews et des émissions télévisées.

Ayant perdu toutes ses illusions face à ce développement, elle quitta Eden d’elle-même pour ouvrir le dojo de Jin Mudo.

Plusieurs cours se déroulaient déjà au sein d’autres académies de par le pays, mais comme il s’agissait du seul dojo ayant réellement hérité de sa légende, son école finit par devenir un centre d’intérêt énorme – au moment où elle ouvrit ses portes, plus de 200 élèves étaient déjà présents.

Mais… C’était tout.

Le coût des leçons était incroyablement faible. Et les salaires mensuels des instructeurs étaient inversement élevés. Trois mois après l’ouverture, toutes les économies qu’elle avait accumulées ainsi que le moindre centime qu’elle avait pu emprunter s’étaient laissés avaler par son école.

Mais elle réussit à endurer jour après jour, espérant que des donations finissent par arriver. Jin Seh-Hahn était associé à son dojo, après tout.

Malheureusement, à la fois les grosses entreprises et les Ordres étaient froids. Ils ne voulaient pas parrainer l’endroit. Non, au lieu de ça, ils bloquèrent même les autres sources de revenu. Ils lui suggérèrent alors poliment de leur vendre les droits sur les vidéos de Jin Seh-Hahn.

Si elle vendait les droits, alors les Ordres chanceux ou la grosse entreprise monopoliserait sa légende pour faire du profit, et rien que du profit. Tout ce qui en résulterait de mal retomberait uniquement sur Yi Yu-Jin pour avoir cédé les droits. C’était la technique appelée « Aucun risque, grands résultats », le rêve de tout marchand – ce point seul transformait les Ordres et les organisations en monstres sans cœur.

« Eh, Yu-Jin. Tu vas bien ? »

À ce moment, le professeur et employé du dojo Goh Yun-Jong vint s’enquérir de son état. Elle afficha un sourire forcé et hocha la tête.

« Bien sûr. Tu m’as déjà vue baisser la tête face à des enfoirés pareils ? »

« Nous avons eu une rentrée de dons privés après la mise en ligne de cette vidéo. Tenons bon encore un peu, ok ? »

« …Bien. On doit tenir bon. »

Soudain, le téléphone se mit à vibrer en chantant une étrange mélodie.

« Oi, Goh Yung-Jong ! Ne t’ai-je pas dit cent fois de changer cette sonnerie stupide ? Tu penses qu’être l’un des plus hauts placés dans le dojo n’a pas de sens, ou quoi ? »

« …Désolé. Je ne sais pas comment faire. »

Il sourit et attrapa le téléphone.

« Bonjour, ici le dojo central de Jin Mudo, vice-directeur Goh Yun-Jong à l’appareil…. Pardon ? Ah… Eh ? Ah… Eh ? Non, attendez… Eh ? Oh, alors c’est… Heiiiin ?! »

…Cela dit, il s’énervait sans arriver à en placer une. Il avait l’air d’être complètement ivre mort et de ne pas comprendre ce que son interlocuteur essayait de lui dire.

« Qu’est-ce que tu fais ?! »

« Non… Attendez une minute, s’il vous plaît. »

Après avoir baissé son téléphone, Goh Yun-Jong fixa Yi Yu-Jin d’un air perplexe.

« Il veut devenir un sponsor. »

« Oh, vraiment ? C’est une bonne nouvelle. Je devrais l’inscrire dans le registre. Combien ? »

Elle posa la question sans trop y penser. Malheureusement pour elle… la réponse de son vice-directeur fut légèrement au-delà de ses attentes.

« …10 millions de dollars. »

« … »

Confuse par ce qu’elle venait d’entendre, elle pencha légèrement la tête sur le côté avant de montrer un visage irrité. C’était un canular de plus, évidemment.

« Qui est encore au bout du fil ?! »

« Attends. »

Après avoir remis l’appareil contre son oreille, Soh Yun-Jong reprit.

« Excusez-moi… Puis-je demander à qui ai-je affaire ? Le nom de l’entreprise est… Ah… O… Oui ? V… Vraiment ? Ah, s’il vous plaît, patientez. »

Il fixa Yi Yu-Jin comme un idiot.

« Il dit être Kim Sae-Jin, de la Guilde du Monstre. »

« Ha-ah. Eh, Yun-Jong. Combien de fois Kim Sae-Jin nous a-t-il déjà appelé ? »

« Ah… Sans doute une vingtaine de fois ? »

« Exactement. Remballe-le gentiment et raccroche. »

« B, bien. Ah, désolé, mes excuses, mais… Je comprends vos intentions… Nous n’avons pas trop la tête à subir des canulars téléphoniques en ce moment… »

Voyant Goh Yun-Jong parler réellement gentiment au téléphone, Yi Yu-Jin sentit l’irritation monter et lui arracha l’appareil des mains.

« Allô ? Je ne sais pas qui vous êtes, mais cessez de nous appeler en prétendant pouvoir nous offrir de l’argent au nom de Kim Sae-Jin. Si vous avez du temps à perdre pour ça, alors pourquoi ne pas aller à l’école et étudier ? Sérieusement, le monde devient si chaotique dernièrement, devez-vous faire quelque chose de si puéril ? Je ne veux vraiment pas dire de telles choses au téléphone, mais mec, vous êtes pathétique. Pathétique, je vous dis !! »

– ……hahahahaha…

Yi Yu-Jin finit par rapidement lui balancer des insultes mais il fallait comprendre, elle était sur les nerfs. Cependant, elle n’entendit pour toute réponse qu’un rire discret et détendu.

– Mes excuses si je suis pathétique, madame. Au fait, même si vous n’en voulez pas, j’insiste, veuillez accepter l’argent. C’est juste dix millions. Même si j’aimerais vous aider plus que ça, c’est tout ce que j’ai de disponible actuellement. Alors donnez-moi votre numéro de compte en banque.

« Ha-ah. Vous pouvez trouver ces informations sur le site internet. Si vous voulez faire une blague, alors faites quelques recherches avant, la prochaine fois. Quoi que vous tentiez de faire, faites-le de votre mieux ! Comprenez-vous seulement ce que je vous dis là ? Il s’agit d’un enseignement de base de Jin Seh-Hahn ! »

– Oh… Vraiment ? Dans ce cas, veuillez attendre une seconde.

Yi Yu-Jin secoua la tête et était sur le point de raccrocher.

Ttiring-

Ce fut alors que son propre téléphone émit un léger tintement significatif et s’éclaira. Elle jeta un rapide coup d’œil par habitude en ne s’attendant à rien de spécial pour ne finir que par se figer telle une statue de marbre.

Ce qu’il y avait à l’écran dépassait l’entendement.

[10.000.000 $ ont été déposés sur le compte bancaire de Yi Yu-Jin 260483-38******)]

« Uh… Hein… »

Vvrrrooouung…

En même temps, la note sourde de plusieurs véhicules haut de gamme put être entendue à l’extérieur du bâtiment.

– Les employés du Monstre devrait arriver sous peu. S’il vous plaît, discutez avec eux de la possibilité de signer un partenariat permanent.

Aussitôt la phrase terminée, Yi Yu-Jin se rua vers la fenêtre pour jeter un coup d’œil dehors. Il y avait là quatre ou cinq berline de luxe, toutes garées dans la rue. Quand toutes les portes s’ouvrirent de concert, des hommes en costumes noirs firent leur apparition et se dirigèrent vers le dojo.

« …….. »

Yi Yu-Jin perdit toute capacité à parler à cet instant. Il y avait effectivement le logo du Monstre gravé sur les portières des voitures ainsi que sur les mallettes que portaient les hommes qui en étaient sortis.

Elle se rappela alors de tout ce qu’elle avait dit à l’homme au téléphone.

Si ce type était vraiment Kim Sae-Jin, alors…

Son cœur se mit à trembler comme s’il était sur le point de flancher et sa conscience devint soudain aussi fine qu’un voile

Toc, Toc.

Bientôt, le son de personnes frappant à la porte arriva à ses oreilles.

Plop.

Et Yi Yu-Jin s’effondra.

 

***

 

– Nous sommes en route pour l’hôpital.

« L’hôpital ? Mais pourquoi ? »

– Le directeur du dojo a perdu connaissance à cause d’un choc, monsieur… Ce doit être psychologique, car même la potion de soin n’a pas eu d’effet.

« Fut. »

Kim Sae-Jin gloussa. Elle était vraiment faible d’esprit, il semblait.

« Ok, pour l’instant, reportez le rendez-vous jusqu’à demain matin. Elle est plus solide qu’elle en a l’air, elle devrait aller bien à ce moment. »

– Oui, monsieur. Je comprends.

Sae-Jin raccrocha. Il attrapa ensuite une couverture pour couvrir le corps nu de sa petite amie assoupie qui gisait sur un lit qu’ils avaient mis sens dessus dessous avant de se rendre au bas des escaliers, vers le sous-sol.

L’accident inattendu avait quelque peu retardé ses plans mais avant que la situation n’empire, il était maintenant temps de commencer la ‘chasse’ à proprement parler. Il n’y avait plus de temps à perdre.

« D’abord, je devrais créer une armure pour la forme du Léviathan. »

Il sortit deux lingots du métal le plus solide connu de l’Homme, le mithril. Invoqué avant que quiconque ne puisse en avoir conscience, Cornlak haletait en approchant.

« Je vais aussi te faire une armure, pour toi. Attends. »

Bientôt, il allait se mettre en chasse.

Une chasse au gros poisson.

Ou plutôt… au gros Vampire.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

MWLU : Chapitre 129
MWLU : Chapitre 131 Bonus

9 Commentaires

  1. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Gunts92Gunts92

    Il serait pas un peu megacon créer de super armure pour des animaux et tu penses que personne ne va faire le lien avec un super armurier de la guide des monstres

    Répondre
  3. Shirosuu

    Sa sent la castagne à plein nez hehe, merci pour le chapitre

    Répondre
  4. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Finna

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Une armure pour un leviathan…
    Comme s’il était pas déjà assez pété comme ça.

    Répondre
  7. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. gutsguts

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Répondre à Finna Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com