MWLU : Chapitre 39

MWLU : Chapitre 38 Bonus
MWLU : Chapitre 40 Bonus
〈 39. L’assimilation (4) 〉

 

Et main­tenant… Une fois toutes les armes présen­tées et les cri­tiques ter­minées, l’annonce des résul­tats était la seule chose qu’il restait à faire.

Kim Tae-Sahn affichait un sourire un peu amer, encadré par l’expression d’un homme ayant déjà accep­té son des­tin.

Il avait fourni beau­coup d’efforts pour achev­er la vic­toire. Cer­tains pou­vaient ne pas en penser grand-chose, mais il avait joué le jeu pour les caméras. Il voulait s’assurer le pub­lic, au cas où la qual­ité de son pro­duit aurait été égale à ce que l’Orque présen­terait.

Il avait même util­isé le nom de son père. Il voulait gag­n­er à ce point-là. En tant que fils de Kim Tae-Baek, la défaite ne lui con­ve­nait absol­u­ment pas.

Cela dit, il était en guerre con­tre une arme qui pou­vait, putain, évoluer ! Une notion qu’il n’avait encore jamais imag­inée, dont il n’avait jamais enten­du par­ler, durant sa vie entière, un con­cept révo­lu­tion­naire. En Con­sid­érant ce fait, il aurait été étrange qu’on lui annonce qu’il gag­nait ce tournoi. Si vrai­ment on lui accor­dait la vic­toire, alors tout le pub­lic se mon­terait prob­a­ble­ment con­tre lui d’un seul coup, faisant vol­er en éclats tout ce qu’il avait con­stru­it avec lui.

Alors tout ce qu’il pou­vait faire… C’était accepter sa défaite de bon cœur.

Son rival était au moins deux fois plus tal­entueux que lui-même.

Kim Tae-Sahn avait une fierté, et elle ne lui per­me­t­tait pas d’admettre quoi que ce soit de tal­ent supérieur à « deux fois mieux », mais de toute façon, il ne put que hocher la tête et accepter sa défaite.

« Et main­tenant… Le gag­nant est… ! »

Le présen­ta­teur poin­ta le micro vers l’écran géant d’une manière très grandiose.

Au moment où l’Orque avait racon­té l’histoire der­rière la forge de son épée, tout le monde l’avait déjà accep­té au fond de leurs cœurs.

« Le gag­nant est le Forg­eron Orque et son ‘Epée Bâtarde Evo­lu­tive’ ! »

Les con­fet­tis explosèrent au pla­fond et des flammes sur­girent du sol. Les feux d’artifice sur la scène éclatèrent avec fra­cas, mais voir que le gag­nant n’était même pas présent pour recevoir son trophée était… un peu bizarre.

« …Bien. Main­tenant… Oui. Et main­tenant, nous allons enten­dre quelques mots du grand gag­nant, le Forg­eron Orque. Pou­vez-vous… S’il vous plait, nous appel­er encore une fois ? »

Bien que ce fût dérangeant, les pro­duc­teurs ne pou­vaient rien y faire, l’intéressé avait demandé à ce qu’ils respectent ce genre d’arrangement.

Mais heureuse­ment pour eux, l’appel arri­va rapi­de­ment.

« Mon­sieur, félic­i­ta­tions pour votre vic­toire ! »

- Haha… Mer­ci. Je suis vrai­ment con­tent.

Sa voix était calme, mais il avait un mal fou à mas­quer sa joie der­rière ses mots.

« Vous pou­vez con­sid­ér­er que vous avez bat­tu tout le monde à plates cou­tures. Com­ment vous sen­tez-vous ? »

- Mm… Je n’appellerais pas ça une vic­toire écras­ante, non. L’autre arme, celle en com­péti­tion avec la mienne, vous pou­vez facile­ment voir en elle le tra­vail acharné et la con­cen­tra­tion de son créa­teur. Le gag­nant devait être choisi, mais la valeur de ce tra­vail, dans mon esprit, a une valeur au moins aus­si impor­tante que la vic­toire elle-même.

Une réponse sim­ple et hum­ble. Le présen­ta­teur s’apprêtait à ter­min­er sur cette note de fin de spec­ta­cle quand Yu Jo-Hyung leva la main.

« Ah, un mem­bre du jury souhaite vous pos­er une ques­tion. Etes-vous d’accord ? »

­- Bien sûr.

Rece­vant son autori­sa­tion, Yu Jo-Hyung com­mença par exprimer l’une de ses quintes de toux foireuses.

« Par hasard, l’attribut dont vous par­lez – la crois­sance de l’arme – si cet attrib­ut est prou­vé comme n’étant rien d’autre qu’une arnaque… Qu’allez-vous faire ? Vous êtes resté anonyme tout ce temps et il est com­pliqué de vous faire con­fi­ance. C’est tout à faire pos­si­ble que vous ayez men­ti pour l’argent, n’est-ce pas ? »

- En effet, c’est pos­si­ble.

Alors qu’il se fai­sait accuser avec hos­til­ité, il répon­dit tout sim­ple­ment.

- Et c’est la rai­son pour laque­lle je ne deman­derai pas d’argent, ni mon arme, jusqu’à ce que son nou­veau maître puisse prou­ver de façon irrévo­ca­ble que cette capac­ité est réelle.

Une réponse assurée qui coupait court aux sus­pi­cions. Yu Jo-Hyung n’était pas sat­is­fait, et en réal­ité il ne pou­vait pas l’être quoi qu’il arrive, mais comme il ne trou­vait rien à redire, il fut obligé de con­céder.

« Oh, atten­dez. Puis-je deman­der quelque chose égale­ment ? »

C’était Kim Yu-Rin.

- Evidem­ment.

« Prévoyez-vous de fab­ri­quer plus d’armes par la suite, et de les met­tre sur le marché ? Si c’est le cas, quels sont vos plans en matière de com­mer­cial­i­sa­tion ? »

Elle venait de deman­der deux choses sim­ples et claires, mais pour une per­son­ne occu­pant une posi­tion comme la sienne au sein d’un Ordre, elles étaient d’une impor­tance cap­i­tale.

- Oui, c’est ce que j’ai prévu. Par con­tre, con­cer­nant la cir­cu­la­tion des armes… Je vais devoir y penser d’abord. Je crois qu’au lieu de sor­tir des armes pour trou­ver un client ensuite, une arme devrait être fab­riquée pour cor­re­spon­dre à son nou­veau maître.

Aus­sitôt qu’elle enten­dit ça, son vis­age expri­ma un choc révéla­teur et elle dég­lu­tit. Et tous les Cheva­liers présents firent de même.

La plu­part des forg­erons con­nus, arti­sans ou maîtres, fab­ri­quaient d’abord leurs armes et voy­aient ensuite à qui ils pou­vaient les ven­dre. Merde, cer­taines rumeurs dis­aient même que cer­tains Cheva­liers essayaient de soudoy­er les bonnes per­son­nes pour met­tre la main dessus.

C’était en par­tie parce que leur égo était con­cerné, mais aus­si parce qu’il était incroy­able­ment dif­fi­cile de fab­ri­quer une arme qui « cor­re­spondait » à un util­isa­teur par­ti­c­uli­er. Con­cer­nant l’égo, les forg­erons étaient presque tous du genre à détru­ire six mois de tra­vail juste parce que le résul­tat ne leur con­ve­nait pas – alors sor­tir quelque chose qui col­lait avec les goûts des clients était un peu…

« C… C’est très bien. Dites, voudriez-vous devenir mon ami ? »

Ces mots sincères apparte­naient à Kim Yu-Rin dans leur total­ité, sor­tis de son cœur et exprimés sans arro­gance. Elle était on ne peut plus sérieuse. Mais les mem­bres du pub­lic et les équipes de télévi­sion prirent ça pour un trait d’humour et tout le monde écla­ta d’un rire cacoph­o­nique.

Les regar­dant d’un air cir­con­spect, Kim Yu-Rin était sur le point de dire quelque chose, de dire qu’elle ne plaisan­tait pas, mais elle n’en eut pas le temps, un spec­ta­teur cri­ant quelque chose depuis les gradins.

Comme cette per­son­ne ne por­tait pas de micro, la voix était ténue, mais en l’entendant, n’importe qui pou­vait com­pren­dre de quoi il était ques­tion. La nou­velle Société.

« Ah, à l’instant, cette per­son­ne vient de pos­er une ques­tion qui attise ma curiosité égale­ment. Par hasard, avez-vous enten­du par­ler de la Société appelée Le Mon­stre ? L’Alchimiste Gob­elin les a rejoints et… »

- Oui. J’ai enten­du par­ler d’eux.

Le présen­ta­teur avait demandé sans trop y penser. Comme la rumeur était con­sid­érée comme ridicule, sa voix man­quait de sincérité et d’intérêt.

« Comme vous et lui utilisez le même type de nom, les gens se deman­dent si vous avez prévu de rejoin­dre cette Société égale­ment. Quelles sont vos idées à ce pro­pos ? »

L’Orque lais­sa pass­er quelques sec­on­des avant de répon­dre. Face à cette attente inat­ten­due, même ceux qui ne croy­aient pas en cette rumeur ret­inrent leur res­pi­ra­tion.

- Il pour­rait en effet être intéres­sant de les rejoin­dre. Et si je le fais, alors ceux qui désirent acheter l’une de mes armes devront envoy­er leurs requêtes à la Société, Le Mon­stre. S’il n’y a rien d’autre, veuillez m’excuser…

Il rac­crocha avant même que les gens ne réalisent com­plète­ment ce qu’il venait de dire. La salle tout entière devint silen­cieuse après ça.

C’était quand même un sacré choc, après tout.

 

*

 

Sae-Jin se dépêcha de véri­fi­er sur inter­net tous les arti­cles le con­cer­nant ain­si que la réac­tion du pub­lic, et beau­coup de choses avaient été mis­es en ligne en un clin d’œil.

Il était épuisé, mais il trou­va quand même la force de s’amuser des titres et com­men­taires.

L’apparition d’un Tré­sor Nation­al.

Une arme qui évolue : est-elle authen­tique ?

Une arme qui suit son maître, mais qui sera-t-il ?

Le forg­eron Orque, l’avenir du méti­er.

Il s’agissait pour la plu­part de pub­lic­ités menant à n’importe quoi, mais ça ne fai­sait pas le moin­dre doute, le pou­voir de per­sua­sion était incroy­able.

Cepen­dant, après un cer­tain temps, les arti­cles par­lant de l’arme et de son créa­teur furent enter­rés par de nou­veaux sujets. Et ils par­laient tous de l’Orque et de la Société Le Mon­stre.

Les réac­tions étaient explo­sives. Il ne savait pas com­ment ils avaient trou­vé son adresse, mais les jour­nal­istes s’entassaient déjà devant la mai­son de Sae-Jin.

- Ne t’en fais pas. J’ai envoyé des gens, ils vont régler le prob­lème.

« Mm. Mer­ci pour tout. »

Il était fatigué et en avait marre de ces types qui cam­paient devant chez lui et qui toquaient à sa porte toutes les vingt min­utes – Et puis Yu Sae-Jung l’avait appelé pile au bon moment.

Comme on pou­vait s’y atten­dre de la part de l’Ordre des Cheva­liers de l’Aube, comme elle l’avait dit, les gardes du corps arrivèrent moins de trois min­utes plus tard et dégagèrent tous ces par­a­sites qui squat­taient dans la rue.

- Mais tu as vu l’émission, non ? Le Forg­eron va vrai­ment rejoin­dre la Société ?

« Ah, ça ? Uh, c’est… En fait, l’Alchimiste Gob­elin a dit qu’il con­nais­sait l’Orque per­son­nelle­ment. Alors il y a une chance oui, mais je dois deman­der d’abord. »

Une fois le men­songe débal­lé, il ne pou­vait plus être stop­pé. Et plus il lui men­tait, plus il se sen­tait con­fort­able en lui inven­tant ces his­toires. Et quand il pen­sait à tous ces vis­ages choqués… Bah, n’était-ce pas une mau­vaise habi­tude qu’il com­mençait à chop­er là ?

- V… Vrai­ment ? S’il rejoint vrai­ment plus tard, je pour­rai lui deman­der une faveur ?

« Ah, pourquoi pas ? Tant que tu as de quoi com­penser… »

- J’ai large­ment assez d’argent pour ça.

« …Evidem­ment. »

Le sujet de la con­ver­sa­tion était le forg­eron Orque. Elle jacas­sait et dis­ait déjà qu’elle allait être le nou­veau maître de l’épée de la finale.

- Oh, et grand frère, pou­vons-nous manger ensem­ble un de ces jours ? Made­moi­selle Kim Yu-Rin m’a demandé si je voulais…

D’un seul coup, Yu Sae-Jung changea de sujet d’une voix plutôt excitée.

« Mm ? Moi aus­si ? »

- O… Oui, toi aus­si.

Elle sem­blait quelque peu mécon­tente à pro­pos de quelque chose. Peut-être qu’elle voulait prof­iter d’un repas avec Kim Yu-Rin, rien qu’elles deux.

« Tu es sûre que je peux venir ? »

- Eh bien, oui. Made­moi­selle Kim Yu-Rin a dit spé­ci­fique­ment, ‘avec mon­sieur Kim Sae-Jin aus­si’, alors… Uh, je vais juste lui dire que tu es trop occupé et qu’on va devoir faire sans toi. Je suis sûr qu’elle com­pren­dra !

Sa voix était à nou­veau énergique, comme si elle espérait ne pas être con­tred­ite. Naturelle­ment, il se sen­tit un peu taquin et voulut la cha­touiller un peu.

« Ah, vrai­ment ? C’est bon, je viendrai. »

- …

Soudain, le silence au bout du fil. Kim Sae-Jin fit de son mieux pour ravaler le fou rire qui s’apprêtait à explos­er, et con­tin­ua de par­ler.

« Quand ? »

- Lun­di prochain…

Sae-Jung était claire­ment insat­is­faite de la tour­nure de la con­ver­sa­tion.

« Com­pris. À plus tard, alors. »

Et il ter­mi­na l’appel avant de lui laiss­er le temps de répon­dre.

 

*

 

« … !! »

Kim Sae-Jin, sous la forme du Loup, ouvrit les yeux d’un seul coup. Ses pupilles dorées bril­laient inten­sé­ment.

Une aura inde­struc­tible entourait son corps. Alors qu’il se demandait sérieuse­ment ce qu’il se pas­sait, il se changea en humain.

L’heure ? Il était 9 heures du matin. Il était allé se couch­er à 1 heure du matin, et il avait eu une bonne nuit de som­meil.

Mais pourquoi…

Cer­taines par­ties de son corps, çà et là, lui fai­saient mal – spé­ciale­ment ses artic­u­la­tions et ses ongles le fai­saient souf­frir ter­ri­ble­ment. Comme s’il s’agissait de blessures se faisant mal­traiter.

…Qu’est-ce qu’il se passe ?

Sae-Jin hocha légère­ment la tête, mais ne s’en inquié­ta pas. Il descen­dit au sous-sol et but une bouteille d’une potion de soin de niveau moyen inférieur. Toute la douleur dis­parut en un instant.

Remon­tant les escaliers d’un air sat­is­fait, il se jeta sur le canapé et alluma la télé.

Le pre­mier truc qu’il vit à 9 heures du matin fut une émis­sion à pro­pos de l’Orque Forg­eron. Souri­ant de toutes ses dents, il écou­ta tran­quille­ment.

- Le pub­lic, les Ordres de Cheva­liers et les dirigeants des mon­des poli­tiques et financiers sont tous d’accord. Le nou­veau maître forg­eron capa­ble de représen­ter le pays est né, et excite tout le monde.

En enten­dant les com­pli­ments débridés du présen­ta­teur télé, il con­fir­ma une fois de plus l’excitation qu’il avait décou­verte sur inter­net la veille.

Et en un instant, il s’endormit. Son corps était étrange­ment épuisé.

Quand il tom­ba dans un pro­fond som­meil, le sujet cou­vert par le jour­nal télévisé changea subite­ment. C’était une nou­velle de dernière minute.

- … !! Oh, nous avons un scoop ! À 3 h ce matin, un meurtre a été com­mis à Hyeongseong dans la Province de Gang­wong. Les preuves trou­vées dans la mai­son de la vic­time et l’état étrange du corps ont rapi­de­ment mené les enquê­teurs à con­clure l’autopsie, et le résul­tat est fla­grant : la vic­time est un Vam­pire. La Police sup­pose que c’est l’œuvre du Mer­ce­naire, Lycan…

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

MWLU : Chapitre 38 Bonus
MWLU : Chapitre 40 Bonus

18 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Encore et tou­jours, mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  2. Dagua

    Mer­ci pour le chapitre. ça com­mençait à aller trop bien pour notre héros, rajou­tons un peu de schiz­o­phrénie de Lycan par dessus tout ce bon­heur 🙂

    Hâte de lire la suite !!

    Répondre
  3. leprophetej

    mer­ci

    Répondre
  4. Garikoyu

    Mer­ci pour le chapitre Raka, on dirais que notre Héro tue des vam­pires en étant som­nam­bule

    Répondre
  5. Smortate

    Aaa un petit coup de som­nam­bu­lisme d’as l’histoire sa fait du bien ! Merci­i­i­ii

    Répondre
  6. Mazz

    Mer­ci pour ce chapitre !! Et merde…l’amnésie du loup garou xD

    Répondre
  7. Cèlen

    Mer­ci pour le chapitre ^^

    Répondre
  8. Danicool

    Mer­ci pour le chapitre 🙂
    Hâte de lire la suite, aus­si 😉

    Répondre
  9. gutsguts

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  10. Eewaz

    Il avait une evo­lu­tion a faire et que nous n’avons pas vu il me sem­ble non ?

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Laque­lle ?

      Répondre
  11. Higanbana

    Mer­ci pour ce chapitre

    J’étais per­suadé que ça allait arriv­er.

    Répondre
  12. hollowrebel

    oh putain ça com­mence à cla­quer :O

    Un héros schiz­o­phrène serait énorme

    Répondre
  13. Hip

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  14. Aximili

    Mer­ci pour le chapitre !

    Répondre
  15. Shirosuu

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  16. Zhexiel Kurokage

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  17. TesaYuuTesaYuu

    Point posi­tif il a pas tué d’innocents ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com