OG Chapitre 210
OG Chapitre 212

Résumé des épisodes précédents

Après une semaine avec de la fièvre à dormir la plupart du temps, Wazouille se fit voler son portefeuille. De là, il dut se prendre le chou avec l’administration pour ses divers papiers à refaire, avec la banque pour sa CB et le bloquage de certains paiements… Vinrent ensuite les bêtises de chatons qui renversèrent le café sur son clavier steelseries, le détruisant au passage, puis un passage en urgence chez le véto pour maman chat qui le ruina. Non, ce n’est pas Santa Barbara, c’est la vie de Waz.

 

Mais après tout ça, me revoilà parce qu’il ne faut pas déconner non plus ! La déprime ne m’empêchera pas de m’occuper de vous ! Tout rattraper me serait difficile, mais je m’engage à vous rattraper au moins 6 OG ! Et si j’ai le temps et l’énergie, je rattraperai aussi 4 DNC & BTTH… Mais je ne vous promets rien pour ceux là ^^”

Je tiens à remercier tout ceux qui, pendant ce temps, m’ont fait des dons libres pour me soutenir, ça m’a beaucoup touché 🙂

Bref, je vais arrêter de chouiner, et je vous laisse lire votre OG du lundi !

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 211

 

Coke était confus.

Que se passe-t-il ?

Il avait perdu plus du tiers de sa vie après qu’un clochard lui ait jeté un os au visage ?

Est-ce un bogue ?

Cette supposition raisonnable était plus logique que le fait qu’un joueur de haut niveau comme lui ait été autant blessé par un os.

Qui était Coke ?

Il avait atteint le niveau 109 moins de six mois après avoir commencé à jouer à Satisfy, et c’était un des joueurs les plus renommés à Patrian. Il avait également eu la chance de chasser l’un des monstres les plus tristement célèbres alentours, le capitaine orc.

Je deviendrai un dieu dans le futur, je ne peux pas être blessé par un os… !

Son rêve était de devenir comme Grid, et d’être hélé Dieu Coke comme ce dernier par le monde entier. Il était si ambitieux que son humiliation en était d’autant plus mordante.

« Vous m’avez frappé, alors je vais en faire de même ! »

Le jeune homme retroussa ses manches, puis il brandit sa main vers la tête de Piaro.

« Keok. »

Cette fois, c’était un haricot. Pas un gros, hein, mais juste un de la taille d‘un petit pois. Choqué, Coke vit le pois voler vers lui et le frapper.

Incroyable ! Ce n’était pas un bug ?

Jeurereuk.

Il comprit enfin de quoi il retournait en crachant du sang et réalisa que Piaro n’était pas un clochard, mais un PNJ d’un niveau extrêmement élevé.

Je n’avais rien compris !

Satisfy était célèbre pour n’avoir aucun bogue depuis son ouverture et la rumeur disait que son créateur, Lim Cheolho, était un dieu. Coke tenta tardivement de changer d’attitude et de s’excuser auprès de Piaro pour éviter la situation. Cependant, il restait dans de beaux draps vu que les autres joueurs ne comprenaient rien à ce qui se tramait.

« Ce type jette de la nourriture ! Défonce-le, Coke ! »

« Apprends la vie à ce débutant et à ce PNJ ! »

Ces types ignoraient que le jeune homme était déjà à moitié mort !

« Coke ! Coke ! Coke ! »

« Débarrasse-toi de ce clodo ! »

Ces acclamations rendirent Coke furieux.

Réalisez un peu ce qui se passe, bordel !

Comme il ne voulait pas se faire tuer à coups d’os et de pois devant les joueurs de Patrian qui l’admiraient, il jeta nerveusement un regard à Piaro. Cependant, ce dernier ne lui montrait aucun intérêt, comme s’il n’était qu’une vulgaire mouche.

Grid éprouva de l’admiration pour son camarade.

« Que viens-tu de faire ? On aurait dit que tu lui as infligé de gros dégâts avec un os et un pois ? »

D’après l’équipement qu’il portait, ce joueur du nom de Coke était au minimum niveau 100. De plus, son armure était au moins de rang rare… C’était incroyable de le voir cracher du sang après avoir été frappé par un haricot.

« J’ai utilisé du qi. Je peux maximiser ma puissance en injectant du qi dans un objet ; entre mes mains, même une plume peut devenir aussi tranchante qu’une épée. »

« C’est comme dans les histoires wuxia ! »

« Wuxia ? C’est quoi ça ? »

« Ça parle de gens comme toi qui changent le monde. »

Grid et Piaro se fichaient des autres clients et de leurs tintamarres, ce qui ne manqua pas d’enrager de plus en plus les joueurs.

« Ce clochard nous aura ignorés jusqu’au bout… ! »

Comme Coke restait passif, un moine niveau 78 du nom de Pitu et un berserker 85 nommé Dais se levèrent de leurs sièges, et alors qu’ils approchèrent de Piaro… La porte de l’auberge s’ouvrit subitement.

Des douzaines de soldats entrèrent précipitamment dans la taverne étroite et se tinrent au garde à vous tandis qu’un chevalier à l’armure blanche entra.

« Sire Dio arrive ! »

Le jeune homme aux sourcils blonds particulièrement remarquables balaya l’intérieur du bâtiment en plissant les yeux.

« Cet établissement pue. Les gens y mangent-ils moins bien que les porcs ? Mais quelle puanteur incroyable… » Dio amena une rose qu’il tenait en main sous son nez, la renifla et demanda : « Est-ce que quelqu’un ici a vu le Duc Grid ? »

« Le Duc Grid ? »

« Parle-t-il de Dieu Grid ? »

Il n’y avait aucun monstre de haut niveau autour de Patrian, car les chevaliers et soldats de la ville les chassaient pour s’entraîner. »

« Pourquoi cherchent-ils un joueur de haut niveau à Patrian ? »

« Avant ça, pourquoi Dieu Grid viendrait dans un endroit pareil ? »

« Vous ne savez vraiment rien… » Au final, Dio commença à observer les visages des joueurs à la recherche de Grid. « Ce n’est pas toi, pas toi non plus, pas toi également… Hum… ? »

Le regard du chevalier s’attarda dans un coin, où un aventurier débutant était assis à côté d’un mendiant. Il approcha du forgeron et lui ordonna : « Enlève ton chapeau. Heok ?! »

Il fut alors terrifié par la puanteur extraordinaire se dégageant du duo.

« Quel dégueulasse… ! »

Dio était un noble et un chevalier, et il avait développé pour cette raison une obsession particulière pour la propreté. Piaro, qui ne s’était pas lavé depuis au moins un mois, le rendit absolument furieux.

« Comment oses-tu te balader avec une puanteur pareille ! Quel bâtard sans vergogne ! Mon nez va devenir insensible par ta faute ! Dégage, je ne veux pas avoir la nausée par ta faute ! »

Ohh !” S’exclamèrent les joueurs agacés par Piaro, qui trouvèrent sa réplique cool.

« Allons-nous-en. »

Grid se leva de son siège, jugeant qu’il valait mieux s’en aller, vu qu’apparemment le Comte Ashur semblait l’avoir remarqué.

Je ne veux pas perdre de temps.

Il attendait énormément de sa grande ville, Reidan. Il voulait y arriver aussi vite que possible et voir combien il allait pouvoir en tirer en taxes. Dio le rattrapa alors qu’il tentait de sortir.

« Ne t’ai-je pas dit d’enlever ton chapeau ? »

« … Il est déjà trop tard, on dirait. » Le forgeron sourit de toutes ses dents et demanda au chevalier : « Pensez-vous vraiment que je suis le Duc Grid ? »

« En effet, j’ai reçu un tuyau confirmant sa présence ici. » Répondit brusquement Dio.

Le visage de l’aventurier se tordit de rage : « Pourquoi me parles-tu comme ça, dans ce cas ? »

« Hein… ? »

Une pression énorme fut libérée, et elle subjugua tant et si bien l’assemblée qu’elle fit hésiter tous les gens dans la taverne, dont le chevalier et ses soldats. Le Duc était capable d’une telle prouesse car sa stat de dignité était aussi élevée que celle d’un roi. Il jeta son chapeau.

« G-Grid… ! »

« Dieu Grid ! »

Alors que les joueurs s’exclamaient, Dio, lui, était abasourdi. Grid pressa son index sur son front. « Si tu savais que j’étais le Duc Grid, pourquoi m’as-tu tutoyé ? Hein ? Qu’as-tu dit déjà ? Tu m’as traité de bâtard, c’est ça ? On a gardé les cochons ensemble ? »

Le forgeron éprouvait de la rancœur envers le Comte Ashur, mais aussi envers ses chevaliers. C’était ces derniers qui l’avaient tué quand il avait obtenu le livre rare de Pagma, et Dio était l’un d’entre eux.

« J’ai essayé de prendre sur moi, mais cet enfoiré est trop arrogant. »

Ne pouvant plus contenir sa colère, il gifla le chevalier. Ce fut une expérience terrible pour celui-ci, qui n’avait jamais été frappé, même par ses parents.

« T-Tu m’as frappé… ! »

Il se mordit les lèvres alors qu’il se fit gifler à nouveau.

« Tu ne t’es même pas excusé pour ne pas t’être incliné devant moi ! Grossier salopard ! »

Grid avait mûri après plusieurs incidents, mais la nature fondamentale d’une personne ne changeait pas facilement… Et la sienne n’était pas bonne de base. Il gifla le chevalier devant tout le monde sans se soucier de son statut.

Slap ! Slap ! Slap !

Le beau visage de Dio gonfla rapidement comme celui d’un crapaud, et il finit par perdre la raison. Il se saisit de son épée en oubliant totalement l’ordre du Comte Ashur de lui amener ‘gracieusement’ le Duc.

« Une telle humiliation… ! »

« Quoi ? Tu oses être irrespectueux face à un Duc ? Tu vas continuer ainsi jusqu’au bout ? » Les yeux du forgeron brillèrent de la même lueur que lorsqu’il était appelé le Boucher Psychopathe. « Tu es condamné à mort. »

Jeeeong !

Il brandit Échec et Dio, qui ne put encaisser ce seul coup, fut projeté dans le mur derrière lui.

« Tousse ! Tousse ! »

Les soldats paniquèrent en voyant le chevalier à leur tête cracher du sang. Devaient-ils protéger leur chef ? Mais dans ce cas, n’était-ce pas une rébellion envers le duc ? Alors que le trouble les gagnait, la lame froide se posa contre la mâchoire de Dio.

« Te souviens-tu de ce jour-là ? »

« Quel jour… ? »

« Le jour où j’ai trouvé le livre rare de Pagma. »

« Je m’en souviens parfaitement. »

Dio ne pouvait pas l’oublier, vu que c’était le jour où la fureur du Comte Ashur atteignit son paroxysme. « Ce jour-là, j’ai été tué de vos mains. Je vais te donner la chance d’éprouver la même douleur. »

Contrairement à un joueur qui ressuscite après avoir été tué, les PNJs n’avaient qu’une vie. Dans Satisfy, tuer un PNJ correspondait à un meurtre dans la réalité. Le forgeron rechignait à tuer un PNJ, et plus encore après s’être lié avec Khan. Ainsi, il n’avait aucune intention de tuer le chevalier ; il avait juste l’intention de le terrifier.

Cependant, Dio fut réellement terrifié, et il se pissa dessus. Il se mit à écumer de terreur et perdit conscience. Ce jour devint un traumatisme à vie pour le jeune homme, qui avait toujours été traité comme un prince toute son enfance.

***

«  C’est étrange qu’on vous traite ainsi si vous êtes duc du royaume. » Remarqua Piaro.

« C’est un cas particulier : j’ai de mauvaises relations avec cette ville. » Répondit Grid en haussant les épaules.

« C’est donc pour ça que vous camoufliez votre identité. »

Les deux hommes quittèrent l’auberge et se dirigèrent vers la sortie de Patrian. Coke se précipita à leurs trousses.

« Grid ! Grid ! »

Le forgeron fronça les sourcils. « Tu ne vois pas que je suis incognito ? Pourquoi m’interpelles-tu par mon nom comme un imbécile ? »

« Je-je suis vraiment désolé, j’étais si excité que je n’ai pas réfléchi… » Coke sortit un bout de papier et le lui tendit. « Signez ça, s’il vous plaît ! »

« … Le signer ? » L’aventurier cessa aussitôt de grimacer. « Es-tu un de mes fans ? »

« Vous êtes mon idole ! Je veux être tout comme vous ! »

« Hmm hmm. »

Il était une idole. Le forgeron était fou de joie, lui qui avait été ignoré toute sa vie. Il signa donc le bout de papier de Coke.

« Merci beaucoup ! »

Ce fut le moment où Coke, qui ferait plus tard partie des 10 prochains Débutants, devint un vrai fan de Grid.

Pendant ce temps, le Comte Ashur reçut le rapport de Dio.

« Je ne peux pas laisser passer ça. »

L’embarras du subordonné revenait également à son chef. Le Comte Ashur, plus furieux envers le forgeron encore, localisa sa position exacte avec les sphères magiques, puis il utilisa ‘téléportation de masse’ sur ses chevaliers et lui.

Alors qu’il quittait Patrian, l’aventurier s’arrêta ; une lumière apparut dans le ciel et Ashur apparut devant lui.

« Tu es venu, au final. Tu as vraiment envie de mourir ou quoi ? Es-tu cinglé ? » Demanda rageusement le Comte.

« Je ne suis plus qui j’étais autrefois, et on ne peut plus me prendre à la légère. Peux-tu te permettre de t’opposer à moi ? » Demanda arrogamment Grid.

« Je suis le seul grand magicien du Royaume Éternel, et l’un des dix grands magiciens du continent. » Se gaussa le Comte Ashur.

Il n’exagérait pas. Il était l’homme le plus puissant du royaume, et c’est pourquoi il avait été nommé au point stratégique qu’était Patrian.

« Je ne crains pas la puissance de Pagma, d’autant plus que tu n’es pas Pagma. J’ai assez de sorts pour me débarrasser de toi… Heok ?! »

Le Comte Ashur fut soudainement choqué par la quantité écrasante d’énergie qui fut soudainement émise par Piaro, dont la compétitivité s’embrasa.

« Je voudrais affronter un des 10 grands magiciens du continent. »

« Q-qui êtes-vous ? »

Ashur ne pouvait plus se soucier de Grid à cause de l’apparition inattendue d’un monstre. C’eut été mettre la charrue avant les bœufs.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 210
OG Chapitre 212

Related Posts

10 thoughts on “OG Chapitre 211

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com