OG Chapitre 246
OG Chapitre 248

Et voilà le dernier chapitre de cette semaine de reprise ! Rendez-vous lundi pour la suite :3

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 247

 

Damien marchait tranquillement sans rien demander à personne, et il ne voyait pas comment il aurait pu provoquer la méfiance de ces fermiers. Pourquoi lui bloquaient-ils le passage alors ? Leur attitude n’avait aucun sens.

Il réfléchit à la question et arriva à une conclusion raisonnable.

Ils ne m’aiment pas parce que je suis un otaku.

L’équipement de Damien était gravé de toutes sortes de phrases écrites en or, qui ressortaient harmonieusement avec le ton blanc de son équipement. Cependant, la beauté de la chose passait au second plan quand on regardait ces phrases de plus près.

Je t’aime Rin-chan, magnifique Isabel-chan, adorable Luna-chan, Filles de Rebecca ♥♥’ et ainsi de suite.

Ces décorations particulières provoquaient le dédain, et parfois dégoutaient tant certaines personnes qu’elles lui tombaient dessus. Dans la réalité comme dans les jeux, un otaku était la cible de dérision et de haine.

Mais Damien ne pliait pas devant ce déferlement négatif. Il voulait librement exprimer son amour pour les Filles de Rebecca et ne comprenait pas pourquoi il devait subir toute cette haine, juste pour avoir exprimé un amour aussi pur et enthousiaste.

« Je suis un paladin de l’Église de Rebecca. Pourquoi voulez-vous savoir qui je suis ? » Répondit-il froidement.

« Vous n’avez pas l’air d’un paladin ordinaire. » Répondit un des fermiers en souriant.

« Oui, je ne suis pas un paladin ordinaire, mais un paladin otaku ? Et alors ? Vous voulez me tabasser, c’est ça ? » S’exclama le japonais.

« Otaku ? Qu’est-ce donc ? Quoi qu’il en soit, voulez-vous bien vous battre contre moi ? Le pouvoir divin que je sens autour de vous est très intéressant, comparé à celui des paladins et prêtres que j’ai rencontrés jusque-là. »

« Oh… »

Damien réalisa enfin que ces types n’en avaient pas après lui parce qu’il était otaku, mais juste parce qu’ils étaient cinglés. Ce fermier avait senti sa puissance divine et voulait le défier ? On pouvait sans crainte affirmé qu’il avait un pet au casque.

Il est fou à lier.

Le jeune homme éprouva de la compassion envers cet homme et pria sincèrement.

« Déesse de la lumière, bénis s’il te plait ces pauvres hères… »

Un moment plus tard, il finit sa prière et fit ses adieux aux fermiers.

« J’espère que la Déesse Rebecca vous accordera sa faveur et vous rendra la raison. Sur ce, je vais vous laisser. »

Le paladin pressa le pas vers la porte sans regarder en arrière, car il ne voulait pas perdre davantage de temps avec ces fous.

Je veux rencontrer Grid aussi vite que possible.

Il voulait lui demander de sceller la Lance de Raphaël, mais il s’inquiétait de savoir si Grid le cupide accepterait sa requête.

Je sauverai Isabel-chan, dussé-je lui donner tout ce que je possède.

Il allait dévouer son âme même à Isabel. Et alors qu’il confirmait sa résolution à nouveau…

Peeng !

Un bruit sourd éclata. Damien tourna la tête et vit une binette voler droit vers lui.

« Heok ? »

La binette avait été lancée avec une intention meurtrière on ne peut plus claire. Elle était enveloppée d’un QI accablant qui lui causerait de terribles dégâts s’il ne la bloquait pas ! L’otaku sentit instinctivement le danger et leva précipitamment son bouclier.

Chaaeng !

La collision entre les deux provoqua une onde de choc qui secoua le champ de blé tout entier. Le paladin en fut horrifié.

Quelle puissance !

C’était une attaque d’une force incroyable, de quoi glacer le sang du paladin numéro 1 de l’Église de Rebecca. Alors que la confusion le gagnait, le fermier récupéra sa binette et jeta son chapeau de paille.

Ce PNJ s’appelait Piaro. Il le regardait d’un air amusé, une binette dans une main et une houe de l’autre.

« Bien défendu ! Je vais devoir utiliser l’Escrime Suprême. »

Le fermier était excité. Le Duc Grid, les membres de Surstuffé, Kraugel et maintenant, Damien. Rencontrer tous ces gens que l’Escrime Impérial n’écrasait pas l’excitait terriblement.

Je vais devoir me battre sérieusement contre lui, comme lorsque j’affrontais Kraugel.

Lorsqu’il s’était battu contre Grid aux Chutes de Loran, Piaro n’avait pas pu démontrer pleinement ses capacités, car il n’était pas dans son état normal. Cependant, après avoir passé ces derniers mois auprès du Duc Grid, il était redevenu émotionnellement stable et pouvait pleinement exercer toute sa puissance.

« Bien, commençons. »

« Nope, je n’en ai aucune envie ! » Refusa aussitôt Damien, qui ne voyait aucune raison de se battre.

Mais Piaro était têtu. « Vous devez me vaincre pour entrer dans Reidan. »

« Pardon ?! »

Le paladin trouva sa déclaration ridicule. Un fermier jouait les gardiens de la cité ? Et l’autre fermier, jusque là silencieux, murmura soudainement à Piaro :

« Allez-y doucement, s’il vous plaît. Je veux également me battre contre lui. »

C’était Kraugel, qui travaillait dans les champs et s’entrainait avec Piaro depuis une quinzaine de jours. Grâce à ce dernier, il était indubitablement devenu plus fort qu’avant ; à présent, il ne perdait plus que la moitié de sa vie en se battant contre lui.

Un jour, un type exceptionnel devint le n°2 au classement des paladins, et ce bien qu’il soit paladin de Rebecca. Mais un jour, cet homme disparut complètement du classement, aussi les rumeurs suggéraient qu’il avait trouvé une classe secrète.

Cette personne était Damien, et Kraugel était intéressé par cette célébrité. Cependant, l’otaku ignorait qu’il était célèbre, car seules les Filles de Rebecca l’intéressaient.

Quoi qu’il en soit, cette célébrité faisait à présent face à une crise sans précédent.

Face à lui, le plus grand épéiste du continent, Piaro.

Le meilleur parmi deux milliards de joueurs, Kraugel.

Il était destiné à les affronter tour à tour. (NdT RIP Damien)

 

***

 

La Guilde de la Fleur de Glace était un des piliers parmi les sept guildes. Elle comptait 30 membres, ce qui était peu, mais chacun d’entre eux était un magicien d’élite faisant partie du top 100 du classement des magos.

Bondre, leur maître de guilde, était tout particulièrement talentueux. Il était le n°1 du classement des magiciens, et 11° au Classement Global. Certes, il était descendu à la 17° place à cause des membres de Surstuffé, mais personne ne remettait en cause sa puissance.

Ah, et il y avait Grid, qui l’avait fait se déconnecter en quatre secondes lors de la Compétition Internationale.

Mais tout ça, c’était avant. Après cette humiliation publique, Bondre lutta pour mettre la main sur davantage de sorts de rang S. Tout son argent et ses efforts y passèrent mais à présent, il était bien plus puissant que lors de la Compétition.

Il avait désormais trois sorts de rang S. Dans neuf mois, la Seconde Compétition Internationale aurait lieu dans son pays natal, en France, et il prévoyait de se venger consciencieusement de Grid devant le public.

« Je te déconnecterai en trois secondes… Mais aujourd’hui, je me contenterai de détruire ton domaine. »

Ce maudit Grid était le seigneur de Reidan, aussi Bondre avait l’intention de raser la ville et d’en faire un terrain vague. Tous ses efforts passés à développer la ville ces derniers mois allaient finir en vain ! C’était cruel ! C’était parfait !

« Je vais te briser ! Kuhahahaha ! »

« Ça y est, ça le reprend. » Marmonnèrent les guildeux en le voyant éclater d’un rire machiavélique. Ça lui arrivait souvent depuis sa défaite face à Grid… L’ancien maître de guilde calme et bon leur manquait.

« Huh ? C’est quoi, ça ? »

Alors qu’ils traversaient une forêt étrange remplie de vignes épineuses, à l’ouest du Royaume Éternel et pas loin du désert, la Guilde de la Fleur de Glace arrêta soudain sa marche car des centaines de personnes apparurent devant eux en leur bloquant le passage.

« On dirait des réfugiés, non ? »

« Tu parles d’un timing de merde. »

La guilde était proche de Reidan, mais ces 900 réfugiés ralentissaient leur marche, ce qui ne manquait pas de les irriter.

« Tuez-les et puis c’est marre… » Cracha Bondre après avoir jugé la situation. Les guildeux grimacèrent et tentèrent de le calmer.

« Notre infamie va monter en flèche si nous tuons autant de gens ! Nous ne pourrons plus jouer normalement avant un long moment ! »

« Il a raison, maître, détendez-vous un peu. »

Bondre perdait la tête, à être aussi près de sa cible sans pouvoir l’atteindre.

« Putain de bordel de merde ! Je vais ravager Reidan immédiatement ! »

« Regardez ! On peut toujours voler à travers le ciel ! » Tentèrent de l’apaiser ses collègues.

« Allez maître, volons jusqu’à sortir de cette forêt. D’accord ? »

Le français, parvenant à peine à se contrôler, opina du chef.

« Aaaaah… D’accord. C’est dommage de gâcher son mana comme ça, mais on en perdra toujours moins en volant qu’en tuant ces gens. »

Flotte.

Au moment où le magicien et ses guildeux utilisèrent Vol, une main jaillit d’un buisson épineux et se saisit de l’un d’entre eux.

« Qu’est-ce que… ? »

Les membres de la Fleur de Glace ne comprirent pas ce qui se passait. Une fenêtre de notification apparut alors sous leurs yeux stupéfaits.

[Le membre de votre groupe, Ren, vient de mourir.]

« Quoi ?! »

« C’est dingue ! »

Que se passait-il ? Bondre visa l’endroit d’où était sortie la main.

« Prends ça, enfoiré ! »

Kwajajajajak !

Des bombes de glaces couvrirent rapidement les vignes et les détruisirent, révélant le cadavre de leur collègue.

Où est-il ?

Ils devaient trouver le meurtrier de Ren. Bondre et les autres fouillèrent la zone, mais en vain.

Puk !

« Kyak ! »

[Le membre de votre groupe, Argent, vient de mourir.]

Le français et ses guildeux pâlirent. Un de leurs collègues, qui était juste à côté d’eux, venait de mourir et personne n’avait détecté son tueur. C’était comme s’ils avaient à faire avec un fantôme.

C’est un assassin.

Un puissant assassin que Bondre, du haut de son niveau 303, ne pouvait pas détecter. Un assassin assez puissant pour tuer des magiciens approchant le niveau 300. Un assassin comme Faker.

Faker ? Un frisson glacial parcourut son échine. C’est impossible…

Était-ce réellement Faker ? Dans ce cas… !

« Ne restez pas plantés là ! Sortez immédiatement de la forêt ! »

Un assassin était le contre parfait d’un magicien. Les magiciens avaient peu de points de vie, de défense et d’agilité ; ils ne pouvaient pas se permettre d’affronter des assassins, et encore moins dans un endroit sombre et rempli d’obstacles ! Il leur fallait un endroit dégagé. Aussitôt, les guildeux utilisèrent Hâte afin de s’échapper le plus rapidement possible de cette forêt.

Mais l’homme tapis dans les ténèbres n’avait aucune intention de les laisser s’échapper. Il lança ses dagues vers les magiciens.

 

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 246
OG Chapitre 248

Related Posts

5 thoughts on “OG Chapitre 247

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com