OG Chapitre 344
OG Chapitre 346

Et hop, voilà le dernier OG régulier de la semaine !

J’espère que cet arc vous a régalé et que vous êtes prêts pour toujours mieux :3

Bonne lecture et à lundi !

 

 

Chapitre 344

 

Grid accepta l’avis de Lauel et acquiesça.

Tu m’as convaincu. Occupons-nous du Prince Ren, dans ce cas.

La colère disparut peu à peu des yeux noirs de Grid. Suivant l’exemple de Huroi et de Lauel, il réfléchit prudemment avant de parler.

« Prince Ren, laissez-moi vous demander quelque chose : le fait que vous ayez envahi Reidan signifie que quelque chose est arrivé au roi, n’est-ce pas ? »

Il est trop intelligent.

Grid avait percé à jour tous ses stratagèmes et les avait neutralisés. Ses yeux noirs donnaient l’illusion de voir à travers tout. Il était difficile de croire qu’il était né roturier.

Dans une terreur mêlée d’admiration, le prince déglutit et hocha la tête.

« En effet. La vie du roi touche à sa fin, et il me fallait vous attaquer afin de pouvoir sécuriser le trône. » Dit-il, le visage à nouveau tordu de rage et de ressentiment.

« Vous… ! Si vous aviez tout simplement prêté allégeance à la famille royale et pas juste au roi ce jour-là… ! Je n’aurais pas eu à prendre une décision aussi extrême ! »

Il ne faisait pas que transférer la responsabilité de la guerre sur Grid, il s’ouvrait à lui. Le prince se retrouvait dans une position inconfortable, comme Lauel l’avait prévu. Ce dernier souriait d’ailleurs d’un air mauvais.

Votre décision radicale a affaibli la puissance de la famille royale et a renforcé celle de Grid.

Le Duc eut la chair de poule devant le sourire de son bras droit. Les mecs intelligents étaient vraiment terrifiants.

« Hrmm… Comme vous dites, j’ai prêté allégeance au roi. »

Il étouffa sa rage triviale envers le prince pour jouer ses cartes sur le plan politique national.

« Moi, Grid Reidan du Steim, ait pris ma décision. Le Prince Ren a tenté de secouer mes fondations en envahissant mon territoire, mais il reste le successeur du roi et le pilier du Royaume Éternel. En tant que son serviteur, je pardonne au prince ses péchés. »

« … ! »

Le prince et les soldats de l’armée royale écarquillèrent les yeux. Son manque de respect envers Ren n’en était pas la cause, son pardon l’était. Pardonner ses péchés revenait à dire qu’il ne lui ferait pas porter la responsabilité de ses actions ! Une telle miséricorde était inédite.

Le Prince Ren, ne pouvant y croire, demanda à nouveau : « Vous me condamniez à mort il y a quelques instants encore, alors pourquoi pardonnez-vous soudainement mes fautes ? Quelle absurdité essayez-vous de faire ? »

Grid le regarda avec des yeux de merlan frit.

« Pourquoi piquez-vous une crise quand je vous épargne ? »

Sa vraie nature remontait au grand jour… Lauel secoua la tête et jeta un regard à Bunny Bunny, afin qu’il édite cette partie. Le commentateur malin hocha immédiatement la tête.

Le duc parla à nouveau. « Je vais fermer les yeux sur vos péchés car vous êtes le successeur du roi à qui j’ai prêté allégeance. Je vais vous laisser partir afin de maintenir ma loyauté envers Sa Majesté et pour étouffer le chaos dans le royaume, imbécile. »

« Pourquoi prendriez-vous une telle décision… ? Pourquoi… ? »

Le prince fut enthousiasmé par la générosité immense de Grid et se sentit coupable.

Quelles que soient mes raisons, j’ai tenté de détruire le Duc Grid…

Il était profondément ému d’avoir été pardonné.

« Moi, le Prince Héritier Ren du Royaume Éternel, je fais cette promesse : je n’oublierai jamais le sacrifice qu’a fait le Duc Grid en pardonnant le pêcheur que je suis pour le bien du royaume… Je passerai le restant de mes jours à me racheter. »

« Ne me trahissez plus. » Grommela le Duc en se levant de son siège.

Il était spectaculaire de voir les 1,000 troupes de Reidan, et les 500 soldats royaux survivants à sa droite. Il était certainement l’un des plus grands joueurs de Satisfy.

Tout le monde commence le jeu sur un pied d’égalité.

Cependant, alors que certains luttaient encore face à des orcs, Grid était devenu le duc d’un royaume et régnait sur des milliers de personnes. Il était vraiment fantastique. Bunny Bunny le couva d’un regard envieux…

Je vois à présent que c’est un type bien.

Après avoir utilisé Noircissement, les yeux du forgeron était devenu complètement noirs, et sa peau pâle comme un linge. Les deux tons distincts donnaient l’illusion qu’il était beau gosse, d’autant que ça le rendait photogénique. Cela dit, il était à mille lieux d’égaler ‘le Grid version cheveux blancs’ qui avait enchanté les femmes à travers le monde.

« Bon, eh bien je file à présent. »

L’armée se retira des baraquements et partit pour Reidan. Bunny Bunny avait capturé l’image glorieuse du Duc et n’avait aucun regret. La dernière chose qu’il vit avant de partir fut Chucksley, au milieu des survivants de l’armée royale.

Le grand épéiste, profondément reconnaissant envers Grid d’avoir pardonné le prince, fit une promesse en son for intérieur.

Ô héros du royaume aux capacités multiples, je jure que la famille Lokan t’honorera toi et ta famille à jamais.

Le prince et lui l’avaient oublié à force d’être sur la défensive mais au départ, Grid était le héros du royaume. Ils en tiraient une grande culpabilité.

 

***

 

« Je lui suis reconnaissant d’avoir épargné ma vie, mais… J’en reste mitigé. Je suis complètement hors de la course à la succession, à présent. »

Il ne lui restait même pas 1,000 soldats, vu qu’il en avait perdu plus de 6,000 sur les 7,000 troupes déployées. De plus, il avait perdu 24 Dragons d’Argent, 39 chevaliers, Ferrel et Andu. C’était un coup dur également pour les nobles soutenant la famille royale, et il ne pourrait pas éviter de prendre ses responsabilités à leur égard. Il allait perdre le titre de prince héritier en plus d’être puni.

« Le sang de la famille royale est plus précieux que n’importe quelle gemme. Que vous ayez pu rester en vie est bien suffisant, Votre Altesse. De plus, avoir confirmé la loyauté du Duc Grid envers la famille royale est une grande réussite. »

Le Prince Ren était reconnaissant envers Chucksley, qui tentait de le rassurer autant que possible et servait toujours la famille royale avec un grand cœur.

« Dépêchons-nous, je veux être auprès de Père lorsqu’il partira. »

Le Roi Wiesbaden n’avait plus qu’une semaine à vivre, et les fautes du prince lui pèseraient davantage encore s’il ne pouvait être à ses côtés. Le grand épéiste et Ren se hâtèrent avec impatience lorsque deux hommes apparurent devant eux.

L’un était le 2nd Prince d’Éternel, Aslan, tandis que l’autre était caché par la grande robe qu’il portait.

« Aslan ? Que fais-tu là ? » Demanda le prince Ren, confus par la soudaine apparition de son frère.

« J’étais convaincu de votre défaite, Grand-frère. Pensiez-vous vraiment pouvoir vaincre le légendaire Duc Grid avec une simple armée de 7,000 hommes ? Une légende ne peut être blessée par un soldat. La famille royale n’a pas encore le pouvoir de s’opposer au Duc. »

« … Je suis désolé. J’ai été submergé par mon anxiété et du coup, j’ai infligé un terrible coup à notre famille. »

« Non, vous n’avez pas à vous excusez auprès de moi. Je vous suis plutôt reconnaissant en fait. Pourquoi pensez-vous que je ne vous ai pas arrêté bien que j’ai anticipé votre défaite ? »

Aslan était de base un prince renfermé. Il ne parlait pas facilement et quand il se lançait enfin, c’était après avoir réfléchi au moins 10 fois à quoi dire. Ren était peut-être son frère, mais il avait rarement entendu sa voie ces 30 dernières années.

Mais à présent, Aslan parlait sans hésitation et avec une expression provocatrice.

L’expression du Prince Ren se tordit. « Aslan, ne me dis pas que… »

« Ah, vous avez remarqué ? Je voulais que vous vous auto-détruisiez. À ce titre, le résultat actuel est quelque peu regrettable ; l’idéal aurait été que vous perdiez la vie face au Duc Grid. »

« Prince Aslan ! Vous allez trop loin ! »

Chucksley avait prêté allégeance à la famille royale même, et non pas au prince Ren. Le bien-être de la famille royale importait plus que tout, et c’est pourquoi il ne voulait pas voir les princes se disputer.

Aslan tendit la main vers l’épéiste qui tentait d’apaiser les choses.

« Sire Chucksley, venez avec moi. Je vais prendre la vie de mon frère ainé, et j’espère que vous ne mourrez pas avec lui. »

« Quoi… ? »

Le grand épéiste douta de ses oreilles.

Aslan se pencha alors vers la silhouette camouflée sous la robe. « Épargnez Sire Chucksley, si possible.  Il est le trésor de notre royaume. »

L’homme en robe silencieux opina du chef. « Bien compris. »

Flap.

L’homme inconnu jeta sa robe vers le ciel, distrayant un instant le Prince Ren.

Teong !

Il approcha tout à coup de Ren.

« Espèce de… ! »

Chucksley bougea précipitamment et fit de son mieux pour bloquer l’épée qui allait transpercer le prince héritier. Cependant, l’inconnu était une fine lame à laquelle il ne pouvait se mesurer ; il évita l’épée du grand épéiste et frappa diagonalement le prince Ren.

« Ke…heok ! »

Ren cracha du sang tandis que l’épée pénétrait son armure. Son sang chaud trempa rapidement le sable froid du désert.

« Votre Altesse !! »

Il devait vivre ! Cette conviction au cœur, Chucksley fonça vers le prince héritier. D’une manière ou d’une autre, ils devaient s’échapper et appliquer les premiers secours au prince. Cependant, l’homme inconnu amené par Aslan bloqua le passage de l’épéiste.

« Qui êtes-vous, noms de dieux ?! »

Chucksley était un grand épéiste, un des plus puissants épéistes du continent, et ce type surgit de nulle part le surpassait ?

L’inconnu répondit à l’escrimeur confus : « On m’appelle le 9e Chevalier. »

« … ! »

Chucksley examina tardivement l’homme, qui portait une armure rouge symbolisant les Chevaliers Rouges.

« Un chevalier à chiffre unique ! »

Les plus puissants chevaliers de l’Empire Saharien, qui dominait le continent depuis des siècles. On disait même que leur réputation était même connue du continent Est !

Mais…

Je suis un grand épéiste !

Si un chevalier à chiffre unique était un des meilleurs chevaliers de l’empire, il était le meilleur épéiste du continent.

Dans ce cas, pourquoi ne puis-je rien contre lui… ?

Le 9e chevalier haussa les épaules.

« Il y a à peine 100 ans, le titre de ‘Grand Épéiste’ n’était pas celui du plus puissant épéiste. Celui-ci portait alors le titre de ‘Saint Épéiste’. »

« Cela étant, ça fait 100 ans que personne digne de porter ce titre n’est apparu. Par contre, on voit des grands épéistes une fois tous les 20 ans. »

« Vous vous perceviez peut-être comme étant le plus fort, mais nombre de gens talentueux naissent avec les qualités d’un saint épéiste. Avec un peu de recul, vous admettrez qu’un grand épéiste est banal. »

« Vous êtes également un grand épéiste ! »

« De fait. Mais je suis bien plus près de devenir un saint épéiste que vous. »

Puok !

Une épée étrange à la pointe en forme de Y rebondit contre l’épée de Chucksley et perça le cœur de Ren.

« Votre Altesse ! »

Le corps du prince dans ses bras se refroidit rapidement, au grand désespoir de son escorte. Pendant ce temps, Aslan s’occupa des soldats avec le 9e Chevalier.

 

***

 

Au départ, les 20 Dragons d’Argent étaient venus enlever Irène.

Ils étaient retenus captifs par un amoureux des patates qui pouvait bien être un épéiste, un magicien ou encore un fermier, et ils s’imaginaient qu’ils allaient être exécuté. Cependant, le fan des pommes de terre les épargna contre toute attente, et il enleva même les détecteurs de pouvoir magique contrôlant leurs corps et leurs esprits ?

« Vous deviez avoir vos raisons pour faire quelque chose d’aussi mauvais. Quoi qu’il en soit, vous êtes maintenant libre. Je ne veux pas salir mon corps ou mon âme en vous tuant. »

Ces orphelins, forcés de devenir des assassins, étaient maintenant libres après cette vie infernale ? Les Dragons d’Argent étaient impressionnés et reconnaissants envers ce fan de patates dont ils ignoraient le nom. Le problème était qu’ils n’avaient nulle part où aller.

« Nous voulons vous suivre avec sincérité. »

« … »

C’était ennuyeux pour un amoureux des pommes de terre. Blanc n’avait pas besoin de l’aide de ces assassins faibles, mais ils pouvaient être utiles à quelqu’un d’autre.

« Vous êtes pénibles à mes yeux, mais si vous voulez protégez quelqu’un, protégez la Duchesse Irène. »

« À vos ordres ! »

Les assassins se rendirent immédiatement auprès d’Irène, qui se trouvait alors dans la chambre de Lord. C’était le domaine de Kasim, le Roi des Ombres.

« Qui êtes-vous ? »

« Heok ! »

Il y avait quelqu’un dont ils ne pouvaient détecter la présence ? Kasim examina les assassins nouvellement venus.

« Oh, c’est la méthode de respiration de Daluka, non ? Vous avez appris quelque chose de très intéressant, les gars. »

Ce fut le jour où fut fondé le plus puissant groupe d’assassins, ‘les Ombres Surstuffées’.

 

N’hésitez pas à me payer un café si vous aimez mes trads ! J’apprécie toujours votre soutien =)

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 344
OG Chapitre 346

Related Posts

7 thoughts on “OG Chapitre 345

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com