Rebirth - Chapitre 386
Rebirth - Chapitre 388

Et voici un petit chapitre pour ce milieu de semaine ðŸ˜‰

Bonne lecture à tous =)

Expression du jour : « Il y a des jours où il faut pas me chercher, et il y a des jours tous les jours. -Kran-« 

Soutien :

Dons de soutiens libres : http://utip.io/AlthanMaiel

Dons de soutien :https://www.patreon.com/althanmaiel

Discord : AlthanMaiel#8202 – Discord Xiaowaz : https://discord.com/invite/haBjJ3r

Chapitre 387 – Le Château Antique du Comte

 

Les Inquiétudes du Comte Kelfield n’était qu’une quête commune. Mais se pouvait-il que son contenu soit lié à la quête actuelle de notre jeune Voleur ?

Nie Yan avait déjà participé aux Inquiétudes du Comte Kelfield dans sa vie passée pour se faire un peu d’argent facile. Mais comme il avait eu quelques différents avec Victorious Return, il n’avait pas eu d’autre choix que de l’abandonner. Au final, il n’avait jamais eu la chance de pouvoir la rendre.

Cela voulait dire qu’il ne pouvait faire que des suppositions alors qu’il galopait, cheveux au vent.

Après avoir traversé plusieurs zones, il avait fini par remarquer qu’il y avait beaucoup plus de joueurs dans les environs que dans les semaines précédentes, un signe que Conviction devenait de plus en plus populaire.

En se basant sur ses souvenirs de sa vie passée, Conviction n’allait cesser de gagner en popularité et le resterait même après 10 ans.

Un voyage qui aurait dû lui prendre un peu plus d’une demi-heure n’avait pris que 10 minutes à dos de Faulkner. Enfin, il avait fini par apercevoir le château antique dans lequel se trouvait le comte. Ce château ressemblait à une énorme forteresse impénétrable, construit en pierres épaisses et situé sur le flanc du Mont Marcos. Et même s’il semblait un peu vieillot, il était facile d’imaginer sa splendeur durant son apogée. Sur les murs, Nie Yan pouvait voir des cylindres métalliques menaçants. Il s’agissait de Canons Magiques. Fabriqués par les elfes, ils possédaient une puissance destructrice incroyable. Mais hélas, ces canons-là étaient tombés en désuétudes depuis de longues années déjà.

Le château était entouré par un immense jardin luxuriant, ressemblant à une mer de pourpre et de violet caressée par le vent, diffusant ainsi une fragrance délicate jusque dans la vallée. Mais ce spectacle était tout de même gâché par certaines régions qui avaient mystérieusement été détruites.

Le jardin floral était protégé par une barrière en métal. Il y avait un portail avec un chemin venteux qui menait directement au château.

Nie Yan avait galopé jusqu’à la porte et était alors descendu de sa monture. Il avait bien observé ses alentours, prudent, mais n’avait pas détecté la présence du moindre monstre. L’endroit semblait paisible. Après avoir confirmé sa pensée, il s’était alors dirigé en direction du jardin.

Vous avez découvert le Château du Comte Kelfield.

Après avoir pénétré dans le domaine du compte, notre héros avait reçu une mise à jour de sa quête.

Quête : Parlez au Comte Kelfield.

Le Château du Comte Kelfield déborde de danger. Depuis que les attaques de morts-vivants ont commencé dans les jardins, ses servants ont pris peur et se sont enfuis du château, ne laissant d’autre choix au comte que d’embaucher de nouveaux serviteurs. Mais le plus étrange n’est pas le comportement des servants mais bien celui du comte. Récemment, le Comte Kelfield a quitté son château à la nuit tombée. Le matin suivant, il a Ã©té retrouvé par un de ses nouveaux serviteurs, allongé dans le champ de fleurs, endormi et couvert de boue et de terre. Depuis cet incident, il a commencé à délirer, marmonnant constamment le même mot en boucle : « Ina, Ina, Ina â€¦ Â»

La Princesse Fantôme Ina ?! S’était exclamé intérieurement Nie Yan avec choc. Quelle étrange coïncidence !

Apparemment, cette quête semblait être liée à une autre série de quête !

Je dois parler au Comte Kelfield pour découvrir des indices !

Après s’être calmé, Nie Yan avait tranquillement commencé à marcher dans le jardin, se dirigeant vers le château un peu plus loin.

Les murs entourant le château étaient en mauvais état, semblant avoir été érodés par les affres du temps. Le vent soufflant sur les champs de fleur semblait tout à coup être devenu froid et, au lieu de porter la senteur des fleurs, il semblait maintenant transporter une odeur de décomposition.

En sentant ça, Nie Yan avait froncé les sourcils. Ces signes étaient l’évidence que des mort-vivants étaient dans le coin.

Dans sa vie passée, il savait que les squelettes ne commençaient à apparaître dans le jardin que lorsqu’un joueur acceptait la quête Les Inquiétudes du Comte Kelfield.

Arrivant devant la porte du château, Nie Yan avait pu voir une paire de solides et épaisses portes en métal couvertes d’une couche de rouille. Sentant une brise glaciale lui souffler sur la nuque, il n’avait pas perdu de temps et avait commencé à ouvrir les deux portes pour pouvoir entrer. Étrangement, il semblait qu’une force mystérieuse semblait empêcher les rayons du soleil de pénétrer à l’intérieur du château, car l’intérieur était d’un noir d’encre.

Soudain, deux silhouettes étaient sorties des ténèbres.

Nie Yan avait été surpris, mais avait vite réagi et attrapé la garde de l’Épée de Zennarde, prêt à combattre à tout moment. Enfin, les deux silhouettes avaient enfin pu être identifiées, appartenant à deux personnes en armure de cuir avec une targe en bois et une hache de mauvaise facture dans les mains. En voyant qu’ils n’attaquaient pas tout de suite, Nie Yan avait réalisé que les deux hommes étaient en fait des PNJ.

Il avait alors activé Vision Transcendante.

Milicien Breckon : Niveau 45

Milicien Bernard : Niveau 46

Breckon était grand et baraqué. Il semblait honnête au premier abord, n’ayant pas la moindre aura meurtrière autour de lui. Bernard, quant à lui, était un peu plus petit que son collègue. Il semblait être un jeune des plus banal.

« S-s-sire Tueur de Démon, Grand Voleur, Grand Érudit ! En-enchanté de faire votre connaissance ! » Avait commencé à bégayer nerveusement Bernard en voyant les titres de Nie Yan.

« Salutations, Sire… Â» Avait fini par dire Breckon après un délai des plus longs. Il ne semblait pas du genre bavard.

Nie Yan avait répondu à ces salutations par un hochement de tête.

« Bonjour, je me demandais si vous pourriez m’emmener voir le Comte Kelfield. Je pense pouvoir résoudre ses problèmes. Â»

« Oui, Sire ! Je vous en prie, suivez-moi ! Â» Avait dit Bernard sur un ton respectueux.

Les deux miliciens avaient alors mené Nie Yan dans les profondeurs du château.

« Le Comte Kelfield est un grand homme. Cela fait plus de 60 ans qu’il vit dans ce château. Après l’apparition de ces créatures maléfiques, beaucoup de personnes ont tenté de le convaincre de partir. Mais il a refusé de partir, déclarant qu’il était ici chez lui. Tous ses servants ont fini par partir et il ne reste maintenant plus que nous deux. Â» Avait raconté Bernard alors que le petit groupe marchait dans les couloirs déserts. Il s’était alors tourné vers Nie Yan avec un regard triste et avait dit.

« Sire Tueur de Démon, je vous en supplie, aidez notre comte ! Â»

« Bien sûr. Dieu protégera tous ceux qui sont bons et vertueux. Â» Avait déclaré Nie Yan, utilisant une formule souvent utilisée par les joueurs envers les PNJ. Pendant ce temps, il avait commencé à analyser les informations que Bernard lui avait donné. Apparemment, la raison poussant le comte à rester ici était probablement liée à la Princesse Ina. Il aurait à demander au comte en personne pour en avoir le cÅ“ur net.

Suivant toujours les deux miliciens, Nie Yan avait traversé beaucoup de couloirs et de halls avant d’arriver dans une immense salle où se trouvait une longue table. Cette dernière avait un chandelier en son centre et un tapis rouge luxueux parcourait la salle de part en part.

Levant la tête, Nie Yan avait alors aperçu une petite vitre carrée cachée derrière des rideaux rouges. Un rayon de lumière semblait timidement briller par l’interstice entre les deux rideaux. Un vieil homme était assis à cet endroit, derrière un bureau en bois, se balançant d’avant en arrière avec le regard vide et une expression désespérée sur le visage.

C’était le Comte Kelfield !

Déplaçant son regard, Nie Yan avait alors observé une peinture sur le mur. C’était un portrait frappant de la Princesse Fantôme Ina, la même à qui il avait volé les Gants de Sceaux d’Abak !

Le Comte Kelfield s’était tourné vers Nie Yan alors que ce dernier observait le tableau de la jeune femme. Drapé d’un manteau de fourrure grise, l’aristocrate semblait vieux et décrépi. Ses mains étaient si ridées et parcheminées qu’elles ressemblaient à de l’écorce, sans le moindre signe de vitalité.

Nie Yan avait alors détourné son regard du tableau et les avait plongés dans ceux du comte, ne pouvant y voir que de la tristesse.

« Vous êtes venu. Â» Avait fini par dire le comte, ses lèvres desséchées s’étirant en un chaleureux sourire, presque aussi innocent que celui d’un jeune enfant. La première impression qu’il donnait était qu’il semblait sur le point d’être débarrassé de son fardeau.

Voyant ça, Nie Yan avait été surpris. Le Comte Kelfield ne l’avait pas accueilli avec le moindre de ses titres. Étant donné les règles strictes de Conviction lorsqu’il s’agissait des PNJ et de leur façon de s’adresser aux joueurs, il avait définitivement trouvé que quelque chose clochait.

« Ravi de vous rencontrer, Comte Kelfield. Â» Avait respectueusement salué notre Voleur, se déplaçant en direction du bureau en bois.

Bernard et Breckon avaient salué leur seigneur avec respect avant de se retirer de la pièce.

Le comte s’était alors tourné vers la fenêtre, son regard distant, comme s’il cherchait à voir par-delà l’horizon.

Nie Yan en avait profité pour mieux observer la peinture accrochée au mur. À en juger par la poussière accumulée sur le cadre, il supposait que l’œuvre avait au moins un demi-siècle.

« Est-ce votre femme ? Elle est magnifique. Â»

Il devait trouver un moyen d’obtenir des informations sur sa quête, et ce portrait était un indice plus qu’évident.

« Oui… Â» Avait fini par dire le Comte Kelfield dans un soupir alors qu’il se tournait vers le tableau.

« Jeune homme, souhaitez-vous entendre mon histoire ? Â»

« Avec joie. Â» Avait répondu Nie Yan en hochant la tête. Tout semblait se dérouler comme il s’y attendait. Sa question avait guidé le comte pour que la quête progresse.

« J’étais vraiment riche à l’époque. Le château et les champs alentours m’appartenaient et tous les villageois travaillaient pour moi. Ce château a Ã©té construit lors de l’Ère de la Gouvernance Partagée. Il a Ã©té acheté par mon grand-père et m’a été transmis. On m’a toujours dit que le château était hanté, mais je n’y ai jamais prêté la moindre attention. Du moins, jusqu’au jour où des bandits ont attaqué le château, tuant mes parents et volant une grosse partie de notre fortune. C’est alors que j’ai commencé à avoir mes doutes. Â»

Secouant la tête avec tristesse, il avait alors continué.

« Ina, ma femme, était une orpheline ayant grandi à l’Orphelinat Grendol. Elle était bonne amie avec une autre fille nommée Patience. Il se trouve que j’ai embauché les deux pour être mes servantes. Son sourire était si pur et si délicat qu’elle était comme un ange à mes yeux, pouvant dissiper mes moindres inquiétudes par sa simple présence. C’était un véritable coup de foudre pour moi. J’étais immédiatement tombé amoureux d’elle et de son sourire d’ange, la considérant comme un cadeau du ciel. Chaque jour, je me disais que tant que je pouvais voir son sourire, je pouvais mourir en paix. Â»

En écoutant le Comte Kelfield, Nie Yan pouvait entendre tout l’amour qu’il portait à sa défunte femme. Conviction était si réaliste que si une personne n’était pas au courant qu’il s’agissait d’un jeu, elle aurait fondu en larmes en entendant son ton.

« Ina et moi avons fini par nous marier. Je voulais faire d’elle la femme la plus heureuse du monde. Son amour m’a permis d’oublier mon chagrin dû à la perte de mes parents. Notre premier enfant est né trois ans après notre mariage. C’était une fille et je l’ai nommée Nia. Elle était tout aussi belle que sa mère. J’étais tellement heureux. Je pensais que ces jours ne se termineraient jamais, que notre bonheur survivrait à l’érosion du temps, jusqu’à ce que le Mont Marcos devienne une plaine, que ce château s’effondre en ruine et que le temps même s’arrête. Hélas, ce n’était pas notre destin, et lentement, la situation changea. La passion qui m’animait s’était lentement érodée et je pouvais sentir un démon grandir dans mon cÅ“ur. Patience, cette séductrice, était comme une sirène des contes de fée, ensorcelant mon esprit. J’ai fini par dilapider le reste de ma fortune pour elle jusqu’au jour où, enfin, Ina découvrit le scandale. Ses sanglots et sa tristesse m’avaient frappé en plein cÅ“ur. J’avais l’impression que mon âme était en train de se déchirer en deux ! C’est alors que j’ai fini par briser l’envoûtement de cette satanée succube ! Mais alors que je recouvrais ma lucidité, j’avais alors découvert à quel point j’avais été méprisable et ignoble. Mais il était déjà trop tard. Qu’est-ce que j’ai fait… ? » Avait fini par demander d’un ton plaintif le Comte Kelfield, sans vraiment attendre de réponse alors qu’il fermait ses yeux, des larmes commençant à former des sillons sur ses joues parcheminées.

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)
Rebirth - Chapitre 386
Rebirth - Chapitre 388

Related Posts

8 thoughts on “Rebirth – Chapitre 387

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com