SSN Chapitre 208

SSN Chapitre 207

Chapitre 208 : Épilogue

 

Les stations de métro avaient été transformées en portails, d’où pleuvaient quantité de monstres. L’humanité avait dû combattre pour sa survie et, toutes proportions considérées, s’en était bien sortie. Il avait fallu établir des règles, mais finalement, elle parvint même à tirer profit de la situation en explorant les donjons. C’était précisément cette course au profit qui avait causé sa perte… Sa population avoisinant les 7 milliards avait été réduite de moitié, achevant au passage de synchroniser la Terre au système Trahnet.

Ainsi, les seigneurs dimensionnels, ces êtres aux pouvoirs formidables, avaient pu l’envahir et tuer sans discrimination aucune quiconque s’opposait à leur volonté de règne. La plupart des gouvernements étaient tombés, tout comme les capitales de leurs pays, voire même leurs pays tout entiers, comme ce fut le cas pour la Chine.

Il aurait cependant été injuste et ignoble de considérer l’intégralité de ces envahisseurs comme des monstres. De nombreuses formes de vie s’étaient rassemblées sur Terre et se mêlaient aux réfugiés des terres dévastées. Parmi celles-ci se trouvaient des races humanoïdes telles que les elfes, les nains et les orcs, mais aussi d’étranges humains, et d’autres bien plus menaçantes.

Les individus constituant ses races étaient pour la plupart venues asseoir l’autorité du seigneur qu’ils avaient juré de servir, mais les connexions dimensionnelles brisées par l’Exécuteur de Gehen, tous les donjons avaient été réinitialisés et supprimés. L’humanité avait ainsi récupéré un semblant d’espoir, celui de retrouver la paix. Il suffisait pour cela de défaire ses envahisseurs…

Car même si la guerre dimensionnelle était terminée, les réfugiés dimensionnels s’opposaient toujours à l’humanité. Pour prendre possession d’une terre, il fallait en tuer les propriétaires originels… Tout n’était là que question de survie. Il restait toutefois complexe de différencier les amis et les ennemis dans un monde où un orc, aux dents menaçantes, pouvait faire un bien meilleur voisin qu’un petit garçon aux étranges pouvoirs.

C’était dans ce contexte qu’était intervenue l’autorité de la Cité-État d’Alandal, à coups de décrets et de combats violents pour faire revenir la paix et protéger ceux qui méritaient de l’être. Bien sûr, même parmi les races humanoïdes, certains s’opposèrent aux souhaits de son Roi, et il en fut tout autant pour certains pays, dont le Japon.

Contre sa volonté, son gouvernement s’était lancé dans une guerre sans-merci contre les elfes sombres qui s’étaient réfugiés sur l’île d’Hokkaido. C’était ainsi qu’il était tombé, de façon méthodique, chacun des membres le constituant ayant été assassiné avec soin. La guerre ne devait plus être. Bien sûr, les extra-terrestres n’étaient pas exempts de ce genre de punitions. Il en allait ainsi de quiconque se montrant belliciste.

Le nom du dieu de la destruction fut ainsi rapidement connu de tous. Sous son règne, une paix fragile et instable finit par être réinstituée. Car si sa poigne de fer empêchait les conflits de grande ampleur d’éclater, il en allait différemment des attaques terroristes et des conspirations visant à récupérer des terres sur quelconque motif loufoque.

Qu’Alandal l’admette ou non, la présence des autres races posait un problème à tous les niveaux. Il fallait pourtant bien vivre avec, sans quoi l’humanité risquait elle aussi de pencher vers ce qu’elle désirait chasser à tout prix. Des monstres… C’est ainsi que fut fondée une nouvelle autorité mondiale, celle du Conseil Unifié Terrien, dont Alandal était à la tête.

Bien évidemment, toutes ces considérations étaient par trop politiques pour son Roi. Ce fut donc à son Premier ministre, monsieur Jung Minchan, que fut donnée la responsabilité de le présider, afin que plus jamais, pour l’humanité comme pour les autres, ne puisse apparaître un conflit de l’ampleur de celui de la grande guerre dimensionnelle.

Finalement, au prix d’efforts colossaux, le peuple de la Terre fut libéré de la guerre et de la terreur au bout d’un an. Ainsi commença à disparaître à l’esprit de chacun la menace terrible du dieu de la destruction. Le couperet de la justice avait combattu tant de monstres, tué tant d’humains… pourtant, tout le monde se fichait de savoir combien de gens son armée avait pu tuer. L’être suprême les avaient tous sauvés, et même parmi les plus féroces opposants à la paix, tous saluaient sa bravoure. Il aurait voulu leur dire qu’il n’était pas Gehen, qu’il n’était pas un dieu, mais qu’importait ? Kang Woojin était devenu un héros. Il n’était pas craint, mais admiré. Pourtant, depuis quelques mois déjà, personne ne savait dire avec précision ce qu’il était advenu de lui.

J’aurais tant aimé qu’il voit ça avec moi… pensa Minchan.

Par un beau jour de printemps, Jung Minchan était installé derrière un pupitre, sur une scène installée en plein air. Des dizaines de caméras montées sur des drones le filmaient, tandis que les preneurs de son et les techniciens faisaient tout leur possible pour qu’aucun élément de son discours ne soit pas retranscrit. Il avait quelques rides de plus et des cheveux blancs toujours plus nombreux. Cette année n’avait pas été facile pour lui…

– Voilà un an qu’a été constitué le Conseil Unifié Terrien. Aujourd’hui, nous allons assister à un nouvel événement historique. Aujourd’hui, nous allons enfin rencontrer les êtres humains du vieux monde, eut Minchan pour discours.

Le jour de l’Indépendance Dimensionnelle. C’était ainsi qu’il avait été surnommé. Derrière Jung Minchan se trouvait la Gare de Séoul, un lieu aussi fort de signification que d’histoire. Le monde réel et le monde virtuel ne faisaient désormais plus qu’un, et en lieu et place des monstres, c’étaient des capsules de survie qui se trouvaient dans les stations de métro. Rêvant à un nouveau monde, meilleur peut-être que le précédent…

C’était au Conseil Unifié Terrien qu’il incombait de rendre ce rêve réel. La première étape en ce but était d’atteindre une paix stable. Tout autour des stations de métro, des centres de réanimation et de rééducation furent installés afin de porter assistance aux êtres sortant de leur stase. Le jour était venu, tous les préparatifs étant terminés, de mettre ce projet en application.

– Il est temps de sauver le peuple du vieux monde ! lança Jung Minchan avec un sourire franc.

Sous les applaudissements, il considéra un moment l’idée de ce qu’il allait se passer, avant d’en chasser l’idée. Peu importait si les créations rencontraient leurs créateurs. Dans ce monde, ce n’était que des humains qui en secouraient d’autres.

 


 

– T’as vraiment le chic pour faire ça au pire moment, Jiwon… fit Cindy en éteignant l’écran de télévision installé dans le van.

Le discours de Jung Minchan n’était même pas encore terminé, et l’événement était d’une telle importance… mais à quoi bon lutter avec Do Jiwon ?

– Dois-je faire demi-tour, mesdemoiselles ? leur demanda le chauffeur.

– Surtout pas ! s’agaça Jiwon. Mes fans ont pris la peine de venir me rencontrer, il faut bien que je sois présente aussi. La vie doit continuer.

– Est-ce que monsieur Woo sera là ? demanda Cindy, afin de changer de sujet, sentant une pointe de jalousie naître en elle.

– Soonghoon ? Je crois qu’il passe à la télé, aujourd’hui ! se rappela soudainement Jiwon, tout en rallumant le poste avant de changer de chaîne.

– Bonjour et bienvenue pour votre rendez-vous hebdomadaire, ici votre serviteur Woo Soonghoon ! En l’honneur de cette journée très spéciale, nous recevons un invité non-moins important, j’ai nommé… le grand professeur Toppler, du monde lunaire !

L’écran révéla alors le visage du professeur, un large sourire au visage.

– Vous êtes notre premier extra-terrestre, et en plus vous êtes venu sans soucoupe volante ! Enfin, je dis ça, mais peut-être devrais-je plutôt vous considérer comme un homme venu du futur ?

À grands coups d’applaudissements commandés et de rires enregistrés, la plaisanterie de Woo Soonghoon fit sensation. Le professeur entendit néanmoins son interrogation. Il était là, il avait assisté à tout.

– Pouvez-vous nous en dire plus sur ce qu’il s’est passé ce jour-là, professeur ?

– C’était… inattendu. Inutile de vous dire que ça a annihilé tout ce que je pensais savoir de la réalité. J’ai encore un peu de difficultés à bien comprendre ce qu’il s’est passé, ce jour-là… avoua le professeur.

– Ah ! Vous voulez qu’on vous sorte du rêve ? Peut-être avez-vous été… hypnotisééé ?!

Un nouvel éclat de rire généralisé éclata, puis le professeur put enfin reprendre la parole.

– Aucunement. Ce que je dis, c’est qu’il faut avoir les idées ouvertes. Winnicott affirmait que la réalité n’était qu’une grande hallucination collective… Après cet événement, je prends la mesure de toute la vérité de cette parole. Croire en quelque chose, c’est déjà le faire exister. À l’inverse, l’oubli annihile l’existence.

– Vous êtes drôlement philosophe, aujourd’hui ! Comment vont les gens sur la base lunaire, professeur ?

– Oh, vous savez… Ils sont tous très occupés à essayer de secourir les gens de l’ancien monde. Du reste, le vaisseau atterrira bientôt sur Mars, alors ils n’ont pas trop le temps de s’occuper de leurs états d’âme. Héhé…

– Et vous-même, professeur, comment vous…

Cindy éteignit la télé en soupirant et ferma ses yeux fatigués. Woo Soonghoon avait beau avoir certains côtés insupportables, elle avait fini par l’apprécier. Il était capable de converser avec toutes les races, et même de traduire leurs propos en temps réel… C’était un homme très à l’aise avec les mots.

– Bon, il ne viendra pas… comprit Cindy.

– Tu n’as qu’à demander à ton petit copain, lui lança son chauffeur sur le ton de la raillerie.

– Tss… Je vois mal comment l’homme le plus occupé du monde va pouvoir ne serait-ce que répondre à mon coup de téléphone.

Il échappa un léger rire, qu’il étouffa tout aussi rapidement qu’il lui était venu. Cindy l’appela malgré tout, mais sans surprise aucune, elle tomba sur son répondeur. Soudain, une violente secousse fit crier les deux jeunes femmes. Au loin, dehors, le toit d’un immeuble semblait en proies aux flammes, à en juger par l’épaisse colonne de fumée qui s’en échappait.

– Un nouvel attentat, jugea le chauffeur.

En l’absence de revendications et d’affiliation à quelconque ethnie, le Conseil Unifié Terrien avait grand peine à stopper leurs actions. D’autant plus que sans nouvelles de Kang Woojin, la population s’agitait… Heureusement, il restait bien quelqu’un pour veiller au grain. Au milieu des flammes, Jiwon attira l’attention de Cindy sur un point qui se mouvait à grande vitesse. Il ressemblait à un phénix et aspirait les flammes comme un trou noir.

– Toujours aussi occupé, donc… lâcha Cindy.

Malgré tout, elle souriait aux éclats. Le simple fait que l’élu de son cœur soit en Corée la réchauffait. La torche humaine combattait les terroristes, s’assurait de la paix et tout ça sans aucune rétribution. C’était un héros… son héros.

– Annule tous mes rendez-vous, indiqua-t-elle à son chauffeur et manager. Je vais aller passer un peu de temps avec lui.

Conscient qu’il n’arriverait pas à la convaincre de faire autrement, il consentit à sa volonté et la vit descendre du véhicule avec un grand sourire, à la simple idée d’aller le rejoindre.

 


 

– Vous êtes magnifique… fit un homme dont elle signait la copie de son livre.

– Hé hé, je vous remercie, lui répondit Jiwon dans un sourire. Quel est votre nom ?

– Chien fou.

– Hein… Le… le type dans les commentaires… ?! s’offusqua-t-elle.

– Eh oui… Ce que tu écris n’est pas du tout dans mon style de lecture, mais je ne pouvais pas m’empêcher de lire la suite, jusqu’au jour où j’ai entendu parler de cette rencontre organisée. Je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais, avoua l’homme.

Il avait commenté sur chacun de ses chapitres en ligne, généralement de façon insultante… Maintenant que le livre était sorti, elle était à mille lieux de s’imaginer qu’elle le rencontrerait en vrai !

– C’est un plaisir de vous rencontrer, chien fou.

– V… vraiment ? s’étonna-t-il.

– Oui, vraiment. J’étais curieuse à votre sujet, et puis… j’avais quelque chose à vous dire.

Gêné, il se passa une main dans les cheveux en essayant de percer à jour ses intentions. Son sourire semblait pourtant sincère…

– Vous m’avez grandement aidée à progresser et à aller au bout de mon projet. Pour ça, je me dois de vous remercier, lui expliqua Jiwon.

Les joues du jeune homme se teintèrent de rose et il se racla nerveusement la gorge, comme pour atteindre ce qui l’empêchait de répondre de façon intelligente. C’est alors qu’une jeune femme vint les rejoindre, dépassant toute la fille d’attente.

– Jiwon, félicitations ! Tu as enfin terminé ton livre ! lança Cindy.

– T’as attendu ce moment-là pour me le dire… ? s’étonna Jiwon.

La rumeur gagna rapidement du terrain au sein de la foule, qui s’étonnait de la voir en ces lieux.

– Che Haesol et mon frère sont dans la salle de réception, si tu veux aller les rejoindre ? se reprit Jiwon.

– Ah, ça marche. Dépêche-toi, je t’attends ! répondit Cindy.

S’approchant à petits pas de ladite salle, elle entendit des voix derrière la porte, et décida d’écouter un moment.

– Tu devrais t’asseoir, petite fleur… Ce n’est pas bon pour toi de rester debout !

– Non, mon dos me fait encore plus mal quand je m’assoie.

– Tu veux que je te masse ?

Cindy entra soudainement, les voix lui semblant familières. C’était Jaemin et Soolgi, enfin réunifiés et à l’évidence très amoureux. Haesol se leva d’un seul coup, manifestement soulagée d’être sortie de cette situation gênante.

– Cindy ! Dieu merci. On va boire un verre ? lança-t-elle.

Hélas, celle-ci n’accorda qu’un intérêt très limité à Haesol… quelque chose l’intéressait bien plus.

– Tu es dans ton troisième trimestre, non ? demanda-t-elle à Soolgi.

– Oui ! Le bébé devrait arriver dans le début du mois prochain, Cindy, répondit Soolgi.

– Tu aurais dû rester allongée… fit semblant de s’agacer Cindy.

– Je ne pouvais pas me permettre. C’est quand même un grand événement pour Jiwon !

– Je vois… Et toi, Jaemin ? Content d’être bientôt papa ?

– Si tu savais, répondit Soolgi à sa place. Il a tellement de projets…

– Il fera un bon papa, j’en suis certaine. Jaemin, tu crois que Woojin est arrivé ? demanda cette fois Cindy.

– Euh, qu’est-ce qu’il ferait ici ? Il est très loin, tu sais… s’étonna Jaemin.

– Je sais. Je te demande juste si tu penses qu’il est arrivé là-bas !

– Ah, Jaemin… Je t’aime, mais tu es bien plus sexy que tu es intelligent, se moqua sa femme.

– Hahaha, pardon. Je ne sais pas trop, mais… je pense que ça ne sert à rien de s’en faire pour lui.

De fait, rien dans le monde ne pouvait constituer une menace pour lui.

 


 

– Nous entrerons bientôt dans l’atmosphère de Mars.

– Bien. Contactez le Q.G, ordonna une voix qui ne pouvait être que celle du Capitaine Léon.

– Bien, chef ! Quartier Général, ici le Lieutenant Gonzales. Nous sommes le 5 janvier de l’an 1 de la nouvelle ère. Le vaisseau du Capitaine Léon entrera dans l’atmosphère de Mars à 23 heures précises, heure terrienne. Nous resterons un moment en orbite avant de commencer notre exploration.

Le Capitaine Léon avait vu quantité de choses… mais il en était une seule à même de lui faire ressentir de la crainte. Même s’il ne constituait une menace, ce n’était jamais pour lui un plaisir que de le rencontrer. Il sonna à la porte de sa cabine.

– Ouais, entrez ? lança celui qu’il était venu voir. Qu’est-ce qu’il y a ?

– Kang Woojin… Nous venons d’entrer dans l’atmosphère de la planète Mars. Nous resterons en orbite le temps de procéder à un scan, puis nous pourrons atterrir, lui expliqua le Capitaine du vaisseau portant son nom.

– Ah, on est arrivés ! Je vais descendre, répondit Woojin en s’essuyant le front.

Sortant de la cabine avec un large sourire, Woojin jeta un coup d’œil vers la baie vitrée, d’où il vit une planète bleue. Ses yeux brûlaient d’un éclat qui inquiétèrent immédiatement le vieux Capitaine. Il allait encore faire une scène…

Trahnet détruit, il avait fallu plusieurs mois pour atteindre la planète. Ce n’était que grâce à la technologie avancée du monde lunaire qu’un tel exploit avait été rendu possible. Mais enfin, ils y étaient.

– Alphène… Qu’on m’ouvre cette porte avant que je l’explose ! s’excita Woojin.

– Nous devons tout d’abord effectuer…

– Je vais vraiment l’exploser, Léon.

– Bon. Je vais demander à une équipe de préparer le module d’atterrissage…

À peine préparé, Woojin s’y installa avec l’excitation d’un enfant. Le module fut lancé et commença à se décomposer sous l’effet de la chaleur et de la pression. Une explosion se produisit soudain, et le Capitaine Léon éructa une formidable gerbe d’insultes en voyant un dragon en sortir. Il ne pouvait pas voir son visage, mais il se doutait bien que Woojin devait exulter.

– Restez en orbite. On va quand même procéder au scan, décida le Capitaine.

Mars… Enfin, ce n’était plus Mars. Cette planète avait-elle aussi été biosophérisée et aurait tôt fait d’être renommée Alphène. Le dragon de sang, Woojin sur son dos, planait au-dessus des vastes étendues de ce monde.

Les portails avaient peut-être disparu, mais il lui avait promis de revenir. À elle, la seule qui avait toujours cru en lui.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 207

27 Commentaires

  1. sean

    je trouve la fin bâclé mais j’ai bien aimé le novel. Merci à Nostra pour tous les chapitres.

    Répondre
  2. PoloZore

    Merci pour ce ln. C’est un de mes préférés.

    Mais je pense que la fin aurais pu être mieux.

    Encore merci =D

    Répondre
  3. Hervé

    Merci pour ton travail.
    J’ai aimé lire cette histoire.

    Répondre
  4. IsybileXiaoNovels

    Merci Nostra pour ce chapitre et surtout pour avoir traduit entièrement ce novel (et ce malgré la difficulté). Encore une fois : MERCI !!

    Répondre
  5. Tokaï

    Merci Nostra !

    Répondre
  6. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    La fin a été rapide mais l’épilogue est vachement bien fais.

    Répondre
  7. Kitsune

    Merci Nostra pour cette aventure ^^
    La fin est un capharnaüm mais bon cela marque la fin d’une histoire géniale. Encore merci à toi pour ton boulot

    Répondre
  8. Karsus30

    Merci,sincèrement merci pour nous avoir permis de suivre vos péripéties à kang et toi tout au long de ce novel .
    Pour ma part la fin ne me déçois pas, j ai bien aimé Après chacun ces goût .
    Encore merci

    Répondre
  9. Soumsoum

    un grand merci pour tout ce travail génial.

    Répondre
  10. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. KryllaKrylla

    Merci pour ce chapitre final

    Répondre
  12. Mike

    Merci pour ce merveilleux novel que tu nous a traduit à la sueur de ton front. Même si j’aurais aimé une fin plus développée on va dire qu’elle est explosive et va droit au but.. comme notre bon vieux Kang Woojin:)

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      C’est ce que j’ai essayé de me dire, parce qu’on peut pas dire qu’elle fasse vraiment dans la subtilité…

      Répondre
  13. HinomuraHinomura

    Et voilà c’est fini, merci à toi pour toutes ces traduction !

    Répondre
  14. Aranor

    Merci Nostra pour ce novel !

    j’ai vraiment adoré le lire depuis le début, enfin un héros qui n’en est pas eu et qui fait pas dans la dentelle !
    La fin est un peu spécial et je m’attendais à autre chose mais en même temps ca reste tellement dans l’univers de l’histoire qu’une fin comme ça au final me convient tout à fait

    Encor merci

    Répondre
  15. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre et pour la traduction de ce novel.^^

    Répondre
  16. Renault B1 Ter

    Merci pour le chapitre, merci pour tous ce travail de traduction (.w.)

    Répondre
  17. kyora

    merci mais il parle de qui à la fin déjà celle qui a toujours cru en lui ?

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      Melody.

      Répondre
      1. Pyro972

        Beau travaille de traduction
        Pour la fin sa aurai été mieux si l auteur avait dit “celle qui lui avait finalement donné toute sa confiance”
        Enfin au vu de leur relation sa passerais mieux enfin bn
        C est mon premier comme mais votre taff est génial juste pour prévenir les LN coréen de se type on toujours des fin métaphysique chelou généralement

        Répondre
  18. Aximili

    Merci pour le dernier chapitre !

    Répondre
  19. HiroHiro

    Un très beau Novel que tu nous a traduit Nostra , merci Beaucoup il était formidable , j’ai été scotché à lui ^^

    Répondre
  20. tang san

    merci pour la traduction de ce novel

    Répondre
  21. paupibi

    un grand merci pour tout ce superbe travail.

    Répondre
  22. Chief Hhut

    Juste wow, j’ai commencé ce WN il y a de ça 3 semaines et il m’a scotché, je me suis tout enfilé d’une traite.
    De plus malgré les quelques répétitions et quelques fautes étant passées au travers du filet de la relecture,la traduction est I-M-P-E-C-C-A-B-L-E (loin de ces projets bâclés faits à l’aide de traducteurs ne faisant que traduire le sens des mots et non pas leur implication dans l’action…).
    Tout ça pour dire que ton investissement qui finalement ne bénéficie qu’à nous, lecteurs anonymes, n’est pas vain et que faute de ne pas tous pouvoir te soutenir par le biais du don, nous pouvons en revanche honorer ton travail en nous en abreuvant jusqu’à plus soif !

    Répondre
  23. Koewo

    J’ai tout relu depuis le début car j’avais abandonné en chemin( vers le 178 je crois). C’est vrai que la fin est un peu brouillon mais en lisant tout à la suite depuis 5jours ça parait pas si brouillon. Bref merci pour ce novels plus qu’a continuer IAMTM et ce sera impeccable j’attend la suite depuis tellement longtemps. Bref encore merci

    Répondre
  24. Hich

    À la fin il parle bien de Mélody ? Comment il peut la revoir si elle est dans le monde virtuel ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com