SSN Chapitre 206

SSN Chapitre 205
SSN Chapitre 207

Chapitre 206 : Récupération 2/3

 

Combien de temps s’était écoulé ? Privé de ses sens perceptifs, ses pensées se mélangeaient en un tel chaos qu’il ne ressentait rien d’autre que le vide. Soudainement, il réalisa qu’il était toujours au même endroit et dans le même temps, la confusion commença à doucement s’estomper.

Merci…

Les esprits étaient toujours là, plus présents et tangibles que jamais. Sans eux, sans doute se serait‐il perdu. Combien il s’était trompé sur leur compte… Leur seul et unique but était de le protéger. Un flash lumineux l’aveugla tout à coup. Avait‐il des yeux ? Il lui semblait pourtant avoir disparu…

Je suis… Kang Woojin. L’Immortel.

La mémoire lui revenait, aussi essayait‐il d’assembler les fragments entre eux. Qui était‐il, exactement ? Un étudiant devenu nécromancien malgré lui‐même, ou un scientifique en charge d’étudier les voyages interstellaires ? Ce monde était faux, il l’avait compris. Séparé des contraintes d’espace et de temps, où chacun pouvait se réclamer maître d’une dimension. Un seul être était capable de démêler le vrai du faux. Un être capable de tout supprimer et de tout détruire. Gehen.

Ses souvenirs construisaient quelque chose, un ensemble… son âme. Il ouvrit péniblement les yeux et vit un vieux château, dont l’apparence lui semblait familière, et qui pourtant le révulsait.

– Hyung ? fit une voix qu’il n’entendit que difficilement.

Il essaya de pivoter en direction de la source du son. Sa nuque craqua légèrement… son corps était revenu. Il vit un jeune homme aux cheveux d’argent.

– Ja… Jaemin ? balbutia‐t‐il.

– Hyung ! Tu es là ! Comment tu te sens ?! l’interpela son interlocuteur.

Il ne savait même plus qui il était réellement, alors de là à savoir comment il se sentait…

– Alors, le monde lunaire ? Qu’est-ce que ça a donné ? lança Jaemin afin de rapidement changer de sujet, le silence ayant répondu à sa précédente question.

– Le monde lunaire… ? s’étonna Woojin.

Ces mots prononcés, il se souvint qu’il avait insisté pour y aller et découvrir la vérité sur cette histoire. Afin de savoir quel monde était faux, afin de sauver sa sœur… afin de sauver sa Terre.

– J’ai été absent combien de temps ? reprit‐il.

– Ça doit faire deux semaines, maintenant, répondit Jaemin.

– Hmm… Je suis mort, lâcha Woojin de façon énigmatique.

– Comment ?

– Peu importe. Comment se porte la Terre ?

– C’est un sacré merdier, grogna Jaemin. J’enchaine les batailles dimensionnelles afin d’alimenter la forteresse en énergie et en troupes depuis ton départ.

– Bien. Je dois partir.

– Déjà ? Où vas‐tu ? s’étonna le vampire.

– Au seul et unique endroit où je n’ai pas encore cherché…

– Cherché quoi ?

Sans rien lui répondre, Woojin s’approcha de la seule et unique porte qui était toujours restée fermée au sein de son domaine dimensionnel. Désormais grand ouverte, c’était comme si elle l’appelait…

 


 

– Des nouvelles du professeur ?

– Aucune, Capitaine. Il a peut‐être des difficultés à sortir ? tenta pour hypothèse l’un de ses suppléants.

Il aurait fallu qu’il y aille lui‐même, mais… c’était impossible. Sans le Capitaine Léon, les derniers survivants de la Terre disparaitraient. Tant pis pour le code.

– Déconnectez‐le, prit‐il pour décision.

– Capitaine ? Si on le déconnecte de force, il ne pourra plus jamais se reconnecter au système…

– Et puis ? Au point où nous en sommes…

Même si le professeur avait réussi, en l’absence de Kang Woojin, réinitialiser le système était exclu. Il fallait à tout prix sortir le professeur de là.

– Retour à la base, soldats !

– Ca… Capitaine, quelqu’un approche de notre position.

– Impossible. Le système de défense a été neutralisé, bougonna‐t‐il.

– Ce n’est pas un gardien. Regardez la vidéo‐surveillance, insista le soldat.

Ce qu’il vit à l’écran lui semblait humain… Comment était‐il possible qu’en 2529, dans un monde aussi détruit, quelqu’un ait pu survivre seul ? Sans compter qu’il n’était pas équipé d’un masque à gaz. Il avait tout du vagabond et éveilla pourtant la plus vive terreur chez ses témoins.

– Qu’est-ce que c’est, Capitaine Léon ? se risqua à demander l’un des soldats.

– Même s’il est humain, nous ne connaissons pas ses intentions. Mettez‐vous en état d’alerte, je veux 4 gars avec moi, on sort !

Les 5 hommes ajustèrent rapidement leurs masques à gaz et se saisirent de leurs armes avant d’ouvrir le sas, où les attendait déjà l’intrus, à une vingtaine de mètres.

– Pas un pas de plus ! lui ordonna le Capitaine Léon.

Malgré l’utilisation d’un porte‐voix, l’étrange énergumène ne semblait pas vouloir les entendre. Plusieurs coups de feu furent tirés en l’air afin de le prévenir, mais là encore, l’homme continuait d’avancer.

– Êtes‐vous humain ?! lui demanda‐t‐il.

Le Capitaine Léon en avait vu tellement qu’il en était venu à prendre certains risques inconsidérés, persuadé de pouvoir s’extraire de toutes les situations. Pourtant, même ce vieux loup ressentit ici un profond sentiment de danger. L’homme ne reculait devant rien, pas même la nouvelle semonce.

– Feu ! ordonna‐t‐il à ses soldats.

Les canons à plasma firent bien feu, vidant rapidement leurs chargeurs d’énergie. Pourtant, loin de provoquer des dégâts, tous les tirs furent déviés, comme repoussés par une force puissante. Furieux, le Capitaine dégaina son six‐coups fétiche et fit feu en pleine tête.

– Comment… Comment est‐ce possible ? balbutia‐t‐il.

L’homme vint cette fois à sa rencontre et colla son front directement contre le canon, un air de défiance plaqué à la gueule.

– Qui êtes‐vous ? l’interrogea à nouveau, d’une voix où s’entremêlaient la crainte et l’indignation.

– Vous êtes du monde lunaire ? lui lança‐t‐il en guise de réponse. Où se trouve Toppler ?

Le Capitaine Léon reconnut soudainement son visage. C’était l’homme qu’il était supposé récupérer dans la capsule de survie.

– Kang Woojin… Vous vous êtes déconnecté tout seul…

– Ha ha. On dirait que je suis au bon endroit…

Les ombres se dissipaient enfin. Les âmes de ces êtres mystérieux lui apparaissaient comme en plein jour, désormais.

 


 

Depuis 4 jours attaché, le professeur s’était laissé tomber sur lui‐même. La Chine avait été entièrement détruite par l’être que l’on surnommait l’armure noire, et le combat entre Alandal et lui battait encore son plein. Les dragons d’eau se battaient avec une synchronisation parfaite, mais son pouvoir était trop grand même pour eux.

– Hahahahahaaaaaaaaaaa !!! hurla celui qui s’était un jour fait appeler Gaebo.

Même seul, il défit un à un les dragons, et même l’armée des morts voyait ses effectifs diminuer à une vitesse hallucinante. Fort heureusement, la forteresse tenait encore bon grâce aux efforts de Jaemin.

Je serai donc le témoin de ta destruction, ma petite planète… pensa Toppler.

Il était trop tard pour songer encore à réinitialiser le système. Trop tard pour déconnecter tout le monde de Trah.net. Trop tard pour sauver l’humanité tout entière. Inévitablement, l’être suprême parviendrait à ses fins.

J’ai fait une erreur…

Le Conseil avait finalement eu raison… Il y avait trop de variables pour penser à changer de façon de procéder. Kang Woojin était trop instable, et le seul et unique responsable de cette catastrophe n’était autre que lui‐même. Isaz était tombé, et le seul et unique pilier de défense de l’humanité était désormais celui où il était attaché. Sans Alandal, la Terre serait détruite en moins d’une journée.

– Des ailes ! Donne‐moi des ailes ! hurla une voix à lui exploser les tympans.

Il vit alors une espèce de ballot de sang foncer tout droit sur le dragon d’os. C’était déjà la septième fois que Ryong tentait ainsi de vaincre l’armure noire, mais même le dragon de sang ne pouvait rien contre lui. Tout ce qu’il espérait, c’était de gagner suffisamment de temps avant le retour de l’Immortel. Du reste, les réserves énergétiques étaient dépensées bien plus rapidement qu’elles n’étaient engrangées…

Alors, c’est terminé ?

Il se sentit soudainement partir, comme s’il s’endormait contre sa volonté. Ses mains devinrent grisâtres, et finalement bientôt tout son corps. Le Capitaine Léon avait tranché. Il ne sauverait pas l’humanité et ne se connecterait plus jamais à Trah.net.

Tout est… perdu…

Lorsque la conscience lui revint, il ouvrit péniblement les yeux et vit, de la lucarne de sa capsule, une étrange silhouette. C’était celle d’un homme riant de façon macabre.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 205
SSN Chapitre 207

11 Commentaires

  1. IsybileXiaoNovels

    J’ai du mal à comprendre comment en 2chapitres l’histoire va se terminer mais merci quand même pour le chapitre ^^

    Répondre
  2. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Je commence un peu à être perdu là.

    Répondre
  3. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Cèlen

    Merci pour le chapitre c’est plus aux sièges qu’il faut s’accrocher là !

    Merci pour l’effort de cohérence pour le moment je me suis pas perdu ! On sent bien la fin genre hop tour de magie XD

    Répondre
  5. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  6. PoloZore

    Pwaaaaaaaaaaah 😛

    Merci ;D La fin vas etre OUF ;D

    Répondre
  7. Hervé

    J’ai l’impression de lire un manga qui n’a pas été reconduit et doit clôre rapidement l’histoire.

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. tang san

    merci pour la traduction

    Répondre
  10. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com