SSN Chapitre 84

SSN Chapitre 83
SSN Chapitre 85

Salut salut ! J’ai une connexion toute pourrie mais la 3G a l’air d’être un peu clémente aujourd’hui alors j’essaie de tout poster. Si jamais il en manque et que vous n’avez plus de mes nouvelles, vous retrouverez la suite demain. Ça s’annonce mal pour Haesol… Pour moi, c’est tout l’inverse. Dans les RPG je suis totalement fan des familiers. Tu te contentes de ramasser les objets pendant que tes créatures font tout le boulot… Entre Woojin et Haesol j’ai de quoi faire là. 😀

 

 

Chapitre 84 : Quelques agrandissements 2/5

 

« Bonjour monsieur Jung, où allons-nous ? Chez vous ? »

« Non, à mon bureau. Merci. »

« Vous devrez bientôt changer de bureau… »

« L’actuel me va très bien. »

« Vous savez, il vous suffit simplement de nous désigner l’endroit où vous désirez vous installer et… »

« Pour ça, je dois d’abord consulter le président Kang. D’autant plus que pour l’instant, aucun contrat n’a encore été signé, nous sommes encore en pleine négociation… » s’opposa Minchan sans trop comprendre.

Se penchant vers la fenêtre, il afficha un léger sourire. Il avait bien déjà négocié plusieurs éléments, notamment l’obtention d’un soutien total du gouvernement s’ils venaient à accepter leur proposition. Toutefois, il restait encore certains points à éclarcir pour lesquels il avait besoin de l’avis du chef de la guilde Alandal.

« Je suis sûr que ça va lui plaire. Avec tout ce qu’ils nous proposent, il va accepter. »

La Maison Bleue avait tout prévu, c’était même d’ailleurs la raison de leur invitation. Leur but était de placer Alandal comme fer de lance pour défendre la Corée. Minchan n’y tint plus et voulut immédiatement partager son succès avec Woojin, qu’il appela.

« Yeoboseyo ? »

« Yeoboseyo… Haemin ? Pourquoi est-ce que c’est toi qui réponds ? »

« Ah, le président est dans un donjon avec le directeur Hong et mademoiselle Che. »

« Vraiment… »

« Qu’est-ce que vous avez foutu, directeur Jung ? »

« Ha ha, tu m’as appelé directeur. Je suis vice-président, en fait. »

« Le moment est assez mal choisi pour plaisanter, Minchan. C’est quoi cette histoire de partenariat avec le gouvernement ? »

« Euh… Vous êtes déjà au courant ? » s’étonna Minchan.

« Vous rigolez, ou quoi ? Toutes les chaînes ont interrompu leurs programmes pour diffuser l’annonce ! »

« Hein ? »

Minchan invita alors Haemin à patienter une seconde tandis qu’il s’adressa à son conducteur.

« La conférence de tout à l’heure, elle était diffusée en direct ? »

« Certainement pas. » répondit l’homme d’une voix calme mais néanmoins légèrement altérée par rapport à l’habitude. Il eut l’air énervé, et reprit la conversation avec Haemin.

« Bon, j’arrive tout de suite au bureau. »

« Vous avez intérêt. Le président est furieux, je suis sidéré que vous ayez osé prendre une telle décision par vous-même, Jung Minchan… »

« Ravi de savoir qu’on me prend pour un cinglé ! Je n’aurais jamais signé quoi que ce soit sans son aval. »

« Je ne comprends pas… » répondit Haemin.

« Bon, j’arrive. »

Il raccrocha en pensant aux implications dramatiques de la nouvelle. À son arrivée à la Maison Bleue, il ne put alors s’empêcher de présenter de nombreuses fois ses excuses pour l’absence de Woojin aux membres du gouvernement présents.

Cependant, ils l’avaient accueilli avec sourire, sans jamais lui en tenir rigueur. Ils étaient même très coopératifs. Ceci n’avait d’ailleurs rien de bien surprenant, avec le succès dont jouissait à présent Alandal.

Après le repas, ils commencèrent à discuter de la possibilité que la guilde rejoigne l’armée en tant que corps propre, en échange de très nombreux avantages. Ils étaient prêts à tout pour garder l’Éveillé Kang Woojin auprès d’eux.

Jung Minchan avait compris de lui-même qu’il s’agissait davantage, d’ailleurs, d’empêcher Woojin d’aller servir une autre nation, mais avec un tel soutien, sans doute ne pouvait-il qu’accepter. C’est ainsi que la négociation fut rapidement terminée.

C’est la raison pour laquelle on prit d’ailleurs la décision d’enregistrer en avance une conférence de presse pour signifier le passage de cet accord. La diffusion était prévue aussitôt que Woojin aurait signé le contrat.

Or donc, rien ne s’était passé comme prévu.

« Ils veulent nous supprimer la possibilité même du choix… C’est bien mal connaître le président. » pensa-t-il.

Il comprenait bien les motivations et leurs implications de ce qui constituait, en vérité, une trahison, mais il fallait absolument qu’il parvienne à convaincre Woojin du bienfondé de la démarche.

Une migraine commença à se faire ressentir tandis qu’il se prit à imaginer ce que Woojin pourrait infliger au gouvernement. Il fallait absolument l’en empêcher…

« Ah putain, tous des pourris ! J’espère au moins qu’il n’est pas trop énervé… »

Il s’efforça de contenir sa colère. Il n’était pas question, dans un sujet aussi grave, de laisser ses sentiments influencer l’avenir même de la Corée. Oui, il devait faire preuve du sang-froid le plus total pour compenser l’impulsivité du président.

« Il faut vraiment que j’arrive à réparer leurs conneries… »

Jung Minchan n’avait en tous cas, pour sa part, aucune envie de quitter la Corée du Sud.

 


 

Le donjon de la sortie 9 de la station Gangnam était évalué à six étoiles, et était possédé par une guilde de taille modeste nommée Abysse.

Kim Haemin était lui aussi talentueux en terme de négociations, et c’est ainsi qu’il put réserver un créneau d’utilisation pour la guilde Alandal. Il en était d’ailleurs assez satisfait.

À l’inverse de Che Haesol, plus nerveuse que jamais…

« Allez, on y va. » dit Woojin en s’y engouffrant aussitôt. (NdT : dans le donjon, pas dans Haesol.)

Sunggoo, tout aussi excité, invita Haesol à le suivre.

« Je dois vraiment y aller ? » déplora-t-elle.

« Dépêchez-vous, la barrière va bientôt se former ! » répondit Haemin, l’air un peu désespéré.

Soudain, elle courut vers les escaliers, suivie de près par Sunggoo. Parvenue à l’intérieur, elle se mit en garde haute, les poings prêts à frapper.

« Mais, qu’est-ce que vous faites ? » s’étonna Sunggoo.

« Quoi ? »

Elle se sentit soudain un peu embarrassée. Ses poings ne feraient certainement rien face à des monstres, surtout d’aussi puissants. Remarquant l’absence de Woojin, elle ne put s’empêcher de s’enquérir sur les raisons.

« Où est-il passé ? »

« Il est déjà parti. »

« Comment ? Mais on est venus pour qu’il nous apprenne, non ? »

« Il faut qu’on se dépêche, sinon on va finir complètement largués. » répondit simplement Sunggoo avant de sortir son équipement. Il lui tendit alors une épée courte.

« Vous savez vous en servir ? » ajouta-t-il.

« Euh, je suis plus à l’aise avec un pistolet, mais… »

« Ah, Lieutenant, je crois qu’on ne s’est pas compris. Il ne s’agît pas d’attaquer quoi que ce soit. Même moi, j’aurais du mal à m’attaquer aux monstres ici présents. Kang Woojin va s’occuper de tout, il en va de notre survie. »

« Pourquoi m’avez-vous remis cette épée, alors ? » s’étonna-t-elle.

« Vous avez déjà vidé un poisson ? » répondit-il en riant.

« J’aime bien pêcher de temps en temps, alors oui. »

« Ah, on a recruté une véritable experte ! Parfait ! »

La réponse la surprit autant que la question, du moins de prime abord. Elle ne tarda pas à en comprendre l’objet en voyant Hong Sunggoo faire…

Elle entreprit alors, tout comme lui, d’ouvrir le ventre de tous les monstres jusqu’à sentir un point dur du bout de son épée, qui ne pouvait être qu’une Pierre de Sang. Ce travail très répétitif lui fit alors se demander si elle avait bien fait de les rejoindre.

« Qu’est-ce que c’est que ce merdier… » pensa-t-elle.

Ses bras bougeaient de façon mécanique, une fois la douleur disparue. Sunggoo était toutefois bien plus rapide qu’elle.

« Dépêchons-nous. On ne va pas tarder à le rattraper, je pense. » dit-il.

Ils se trouvaient au deuxième étage tandis qu’elle se demanda où Woojin avait bien pu passer. Elle n’en voyait que les effets, des tas entiers de cadavres.

« Il est tellement rapide… C’était donc vrai, il est monstrueux… » pensa-t-elle.

Elle ne put toutefois s’empêcher de demander une nouvelle fois à Sunggoo où se trouvait Woojin.

« Pas le temps de bavarder, il faut faire vite. » répondit-il simplement.

Sunggoo, à force de tels mouvements, s’était déplacé une vertèbre qu’il remit en place tout seul d’un geste accompagné d’un son atroce pour des oreilles humaines. Elle ressentit soudain une certaine pitié à le voir ainsi…

Encore qu’à bien y réfléchir, c’était essentiellement car elle craignait de finir ainsi elle-même. Elle continua pourtant de s’efforcer à tenir le rythme en découpant les carcasses comme une virtuose. C’était une experte du combat au corps à corps dans l’armée.

Malgré tout, les deux Éveillés ne suffirent pas à rattraper Woojin, dont on entendit bientôt les pas.

« Ah, quel dommage… Hyung-nim arrive déjà. » dit Sunggoo.

Elle ressentit alors une certaine appréhension en regardant les escaliers. C’est alors qu’elle le vit, l’expression blasée, suivi par des douzaines et des douzaines de squelettes.

Ils émirent tous un petit cri rauque du même temps, qui lui donna la chair de poule. Elle savait qu’elle ne risquait rien, mais la vision était malgré tout terrifiante.

« Hyung-nim, désolé. Je vais me dépêcher de tout ramasser. »

« T’embête pas, ça ne vaut rien. Suivez-moi. » répondit Woojin.

Il restait encore un étage où était amassé quantité de monstres, qui pourraient bien faire monter leurs profits de plusieurs millions de won à condition d’en ramasser toutes les Pierres de Sang. Il en fut toutefois décidé autrement. Pour Woojin, le temps importait plus que l’argent.

« Je ne vais pas réussir à obtenir le niveau 70… » déplora-t-il en pensée.

Des monstres présents, il s’était affairé à calculer l’expérience qu’il en obtiendrait une fois le donjon terminé, qui d’après lui, ne lui permettraient pas d’y parvenir. Il devrait recommencer…

Alors qu’il se remit en marche, Sunggoo tapota sur l’épaule d’Haesol.

« Que faites-vous ? Allons, dépêchons ! »

« Que… Oui, monsieur. »

Elle estima alors rapidement le nombre de squelettes qui suivaient Kang Woojin et estima le nombre à une centaine. Non seulement un seul d’entre eux constituait pour elle une force impressionnante, mais il y en avait en plus tellement…

« Il ne chasse pas seul… C’est pour ça, qu’il va aussi vite. » pensa-t-elle.

Tous les monstres défaits, ils revinrent à l’entrée du donjon où Woojin commença à entreposer ses effets personnels en petit tas à même le sol. Sunggoo en fit bientôt de même, laissant jusqu’à ses clés de voiture.

Haesol les regardait faire d’une mine circonspecte, et Sunggoo eut un éclat de rire.

« Mademoiselle Che, vos vêtements, d’où viennent-ils ? »

« D’une petite boutique proche du centre commercial. »

« Ah… Ça ne passera pas le portail. Vous allez vous retrouver toute nue ! »

« Mais… »

C’est alors qu’elle se souvint de sa formation sur les donjons. Oui, seuls les objets construits à partir de matériaux venus des donjons pouvaient passer les portails.

« Mets ça. » lui dit Woojin en lui tendant une toge marron, la moins chère qu’il avait trouvé dans le Magasin des Succès.

Se tournant vers Sunggoo, il ajouta : « Essaie de capturer quelques monstres pour aider Haesol à monter sa compétence de dressage. »

« Héhé… Bonne idée. »

Woojin eut un sourire. Il aurait bien aimé, en vérité, chasser aux côtés de Sunggoo pour en voir les progrès. Cependant, il lui fallait obtenir le niveau 70 le plus vite possible, ce qui le contraignait à monopoliser toute l’expérience.

« On y va. On mangera là-bas. »

« Bien chef ! » répondirent les deux de concert.

Haesol se sentit un peu soulagée. Finalement, Woojin avait bel et bien pensé à son entraînement. Elle avala sa salive avant de s’approcher du portail où avait déjà disparu son président.

« C’est notre tour, maintenant… » dit-elle.

Sunggoo émit un petit bruit, en se disant qu’elle se méprenait franchement. De l’autre côté, leur tâche ne changerait pas tellement. Il préféra ainsi garder le silence, une bonne démonstration valant plus que tout.

Elle passa alors le portail et s’effondra au sol. Elle était nauséeuse et confuse.

« Ah… Rejoignez-nous quand vous irez mieux. » lui adressa Sunggoo.

Ce n’était pas véritablement par compassion, mais davantage par crainte d’être éclaboussé par du vomi. Il courut alors vers Woojin, au son de régurgitations qui commencèrent effectivement.

Che Haesol rendit alors le maigre déjeuner qu’elle avait avalé et s’essuya la bouche.

« Oh… Putain… »

Elle finit par se reprendre un peu. Sa vision, petit à petit, redevint claire et son mal de tête commença lui aussi à se calmer. Elle regarda alors autour d’elle.

Elle eut l’impression d’avoir atterri dans une réserve naturelle, et réalisa qu’elle n’était plus à Séoul. Elle se trouvait dans un autre monde, et eut d’ailleurs quelques difficultés à l’admettre malgré sa connaissance de cet état de faits.

« Ça va mieux ? Rejoignez-nous ! » lui cria Sunggoo.

Elle se frotta les yeux, se demandant si elle avait halluciné. L’odeur de la viande grillée chassa rapidement ses doutes. Ces deux malades étaient bel et bien en train de camper tranquillement dans une zone mortellement dangereuse.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 83
SSN Chapitre 85

3 Commentaires

  1. NaosNaos

    merci pour le chap ^^

    Répondre
  2. nickylaboum

    merci

    Répondre
  3. Lauvel

    Merci pour le chapitre !

    « Allez, on y va. » dit Woojin en s’y engouffrant aussitôt. (NdT : dans le donjon, pas dans Haesol.)

    Oh, putain tu ma bien fais rire xD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com