TheDAB : Chapitre 46
TheDAB : Chapitre 48

Bonsoir.

Vous aurez sans doute remarqué mon absence ce WE et durant toute cette journée. J’ai failli ne rien publier du tout, mais puisqu’il était déjà écrit, j’ai fait un effort.
Je suis malade à en crever, ça fait 3 nuits que je ne dort pas à cause d’une sinusite aussi pire que les précédentes et j’ai l’impression de vivre dans un autre monde, là.

J’veux dormir, et quand j’essaye mon nez et mes sinus me disent merde 🙁

 

Donc si jamais cet arrêt se prolonge en une pause de quelques jours, on se retrouve bientôt !

 

 

Chapitre 47

Pas si vite !

 

Il fallut toute une journée au propriétaire du magasin pour rassembler tout ce que pouvait contenir son magasin. Shi Kun attrapa les quarante-huit sacoches spirituelles à usage unique qui lui étaient proposées avant de hocher la tête de satisfaction.

« Parfait. Maintenant que toutes ces sacoches sont pleines, je peux les ranger dans la sacoche du patriarche. » Shi Kun envoya une petite dose d’énergie spirituelle dans sa sacoche, qui s’ouvrit en grand pour aspirer toutes les sacoches du vendeur. Ce dernier écarquilla les yeux, stupéfait.

« Pardon, mais… Vous n’êtes pas censé pouvoir faire entrer ces sacoches spirituelles dans une autre sacoche spirituelle… Comment avez-vous fait ça ?! »

« Eh ? » Shi Kun haussa un sourcil, ne comprenant pas le souci. « Je ne sais pas. Pourquoi devrais-je ne pas pouvoir ? »

« Mon très cher client, l’intérieur d’une sacoche spirituelle est spécial. Pour pouvoir mettre une sacoche dans une autre, il faut que cette dernière puisse contenir tout ce que contient la première. Vous… Vous avez pu mettre les quarante-huit… Mais quelle taille a donc votre sacoche spirituelle ? Est-ce un autre trésor inestimable ? »

Le propriétaire de la boutique était sidéré mais se ressaisit rapidement. Après tout, ce client avait cédé une boussole Feng Shui de Jade sans s’en préoccuper plus que ça alors qu’il eut en sa possession une sacoche spirituelle extraordinaire était sans doute parfaitement compréhensible. Les cieux seuls savaient ce que cette sacoche pouvait bien contenir comme autres trésors à la valeur extraordinaire. Ce disciple ne semblait pas être spécialement puissant pour son âge et il n’y avait pas moyen que sa secte le traite si bien… alors il devait réellement venir d’une famille riche et puissante pour se promener avec des trésors pareils aussi nonchalamment !

« Cher client, regardez autour de vous. Ma boutique est vide, maintenant. » Le marchant écarta les bras en tournant sur lui-même afin de faire constater à Shi Kun qu’il avait bien tout vidé. « Vous avez même déjà acquis les sacoches spirituelles. Pouvons-nous désormais passer au paiement, je vous prie ? »

Shi Kun n’attendit pas plus et acquiesça en souriant d’un air de bienfaiteur accompli. Après tout, il avait un passé de mendiant, de voleur, d’opportuniste également ; mais ce n’était que par nécessité qu’il avait sombré dans de tels actes illégaux et immoraux. S’il avait de quoi payer pour ses achats, il était alors le premier à trouver ça normal.

Shi Kun tendit la boussole au vendeur un peu anxieux. Il fallait comprendre que si ce disciple avait décidé de s’envoler et de disparaître à ce moment précis, le propriétaire de la boutique se serait retrouvé ruiné, le temps de faire mener l’enquête par les forces garantissant la Loi de l’Empereur qui protégeait les mortels ne l’aurait pas aidé à éviter la catastrophe financière imminente. Ce n’était pas plus souhaitable qu’envisageable. Aussi tentait-il de ne rien laisser paraître – bien que son inquiétude s’en fût trouvée sans fondement.

« Voici votre boussole, mon bon marchand. Je vous remercie pour votre compréhension. » Shi Kun était sincèrement heureux d’avoir pu négocier de la nourriture si rapidement. Il ne souhaitait pas divaguer de boutique en boutique jusqu’à trouver quelqu’un acceptant de lui céder de la nourriture ; en outre, il ne désirait pas non plus perdre de temps à mendier pendant des mois pour accumuler suffisamment de provisions pour faire le voyage sans avoir faim.

Et plus que tout, il était hors de question de faire le voyage sans rien avoir à se mettre sous la dent.

Aussi tendit-il généreusement le trésor au vendeur, dont les yeux brillèrent de désir et d’anticipation. Une fois l’objet entre ses mains, il esquissa un léger sourire cupide avant de courir en direction de l’arrière-boutique et d’en revenir un instant plus tard.

« Bien, bien, bien. Cher client, je pense que nous en avons terminé. Je ne peux plus rien vous vendre d’autre car je ne possède plus rien, aussi devriez-vous vous mettre en route avant la tombée de la nuit. » De peur que Shi Kun ne décide d’un seul coup que finalement, la transaction ne valait pas la marchandise et qu’il cherche à faire un scandale – ce qui aurait pu provoquer jalousie et envie chez d’autres mortels mal intentionnés – il se hâta de chercher à couper court à leur rencontre.

Après tout, il allait récupérer une fortune colossale pour la vente de ce trésor inestimable. Il pourrait alors ouvrir plusieurs autres boutiques et même embaucher du personnel dans chacune d’elles !

Shi Kun prit sa remarque pour ce qu’elle n’était pas, cela dit.

« Oh. Je vous remercie pour votre bienveillance, et je vais effectivement partir aussi vite que possible. » Ayant compris que le marchand lui souhaitait un voyage sous de bons auspices, il lui adressa un large sourire avant de se souvenir d’une chose qui revêtait malgré tout une importance en soi.

« Par où dois-je quitter la ville pour rentrer chez moi ? »

La dernière chose qu’il désirait à ce moment était de partir du mauvais côté. Ceci dit, il ne pouvait pas vraiment se tromper. L’énergie spirituelle du monde étant ce qu’elle était, elle prenait naissance au sommet de la montagne impériale pour s’écouler lentement vers les océans. En prenant le temps de la ressentir et même si cela pouvait nécessiter plusieurs jours, retrouver son chemin n’était pas chose difficile.

Cependant, Shi Kun ignorait bien sûr tout de ce simple fait et se disait qu’il pouvait bien demander son chemin ; cela allait lui éviter bien des déconvenues lors de son voyage de retour.

« Hm… » Le marchand se gratta le menton, l’air pensif. « Pour partir vers l’ouest, il suffit de quitter la ville par la porte ouest. »

Shi Kun se mit une main sur la tête. Il se trouva idiot d’avoir posé la question, finalement. Mais comment pouvait-il savoir que la ville possédait une porte ouest ? Il se contenta de secouer la tête, peu enclin à continuer à se poser ce genre de question.

« Merci, mon bon marchand. »

Sans un mot de plus, il quitta la boutique de ce marchand mortel qui bondit de joie aussitôt Shi Kun parti.

« Riche ! Je suis riche ! »

Il fondit en larmes, de chaudes larmes qui coulaient sans s’arrêter jusqu’à son menton et remercia les cieux à plusieurs reprises avant de retourner en catastrophe dans son arrière-boutique sans prendre le temps de poser un œil de plus à sa boutique désormais vide.

De son côté, Shi Kun croisa un client mortel, habitué de l’épicerie.

« Bonjour, exalté » Ce dernier s’inclina légèrement en laissant sortir Shi Kun de la boutique avant d’y pénétrer à son tour. Lorsqu’il vit l’état de celle-ci, il ne put s’empêcher d’ouvrir de grands yeux.

« Oh ? Tout est vide ?! »

Le marchand l’entendit depuis l’arrière-boutique dans laquelle il admirait la boussole Feng Shui de jade sous toutes les coutures et s’empressa de la ranger pour aller à la rencontre de ce client dont il avait reconnu la voix.

« Ho Ming ! Bienvenue, bienvenue ! Comme tu le vois, je m’apprêtais à fermer pour quelques jours ! Je n’ai plus rien à vendre, un exalté vient de tout m’acheter ! »

Le nouveau venu Ho Ming leva les sourcils en se retournant, comme pour observer Shi Kun à travers les murs.

« Lui ? Il t’a tout acheté ? Ce jeune disciple… ? »

Le marchand hocha la tête vigoureusement. « En effet. Je suis désolé si tu étais venu pour trouver un article en particulier, je ne l’ai plus ! »

Ho Ming secoua la tête.

« Ce n’est pas grave, mon ami. Ce n’est pas grave. » Il se retourna pour observer encore une fois l’état de la boutique, telle qu’il ne l’avait jamais vue avant. Pendant ce temps, le visage du vendeur, toujours derrière son comptoir, se mit à devenir livide, verdâtre et tandis que ses yeux se révulsaient presque totalement, un large sourire inhumain déchira son visage d’une oreille à l’autre.

Un étrange qi vert se mit à tortiller hors de son corps et entreprit en un instant de percer le corps de la pauvre victime totalement inconsciente qui observait toujours les étalages totalement vides.

Soudain, celui-ci se retourna d’un seul coup.

« Bon ! Tant pis ! J’irai acheter mes provisions ailleurs, ha ha ! » Au moment précis où ses yeux se posèrent sur le marchand, ce dernier repris une apparence parfaitement normale, plus rapidement qu’il ne fallait à quiconque pour remarquer le moindre changement.

« Oh, oui, ne t’en fais pas. Je pense fermer pour au moins un mois, à vrai dire, alors tu devrais aller t’approvisionner ailleurs pendant ce temps. »

D’un signe de la main supplémentaire, le client s’en alla, ne laissant pas le temps au vendeur de tenter à nouveau sa chance et ne lui admettant pas l’opportunité de le parasiter. Cela dit, il semblait bien que même le pauvre marchand ignorait tout de ce qui venait de se passer.

Quelque part dans son dantian de mortel, blotti dans un nid spirituel, un petit ver spirituel stupide se morfondait après avoir échoué ; il avait une mission dans sa misérable vie, il devait se reproduire. Connecté à son géniteur tranquillement installé dans le dantian de Shi Kun, il se laissa simplement dire que tout allait bien, qu’il ferait mieux la prochaine fois. Sans trop comprendre ce que cette voix dans son esprit simplet voulait dire, il se contenta de se rendormir en attendant une nouvelle victime.

Quant à Shi Kun, il parcourut la ville et se retrouva rapidement à la porte ouest. Une immense porte en pierre qui séparait la ville civilisée des contrées sauvages à l’extérieur. Il pouvait apercevoir à perte de vue collines, forêts et même quelques montagnes dans le lointain.

« Je ne suis pas près de rentrer chez moi… »

Shi Kun posa le pied hors de la ville sous le regard de quelques passants. Peu étaient les mortels qui quittaient l’enceinte d’une ville protégée en connaissant les dangers du monde extérieur. Seuls quelques chasseurs expérimentés osaient le faire et ne s’attaquaient qu’aux monstres spirituels les plus faibles sans toujours parvenir à prendre le dessus.

Aussi le départ d’un cultivateur était-il toujours source de commérage et de curiosité parmi la population. Shi Kun ne fit pas exception et attira encore plus les regards du fait de sa toge aux couleurs inconnues.

« Finalement tout ne s’est pas si mal passé. J’ai beaucoup de fruits spirituels, des provisions pour mon voyage, et je ne suis somme toute pas si loin de chez moi que j’aurais pu l’être… Allons, voyons le bon côté des choses : ce ne sont que trois ou quatre mois de voyage. »

Rasséréné par ses mots destinés à se donner du courage, Shi Kun soupira et se mit en route.

 

**

 

Deux jours plus tard, Shi Kun n’avait toujours pas dormi. Il voulait parcourir le plus de chemin possible entre chaque sieste, de peur de ne plus avoir envie de se réveiller. Il fallait après tout que le retour soit le plus rapide possible et à défaut d’avoir envie de faire des efforts, il en comprenait bien la nécessité.

« Il faut que je retrouve le patriarche le plus rapidement possible. S’il se rend compte que je traîne par paresse, il risque de ne pas être ravi et il va me forcer à faire des choses que je n’ai pas envie de faire. » Et le patriarche pouvait le retrouver, Shi Kun en était certain ! Il avait après tout placé cette formation dans la sacoche, ce dispositif servant à le traquer où qu’il soit.

« Je ne peux pas l’attendre. Il faut que je lui montre que j’ai fait des efforts pour rentrer. Sinon, qui sait ce qu’il va me faire ? »

De son côté, le patriarche avait perdu la trace de Shi Kun au moment où la créature insidieuse avait décidé de loger dans sa sacoche spirituelle et y avait détruit la formation aussi facilement qu’il aurait pu souffler sur un pissenlit. Naturellement, Shi Kun l’ignorait, et bon gré mal gré, se persuada qu’il devait rentrer le plus vite possible.

Shi Kun s’apprêtait à pénétrer dans une chaîne de montagnes aux allures peu recommandables lorsqu’il entendit un cri strident provenir de l’un des pics. C’était la première fois en deux semaines qu’il percevait le moindre signe de vie.

« Enfin ! Je pensais que toutes les créatures du monde avaient décidé de m’éviter ! Moi qui pensais que l’extérieur des villes était dangereux ! Je ne comprends vraiment pas pourquoi personne n’en sort. »

Shi Kun leva les yeux et mit sa main sur son front en guise de visière, afin de ne pas se faire éblouir par le soleil. Entre les nuages blancs se dessina une ombre, qui grossit de plus en plus et qui visiblement… fonçait droit sur lui.

« Ne me dis pas qu’il va pleuvoir des théières spirituelles même ici ? »

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
TheDAB : Chapitre 46
TheDAB : Chapitre 48

Related Posts

19 thoughts on “TheDAB : Chapitre 47

  1. merci 🙂 je pense au patriarche qui arrive en catastrophe car juste avant la destruction de la barrière par le ver il a sentis le retour de shi kun

  2. Salut Raka, j’étais déçu premièrement quand les aventures d’Osumba se sont arrêtées, l’univers était riche et rafraichissant ; mais à présent je trouve que ce roman dépasse de loin LDO ! Tu as su recréer un univers dans lequel le lecteur souhaite se plonger tout en créant un personnage atypique.
    Donc merci de nous partager ton génie créatif, je te souhaites bon rétablissement pour tes soucis de santé.
    Encore merci pour le chapitre 🙂

    1. LDO n’est pas arrêté définitivement.
      De base, c’était un test donc sujet à un arrêt éventuel. J’ai trouvé la niche dans laquelle je voulais écrire (je n’avais jamais écrit de cultivation, il fallait que je m’y mette pour tester).

      Maintenant que c’est fait, j’ai entamé la vraie aventure intéressante.

      Ce qui ne veut pas dire que LDO ne reprendra pas.

  3. merci encore pour tout ce que tu fais.

    bon je sais ce que je vais te dire peut te paraître simpliste et bizarre, mais bon je te conseille d’essayer. ce soir avant d’aller dormir coupe un oignon en deux et dépose le au sol en bas du lit proche du coté ou ta tête est tournée. les vapeurs d’oignon vont te décongestionner tes sinus . j’ai rien trouvé de mieux pour moi. donc même si c’est une recette de grand-mère j’ai confiance. bon courage.

        1. franchement ça va c’est pas fort en odeur et ca pique pas les yeux. mais les effluves te ferons sûrement du bien.

  4. Essaie de faire des lavements avec une corne nasale. Tu verrais ce qui sort avec ça, ça fait peur… Même mon fils de 2 ans en fait tous les jours donc c’est pas traumatisant du tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com