TheDAB : Chapitre 53

TheDAB : Chapitre 52
TheDAB : Chapitre 54

Chapitre 53

 

L’homme qui venait de frapper à la porte de Shi Kun attendit une réponse avec impatience. Shi Kun pouvait sentir son excitation même à travers la lourde porte de bois. À l’évidence, les cultistes n’attendaient que ça. Pourquoi alors Shi Kun n’avait-il pas été prévenu ? Pourquoi le lui disait-on au tout dernier moment ?

Quelque chose donna l’impression à Shi Kun qu’il était en train de se faire avoir. Après tout, il avait vu le cultiste en chef percer le cœur animal sur l’autel ; le niveau de barbarie dont ils pouvaient être capables ne laissait plus de place au doute.

« Une… épreuve ? » Shi Kun hésita mais finit par briser son immobilité et oser une question simple. Ils ne le laisseraient pas en paix quoi qu’il arrive alors il devait prendre les devants. Peut-être ainsi arriverait-il à s’en sortir sans trop de dégât.

« Oh ! Grand élu ! Vous êtes éveillé ! Nous avions peur que vous ne soyez en méditation recluse ! Il faut que vous veniez vite ! Le doyen insiste, il est temps ! »

Shi Kun soupira et comprit qu’il n’aurait pas la paix tant qu’il ne se serait pas expliqué avec ce doyen – sans doute le cultivateur du stade de l’Établissement des Fondations à qui il avait eu affaire un peu plus tôt.

« Il est hors de question que je me prête à la moindre épreuve. On ne m’a pas prévenu qu’il y aurait de telles choses. Et puis, une épreuve ? Ça m’a l’air bien épuisant, tout ça. Non, je vais aller lui en toucher deux mots. » Shi Kun bomba le torse et s’en alla ouvrir la porte d’un claquement de sa manche.

« Grand élu ! Merci ! Nous avions peur de devoir retourner voir le doyen armés d’une mauvaise nouvelle ! Mais si vous n’êtes pas en méditation recluse, alors tout va bien ! »

« Attendez… Si j’avais été en méditation recluse, je n’aurais pas eu besoin de vous suivre ? » Shi Kun eut peur de la réponse et s’en rendit compte après avoir posé la question. Une légère grimace traversa son visage l’espace d’un souffle.

« Ah ? Mais naturellement, Grand élu ! Nous n’aurions pas voulu déranger la séance de méditation d’un grand cultivateur élu des Grands Anciens ! » L’homme adressa un sourire crispé à Shi Kun en se rendant compte que ce dernier aurait sans doute bien voulu mentir pour ne pas avoir à les suivre.

Shi Kun mit les mains dans son dos, tel un grand seigneur, leva légèrement le menton et tenta de prendre un air concentré.

« En réalité, voyez-vous, je m’apprêtais justement à entrer en méditation recluse, et c’est très important. Les astres sont alignés à la perfection dans le ciel et cette méditation ne saurait attendre. Je perdrais une chance inouïe si je le faisais. »

Les deux hommes se regardèrent d’un air étonné et l’un d’eux esquissa un sourire en levant les mains, un peu gêné.

« Grand élu, comprenez-nous… Le doyen nous a demandé en personne de vous faire venir pour l’épreuve en insistant sur son importance. Nous n’avons pas l’autorisation d’en dire plus. Je suis sincèrement désolé. Essayez de nous comp… »

Shi Kun soupira en insistant sur le bruit et l’intensité. Il voulait bien leur faire comprendre qu’ils l’avaient dérangé et qu’il n’avait jamais été question d’une quelconque épreuve. Mais après tout, ces deux types avaient sincèrement l’air d’être dans une position délicate et Shi Kun abandonna, peu enclin à insister davantage.

« Ok, ok… Je vais aller voir ce doyen et je lui expliquerai en personne que nous n’avions pas parlé d’une épreuve. Après tout, il veut que j’invoque un puissant démon, et c’est la seule chose que j’ai acceptée. » Shi Kun secoua la tête et se résigna à emboîter le pas à ses hôtes, à qui il adressa un signe afin de les faire avancer devant lui.

« Merci, Grand élu. »

« Merci, Grand élu. »

Tous deux s’inclinèrent et firent demi-tour en s’offrant un regard étrange. Shi Kun n’y prêta pas attention et se contenta d’avancer à leur suite.

« Je me demande bien quelle est cette épreuve. Ne pas vouloir y participer n’enlève rien à ma curiosité. » Shi Kun eut un moment pour réfléchir à ce qu’allait pouvoir lui proposer le doyen mais rien ne lui vint. Que pouvait-il bien exister dans cette grotte située à qui savait quelle distance sous terre et qui pouvait faire office d’épreuve digne d’un cultivateur ?

« Dites. Savez-vous en quoi consiste cette épreuve ? » Shi Kun finit par hausser les épaules et simplement demander aux deux cultivateurs s’ils étaient disposés à lui expliquer quelque modalité de ce qu’il était supposé faire pour le doyen.

L’un d’eux secoua la tête sans se retourner.

« Nous ne pouvons rien dire. Il s’agit d’une épreuve secrète dont le doyen possède le secret. Même nous, si nous connaissons le but de l’épreuve, ne pouvons en connaître le contenu. »

« Nous arrivons. » L’autre enchaîna sans laisser à Shi Kun le temps de répondre. « Voici la caverne spirituelle du doyen. Il vous attend à l’intérieur. Vous pouvez entrer. »

Il y avait là une petite grotte dans la grotte, creusée de main humaine sans aucun doute. Shi Kun pouvait sentir des fluctuations de qi en émaner par intermittences et comprit que le doyen qui devait se trouver à l’intérieur était en train de préparer quelque chose. Quelque chose à son attention, ça ne faisait aucun doute.

« Merci, frères cultivateurs. Je vais entrer et lui expliquer qu’il y a erreur. » Shi Kun baissa la tête pour franchir l’entrée étroite et se retrouva immédiatement dans un monde nouveau. Ses yeux immédiatement adaptés à l’obscurité ambiante et uniquement percée de quelques flammes magiques flottant près des murs aperçurent celui qu’il s’attendait à rencontrer en ces lieux. Le doyen était bel et bien le cultivateur au stade des Fondations et qui avait failli mouiller ses sous-vêtements en apercevant la Paresse, un peu plus tôt.

Shi Kun lui adressa un sourire confiant, toujours persuadé de sa supériorité grâce à son démon de la paresse.

« Frère cultivateur. Comme tu l’as demandé, je suis venu. J’ai bien compris que tu désirais que je participe à une épreuve quelconque mais il faut que tu sach… »

L’homme se retourna d’un seul coup, les yeux blancs et grands ouverts. Il était en transe, c’était évident. Cependant, Shi Kun ne le comprit pas de la sorte et se jeta sur lui pour lui asséner une paire de claques.

« Frère cultivateur ! Tu t’évanouis ! Reprends tes esprits ! » Shi Kun avait plus d’une fois vu d’autres mendiants perdre connaissance, les yeux révulsés. Certains faisaient des crises et avalaient leur langue quand d’autres ne se réveillaient simplement jamais et se contentaient de saigner du nez, morts. Aussi, Shi Kun avait développé ce réflexe longtemps auparavant, bien malgré lui. Entre mendiants, il fallait toujours se serrer les coudes.

« Ah, eh ! Ah ! Mais que fais-tu ?! » Cela dit, le doyen n’était absolument pas inconscient ni près de l’être. « Tu… Tu veux interrompre ma technique de… ?! Aah ! Malheureux ! »

Shi Kun n’eut pas le temps de tenter de comprendre ce que voulait dire ce type qu’il venait d’empêcher de tourner de l’œil. Il remarqua simplement qu’en lieu et place de gratitude, celui-ci avait froncé les sourcils de mécontentement et de panique.

Aucun d’eux ne put reprendre cette conversation de fortune. Une lumière vive apparue autour d’eux les avala d’un seul coup. Deux souffles plus tard, ils tombèrent au sol, totalement désemparés. L’un d’eux se tenait la tête, pris de vertiges ; l’autre était assis au par terre, perdu.

« Où… Où sommes-nous ? Qu’as-tu fait ? » Shi Kun était dans un meilleur état que le doyen, qui avait été interrompu au milieu de préparatifs importants concernant une épreuve qu’il désirait faire passer à Shi Kun. Il regardait autour de lui et se rendit compte qu’ils se trouvaient tous deux dans un décor aux couleurs mirobolantes et pouvait apercevoir des arbres faits de vert, de jaune et de rouge. Le sol zébré d’une multitude de nuances de bleu lui faisait un peu mal aux yeux et même l’air lui semblait d’un rose étouffant, comme un brouillard permanent.

Le doyen secoua la tête, toujours pris de vertiges et incapable de retrouver ses esprits correctement. Violenté par l’interruption des préparatifs, il était celui des deux qui avait le plus souffert et son dantian vibrait autant qu’il le pouvait.

« Eh ? Frère cultivateur ? » Shi Kun se rendit compte qu’il n’arriverait pas à en tirer quoi que ce fut pendant un moment encore et décida que pour sa propre sécurité, il ne devait pas s’éloigner de lui. Il était celui qui les avait amenés dans ce lieu étrange, c’était certain. Alors il serait celui à qui il demanderait des comptes quelques instants plus tard.

Shi Kun s’allongea contre un gros arbre violet à proximité. Étrangement, sa couleur irisée le faisait virer au doré lorsqu’il tournait les yeux. C’était beau. Étrange mais très beau. Shi Kun se perdit en contemplation pendant un moment tandis que le doyen, à ses côtés, continuait de faire tourner sa base de cultivation à toute vitesse pour tenter de stabiliser son dantian.

« Il va s’en remettre, au moins ? » Shi Kun commença à paniquer un peu quand il constata que suffisamment de temps s’était écoulé pour que brûlent deux bâtons d’encens et que son compagnon ne montrait toujours pas signe de récupération. Il était toujours hagard, perturbé, perdu. Il observait parfois les lieux autour de lui comme s’il comprenait d’un seul coup où il se trouvait, tout ça pour retomber dans une catatonie maladive, secouant la tête comme pour faire partir un son qui harcèlerait ses oreilles ; le tout en faisant tourner sa base de cultivation à toute allure.

Shi Kun se persuada une fois de plus qu’il ne pouvait pas quitter les lieux sans savoir exactement où il était. Soudain, il eut une idée.

« Incarnation de la Paresse… Es-tu là ? »

Il attendit quelques instants mais même si parfois, la tortue refusait de venir, elle lui répondait toujours d’une manière ou d’une autre. Cette fois, il n’entendit rien et ne ressentit absolument pas sa présence. Comment était-ce possible ? Il tenta plusieurs fois encore sans succès.

« Il faut que je compte sur lui ? » Shi Kun comprit que s’il voulait avoir le fin mot de l’histoire et sortir de cet endroit étrange, il devrait le faire en comptant sur celui qui avait forcément utilisé une technique étrange. Ils n’étaient que deux et Shi Kun savait qu’il n’avait rien fait lui-même, alors le doyen avait forcément quelque chose à voir dans tout ça.

« Il peut nous faire sortir d’ici. » Shi Kun pouvait sentir, sans trop comprendre comment, que cet endroit était comme le royaume dimensionnel dans lequel il avait récolté tous ces bons fruits spirituels… C’était un endroit fermé, un monde miniature, une poche spatiale située quelque part… simplement quelque part. Et dans celle-ci, il ne pouvait pas invoquer la Paresse. Les règles étaient-elles établies de la sorte ?

Shi Kun finit par s’endormir après avoir attendu et constaté qu’ils étaient réellement les deux seuls êtres vivants à portée de conscience. Peut-être les seuls dans tout le royaume dimensionnel, pour ce qu’il pouvait en dire. Allongé contre le pied de l’arbre violet et doré, il rêva de cette époque durant laquelle il dormait dans la rue, époque à laquelle tout était difficile mais étrangement plus facile également. La pression et les attentes, les responsabilités n’étaient pas les mêmes et il pouvait faire les choses au rythme où il l’entendait. Personne ne le forçait à participer à des tournois, personne ne l’envoyait vers des provinces lointaines par erreur, personne ne le kidnappait pour tenter de le convertir de force à un culte étrange et personne ne le téléportait dans un royaume dimensionnel coloré contre son gré.

« Bon sang… » Shi Kun ouvrit les yeux en sentant que quelque chose avait changé. « Il faut vraiment que je ne tombe que sur des os ? Ne puis-je pas simplement vivre ma vie ? »

Deux jours s’étaient écoulés sans qu’il s’en rende compte. Il n’y avait pas de soleil, pas de lune. Le jour et la nuit étaient des concepts étrangers à ce monde à part. Finalement, le doyen parvint à stabiliser sa base de cultivation et son regard redevint clair et sensé.

« Ce… Ce n’était pas censé se passer ainsi. » Il se tourna vers Shi Kun, qui venait d’ouvrir les yeux. « Pourquoi as-tu interrompu la technique d’ouverture de la porte ?! »

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

TheDAB : Chapitre 52
TheDAB : Chapitre 54

10 Commentaires

  1. Newancientgod

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. SenkeSenke

    merci pour le chapitre !

    Répondre
  3. Coco

    Merci pour le chapitre, la suite promet !

    Répondre
  4. gutsguts

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  5. Hyrtik

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. Mikaël

    Et le titre de Mr catastrophe revient à Shi Kun.

    J’attend avec impatience de voir quel impact négatif va avoir cette secte sur le monde.
    Le coup des vers qui se répandent à vitesse grand V mais sans maître pour les diriger. Un oiseau terriblement dangereux qui à perdu ses petits.
    Si je me trompe pas il en est qu’a la moitié de son voyage de retour. Ça promet !

    Pourquoi le maître de guilde à peur que Shi Kun ne passe du coté obscure alors qu’il fait déjà un magnifique boulot pour pourrir le royaume des humains ! Pauvre maître de guilde ^^

    Merci pour cette histoire en tout cas

    Répondre
  7. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  8. DarkramDarkram

    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  9. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com