TheDAB : Chapitre 69

TheDAB : Chapitre 68
TheDAB : Chapitre 70

Chapitre 69

 

 

Shi Kun se mit à observer les hautes bibliothèques sur lesquelles étaient soigneusement rangées des cohortes de talismans de jade ; rien que d’imaginer le nombre effarant de techniques que pouvait contenir ce rez-de-chaussée, Shi Kun ne put s’empêcher de soupirer.

Soudain épuisé par l’idée de devoir fouiller et analyser chacun de ces talismans jusqu’à trouver le bon, il se laissa tomber sur une chaise proche et soupira encore lorsqu’il comprit qu’il ne pourrait pas y échapper.

Shi Kun tourna les yeux vers Shao Kang, déjà à l’œuvre à l’autre bout de l’immense pièce et procédant à une recherche méthodique, attrapant et reposant les talismans l’un après l’autre, parfois secouant la tête sèchement, parfois trépignant légèrement et semblant se souvenir pour plus tard la position d’une technique potentiellement envisageable.

Shi Kun posa à nouveau le regard sur les étagères proches de lui et se leva lourdement pour s’en approcher. « Quand il faut… C’est pour mon bien. »

Il tenta de se convaincre qu’il avait éperdument besoin de cette technique – et c’était vraisemblablement le cas : s’il se faisait agresser par plus puissant que lui, il ne ferait pas long feu et tout le monde savait que dans le monde de la cultivation, la mort pouvait se trouver à chaque virage de façon inattendue.

Shi Kun fit un geste de la main et le premier talisman s’envola pour s’y déposer. Immédiatement, il y injecta du Qi en soupirant bruyamment une fois de plus. Shao Kang était trop éloigné pour l’entendre et de toute façon, ce n’était pas le but. Shi Kun était vraiment déjà las d’avance.

« La fondation des racines majestueuses. » Shi Kun commenta ce qu’il venait de trouver et secoua la tête en se rendant compte qu’une telle technique demandait d’être proche de la nature, des plantes, et d’accepter de ne faire qu’un avec un grand tout comprenant une multitude de végétaux. De la sorte, le corps était capable d’assimiler leur puissance et en tirer une solidité exceptionnelle.

« Non, ce n’est pas pour moi… » comprit Shi Kun. « Je ne suis pas adepte de la nature à ce point.

Il renvoya le talisman en place et agita la main pour y faire atterrir un second. Celui-ci parlait d’un ours et d’une grenouille, inutile également. Le troisième demandait à son utilisateur de connaître la théorie derrière une obscure forme de rituelle dont il n’avait jamais entendu parler.

Déjà dépité, Shi Kun se laissa distraire et regarda ce qu’il se passait du côté de Shao Kang : son ami était en pleine tâche et arpentait les bibliothèques sans relâche. Un talisman après l’autre, encore, encore et encore. Là où Shi Kun avait testé trois d’entre eux, Shao Kang avait déjà fait aller et venir plus de quarante talismans entre ses mains.

Plus expérimenté, plus studieux et surtout plus dur à l’effort, Shao Kang ne jetait pas le moindre coup d’œil du côté de Shi Kun. Tout en prenant note de toutes les techniques qui pourraient convenir et en les classant par ordre de pertinence, il remuait chaque talisman de façon ordonnée et méthodique ; pas un seul n’échappait à son étude rapide.

« Les huit danses du lotus. Non. Définitivement pas. La rébellion des cieux rouges. Hmm… Non. Elle convient à des cultivateurs errants et se soulevant moralement contre l’ordre instruit par les sectes. Voyons celle-ci… L’inébranlable topaze céleste ? Oh… Intéressant mais… il n’en voudra pas. Ha ha ! Comment n’ai-je pas remarqué ça immédiatement ! Une technique qui repose sur la sobriété… Bien, définitivement la dernière que je lui proposerai au cours de ma vie. »

Shao Kang se mit à chantonner tout en passant en revue les talismans attendant stoïquement l’arrivée d’un disciple avide d’une technique corporelle. Petit à petit, il balaya la moitié de la pièce et entama la suivante sans se soucier de Shi Kun car il savait que ce dernier allait forcément être moins rapide que lui-même et qu’il serait forcé de l’aider à terminer son côté.

« Etincelant dragon… Beaucoup d’efforts pour ça. Il n’en voudra pas. Hmm… Oh ? Ah, non… J’ai failli crier. Celle-ci aurait été parfaite mais il faut posséder le sang d’une lignée particulière… J’aurais été surpris, tiens. »

Shao Kang finit par lâcher un soupir à son tour, les mains sur les hanches. Il n’avait pas compté les techniques qu’il avait analysées… En était-il à quelques centaines, quelques milliers ? Il était là depuis longtemps et il lui semblait bien qu’il avait manqué l’heure de sa prise de poste à la porte de la secte.

« Tant pis. Je n’ai jamais rien manqué, ils m’auront sans doute remplacé et ne m’en tiendront pas rigueur. »

Shao Kang tourna les yeux en direction de Shi Kun pour voir où son ami en était arrivé de son côté et peut-être prendre quelques instants pour comparer leurs trouvailes.

« H… Hein ? » Il ne put que ravaler un cri de stupeur honteuse lorsqu’il le vit assis sur une chaise, le nez pointé vers le plafond et la bave au menton. « Mais il dort ?! »

Shao Kang avait aidé Shi Kun de bon cœur et ce dernier piquait un roupillon pendant que lui-même s’affairait à tout faire à sa place ? Il avait même manqué l’heure de son travail ! C’était la toute première fois depuis des années !

Shao Kang sentit le sang lui monter au visage. « Si c’est comme ça, la prochaine technique que je trouverai sera pour lui ! Il n’aura qu’à s’en prendre qu’à lui-même et perdre du temps et de l’énergie avant de se rendre compte qu’elle n’est pas faite pour lui, et revenir ici seul pour en changer ! »

Shao Kang leva la main d’un geste brusque et le talisman le plus proche vola vers lui dans une bourrasque pressée.

« Voilà ! Ce sera celu… Oh… Quand même… »

Shao Kang se rendit compte de ce qu’il était en train de faire et hésita, l’espace d’un instant.

« …La technique de l’Impassible Idiot… Il y a vraiment une technique qui s’appelle comme ça ? » Shao Kang avait du mal à croire ce que ses sens spirituels lui disaient. Mais il n’y avait pas l’ombre d’un doute : cette technique avait été directement extraite de la pierre et ses informations transmises à son esprit.

« Une technique si faible… ? » Shao Kang ne comprenait pas qu’un jour, quelqu’un eut pu créer quelque chose de si ridicule. « Comment interpréter ça ? Je ne comprends pas moi-même. »

Mais ce qui était dit était dit et Shao Kang serra les dents en voyant Shi Kun dormir depuis probablement le tout début de leurs recherches. « Comment peut-on être paresseux à ce point ? Ne se rend-il pas compte de l’importance de la technique corporelle ? Et c’est lui qui est venu me demander de l’aide, pour commencer ! »

Shao Kang s’approcha de Shi Kun et le secoua sans vergogne. « Debout ! J’ai la technique qu’il te faut ! »

Shi Kun grogna brusquement en clignant des yeux à plusieurs reprises et posa son regard sur le talisman que son ami avait dans la main. « V… Vraiment ? »

« Ouais. Alors dépêche-toi de l’apprendre. Ne pose pas de questions. »

Shi Kun attrapa le talisman que lui tendait Shao Kang et y injecta du Qi. Immédiatement, il fronça les sourcils.

« L’impassible Idiot ? Mais cette technique est décrite comme… si faible… ? Pourquoi me la conseilles-tu ? Et ce nom… Te moques-tu de moi ? »

Shao Kang secoua la tête. Il s’attendait évidemment à cette réaction et se contenta de balayer l’air d’un revers de la main.

« Je connais cette technique ! Elle donne accès à d’autres technique aux étages supérieurs, des techniques formidables ! Tu dois l’apprendre ! »

Shi Kun n’arrivait pas à se faire à cette idée. Comment Shao Kang connaissait-il les techniques des étages supérieurs ? À leur niveau, personne n’y avait accès.

« Si je comprends bien, il faut que je… devienne imperturbable au monde qui m’entoure ? Si je le fais, je pourrai cultiver cette technique corporelle ? C’est bien étrange. »

Shi Kun comprit en analysant les informations que c’était une technique bien étrange : tout ce qu’elle demandait lorsqu’on en survolait les informations générales… c’était de devenir totalement idiot. Incapable de se soucier de son environnement, impassible envers les évènements alentours du monde et des humains.

« Tu es vraiment sûr de toi, Shao Kang ? Ne me fais pas faire n’importe quoi, s’il te plait. » Mais Shi Kun n’entretenait absolument aucune envie de se poser plus de questions et de remettre en doute l’honnêteté de son ami. Puisqu’il lui disait savoir ce qu’il faisait, alors il savait ce qu’il faisait. Pourquoi se fatiguer à se poser trop de questions ? Ce n’était pas comme s’il pouvait avoir envie de lui faire apprendre n’importe quoi… n’est-ce pas ?

Shi Kun injecta encore plus de Qi dans le talisman et ce dernier s’illumina, projetant un arc lumineux sur les murs et le sol. Rapidement, Shi Kun sentit la connaissance affluer et tout aussi vite, comprit comment cultiver cette technique.

« M… Merde… Tu ne mentais pas ! Oh, merde, Shao Kang, merci ! » Shi Kun, les yeux brillants, prit Shao Kang dans ses bras et le serra aussi fort qu’il le pouvait.

« Q… Quoi ? Mais que veux-tu dire ? » Shao Kang ne comprit pas cet élan de joie soudain. Au contraire, Shi Kun aurait dû être effaré et comprendre qu’il s’agissait là d’une bonne leçon ! Il ne savait sans doute pas qu’on pouvait changer de technique et recommencer un apprentissage dès les bases en abandonnant l’ancienne et était supposé se morfondre le temps de le découvrir.

Pourquoi était-il si enjoué ?!

« Cette technique est réellement parfaite pour moi, tu avais raison ! Alors… si ce que tu disais sur ce qui suivra est vrai également, tu es une fois de plus mon bienfaiteur ! »

« Mais pourquoi ?! » Shao Kang n’en pouvait déjà plus. Il fallait qu’il sache. « Pourquoi es-tu si heureux ? »

Shi Kun le lâcha et le regarda dans les yeux. « C’est une bien étrange question pour celui qui savait qu’elle était faite pour moi. Ignores-tu les détails ? Je vais te le dire, alors ! Cette technique n’a rien de faible ! Et il faut l’apprendre pour le découvrir ! »

Après avoir laissé passer quelques instants de suspense douloureux, il reprit.

« Moi qui aime dormir, moi qui me fiche totalement du monde qui m’entoure, voilà exactement ce que cette technique demande ! »

« Dormir ? »

« Non ! Aimer ça ! Vivre pour rester impassible, en avoir la conviction profonde ! Et tu le sais, une partie de mon Dao parle d’immuabilité… Me crois-tu si je te dis que tu as vu juste ? Cette technique est probablement celle qui me conviendra le mieux ! J’aime l’impassibilité, l’immuabilité, et c’est cet amour profond qui me permettra d’attirer le Qi du ciel et de la terre afin de cultiver les différents stades de cette technique ! »

Cultiver son corps en dormant et en refusant de s’impliquer dans les affaires de la secte. Il avait désormais une excuse parfaite pour refuser certaines des tâches que le patriarche Destinée n’allait pas manquer de lui assigner ! Je ne peux pas faire ça. Je ne peux pas y accorder de l’importance. Vous comprenez, il s’agit de ma cultivation corporelle, je n’ai pas le choix. Pardon ? Ces pierres spirituelles vides ont été payés suite à une facture me concernant ? Je suis navré, Patriarche, je ne peux pas me préoccuper d’une affaire aussi insignifiante, il en va de mes futures percées, voyez-vous. Ce n’est pas que je le refuse, mais je n’ai pas le choix !

Shi Kun faillit verser une larme de joie en imaginant la future scène se dérouler dans son esprit. Il sentait que l’excuse était aussi parfaite que la technique elle-même. Alors que quelques temps plus tôt, il craignait encore de voir revenir le patriarche, il souhaitait désormais de tout cœur pouvoir lui répondre exactement ça lors de leur prochaine rencontre qui n’arriverait pas assez rapidement à son goût.

« Shi Kun… Tu es sérieux ? » Shao Kang ne revenait pas de la réaction de son ami mais ce qu’il disait avait du sens, un sens profond et logique. Qui aurait pu croire qu’en voulant lui jouer un mauvais tour et lui donner une leçon, il allait devenir une fois de plus son bienfaiteur, et malgré lui cette fois ?

« Je… Je suis heureux pour toi, mon ami ! » Shao Kang ne pouvais que serrer les dents et donner le change. Bien entendu, il était sincèrement ravi que Shi Kun eut pu trouver une technique qui lui correspondait si parfaitement mais il sentit ses intestins devenir verts de regret en pensant qu’il l’avait obtenue en dormant et en laissant son ami chercher seul.

« Bon. Peu importe. Maintenant que tu as appris cette technique, il faut que tu la maîtrises. Ce sera long et peut-être difficile, ne l’oublie pas. Mais il faut que tu en atteignes le pic afin de pouvoir apprendre une technique d’un niveau supérieur. »

« Comment saurai-je ? » Shi Kun se posa la question à voix haute.

« Tu le sauras. D’ici-là, j’aurai également maîtrisé la mienne et nous pourrons monter tous deux à l’étage suivant afin d’ajouter à notre technique terrestre une technique corporelle céleste. Mais tu as le temps. Ce ne sera sans doute pas avant plusieurs années. »

« Oh… La cultivation est vraiment peuplée de gens qui aiment prendre leur temps, n’est-ce pas ? »

Sur ces mots, Shao Kang secoua la tête et fit demi-tour.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
TheDAB : Chapitre 68
TheDAB : Chapitre 70

7 Commentaires

  1. Mat

    Quelle chance… Je ne pense pas que ça sera si simple avec le patriarche.

    Merci pour le chapitre

    Répondre
    1. osef

      Super roman, j’adore !!! Merci pour ces deux chapitres !

      Répondre
  2. Coco

    Merci pour le chapitre
    Le genre de technique qu’on aimerait cultiver en confinement x)

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Xiao

    Génial j’adore l’originaliter et l’ambiance de cette histoire tous lu en 2 jour et pour une fois que je ne peut pas “rush” la suite en anglais. Merci pour les chapitres
    Take care et rester chez vous

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com