LVL1S : Chapitre 3

LVL1S : Chapitre 2
LVL1S : Chapitre 4

Chapitre 3

 

Quand je repris mes esprits, je me rendis compte que mon corps avait été complètement broyé, des minuscules débris d’os étaient parsemés sur le sol de la pièce. Et au milieu gisait le corps immobile du Tyran.

J’ai réussi… ?

Si je n’étais pas parvenu à utiliser Choc de Feu au dernier moment, il aurait peut‐être survécu et pris le reste de mes membres. Je me demandais si j’aurais été capable de lancer des sorts sans mes mains, mais en toute honnêteté, je préférais ne jamais avoir besoin d’essayer.

Comme la première fois, la collision m’avait incrusté dans le mur et je luttais comme un acharné – ou un décharné, plutôt, pour en sortir. Mes PV au ras des pâquerettes rendaient mes mouvements lents et patauds, et je dus fournir tous les efforts du monde pour récupérer un à un les innombrables morceaux de moi éparpillés un peu partout. Ce coup‐ci, il me fallut plus de 200 heures pour tout rassembler parce que j’étais dans un état bien pire que la fois d’avant. Peut‐être parce que le Tyran s’était enfin décidé à ne pas juste s’amuser avec moi, mais à entrer en rage berserk, sa vie étant en jeu.

Ah, c’est vrai, est‐ce que j’ai gagné de l’expérience, ou un niveau ?

Au moment où je rattachais mon bras gauche, la fenêtre de statut allait répondre à ma question.

Nom : Aucun
Sexe : Aucun
Statut : Normal
Type : Squelette / Mort‐Vivant
Classe : Sorcier
Rang : H+
Niveau : 9/20
PV : 19/19
PM : 70/70
Dégâts : 12
Défense : 2
Agilité : 7
Intelligence : 21
¤ Compétences uniques
[Résurrection Nv 1][Vision Nocturne Nv 1][Résistance aux dégâts de chute Nv1][Incantation Max][Choc de Feu Max]
¤ Titres
[Chasseur de Rats][Hit-and-Run]

Je fus surpris de voir que mon niveau avait diminué même après avoir tué un monstre nommé. Était‐ce un malus lié à ma mort ? En regardant de plus près, même mes statistiques avaient légèrement chuté.

Hmmm… Mourir est une si grosse perte ? Bon… Oh, attends voir.

Je regardai rapidement mon statut pour vérifier quelque chose.

Peut‐être pas ?

Il n’y avait hélas aucun moyen de confirmer mon hypothèse pour l’instant, alors je la laissai au fond de mon crâne pour plus tard, tout en commençant à découper le corps du rat géant. Je cherchais mon bras droit, m’attendant à le trouver à moitié digéré dans son estomac, mais je ne mis la main que sur de la mousse et des cadavres de rats à moitié décomposés.

Où est‐ce qu’il a mis mon putain de bras ?

M’essayant au pistage, je retraçai ses pas et me mis à fouiller plusieurs fois tous les endroits habituels le long de son chemin, jusqu’à tomber sur une entrée dérobée que je n’avais pas remarquée plus tôt.

Je ne suis jamais passé par là, hein ?

Suivant la nouvelle voie avec prudence, je finis par arriver dans une grotte sans autre sortie où était entreposée une montagne de joyaux scintillants, d’or luisant, d’équipement, et juste là, mon bras gauche tenant toujours la dague.

C’est le repaire du Tyran ? Et ça, ce sont ses butins ? Mais d’où viennent tous ces joyaux ?!

Après avoir remis mon bras en place, je me mis à farfouiller dans le tas de trésors, à la recherche de quelque chose d’utile. Peut‐être étais‐je un peu trop enthousiaste, mais la pile de trucs brillants s’écroula.

Qu’est-ce que c’est, ça ?

J’avais remarqué un trou, qui était initialement obstrué par la montagne de trésors. Il menait à un endroit familier avec des murs de marbre noir. Le Tyran avait probablement récupéré tous ces objets par ici, avant de les ramener.

En tenant quelque chose dans ma main, je pouvais examiner ses propriétés simplement en appuyant sur la lumière clignotante dans la fenêtre de statut. Après avoir passé tout ce que je trouvais en revue, je finis par jeter mon dévolu sur une robe rouge, une dague enchantée sur laquelle était incrusté un joyau et un solide petit bouclier rond scintillant à cause de toutes ces gemmes dont il était orné.

Le Tyran des Tombeaux était vraiment fan de tout ce qui brillait. J’avais l’air d’un chanteur de hip‐hop, affublé de tout cet attirail bling‐bling, mais je me sentais bien. J’étais prêt pour vivre de nouvelles aventures au‐delà de ce nouveau passage.

Je devrais y aller ?

Je m’avançais, rampant à travers l’ouverture jusqu’à une grotte sombre dans laquelle seule la mousse irradiait d’une faible lumière me permettant tout juste de distinguer de vagues silhouettes. Quand mes orbites s’adaptèrent enfin à l’obscurité ambiante, je fus enfin capable d’y voir plus ou moins clair grâce à ma vision nocturne.

Oh —

Cette pièce ne dégageait pas la même sensation que les celles d’avant. D’une, elle était bien plus spacieuse, de deux, ses murs de marbre étaient d’un noir profond. Je parvins tout de même à séparer des ténèbres un groupe de statues et quelques piliers, et rien que ça, c’était suffisant pour stimuler mon désir d’aventure.

Je devrais aller jeter un œil ?

Peut‐être que le fait d’être devenu un squelette avait émoussé mon concept du danger. Ou était‐il possible que vivre une aventure m’avait rendu plus courageux ? Dans ma vie passée, je n’aurais jamais considéré l’éventualité de me promener dans un endroit sombre et effrayant.

Je me mis à marcher au hasard mais même après un certain temps, je n’avais toujours pas repéré de signe de vie. Contrairement aux tunnels et aux cavernes précédents, cette zone était incroyablement vaste et me faisait penser à des catacombes. Après une exploration plus poussée, j’ai fini par trouver deux sorties susceptibles de mener à d’autres étages mais elles étaient toutes deux bloquées par d’épaisses portes en fer.

Je cherchai aux alentours, dans l’espoir fugace de trouver une clé ou un mécanisme permettant de déverrouiller les portes, en vain naturellement. Il y avait bien cette salle avec une montagne de trucs de valeur mais même en retournant le tout, je n’ai rien trouvé d’intéressant.

Si je prenais tous ces trésors, je pourrais sûrement vivre dans le luxe…

L’idée me traversa le crâne et en ressortit bien vite alors que je réalisais la folie de ce que j’imaginais, ce qui me fit déprimer. Si les gens venaient à voir un riche squelette se promenant bardé de bijoux, ils le battraient à mort sans se poser de question et le délesteraient de ses possessions. Sans parler du fait que j’étais probablement une bonne source d’expérience, alors je serais sûrement tué au passage.

Putain, pourquoi je suis un squelette ? Même si j’étais un Gremlin ou un Gobelin, je pourrais au moins profiter de ces bijoux.

Ma tête tomba de dépit, j’étais dégoûté par ma situation actuelle.

Bah, je ne peux rien y faire. Peut‐être que tous ces trucs seront utiles plus tard, alors autant les prendre.

Je remplis à ras bord deux sacoches trouvées à proximité avec des joyaux, des gemmes et des objets brillants avant de les accrocher soigneusement à ma robe, hors de la vue d’éventuels yeux cupides.

En fouillant dans la pile d’objets, mon coude percuta une bouteille transparente, qui s’en fut rouler un peu plus loin sans se briser. Une lumière commença à briller à l’intérieur.

Hein ? C’est quoi, ça, une luciole ?

En regardant de plus près, je découvris une petite créature de la taille de mon index, elle était brillante, on aurait dit une fée.

Elle avait l’air mécontente et semblait râler, sûrement parce qu’elle était enfermée dans une bouteille, mais je n’entendais rien de ce qu’elle disait.

J’observai attentivement la bouteille un peu plus longtemps. La bestiole à l’intérieur avait des oreilles pointues, de longs cheveux blonds et le visage parfait d’un de ces enfants dans les jeux vidéo occidentaux.

Cependant, elle avait l’air franchement énervée, elle me montrait les dents et gueulait quelque chose que je n’entendais pas puisque la bouteille était hermétiquement fermée.

Je la libère ?

Je pouvais compatir parce que quelque part, même si je n’étais pas dans une bouteille, j’étais coincé dans ces catacombes.

*Plop*

Le bruit que fit le bouchon quand je le fis sauter était plus sec que je m’y attendais, la bouteille était fermée depuis bien longtemps et la petite fée à l’intérieur avait l’air sonnée à cause du changement de pression. Je l’attrapai prudemment et la posai sur ma paume osseuse. C’était étrange de la voir posée sur ma main mais d’être incapable de la sentir. C’était comme qui dirait déplacé de voir une si jolie petite créature dans mon horrible main squelettique.

« Tu n’avais pas besoin de l’ouvrir si violemment ! » râla la fée en se levant et en frottant ses oreilles.

« Clac, clac. »

Je voulais lui demander si elle allait bien, mais elle ne put entendre que mes dents qui claquaient.

« Tu n’es pas n’importe quel squelette, hein ? Intéressant, ai‐je été enfermé dans cette bouteille pendant si longtemps que le monde a changé entre temps ? Les squelettes sont intelligents, maintenant ? »

La fée prit son envol à l’aide de ses petites ailes, et entreprit de m’inspecter de part en part d’un air incrédule. J’étais un peu gêné par son comportement malpoli, mais c’était la première fois que je rencontrais une créature vivante capable de parler et ne désirant pas me balancer une boule de feu à la gueule, alors j’ai simplement cessé d’y prêter attention.

Devrais‐je lui dire de me suivre ?

Je tendis mon index décharné vers la fée.

« Hm ? Qu’est-ce que tu fais ? »

J’avais tendu mon doigt vers elle, puis vers moi, et mimé un mouvement de marche à l’aide de deux doigts.

« Euh… Ça veut dire… Tu veux que je te suive ? »

Je hochai la tête.

« Attends, pourquoi ? Pourquoi devrais‐je me balader avec un horrible squelette comme toi ? Tu fais peur. »

Je désignai la bouteille ouverte au sol.

« Hmm… Tu m’as libérée alors je devrais venir avec toi ? »

J’acquiesçai une nouvelle fois.

« Désolée… Merci pour la bouteille, mais je n’ai pas envie de te suivre, où que tu ailles. »

Mes épaules tombèrent de déception face à sa réponse.

« A la place, je vais juste m’installer sur ta tête. Héhé ! »

Elle battit des ailes et alla s’installer sur mon casque.

« Je m’appelle Gwyn. Dorénavant, tu seras ma monture, allez hue, hue ! »

Apparemment, j’étais devenu le canasson d’une fée, mais je m’en fichais. Ce n’était pas si mal d’avoir un ami qui brisait le silence pendant le voyage. Bien que je ne puisse pas converser avec elle, juste entendre la voix de Gwyn me réjouissait.

« Alors ce jour, je jouais dans les bois, quand d’un seul coup un vilain magicien m’a enfermé dans cette bouteille. Si ça avait été un récipient normal j’aurais pu en sortir facilement, mais cette bouteille est enchantée et je me suis retrouvée coincée. »

J’aurais préféré que Gwyn parle moins vite ou qu’elle se taise de temps en temps, mais c’était juste un doux rêve. Je n’avais aucun moyen de communiquer avec elle et même si je pouvais, quelque chose me disait qu’elle n’écouterait de toute façon pas.

En transportant ma petite fée sur ma tête, j’ai fouillé toutes les pièces aux alentours mais il n’y avait vraiment aucun moyen de sortir.

« Hé toi, t’as un nom, au fait ? »

Gwyn faisait du sur‐place devant mes orbites vides en m’interrogeant. Elle avait vraiment un visage de poupée, c’était adorable. Ses habits étaient d’un vert passé mais sa peau était douce et exsudait une aura lumineuse couleur perle qui lui donnait un air mystérieux. Quand elle parlait, elle donnait tout de même l’impression d’être une petite créature bien espiègle.

Je secouai ma tête en signe de négation.

« Vraiment ? Alors je vais t’en donner un. »

Gwyn fronça les sourcils comme si elle était en réflexion profonde et elle ne remarqua pas que j’essayais de l’arrêter en secouant mes mains devant moi. C’était déjà trop tard.

« Mâchouilleur ! Que dis‐tu de Mâchouilleur ? »

Comme je pouvais m’y attendre, un nom ridicule venant d’elle…

Un message apparut devant moi.

[Le nom Mâchouilleur a été choisi]

[Le Statut de votre amie Pixie Gwyn est disponible]

Heiiin ? … Oh, une amie ? Alors t’es une Pixie ? Je pensais que t’étais une espèce de fée.

Je m’étais d’abord concentré sur le deuxième message, qui parlait de Gwyn, parce qu’elle était ma première amie dans ce monde. Bien qu’elle m’ait donné un nom bizarre, je lui tapotai la tête en signe de reconnaissance.

« Alors tu es content d’avoir eu un nom ? Héhéhé… J’ai trouvé ça toute seule, parce que quand tu essayes de parler, tu finis toujours par mâchouiller, clac clac clac ! C’est parfait, hein ? Désormais, tu es Mâchouilleur ! »

Se dépêchant de retourner sur ma tête, elle cria :

« Hue ! »

Je me mis à mâchouiller volontairement et entrepris de galoper dans les couloirs en faisant de plus en plus de « clac, clac, clac ». En entendant la voix joyeuse de Gwyn, je me suis un peu trop excité et en ai un peu trop fait.

Mais même en courant depuis tout ce temps, je n’étais pas fatigué. Par contre, mes PV avaient un peu diminué.

« Stop ! Assez ! J’ai la tête qui tourne ! »

Heureusement, ma petite passagère se fatiguait aussi et nous avons fini par nous asseoir dans un coin pour nous reposer. Un peu plus tard, nous avons entendu au loin des sons qui se rapprochaient.

« Mâchouilleur, c’est quoi ces bruits ? »

Gwyn insista en s’envolant et en venant me regarder directement au fond des orbites, mais je secouai la tête de droite à gauche.

« Tu ne veux pas savoir ? Allons jeter un œil. »

Là, j’étais d’accord.

Me donnant d’abord du « Allez, Mâchouilleur, plus vite ! » depuis le sommet de mon casque, elle s’arrêta soudain.

« Mâchouilleur, doucement. J’entends des voix. »

Je pouvais effectivement distinguer des bruits de pas et deux personnes qui parlaient, tout en s’approchant. Je décidai de me cacher derrière un groupe de statues en pierre.

« C’est bon, ici ? » demanda Gwyn.

Je lui fis signe d’entrer dans mon crâne. C’était le seul moyen de masquer la lumière qu’elle émettait.

« Tu es sûr ? Ça ne va pas te faire mal ? »

J’allais probablement aller très bien puisque mes orbites étaient vides. D’ailleurs, sans yeux, comment est‐ce que j’étais capable d’y voir clair ? Le mystère derrière le fonctionnement de mon corps était vraiment quelque chose qui me dépassait.

Gwyn entra dans mon crâne, sa lueur émanant de mes yeux, leur donnant une dimension mystique. J’écoutais les bruits de pas et couvrit mes yeux à l’aide de mon bouclier. Comme ils se rapprochaient, je pus les entendre plus clairement.

« Gillian, c’est vrai qu’il y a des tonnes de trésors ici ? »

« Oui. Quand je suis venu il y a quatre mois, je n’ai pas pu explorer plus profondément à cause du nombre de squelettes mais je suis sûr qu’il y a des tas de richesses à trouver. »

« Ma sous‐classe est Historien, et je confirme ce que dis Gillian. »

« Pfff… Pirate, je regrette déjà d’être venu dans ces vieilles catacombes puantes, alors tu as intérêt à avoir raison parce que si tu essayes de m’entourlouper, je dirai à ta femme que tu l’as trompée avec Lyllian l’an dernier. »

« Oh non, ne fais pas ça ! Azelin me tuerait ! »

« Alors montre‐moi vite où sont tous ces trésors, tu sais ce que ça coûte d’engager un prêtre de nos jours ? Ce n’est pas une somme que des petites frappes dans ton genre peuvent se permettre de payer. »

En entendant ce qu’ils se disaient, je vins à réaliser qu’ils étaient probablement du même groupe qui m’avait attaqué à l’aide d’une boule de feu et qui avait causé ma chute.

On dirait que cette fois, ils ont amené un prêtre. Attends, ça fait déjà quatre mois ?

Entre mon entraînement et la chasse aux rats je n’avais vraiment pas vu le temps passer et des semaines avaient dû passer, en effet. Si j’en croyais ce qu’ils disaient, ça devait bien faire quatre mois.

*Crrrrrrac ! Crrac ! Crac !*

Leur groupe approchant, les statues autour de moi avaient l’air de prendre vie.

Tiens ? Ces statues ne sont pas des statues ordinaires.

Les blocs de pierre à face de démon déployèrent de petites ailes et commencèrent à bouger lentement en soulevant la poussière.

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LVL1S : Chapitre 2
LVL1S : Chapitre 4

17 Commentaires

  1. GuShueGuShue

    Merci poir le chapitre. J’avais commencé à lire la VA il yy a quelque temps, mais en Français c’est top !
    Pourquoi avoir chlisit machouilleur. C’est un peu long comme nom ? En VA il utilisait « Chomp ou Chompy », mais un non en Français est peut être necessaire pour la suite de l’histoire ?

    Répondre
    1. NostraNostra

      Pour la suite de l’histoire, non. C’était plus pour s’assurer que la fonction soit bien comprise par le nom.

      Répondre
  2. NostraNostra

    On voit que t’as jamais été dans les catacombes pour dire un truc pareil… En vrai, j’y ai vu des gens vachement plus morts que ça.

    Répondre
  3. gobs

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. newkan

    machouilleur sérieusement elle aurait pu faire un effort la gwin X) merci pour le chap ^^

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      En vrai, elle l’appelle Chompy (to chomp = mâcher), mais mâcheur, ou miam‐miam, ça rendait tellement pas bien :p

      Et Claqueur (clac clac clac), ça faisait plus penser à un type qui passait son temps à envoyer des baffes…

      Répondre
  6. Helda

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. elfing

    Merci pour cette découverte de novel j’adore

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. Mehlroth

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. hollowrebel

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  12. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  13. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  14. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  15. L'amateur d'aéroplanes

    Je suis tombé sur cette nouvelle cette nuit. Beaucoup d’autodérision dans celle‐ci, excellent 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com