BTTH Chapitre 389

BTTH Chapitre 388
BTTH Chapitre 390

389 — Salle des Ventes de la Marque Noire

Xiao Yan se tenait au bout de la rue bondée menant à la salle des ventes dite ’de la marque noire’, et leva la tête pour la regarder. Il ne put s’empêcher de pousser un soupir choqué en la voyant, car elle était incomparablement plus grosse que la maison‐mère du clan Miteer dans l’empire Jia Ma, qui l’avait déjà stupéfait à l’époque.

Une dizaine d’hommes costauds vêtus de noir aux visages indifférents se tenaient devant l’entrée de la salle des ventes, des armes aiguisées à la taille. Leurs regards aussi acérés que ceux de rapaces parcouraient répétitivement la foule de passants. La légère présence qu’ils dégageaient permit au jeune homme d’estimer qu’il y avait cinq Dou Shis parmi eux, tandis que le reste devait être au sommet du rang de Dou Zhe.

Il avait déjà vu des Dou Shis parmi les gardes tenant les portes de la ville, ce qui prouvait que la faction à laquelle ils appartenaient, les ’Huit Portes’, était vraiment puissante. À tout le moins, les Miteer rechigneraient à se servir de Dou Shis comme de vulgaires gardes.

L’adolescent était vêtu d’une robe noire serrée et portait un doupeng sur sa tête baissée, qui cachait entièrement son visage. Il trouvait qu’il était plus sage de camoufler son apparence dans cette région chaotique qu’était le Territoire Sinistre.

Il suivit la foule et entra lentement vers la salle des ventes. L’énorme bâtiment le stupéfia un peu une fois de plus, mais il se reprit aussitôt et se dirigea vers le milieu de la salle où il se trouvait.

D’énormes tableaux, où étaient inscrits les noms des objets en vente, couvraient les murs de la pièce. Le jeune alchimiste leur jeta un œil, mais il ne découvrit rien d’excessivement intéressant. C’était assez logique, puisqu’il en était de l’intérêt de la salle des ventes, de préserver ses principales attractions. Les objets spéciaux mis en vente se devaient d’être une surprise. Bien sûr, certaines puissantes factions pouvaient se renseigner à leur sujet par d’autres moyens…

Le Da Dou Shi resta à parcourir les alentours du regard avant de se diriger vers la porte menant à la salle d’inspection des objets à vendre. Il hésita un peu, puis y entra lentement.

Une fois entré, il resta un peu abasourdi en s’apercevant que l’énorme salle était nettement divisée en une centaine de cubicules fermés. C’était une mesure prise pour garantir la discrétion des transactions.

À peine venait‐il d’entrer qu’une domestique vêtue de façon sexy l’accueillit et lui demanda d’une voix enchanteresse : « Bonjour monsieur, voulez‐vous faire inspecter un trésor ou évaluer le prix de certains de vos objets pour faciliter vos transactions ?»

Xiao Yan répondit d’une voix rauque : « Je veux faire évaluer certaines choses, oui. »

La jeune femme lui adressa un sourire ravissant et se retourna. « Suivez‐moi, je vous prie. » Sa taille de guêpe se balançait de façon très attirante, et quiconque la regardait trop longtemps pouvait sentir naître des désirs répréhensibles… Elle avait manifestement appris à se servir de ses atouts de son mieux.

L’adolescent ignora son charme et suspendit son regard dans l’ombre de son doupeng. Dans cette région chaotique, une personne sans la moindre force pouvait néanmoins prendre à revers son adversaire, et c’est pourquoi il préférait garder ses distances.

Il la suivit ainsi sur des douzaines de mètres avant d’enfin s’arrêter devant une petite pièce discrète. La demoiselle s’inclina devant lui et lui dit en souriant : « Voilà monsieur, vous pouvez remettre ce que vous voulez faire estimer au grand‐maître à l’intérieur. Ensuite, vous obtiendrez un siège en fonction de la valeur de ce que vous voulez vendre. »

Le jeune homme opina du chef, ouvrit doucement la porte de bois noire et entra, puis il la referma derrière lui.

La petite pièce était bien éclairée. Un vieil homme en robe noire et aux cheveux un peu blancs se trouvait en son centre ; son attire manquait vraiment d’impact.

Il pointa du doigt une chaise devant lui et dit à son hôte : « Asseyez‐vous, je vous prie. » Il finit de préparer quelques objets dont il avait besoin pour l’inspection, puis il baissa la tête et dit à voix basse : « Veuillez sortir ce que vous souhaitez vendre aux enchères. »

Le jeune alchimiste fit apparaître trois petites bouteilles de jade sur la table en silence.

« Des pilules médicinales ?»

Le vieil homme fut un peu stupéfait en voyant les bouteilles tomber sur la table. Il les observa tandis qu’une lueur bizarre traversa ses yeux, enfila une paire de gants fins et transparents avant d’en attraper et la pencha jusqu’à ce que la pilule verte roule dans sa main. Il la plaça sous son nez, la renifla puis posa le regard sur les lignes vertes et violettes. Il réfléchit alors un temps avant de changer légèrement d’expression, et de dire d’une voix choquée : « C’est une Pilule Verte Spirituelle à Deux Lignes ?»

Le Da Dou Shi opina du chef et dit d’une voix rauque : « Hmm. Puisque vous savez ce que c’est, vous devez également connaître ses effets. Donnez‐moi une estimation du prix que je pourrais en tirer. »

Le vieillard secoua la tête : « Je dois d’abord l’examiner. » Il se tourna ensuite vers ses outils bizarres et se mit à tripoter la pilule. Il s’arrêta un long moment plus tard, et releva la tête vers son client avec un regard mêlé d’étrangeté. Il dit alors avec un ton entendu : « C’est bel et bien une pilule verte spirituelle à deux lignes, et de grande qualité qui plus est. Même un alchimiste de quatrième rang ordinaire aurait du mal à en produire une pareille. »

« D’après la méthode d’estimation de la région du Territoire Sinistre, le prix de vente de base de cette pilule devrait tourner aux alentours de trois cent mille pièces d’or. Si un riche marchand participe à vos enchères et que de puissantes factions rivalisent les unes avec les autres, vous ne devriez pas avoir de mal à obtenir cinq cents milles. »

Xiao Yan hocha légèrement la tête ; ce prix avait déjà surpassé ses estimations. Il poussa aussitôt la bouteille contenant la pilule à trois lignes devant l’examinateur : « Jetez un œil à ça alors. »

Ce dernier fut légèrement surpris : « Oh ?» Il prit la bouteille et en sortit la pilule émeraude qu’elle contenait. Cependant, il perdit son calme et prit un air sérieux en voyant les trois lignes circulaires sur celle‐ci. Les deux pilules ne différaient peut‐être que d’une ligne, mais leurs prix de vente n’avaient rien à voir…

Une pilule spirituelle verte à deux lignes aidait un Dou Shi à percer la barrière menant vers le rang de Da Dou Shi, mais elle ne lui permettait de ne prendre qu’une ou deux étoiles. De plus, elle avait de grandes chances de présenter des effets secondaires. D’un autre côté, on pouvait non seulement percer avec la pilule à trois lignes, mais on pouvait également faire progresser tout à coup sa force de trois étoiles ! Si tant est que le consommateur laisse autant monter sa puissance, bien sûr. Lorsque l’adolescent avait avalé la sienne, il avait restreint sa progression exprès et entreposé toute cette force en lui, de crainte d’avancer trop rapidement et de perdre le contrôle précis qu’il avait de son corps. Cela étant, il pourrait toujours mobiliser cette puissance entreposée et faire à nouveau monter sa force plus tard.

La différence entre les pilules à deux et à trois lignes était donc évidente !

Le vieil homme, qui avait vu passer d’innombrables trésors, le savait bien, et c’est pourquoi il avait une expression sérieuse et légèrement curieuse.

Il examina scrupuleusement la pilule médicinale émeraude et dit d’une petite voix stupéfaite : « Une Pilule Spirituelle Verte à Trois Lignes… ?»

Le jeune alchimiste hocha légèrement la tête : « En effet. »

Le vieil homme fit claquer ses lèvres et donna une évaluation enthousiaste malgré son professionnalisme : « Excellente pilule !» Il hésita un peu et dit : « Le prix de départ de cette pilule pourra être défini autour de sept cent mille pièces d’or mais après quelques enchères, je pense qu’elle pourrait être vendue à neuf cents milles peu ou prou. »

Le jeune homme opina mollement du chef et ne put s’empêcher de pousser un soupir en son for intérieur. Les trois pilules pourraient se vendre pour prêt de deux millions, une somme assez effrayante. Il comprenait mieux le dicton comme quoi les alchimistes ne manquaient jamais d’argent à dépenser. De telles sommes avaient vraiment de quoi faire baver d’envie les autres professions.

Il savait, bien sûr, que ce genre d’échange lucratif n’était possible que lorsqu’on avait atteint un niveau suffisant pour avoir de grandes chances de succès lors de ses raffinages. Après tout, la plupart des alchimistes n’arrivaient à raffiner parfois qu’une fois sur dix ; les ingrédients nécessaires au raffinage de la pilule à trois lignes coûtant approximativement à soixante ou soixante‐dix mille pièces d’or donc avec une chance sur dix, ils n’arriveraient qu’à peine à rentrer dans leurs frais… Tout le monde n’avait pas la chance d’avoir l’aide d’un grand‐maître maîtrisant une Flamme Exceptionnelle.

Le vieillard rangea avec attention les trois pilules et sortit une carte émeraude de sous le comptoir, qu’il tendit au Da Dou Shi : « La valeur de vos trois pilules vous permet déjà d’obtenir une place d’invité de marque de second rang au sein de notre Salle des Ventes de la Marque Noire. Voici votre numéro de siège : les enchères commenceront officiellement cet après‐midi ; veuillez le rejoindre le moment venu. »

Ce dernier hocha la tête en prenant la carte et demanda : « Puis‐je partir à présent ?»

« Ké ké, faites comme bon vous semble, monsieur. » dit le vieillard souriant avant de ranger les trois bouteilles de jade. Peut‐être était‐ce dû aux pilules, mais il se comportait plus chaleureusement à son égard.

Xiao Yan ne perdit pas plus de temps, se leva et sortit lentement de la salle.

Le vieillard regarda la porte se fermer et écouta les pas s’éloigner en tapotant doucement du doigt sur la table. Un long moment plus tard, il baissa la tête et regarda à nouveau les pilules qu’il avait proprement entreposées. Une lueur étrange parcourut ses vieux yeux troubles.

« Je n’ai encore jamais vu cette personne, mais ce doit être un alchimiste vu qu’il a sorti ces pilules. Et un alchimiste de haut rang, apparemment…» Il tapota sur une partie de la table, et un mur de la pièce remonta soudainement dans le plafond en dévoilant un passage secret sombre. Il prit les trois pilules, se retourna et entra dans le passage. Sa voix résonna lentement dans le couloir… « Un alchimiste capable de raffiner une pilule du rang de la Pilule Spirituelle Verte à Trois Lignes n’est pas courant dans cette région… Je pense qu’il intéressera notre Chef. »

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 388
BTTH Chapitre 390

5 Commentaires

  1. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  2. tang san

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS : J’espère qu’il n’aura pas de gros problème à cause de ça… J’ai pas trop le goût que l’histoire soit coupée avec un arc intermédiaire avant qu’il soit à l’académie !

    Répondre
  4. Ling_Tian

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  5. Abénazus

    Merci pour ce chapitre !

    L’histoire se ressemble encore une fois avec les salles des ventes.
    Il risque de gagner encore une fois un allié avec ces talents d’alchimiste.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com