BTTH Chapitre 404

BTTH Chapitre 403
BTTH Chapitre 405

Et voilà le sec­ond BTTH de la semaine, où vous en appren­drez un peu plus sur Yao Lao…

Bonne lec­ture ^^

Chapitre 404 — Ville de Paix

Le rugisse­ment con­tenant l’étrange onde sonore se répan­dit à tra­vers les mon­tagnes et dis­parut gradu­elle­ment après un long moment. Ce ne fut qu’alors que les mon­tagnes retrou­vèrent douce­ment leur activ­ité nor­male et leur cacoph­o­nie de cris var­iés.

Sur le bord de la falaise mon­tag­neuse, Xiao Yan se tint subite­ment la gorge et se mit à tou­ss­er vio­lem­ment, puis il avala de force sa salive plusieurs fois. Ce ne fut qu’alors que la brûlure ardente de sa gorge s’améliora légère­ment.

Yao Lao sourit douce­ment et le récon­for­ta en voy­ant son expres­sion : « C’est une réac­tion naturelle, ne t’inquiète pas…»

Son dis­ci­ple avait beau avoir rou­gi sous sa ter­ri­ble toux, son exci­ta­tion transparais­sait tout de même. Il deman­da impatiem­ment : «*Tou­sse*… Ai-je réus­si à obtenir cette aura de drag­on, maître ?»

« Ah, selon toute vraisem­blance, ça sem­ble être le cas !» Dit le vieil­lard en écla­tant d’un rire sat­is­fait.

Le jeune homme parut davan­tage excité encore à cette réponse. Bien que la pilule des drag­ons mys­térieux yin-yang n’ait pas aug­men­té sa puis­sance, il allait pou­voir pren­dre ses adver­saires par sur­prise grâce à l’aura de drag­on, ce qui l’aiderait indu­bitable­ment dans ses aven­tures futures.

« Bien que tu ais hérité de cette aura dra­conique, tu ne dois pas te baser que sur elle pour lancer ton attaque sonique. Autrement, tu risques de finir muet, ce qui serait extrême­ment dom­mage­able. » Lui dit le vieil homme.

L’adolescent fronça les sour­cils : « Il faut que je con­jugue mal­gré tout cette aura dra­conique avec des tech­niques de Dou soniques pour pou­voir l’utiliser ?» Il ne put s’empêcher de sourire amère­ment : « Ce genre de tech­niques est rare et dif­fi­cile à trou­ver. »

« Tu as tout ton temps pour en trou­ver. J’en avais bien trou­vé une à l’époque mais je l’ai per­due suite à des…imprévus. Tu vas devoir en chercher par toi-même. » Dit Yao Lao en soupi­rant.

Le jeune alchimiste haus­sa vague­ment les épaules en l’entendant. Il sem­blait man­i­feste­ment ne pas atten­dre de son maître qu’il lui donne une tech­nique de Dou sonique.

Il sor­tit tran­quille­ment une bouteille d’eau de son anneau de stock­age et la déver­sa agres­sive­ment entre ses lèvres. Il essuya les gouttes qui coulèrent au coin de ses lèvres et deman­da subite­ment : « Vous sem­blez bien con­naître cette pilule des drag­ons mys­térieux yin-yang non, Maître ? Vous savez même com­ment forcer l’éjection de l’aura de drag­on du Dou Qi. »

Yao Lao plongea soudaine­ment dans le silence, ce qui sur­prit le Da Dou Shi. Il se rap­pela aus­sitôt la réac­tion qu’il avait eue en voy­ant cette pilule à la salle des ventes pour la pre­mière fois, et ne put s’empêcher d’être un peu embar­rassé.

Le vieil­lard res­ta silen­cieux un long moment avant de repren­dre douce­ment la parole et de stupé­fi­er un peu son cher dis­ci­ple : « Je la con­nais bien parce que j’ai créé cette pilule… Et seules deux per­son­nes sur le con­ti­nent peu­vent la raf­fin­er : moi, et…» Arrivé à ce point, sa voix se tin­ta d’une cer­taine afflic­tion, qui n’échappa pas à son inter­locu­teur et qui déci­da sage­ment de se taire et de l’écouter.

« L’autre per­son­ne était mon dis­ci­ple et, à l’époque, je le con­sid­érais comme le par­fait héri­ti­er… Il avait un tal­ent au raf­fi­nage égal au tien, et j’ai investi autant d’efforts en lui qu’en toi. Je l’ai trou­vé au milieu de débris dans le froid quand il n’était qu’un enfant, et je l’ai con­sid­éré comme un fils…»

Yao Lao sourit et pour­suiv­it d’une voix monot­o­ne : « C’est jusque que… Il a décidé au final de me trahir pour des broutilles.… Ké ké, peut-être que c’est grâce à sa ’béné­dic­tion’ que j’ai fini dans mon état actuel. »

Xiao Yan perçut sa mélan­col­ie ; c’était une froideur qui s’insinuait dans les pro­fondeurs de l’âme après avoir été trahi par un proche. Il expi­ra lente­ment, les poings fer­me­ment ser­rés, et leva son regard au loin. « Il doit mourir. » Il sem­blait par­ler de son aîné qu’il n’avait encore jamais ren­con­tré.

« Nous n’aurions pas dû quit­ter la Ville du Marché Noir aus­sitôt. Vu que les Huit Portes ont ven­du la pilule, ils ont for­cé­ment dû le ren­con­tr­er, d’autant que je ne pense pas qu’il ait envoyé un cour­ri­er livr­er une pilule aus­si pré­cieuse ; il doit l’avoir remise lui-même. »

« Ké ké, et après ?» Dit Yao Lao douce­ment. « Je t’ai déjà dit qu’il n’était pas moins doué que toi et après toutes ses années, il doit cer­taine­ment être la plus grande star du monde des alchimistes sur le con­ti­nent. Et je crains qu’il ne se soit amélioré davan­tage encore après tout ce temps. De plus, je suis encore sous la sur­veil­lance du Hall des Âmes et je ne peux pas inter­venir imprudem­ment. Avec ta force actuelle, tu ne lui arriveras pas à la cheville que ce soit en alchimie ou en ter­mes d’entraînement. »

Bien que Yao Lao par­la d’une voix calme, le jeune homme put tout de même sen­tir une pointe de colère  refoulée. Il lui dit d’une voix bien plus douce : « Je vais le sur­pass­er, Maître, que ça soit en ter­mes de raf­fi­nage ou d’entraînement et ensuite, je purg­erai notre mai­son des traîtres… Je vous prou­verai que vous ne vous êtes pas trompé une sec­onde fois !»

La déc­la­ra­tion de son dis­ci­ple provo­qua chez lui une grande amer­tume. La trahi­son qu’il avait autre­fois subite l’avait vrai­ment trau­ma­tisé. C’était vrai­ment une sacrée chance que les cieux ne l’aient pas lais­sé tomber dans le dés­espoir absolu : « Ké ké, bien, bien… Je ne crois pas non plus que mes vieux yeux se soient trompés une sec­onde fois !»

L’adolescent se frot­ta le nez, rou­gi par l’émotion. Il adres­sa un sourire bril­lant à son maître et dit : « On dirait qu’il est temps que je me dépêche de me ren­dre à l’Académie Jia Nan pour aug­menter rapi­de­ment ma puis­sance… Mais je devrais aus­si trou­ver le temps d’apprendre à me servir du déplace­ment des trois mille éclairs, his­toire de pou­voir fuir devant des enne­mies imbat­ta­bles. »

Yao Lao se res­saisit et sourit à cet enfant en qui il avait placé tous ses espoirs et sa con­fi­ance : « Cette tech­nique de déplace­ment de rang Di, com­ment peux-tu penser qu’elle sera aisée à maîtris­er ? As-tu déjà oublié les dif­fi­cultés que tu as ren­con­trées lors de l’apprentissage du Tsuna­mi Séparant les Flammes ? Tu vas devoir déploy­er autant d’efforts pour le déplace­ment des milles éclairs. »

Le jeune alchimiste sourit gen­ti­ment et répon­dit : « Bah, les épreuves que j’ai tra­ver­sées ces dernières années n’étaient pas des moin­dres. » Il sor­tit la carte de la région du Ter­ri­toire Sin­istre de son anneau de stock­age, l’observa avec atten­tion et tour­na ensuite son regard vers le nord. Il dit alors en souri­ant : « Allons-y, nous devri­ons pou­voir y arriv­er d’ici trois jours !»

Le vieux maître sourit : « Hmm, il est peu prob­a­ble que le Hall des Âmes ose entr­er dans la région entourant l’académie. Les vieux machins de Jia Nan ne sont pas du genre à se laiss­er marcher dessus. Cela dit, écarte aus­si toute idée de te servir de ma force spir­ituelle pour trich­er. Ils sont très vf d’esprit et décou­vriront facile­ment ma présence. »

Le Da Dou Shi roula des yeux et répon­dit en claquant des lèvres : « Euh… Vous ne me sous-estimeriez pas grande­ment là, Maître ? Certes, ce n’est que grâce à votre assis­tance que je suis par­venu à vain­cre de nom­breux puis­sants experts ces dernières années, mais depuis quand ai-je besoin de votre aide pour me bat­tre con­tre des gens de mon âge ?»

« On ne sait jamais, hé hé. L’Académie Jia Nan est la plus vieille du con­ti­nent et a d’innombrables génies entre ses murs. De plus, j’ai enten­du qu’elle con­te­nait une académie interne, qui n’accepte que les meilleurs. Si tu veux avoir une chance d’y entr­er, petit bon­homme, tu vas devoir offrir de belles per­for­mances. » Le taquina son maître.

« J’ai hâte d’y être, en ce cas. » Répon­dit Xiao Yan en haus­sa les épaules. Son dos trem­bla légère­ment, puis ses ailes de nuage vio­let sor­tirent lente­ment de ses omo­plates. Il les bat­tit et s’éleva abrupte­ment dans les airs avant de chang­er de direc­tion, puis il s’envola dans un sif­fle­ment vers le nord.

Alors qu’il se hâtait tout le long de son voy­age, il prit tout de même la pré­cau­tion d’atterrir et de marcher en pas­sant à tra­vers des zones den­sé­ment peu­plées, de crainte d’attirer l’attention. Le reste du temps, il se ser­vait de ses ailes pour voy­ager plus rapi­de­ment. Bien que voy­ager en volant con­stam­ment épuise énor­mé­ment de Dou Qi, ça n’était pas un prob­lème pour lui qui pos­sé­dait plus d’une dizaine de bouteilles de pilules de récupéra­tion d’énergie.

Trois jours passèrent rapi­de­ment, pen­dant lesquels il vola sans s’arrêter. L’académie n’était à présent plus très loin.

Le soir du troisième jour, le jeune homme épuisé devint tout à coup tout excité à cause de ce que venait de lui dire son maître : « Nous arrivons près de l’Académie, petit gars ; descends. Per­son­ne n’a le droit de vol­er dans une zone de cinquante kilo­mètres autour de l’académie, sous peine d’être attaqué sans som­ma­tion. »

L’adolescent hocha pré­cipi­ta­m­ment la tête, réduisit grande­ment sa vitesse de vol et se mit à lente­ment descen­dre jusqu’à atter­rir sur une petite colline. Il se tint à son som­met et bal­aya l’horizon du regard ; il put alors à dis­tinguer de justesse une petite ville coincée entre deux mon­tagnes majestueuses.

Il ne se sou­cia plus de la pous­sière qui le recou­vrait, descen­dit rapi­de­ment le ver­sant de la colline et rejoignit une route de terre jaune qui menait directe­ment à la ville.

De nom­breuses per­son­nes remon­taient cette route. Elles venaient claire­ment toutes des Ter­ri­toire Sin­istre mais bien qu’elles aient toutes une aura bru­tale et féroce, ces quidams ne dégageaient sur­pre­nam­ment pas la moin­dre inten­tion de tuer. Cepen­dant, ça n’était pas naturel ; ces gens parais­saient claire­ment con­tenir leurs inten­tions de tuer de force, et ça leur don­nait une expres­sion assez bizarre…

Ces per­son­nes sem­blèrent sen­tir son regard sur eux, et ils lui rendirent furieuse­ment son regard, ce qui lui fit trou­ver la sit­u­a­tion assez comique. Ces gens, n’importe où ailleurs dans la région, l’auraient cer­taine­ment déjà men­acé de leurs armes.

Il ne put s’empêcher de sec­oua la tête et de dire en son for intérieur : « On dirait que vous aviez rai­son, Maître. Quiconque entrant dans cette zone doit réfrén­er son agres­siv­ité… Tsk tsk, l’Académie Jia Nan doit être plutôt puis­sante pour par­venir à faire obéir ces gens san­guinaires. »

Il remon­ta tran­quille­ment la route jaunâtre encadrée par des arbres feuil­lus et approcha lente­ment de la ville. Le chaos qui rég­nait dans la région ne touchait absol­u­ment pas ce coin…

Dix min­utes plus tard, il arri­va à l’entrée de la ville et s’y arrê­ta pour observ­er le pan­neau hor­i­zon­tal qui en sur­plom­bait les portes. La cal­ligra­phie des mots était très ordi­naire et basique, et il ne fai­sait nul doute que dans les Ter­ri­toires Sin­istres, ce pan­neau n’aurait pas tenu vingt-qua­tre heures…

C’était la pre­mière ville qu’on tra­ver­sait en entrant dans la zone entourant l’Académie : la ville de Paix.

Le Da Dou Shi s’apprêta à entr­er en ville quand tout à coup, les dis­cus­sions alen­tour se turent subite­ment. Intrigué, il tour­na la tête et s’aperçut que nom­bre de ses com­pagnons de route étaient devenus très pâles. Les chevilles trem­blantes, ils fix­aient un grand arbre sur la gauche, pas loin de l’entrée de la petite ville.

L’arbre était inté­grale­ment noir et pous­sait dans toutes les direc­tions, comme s’il menaçait les envi­rons de ses griffes, et émet­tait une légère froideur mal­gré le soleil de plomb. Xiao Yan bal­aya l’arbre du regard et ses pupilles se con­trac­tèrent abrupte­ment ; des cadavres pendaient entres les branch­es, ou y étaient même empalés, et se bal­ançaient au vent en provo­quant des grince­ments épou­vanta­bles.

Le jeune homme dég­lu­tit tan­dis que de la sueur froide coula de son front : « Alors c’est donc le fameux Arbre de la Mort…»

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 403
BTTH Chapitre 405

11 Commentaires

  1. Ling_Tian

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  2. HinomuraHinomura

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  3. Zhexiel Kurokage

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  4. flo

    mer­ci 🙂 pour le chapitre.
    le 1er dis­ci­ple va pren­dre cher si xiao yan le croise

    Répondre
  5. Khultima

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  6. Gob's

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  7. Shirosuu

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  8. Neilbhn

    Tu voulais dire vif
    ««Ils sont très vf d’esprit et décou­vriront facile­ment ma présence. »

    Répondre
  9. essitamessitam

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  10. tang san

    MERCI POUR LE CHAPITRE

    Répondre
  11. gutsguts

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com