SSN Chapitre 178

SSN Chapitre 177
SSN Chapitre 179

Chapitre 178 : Défense 2/4

 

« Avez-vous rencontré la déesse ? » ne put s’empêcher de lui demander Melody.

« Ouais. Ça a l’air de t’étonner ? » lui lança Woojin pour réponse.

« Ça ne devrait pas, mais… je suis un peu surprise qu’elle vous ait reçu une seconde fois. »

« Hmm. Tu ne l’as jamais rencontrée ? »

« Non, admit-elle. J’ai seulement entendu sa voix. »

Ils arrivèrent finalement dehors, où Woojin invoqua aussitôt Shingshi.

« Il faut qu’on se dépêche. Autant sa prédiction me fait chier, autant elle semble fondée. »

« Comment cela ? » s’étonna-t-elle.

C’est à cet instant que Woojin contacta Jaemin, dont la forte réaction lui mit immédiatement la puce à l’oreille : quelque chose de mauvais se tramait. Or, avec seulement deux portes pour retourner sur Terre, si les seigneurs dimensionnels s’unissaient, il aurait tôt fait de les perdre.

« Bon, tu as entendu ? La colonie est en danger. »

« La situation est si grave que ça ? » lui demanda Melody.

« Au bas mot, il y a au moins 100 000 monstres sur le plateau Néro. » répondit-il, l’air grave.

« Comment est-ce possible… ? »

« Peu importe comment c’est possible, c’est comme ça. Il se trouve à quelle distance de la montagne Sauros ? »

« Il ne leur faudra pas plus d’une semaine pour traverser la distance qui les en sépare. »

« Une semaine… Il va falloir foncer. »

La coalition n’avait aucune chance de tenir, surtout si, comme il le soupçonnait, les seigneurs eux-mêmes se joignaient à la traque.

« Qu’est-ce que tu fous ? Allez, monte ! » cria-t-il à Melody.

Shingshi, à peine fut-elle installée, se mit à hennir puissamment tant l’énergie divine qui se dégageait jusque dans son arrière-train lui était désagréable.

« Accroche-toi bien. Si tu tombes, je ne vais pas pouvoir te récupérer. » la prévint-il.

« Bien… »

Elle s’offensa un peu qu’il lui parle toujours de façon si brutale, mais malgré tout, elle savait qu’il disait vrai. La survie de la colonie en dépendait, aussi s’accrocha-t-elle à sa taille de toutes ses forces.

 


 

Tauric, au sommet d’une tour de garde, regardait le soleil couchant d’un air inquiet. Soudain, une boule de feu vint atterrir juste à côté de lui.

« Ah, le roi des esprits de feu… » le salua le moine.

« Je ne suis pas un esprit, c’est quoi cette histoire ? » s’agaça Sunggoo, lassé d’entendre ce surnom.

« Mais… »

« Bon, peu importe. Comment ça se profile ? Vous voyez quelque chose, d’ici ? »

« En quelque sorte. J’ai l’impression que leurs effectifs continuent à grossir, mais ils n’ont pas l’air de vouloir bouger pour le moment. » répondit Tauric.

Pour qu’ils soient aussi vite parvenus à cette position, certains des seigneurs dimensionnels de cette formation devaient nécessairement avoir une colonie non-loin d’ici.

« Vous pensez qu’ils vont bouger quand ? » l’interrogea Sunggoo.

« Je sers Skia, pas Aria. Comment pourrais-je le savoir ? »

« Certes… Espérons en tous cas qu’ils ne donnent pas l’assaut avant le retour de hyung-nim. »

Quoique le terme de hyung-nim lui fut parfaitement inconnu, Tauric se douta bien qu’il devait s’agir de l’Immortel, et ne put ainsi qu’assentir à ses propos. Les seules personnes capables de se battre dans la colonie devaient tout au plus être de l’ordre des 3000. Seul l’Immortel pouvait les sortir de là.

« Bon, prévenez-moi quand ils se déplaceront. » ajouta Sunggoo.

« Ils ne pourront pas franchir la zone avant une semaine même s’ils se mettaient à bouger dès maintenant. Pourquoi avez-vous donc l’air si inquiet, esprit de feu ? »

« Parce qu’on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Si hyung-nim met plus longtemps que prévu, il va falloir que j’aille gêner leur progression. »

« Vous iriez stopper une armée aussi grosse ? » s’étonna Tauric.

« Je n’ai pas le choix. S’ils détruisent la colonie, je ne pourrai plus retourner sur Terre. »

Tout à coup, Tauric mit un genou à terre en marque de respect. Sunggoo sut immédiatement pourquoi.

« Ce n’est pas la peine de me remercier. Vous faites pareil, non ? Qu’est-ce qui vous empêche de fuir, là, tout de suite ? Relevez-vous, ça me gêne. » s’opposa-t-il.

Car oui, Tauric préférait rester combattre pour les siens que de fuir par un portail de retour. Au final, chacun y allait de sa motivation : qui pour sauver Alphène, qui pour sauver la Terre, d’autres pour se venger…  mais tous partageaient le même but.

Personne n’osa bien sûr le mentionner, mais l’Immortel avait commis une erreur de taille. S’il avait désigné quelqu’un à la tête de la colonie, même en son absence, celui-ci aurait pu utiliser aussi bien les portails que les points, et de ce fait envoyer quantité de troupes. Ce n’était pas par crainte qu’ils taisaient le fait, mais parce qu’il n’aurait servi à rien d’exprimer des regrets. Il fallait rester dans l’espoir.

« Tauric ! Il est où, l’esprit de feu ?! » beugla une voix puissante en contrebas.

« Juste à côté de moi ! Vous devriez aller le voir, le Roi des nains n’est pas connu pour sa patience. » répondit Tauric à Raul, avant de s’adresser à Sunggoo.

« D’accord. Surtout, s’ils montrent le moindre signe de mouvement, venez me prévenir. »

« Ce sera fait. » lui répondit Tauric en saisissant la main tendue.

La silhouette de Sunggoo se troubla tout à coup sous l’effet de la chaleur. Tauric se recula vivement en arrière, tandis qu’il le vit exploser en une boule de feu qui partait droit vers la position du nain. Celui-ci guidait ses hommes, tous nains, sur les murs afin d’y installer des armes de siège magiques activées à l’aide de pierres de sang, et d’autres à la structure bien plus primitive et rouillée. Mais peu importait si elles étaient acérées ou émoussées. Dans ce combat, tout était bon à prendre.

« Vous me cherchiez, Raul ? » lui demanda Sunggoo.

« Ah, l’esprit de feu ! » lui répondit l’intéressé, un sourire caché dans la barbe.

Devait-il ou non accepter d’être appelé ainsi, la question demeurait aussi entière qu’inintéressante.

« Bon, que vouliez-vous ? »

« J’ai trouvé quelque chose d’intéressant… Je pense que ça ira très bien avec vos aptitudes. »

« C’est quoi ? »

« Suivez-moi, on va marcher un peu. »

Raul le guida alors un peu plus loin, jusqu’à un sentier perdu au milieu des rochers.

« C’est ici qu’est le centre de recherches des mages. » lui expliqua Raul.

L’initiative était de Woojin, mais il l’avait parfaitement adoptée.

« En fait, j’avais un artéfact qui… Vous m’écoutez toujours ? Bon, on va faire vite. J’ai demandé aux mages de le modifier de sorte à ce qu’il puisse amplifier la magie. Vous voyez, il suffit de monter dessus, et… »

Sunggoo s’y était déjà installé, le regard totalement absorbé par les possibilités qu’offrait l’espèce de plate-forme. Recouverte de runes étranges et enchâssée de plusieurs cercles en son centre, elle émit une lumière qu’il ne put s’empêcher de toucher. Aussitôt, une espèce de canon lumineux apparut au niveau du poignet de Sunggoo.

« Et ça va beaucoup l’augmenter ? » demanda-t-il d’une voix distraite.

Et sans même attendre de réponse, il lança un petit trait de feu afin de vérifier. Une explosion assourdissante retentit alors, du même temps qu’une flamme aux proportions hallucinantes s’éleva haut dans le ciel, laissant derrière elle une coulée de magma. Sunggoo laissa aussitôt tomber la source d’énergie et s’éloigna de la plate-forme, avec un air digne de celui d’un enfant pris sur le fait de quelconque bêtise.

« Hahahaha ! Aucune race ne peut rivaliser avec la puissance magique des nains, s’exclama Raul. Je disais donc, ça décuple la puissance d’un mage par neuf fois. »

« Combien ? »

« Dix moins un ! »

« C’est… Oui, c’est quelque chose. »

L’artéfact n’était pas très durable et risquait de rapidement se vider de son énergie, mais ses capacités étaient incroyables. Le seul ennui, c’était que Sunggoo ne pouvait s’en servir qu’à condition de rester statique.

« Vous pensez qu’il serait possible de diminuer la taille pour que je puisse l’emporter avec moi ? » demanda-t-il au roi nain.

« Un amplificateur portable ? Hmm… Un peu comme un bâton de mage ? »

« Je… je suppose ? »

En fait, Sunggoo n’en savait rien. Car tout mage qu’il était, il n’en avait jamais possédé.

« Pff, les bâtons… Ça ne sert à rien, face à ça ! Au mieux, ça triple la puissance, ça ne vaut rien. RIEN ! » s’énerva le nain.

« Vous… Vous avez dit tripler ? » balbutia Sunggoo.

« Ouais, et comment. Mon artéfact est bien plus intéressant. »

« Je crois que je saurais me contenter de ça. Vous pourriez me construire un bâton ? »

« Hein ? Hmm. Si je trouve les matériaux… » commença Raul.

Était-ce par qu’il s’agissait d’un esprit, qu’il n’en avait jamais entendu parler ? Finalement, le roi nain se décida à lui apporter son aide.

« Je vais aller chercher tout ça auprès des autres. Je vais le façonner moi-même. » ajouta-t-il.

Sunggoo s’excita tellement à l’idée de posséder une telle force qu’il en devint rouge. Avec un bâton, il n’aurait même plus besoin de Woojin pour repousser leurs envahisseurs !

 


 

La chevauchée aérienne de Shingshi s’arrêta soudainement. Ni Melody, ni Woojin, ne trouvèrent à redire à la monture. Pour cause, le ciel était perlé de monstres insectoïdes et au sol, une formation tout aussi importante les attendaient de pied ferme.

« Est-ce ici que les monstres se rassemblent ? » lui demanda Melody.

Woojin ne lui répondit même pas, le regard perdu dans les milliers de silhouettes qui leur faisait face.

« Ils veulent nous empêcher de rentrer. Jaenis ! » répliqua-t-il.

« QUI OSE S’OPPOSER À LA VOLONTÉ DU ROI IMMORTEL ?! » hurla la liche, à peine invoquée.

Un jet de flammes continu sembla s’échapper de toute sa personne, brûlant des centaines d’insectes volants. Shingshi s’élança à nouveau, mais d’autres monstres se replacèrent immédiatement à leur place. Au sol, des fléchettes de poison et des sorts furent tirés en sa direction, moins pour le blesser que pour gêner sa progression.

« Ah, ils commencent à me faire chier, là ! » gueula-t-il.

Dans les airs, il y avait trop d’ennemis pour qu’il parvienne à les tuer avec ses seuls sorts. La voie terrestre eût été plus indiquée, mais Melody, qui se tenait toujours fermement accrochée à lui, bloquait une grande partie de sa superbe, et réciproquement d’ailleurs… comme l’ombre et la lumière.

Il ne restait plus qu’une solution. Shingshi, poussé par un coup dans les flancs, alla droit vers le sol où déjà, des monstres tentèrent de le cerner. Aussitôt, Woojin fit exploser quantité d’âmes tout autour de lui, repoussant avec succès les monstres, lui laissant un peu de temps pour se préparer davantage.

« Allez, les gars ! » cria-t-il.

À l’exception de Kiba, tous ses chevaliers noirs apparurent, remontés comme jamais.

« On fonce jusqu’à la colonie ! » leur ordonna-t-il.

« Enfin, un combat ! » se satisfit Ramson.

« Je sers la mort ! Je sers l’Immortel ! » reprit Ghazi Al Sid, le premier à s’élancer, bientôt suivi par une horde de furieux comme lui.

Comme si de vulgaires mouches allaient pouvoir stopper l’Immortel… Au contraire, il allait profiter de l’occasion.

« Jaenis, fais ce que tu veux. »

« Ah, j’aime cet ordre ! »

Les monstres tantôt tranchés en deux, tantôt brûlés, firent monter sa barre d’expérience à une vitesse prodigieuse.

« Que… Attention, là-bas ! C’est un des chefs de guerre de Trahnet ! » cria tout à coup Melody.

Woojin, en tournant le regard vers la position qu’elle pointait du doigt, remarqua lui aussi un drapeau qu’il ne connaissait que trop bien, dessiné à même le ventre d’un féris.

« Ilrak… Le maître de la quarante-quatrième Marche. » observa-t-il.

Le visage de Woojin perdit toute trace de satisfaction, toutefois, ce ne fut pas par crainte.

Je les ai toujours considérés comme des lieutenants, mais… ce sont des dieux. Dans 44 dimensions, Ilrak est considéré comme un dieu. Il cherche le code suprême d’Alphène pour atteindre la quarante-cinquième marche, et devenir un dieu sur Alphène.

D’aucuns l’auraient considéré comme un être prodigieux à l’aura divine. Lui ne le voyait que comme un monstre.

Quelle gigantesque connerie. Des dieux se sont alliés contre moi.

Il sentait pourtant la peur terrible qui les animait.

« Melody, tiens-toi bien. » lâcha-t-il avant de foncer droit en direction du féris, porté par la cavalcade du destrier décharné.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 177
SSN Chapitre 179

13 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre, continu à les sortir pendant mes pose.

    Répondre
  2. Kyora

    Bon bah le dieu ennemi a oublié de se cacher

    Répondre
  3. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. hollowrebel

    merci pour le chapitre ^^

    Répondre
  5. Tempus

    Tudutu, un héros sur son chevalier blanc (parce qu’il est mort), il vole, il voooole, et il arrive ♫

    Chevalier ? j’imagine l’immortel assis sur le dos d’un chevalier vêtu d’une armure blanche et a quatre pattes… hummm comment dire .…

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      Oula… c’est bien sûr cheval qu’il fallait lire. Ceci étant, je trouve l’image assez drôle aussi, alors je vais laisser en l’état 😀

      Répondre
  6. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    J’aime l’idée que des dieux s’allient pour tuer un immortel (qui au passage, comme tout le monde le sait, les défonceras tous).

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. Cèlen

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  10. newkan

    les soldat de woojin sont beaucop trop enerve XD merci pour le chap nostra de la 178e marche XD

    Répondre
  11. essitamessitam

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  12. tang san

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com