BTTH Chapitre 432

BTTH Chapitre 431
BTTH Chapitre 433

Et voilà un autre BTTH, marquant la fin de l’arc de la compétition !

Bonne lecture o/

 

 

Chapitre 432 — Le rugissement félin brise‐métal

 

L’amas d’énergie transparent sortit de la barrière à toute vitesse, accompagné d’ondes sonores aiguës qui prirent une forme visible d’ondulations avant de se répandre à travers la pièce.

Bai Shan et les autres furent surpris par ce tapage soudain, mais ils semblèrent réaliser aussitôt de quoi il retournait. Ils tournèrent ainsi vers Xiao Yan des expressions différentes, et ils le regardèrent filer à toute allure telle une ombre noire.

Le jeune homme déploya alors toute sa vitesse ; il disparut et réapparut deux fois avant d’apparaître devant le halo transparent. Il contracta  légèrement ses doigts comme des serres d’aigle, et frappa à la vitesse de l’éclair pour tenter de s’en emparer.

Cependant, l’amas d’énergie sembla détecter son mouvement et s’arrêta brusquement. Il frémit juste ensuite et se mit à reculer pour tenter de l’esquiver !

L’adolescent renifla froidement devant cette esquive digne d’un réflexe conditionné. « Humpf. » Il secoua la manche et son bras sembla s’allonger ; d’un coup de poigne digne d’une griffe, il réussit à attraper fermement le halo transparent !

Une fois qu’il l’eut obtenu, le jeune alchimiste battit sans hésitation en retraite à toute vitesse et juste à ce moment, les barrières d’énergie produisirent une énorme force de succion. Sous cette force, tous les globes d’énergie qui occupaient la pièce furent aspirés vers les barrières et y déboulèrent en un instant. Très rapidement, il ne resta presque plus de ces innombrables halos lumineux ; ne restaient que les prix dont les jeunes gens s’étaient emparés, et d’autres qui volaient encore.

Xiao Yan avait deviné, en sentant la force de succion naître, que le temps qui leur avait été attribué devait toucher à sa fin. Le globe transparent qu’il tenait en main ne cessa de se débattre comme s’il voulait s’échapper et rejoindre les autres.

Xun’Er remarqua que son orbe tentait de lui échapper des mains et s’empressa de lui dire : « Xiao Yan ge‐ge, essaye de récupérer l’objet qu’il contient !»

Grâce à son cri, le jeune homme se ressaisit et tenta abruptement d’insérer sa main gauche dans le halo.

Sa main pénétra l’amas lumineux sous le regard des autres mais un instant plus tard, une force énorme jaillit et la repoussa brutalement. « Bang !» Cette force était assez puissante pour forcer l’adolescent à reculer de quelques pas avant de pouvoir la neutraliser.

« Et merde, je ne peux pas le sortir !» Dit‐il avec une horrible grimace. La force de succion des barrières, à ce moment‐là, se renforça de plus en plus. Il ne restait plus que deux‐trois globes sauvages dans la pièce.

Bai Shan vit sa main rebondir hors du halo lumineux, et se mit à sourire froidement devant son échec.

Une ombre verte apparut à côté de lui. « Tiens bon, Xiao Yan ge‐ge ! Je vais essayer !» Elle plongea aussitôt la main dans le globe.

Le jeune alchimiste regarda sa main s’approcher de plus en plus et sentit son coeur battre à tout rompre. Si même son aimée ne pouvait pas s’emparer de la technique de Dou acoustique, elle allait filer de ses mains et s’envoler pour de bon. Si ce devait arriver, il devrait alors se contenter de la technique de Dou acoustique de rang Huang qu’il avait récupéré auparavant.

Sous les regards brûlants des spectateurs, Xun’Er inséra abruptement sa main dans le globe…  Et ne rencontra aucune résistance, contrairement à Xiao Yan. La joie envahit son visage et elle s’empara à toute vitesse du contenu avant de retirer sa main, révélant alors à tous un parchemin clair comme du cristal.

Le jeune homme parvint à calmer son coeur affolé en regardant le parchemin, et il se mit alors à sourire comme s’il venait de se libérer d’un lourd fardeau.

Xun’Er essuya la respiration couvrant son front lisse. Elle avait eu peur d’échouer et de le décevoir mais fort heureusement, ce ne fut pas le cas. Elle sourit et lui tendit le rouleau transparent : « Tiens, Xiao Yan ge‐ge. »

Le jeune alchimiste le reçut et dit, le coeur battant : « Merci, c’est entièrement grâce à toi. » Sans la demoiselle, il aurait dû regarder ce globe qu’il tenait entre ses mains lui échapper à jamais. Il passa la langue sur ses lèvres et tourna son regard vers les mots couvrant le parchemin. Il fut d’abord un peu surpris, mais il hocha aussitôt la tête avec satisfaction.

« Le ’rugissement félin brise‐métal’, technique de Dou acoustique, rang : Xuan Supérieur. Lorsque les lions et les tigres rugissent à l’unisson, toutes les bêtes ses soumettent. Son énorme puissance peut briser le métal et secouer les âmes…»

C’était exactement ce dont il avait besoin. Une technique de rang inférieure l’aurait laissé indifférent, et une technique d’un rang trop élevé aurait été trop difficile à pratiquer. Il était même probable qu’il ne puisse pas réellement s’en servir avant d’être assez puissant pour ça, quel que soit le temps que ça prenne. Plus le rang était élevé, plus la technique de Dou était difficile à pratiquer.

« j’ai enfin trouvé ce que je voulais…» L’adolescent soupira longuement et jeta négligemment la technique de rang Huang Supérieur dont il s’était emparé précédemment. Dès qu’elle eut quitté sa main, elle fut enveloppée par un halo lumineux et fila à toute vitesse dans la barrière.

Il rangea son parchemin transparent dans son anneau de stockage et fit signe à Xun’Er. « Allons‐nous‐en. » Il fit aussitôt demi‐tour et se dirigea vers le tunnel par lequel ils étaient arrivés. Lorsqu’il passa à côté de Bai Shan, il s’arrêta une seconde pour lui dire, avec un petit sourire aux lèvres : « On dirait que je vais te décevoir, senior Bai Shan. J’ai eu ce que je voulais. »

Une fois cela dit, il reprit son chemin et entra avec son aimée dans le tunnel.

« Hmpf. » Renifla froidement Bai Shan devant son sourire. Il lui emboîta le pas  d’un air sombre, suivi de près par Hu Jia et Wu Hao.

Alors qu’ils s’en allèrent tous les cinq, la barrière d’énergie qui entourait la pièce commença lentement à rétrécir et, quelques instants plus tard, elle se contracta jusqu’à n’être plus qu’un petit point, qui disparut complètement dans un petit craquement. À ce moment, la pièce tout entière était entièrement vide. Personne n’aurait pu s’imaginer qu’il y a encore quelques minutes, elle était encore remplie d’innombrables trésors qui auraient enthousiasmé le monde extérieur.

La vieille porte fermée hermétiquement s’ouvrit doucement, et les rayons chaleureux du soleil envahirent aussitôt l’interstice, laissant ainsi une longue traînée de lumière dans le long tunnel sombre…

Xiao Yan et les quatre autres en sortirent et se tinrent au sommet des marches. Ils ne purent s’empêcher de soupirer de soulagement en leur for intérieur devant la vallée verte qui s’étendait sous leurs yeux. L’atmosphère de la Librairie était un peu trop étouffante.

Le jeune alchimiste balaya discrètement du coin de l’oeil les deux hommes en robe gris assis de chaque côté comme de vieux moines en pleine méditation, et pensa : La Librairie occupe un tel espace que je crains que la grande pièce dans laquelle nous sommes entrés n’en soit qu’une infime partie. Cet endroit est vraiment très mystérieux…

Les deux hommes en gris bougèrent imperceptiblement lorsque la porte s’ouvrit. Aussitôt, les cinq jeunes gens sentirent une énergie informe,vaste et majestueuse les scanner. Cette énergie était si puissante qu’ils en restèrent un peu effarés.

Cette énergie ne fit rien d’autre que les scanner et, après dix petites secondes, elle se rétracta comme la marée jusqu’à disparaître complètement.

Une vieille voix rauque flotta au‐dessus de la porte. « Le temps qui vous était alloué est écoulé, vous pouvez partir. Souvenez‐vous qu’il vous est interdit de raconter tout ce qui s’est passé ici, et vous n’avez pas non plus le droit de raconter quoi que ce soit à propos de la Librairie. »

Xiao Yan et les autres baissèrent précipitamment la tête.

Hu Gan, qui attendait devant le pavillon, les interpella en souriant : « Ké ké, vous êtes bien tous sortis ? Aucun de vous ne s’en va les mains vides, pas vrai ?»

Les cinq adolescents hochèrent la tête.

Le directeur adjoint sourit : « C’est bien. Que vous ayez obtenu ou non ce que vous vouliez, au moins vous repartez avec quelque chose. » Il s’inclina  devant les deux hommes en gris près de la porte et dit : « Je ne vais pas perturber votre entraînement davantage maintenant qu’ils sont sortis, chers doyens. Au revoir. »

Les deux hommes ne lui répondirent pas mais Hu Gan ne s’en soucia pas. Il fit un signe de la main aux cinq étudiants et leur dit : « Suivez‐moi. »

Xiao Yan et les autres s’inclinèrent également devant les deux doyens immobiles comme des statues, puis ils reculèrent lentement en leur faisant face jusqu’à arriver aux escaliers de pierre verte. Ils se retournèrent seulement alors et rejoignirent leur directeur adjoint.

Ce dernier les balaya du regard et, une fois sûr qu’aucun d’entre eux n’était blessé, il s’inclina une dernière fois vers les deux hommes en gris, se retourna et se dirigea vers la porte invisible qu’une main invisible ouvrit.

Juste avant de passer la porte, il tourna la tête vers ses élèves et leur rappela : « Suivez‐moi, et ne touchez pas les plis spatiaux ; personne ne pourra vous sauver autrement, pas même moi. » Une fois cela dit, il passa l’embrasure de la porte à grandes enjambées en se tenant bien droit. Xiao Yan et les autres le suivirent prudemment, en s’assurant bien d’imiter le moindre de ses mouvements.

Une fois qu’ils l’eurent traversé sains et saufs, une ondulation énergétique se forma lentement derrière eux. Xiao Yan se retourna pour y jeter un oeil, et vit que la porte invisible par laquelle ils étaient passés commençait déjà à disparaître lentement. Un moment plus tard, des plis spatiaux extrêmement serrés apparurent à nouveau et couvrirent l’accès à la Librairie.

L’adolescent parcourut ces plis du regard et jeta un oeil à l’entrée de la Librairie. Son expression changea alors subtilement : les deux doyens en gris, qui étaient assis en tailleur, avaient étrangement disparu. Leur déplacement fantomatique fit naître un frisson glacé dans son coeur. Mais qui étaient exactement ces deux hommes qui montaient la garde ?

Il soupira en son for intérieur et secoua la tête. Je comprends mieux qu’avec des fondations aussi solides, l’Académie Jia Nan ait pu tenir autant d’années dans cette Région Sinistre si dangereuse… Il rejoignit rapidement Hu Han et les autres, et ils entrèrent à nouveau dans la grotte montagneuse d’où ils étaient sortis plus tôt.

Peu après le départ du petit groupe, la petite vallée cachée de tous retrouva son silence. Elle ne redeviendrait accessible que l’année suivante, après la compétition de qualification à l’académie interne…

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 431
BTTH Chapitre 433

5 Commentaires

  1. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  2. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Metalis

    Merci pour ce chapitre ! 🙂

    Répondre
  4. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com