BTTH Chapitre 489

BTTH Chapitre 488
BTTH Chapitre 490

Et voilà le dernier BTTH régulier de la semaine ! Le Père Yan a des réseaux… :p

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 489 – Doyen He

 

Xiao Yan écrasa avec froideur et indifférence le lotus de feu dans sa main vers le visage horrifié de Lei Na. D’après l’air féroce qu’il arborait, il n’avait visiblement aucune intention de montrer la moindre pitié.

Cependant, au moment où le lotus n’était plus qu’à soixante centimètres de sa cible, une vieille voix détonna tout à coup depuis le lointain. “Stop !” Le Dou Qi contenu dans ce cri était si fort qu’il secoua les tympans des élèves dans les parages jusqu’à ce que ça en soit douloureux.

Le jeune homme changea légèrement d’expression à ce hurlement, et une pensée traversa son esprit à toute vitesse. Il immobilisa alors de force sa frappe vicieuse dans les airs, mais même ainsi, la température élevée du lotus de feu incinéra les cheveux du Dou Ling en cendres en un instant.

Au moment même où il figea sa main, une force extrêmement puissante apparut abruptement dans les airs. Elle ne ciblait pas l’adolescent ; elle s’écrasa au contraire sur Lei Na, qui fut aussitôt propulsé en arrière comme une poupée en chiffon. Il fit plusieurs vrilles dans les airs avant de s’écraser lourdement contre un mur et de cracher aussitôt du sang. Le sol noir se couvrit ainsi de rouge sang…

Comme sa proie lui avait été arrachée en un coup, le jeune alchimiste se retrouva les bras ballants. Il ne put que se redresser lentement en contenant son lotus de feu sur sa paume. Il suivit ensuite l’exemple de ses congénères et se tourna vers la source du cri.

Quelques silhouettes humaines arrivaient à toute allure depuis le bout du couloir bien éclairé. La personne en tête était manifestement un vieil homme rapide ; il ne lui fallut que quelques bonds et quelques apparitions et disparations pour arriver au champ de bataille improvisé.

Quelques spectateurs changèrent d’expression en voyant ce vieillard un peu voûté, et ils s’écrièrent même : “C’est le Doyen He ! Pourquoi a-t-il été dérangé ? Il s’est même déplacé de lui-même !”

Les doyens gardant la Tour avaient une position extrêmement élevée au sein de l’académie interne, et ils ne se montraient généralement pas en public pour une simple bagarre entre élèves. Personne ne s’était attendu à ce que le responsable du troisième niveau fasse une apparition, d’où la surprise de certains.

Peu après l’arrivée du vieil homme, quatre-cinq personnes arrivèrent rapidement derrière lui. C’étaient des instructeurs présents dans la tour, qui avaient accouru en sentant la fluctuation d’énergie terrifiante qui s’était dégagée de là.

Le regard acéré du vieil homme un peu voûté balaya les environs tandis qu’il cria froidement : “Que se passe-t-il ici ?”

Les badauds environnants conservèrent tous le silence à cette question. Ces doyens avaient un tel prestige au sein de l’établissement que les offenser signifiait indubitablement en souffrir les conséquences.

Une voix relativement adorable brisa le silence : “Doyen He, pourquoi dérangerions-nous un respectable ancien tel que vous ? Un simple combat amical a eu lieu ici.” C’était Lu Fei, qui avait rapidement approché avec un grand sourire aux lèvres.

Un simple combat amical ? Si j’étais arrivé un peu plus tard, j’ai bien peur qu’une vie aurait été perdue !” La morigéna froidement le Doyen. Il tourna son regard vers Xiao Yan et, lorsque ses yeux tombèrent sur le lotus de feu qu’il tenait dans sa main, ses pupilles se contractèrent abruptement en sentant l’énergie terrifiante qu’elle contenait.

Peux-tu dissoudre ce lotus de feu dans ta main, petit bonhomme ? Je rendrai justice quant à cet incident.” Dit le vieil home en avançant d’un pas vers lui. À cette distance, il pourrait intervenir instantanément et faire face à la moindre situation imprévue.

Xiao Yan hésita un moment, puis il opina du chef : “À vos ordres, Doyen.” Il savait quelle puissance les doyens possédaient dans l’académie, et il ne voulait naturellement pas les offenser pour rien.

Il couvrit le lotus de sa main droite, puis il fit jaillir sa force spirituelle et la fit envahir la flamme, de sorte qu’elle puisse couper les connexions à l’énergie de feu en son sein. Il avait à présent un meilleur contrôle sur le Lotus du Courroux du Bouddha grâce à sa force nouvellement acquise. Alors qu’auparavant, il ne parvenait même pas à comprendre comment fusionner les flammes, il était capable à présent de former et dissoudre le Lotus à sa guise.

L’érosion générée par la force spirituelle provoqua une ondulation intense chez la flamme vert/violet, ce qui inquiéta aussitôt visiblement bien plus le Doyen He. Il plia légèrement sa main fripée comme une serre d’aigle et y fit partiellement apparaître son Dou Qi vif, prêt à agir à tout moment.

Cependant, le pire scénario auquel il s’attendait n’arriva heureusement pas. Après une autre légère fluctuation, la flamme devint peu à peu illusoire jusqu’à disparaître complètement de la main du jeune homme.

Le vieil homme poussa alors un soupir discret, et son corps tendu commença lentement à se relâcher…

Juste après son soupir, il regarda l’adolescent de haut en bas et le jaugea. La surprise traversa son regard en repensant au lotus de feu terrifiant et il lui demanda : “Petit bonhomme, tu es Xiao Yan, c’est ça ?”

Celui-ci fut un peu surpris, car il ne s’attendait pas à ce  que même ce Doyen He connaissance son nom. Il hocha immédiatement la tête avec précipitation : “Je vous salue, Doyen He. Je suis bien ce petit Xiao Yan.”

Ké ké.” Le vieil homme sourit, opina du chef, et le regarda d’un regard bien plus doux. “Que s’est-il passé ici ?”

Liu Fei fit précipitamment un pas en avant à cette question, et elle expliqua avec une expression indignée : “Doyen He, vous savez que j’utilise cette salle d’entraînement fréquemment, mais aujourd’hui, cette personne l’occupait de force ! Grand-frère Lei Na voulait juste me rendre justice. Nous ne nous attentions vraiment pas à ce que cet homme soit aussi impitoyable dans son attaque. Si vous n’aviez pas crié tout à l’heure, alors grand-frère Lei Na aurait perdu la vie ici.”

Ça faisait longtemps qu’elle s’entraînait au troisième niveau et par conséquent, elle avait rencontré le doyen une paire de fois. De plus, le vieillard s’était montré extrêmement chaleureux envers elle à cause de sa beauté les fois où ils avaient discuté. Elle était naturellement intervenue dans l’espoir qu’il punisse le jeune alchimiste.

Si cet incident avait impliqué un étudiant normal durant une période ordinaire, le Doyen He aurait pu tancer vertement l’étudiant en question comme quoi un homme ne devait pas se disputer avec une femme. Cependant, la victime du jour était Xiao Yan, l’étudiant dont le Premier Doyen avait demandé à tous les doyens de s’occuper. Cette fois-ci, les espoirs de la jeune femme allaient clairement être déçus.

Et de fait, après cette historiette, le vieil homme fit vaguement rouler ses yeux dans ses orbites et l’ignora. Il retourna simplement son regard vers le jeune homme et lui dit en souriant : “Pourquoi ne me décrirais-tu pas ce qui s’est passé, Xiao Yan ?”

Liu Fei fut surprise de voir qu’elle avait été ignorée, et elle recula aussitôt amèrement d’un pas. Elle connaissait la puissance de ces doyens ; eut-ce été son cousin aîné que le doyen lui aurait peut-être donné un peu de face, mais avec le talent à l’entraînement dont elle faisait preuve… Ce n’était pas la peine d’essayer.

L’adolescent jeta un regard indifférent à cette vipère qui avait été la première à brandir des accusations, et il lui adressa un sourire froid et bien visible. Il joignit ses mains à l’intention du vieillard et lui décrivit les évènements précédents dans les moindres détails, du début à la fin. Il raconta tout simplement la vérité sans rien rajouter, étant donné qu’il y avait de nombreux témoins.

Le doyen s’assombrit un peu en apprenant ce qui s’était passé. Il tourna légèrement la tête vers Lei Na, qui se relevait au coin du mur, puis il le fixa avec une froideur qui fit pâlir bien davantage encore la brute.

Liu Fei entendit aussi l’adolescent expliquer son rôle dans l’affaire, et son beau visage se tordit en grimaces une fois de plus.

Une fois que tout lui fut révélé, le vieil homme hocha la tête et, sous les regards de la foule, il se tourna vers la brute et déclara froidement : “Lei Na, tu as échoué à tenir ton rôle de senior en ne suivant pas les règles. Tu recevras une amende de trente jours d’énergie de feu payable sous trois jours. Si tu ne la règles pas, tu seras interdit d’entrée dans la Tour d’entraînement de Qi de la Flamme Céleste.”

Les étudiants alentour furent surpris par cette sentence, et ils tournèrent immédiatement des regards pitoyables vers le Dou Ling livide. Ce type va perdre une sacrée somme ce coup-ci…

Le regard froid se tourna ensuite à nouveau vers Liu Fei : “Liu Fei, bien que tu ne sois pas la contrevenante principale, tu es tout de même l’instigatrice de la situation. Tu recevras donc une amende de dix jours d’énergie de feu, réglable sous les trois jours sous peine de recevoir la punition susmentionnée.” La jeune femme reçut sa sentence d’un air un peu absente, tant elle ne s’attendait pas à être punie également.

Le vieillard tourna envers son regard vers le jeune alchimiste et dit doucement : “Xiao Yan, bien que tu aies une bonne raison, ton attaque était trop vicieuse. Tu recevras une amende de cinq jours d’énergie de feu en tant qu’avertissement.”

Une fois de plus, la foule fut choquée, cette fois par cette punition insignifiante. Les gens s’échangèrent des regards et parurent aussitôt comprendre quelque chose ; ils se turent alors sur-le-champ. Les règles de la tour stipulaient que toute personne utilisant une attaque fatale lors d’un combat amical recevrait une punition extrêmement dure ; les plus malchanceux se retrouveraient même interdits d’entrée dans la tour pendant un ou deux mois. À côté de ça, cette amende de cinq jours était risible.

Personne ne s’attendait à ce que Xiao Yan possède un tel soutien. Cette fois, Liu Fei et Lei Na s’étaient pris un mur…

Votre punition envers Xiao Yan n’est-elle pas un peu trop légère, Doyen He ? Une personne utilisant un coup fatal est interdite d’entrée dans la Tour !” Hurla la jeune femme d’une voix bien plus aiguë, verte de rage.

Si mon jugement ne te satisfait pas, tu peux toujours aller trouver le Premier Doyen ou le Directeur…” Répondit le doyen avec indifférence.

Cette réponse rendit la demoiselle furieuse. Le premier doyen ne se montrait jamais, alors comment pourrait-elle aller le trouver ? Quant au Directeur, elle ne l’avait pas vu depuis son entrée à l’académie…

Bien, l’incident est à présent clos. Les prochains à désobéir aux règles de la Tour ne pourront pas me reprocher de les punir lourdement.” Dit le vieil homme en jetant un regard à la ronde. Tous les élèves qui croisèrent son regard baissèrent précipitamment la tête.

Il jeta ensuite un oeil à Xiao Yan, puis il se retourna et s’en alla par là d’où il était venu.

Xiao Yan le regarda partir et au moment où il allait s’incliner respectueusement vers lui, une vieille voix grave résonna doucement à ses oreilles. “La prochaine fois que tu mèneras un combat amical avec quelqu’un, petit bonhomme, ne te donne pas à fond comme ça. C’est bien de vouloir démontrer sa puissance, mais à en faire trop on peut rater son but…” Une fois la surprise passée, il hocha discrètement la tête.

Une fois le Doyen parti, la zone replongea dans un silence embarrassant. À présent, les badauds observaient le jeune homme avec un respect et une crainte additionnels, non pas parce que le vieillard l’avait couvert, mais à cause du lotus de feu terrifiant qu’il avait déployé. N’importe qui d’observateur avait pu remarquer que s’il n’avait pas arrêté son attaque et que le vieillard n’était pas arrivé tout d’un coup, Lei Na serait reparti les pieds devant…

L’adolescent ne se souciait pas des regards alentour. Il fit demi-tour et retourna dans sa salle de haut rang. Quand il dépassa Liu Fei, il s’arrêta et dit à voix basse : “Je ne t’ai pas frappée parce que tu es une femme, mais si tu avais été un homme… Tu n’aurais pas fini dans un meilleur état que Lei Na…”

Une fois cela dit, il se frotta les manches et rentra dans la pièce, laissant derrière lui une jeune femme verte de rage qui serrait les dents.

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 488
BTTH Chapitre 490

8 Commentaires

  1. Hinomura kid

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Adonai

    Merci pour le chapitre !!

    Répondre
  3. emile

    merci pour le chapitre!!
    ça m’énerve toujours autant le ‘je ne te frappe pas parce que tu est une femme’ pour moi la galanterie marche en société mais pas dans une bataille.
    Surtout qu’il frappe pas les femmes mais les vieux oui ! parce que les vieux dans ce LN ils vaut mieux pas les chercher.
    Je précise je suis pas énervé mais ça a tendance a me faire tiquer ce genre de phrases

    Répondre
    1. Dieu

      Ça me fait moi-même tiqué mais pas pour les mêmes raisons, comme si une femme ne méritait pas de prendre une claque sous prétexte qu’elle ait un vagin, la galanterie c’est de la daube en combat mais aussi en société. Je ne tiens pas la porte à mesdames plus qu’à messieurs et ça n’est pas prêt de changer.
      Il ne faut pas oublier qu’on lit du light novel après tout, ils ont généralement des positions quand aux femmes très peu féministes voir arriérés…

      Répondre
  4. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Un bon mois pour rattraper de 0 le ln. Super boulot =D

    Répondre
  5. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  7. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com