DMS : Chapitre 14

DMS : Chapitre 13
DMS : Chapitre 15

Chapitre 14 – Des tests, encore des tests (3)

 

Dugnekk le pyromancien ne lui laissa pas le temps d’attaquer le premier. Il brandit son bâton vers le plafond en criant quelque chose en langage gobelin, sans doute. Les flammes jaillirent et formèrent une boule de feu flottant au sommet du bâton. Il le balança vers le bas et la boule de feu partit comme le projectile qu’elle était.

L’aventurier esquiva en effectuant une roulade de côté, et la boule s’écrasa contre le mur, laissant une énorme trace noire tout en enflammant la surface de la pierre pendant quelques secondes.

Peu décontenancé par son attaque manquée, Dugnekk recommença. La deuxième attaque échoua également, mais l’aventurier ne parvint pas à utiliser son élan pour rouler en-dessous comme il en avait apparemment l’intention, et dû se cacher derrière un petit rocher. Il craignait vraiment de se faire toucher. Sans doute n’avait-il aucune résistance contre le feu. À son niveau, si on comparait à de nombreux RPG, c’était compréhensible.

Dugnekk le pyromancien lança une troisième fois la même attaque, selon le même schéma. C’était sans doute la seule attaque qu’il possédait. Il n’était qu’une créature de niveau 4, après tout. Seulement, il visa à côté de la pierre pour tenter de déloger l’intrus grâce à une explosion bien placée. Mais l’aventurier n’était pas idiot et avant que la boule de feu ne percute le sol, il s’était déjà jeté en avant pour parcourir les quelques pas qui le séparaient de son ennemi.

Contre toute attente, Dugnekk esquissa un sourire sadique et leva son bâton comme s’il voulait l’utiliser pour asséner un uppercut foudroyant.

La boule de feu, qui s’apprêtait à s’écraser au sol, tournoya et s’envola à la verticale avant de faire demi-tour et de poursuivre sa cible par-derrière.

— Une boule de feu guidée ?!

J’étais sidérée ; il connaissait un sort super cool ! S’il possédait une attaque pareille au niveau 4, j’étais pressée de pouvoir invoquer des boss de niveaux plus élevés.

Le projectile explosa dans le dos du pauvre hère qui ne comprit pas d’où venait l’attaque. Il fut réduit en cendre en une fraction de seconde. Bon sang, quelle puissance ! Je pouvais comprendre qu’il se fasse toucher et soit blessé, mais de là à mourir en un coup ? Il portait pourtant une armure de cuir, qui aurait dû le protéger un minimum.

J’en vins à réfléchir quant à la signification de tout ceci tandis que mon donjon se réinitialisait. L’autre avait dû utiliser la plaque de sortie un peu plus tôt pour s’en aller.

Je possédais un donjon de niveau 3~5. Donc les aventuriers qui y entraient étaient de ce niveau également. Cela dit, les monstres qui y habitaient étaient des gobelins ! FeiLong avait dit que les gobelins n’étaient pas disponibles avant le niveau 9 ou 10, ils étaient donc des monstres de niveau plus élevé que mon donjon et que les aventuriers qui y entraient.

Enfin, de base en tout cas. Parce que ceux de mon donjon avaient un faible niveau. Mais je soupçonnais leur nature d’être toujours la même. Même si leurs statistiques générales avaient été réduites, les compétences qu’ils possédaient étaient toujours celles d’origine. Comme la capacité à se fondre dans les ombres, ou la boule de feu guidée, qui, j’en étais sûre, étaient des compétences de gobelins de niveau 9 ou 10. Que les aventuriers aient du mal à les affronter me semblait alors logique.

Je ne comprenais toujours pas très bien ce qui définissait le niveau des monstres invoqués dans le donjon, et j’allais devoir faire des tests un peu plus poussés pour ne pas me faire surprendre plus tard, ainsi que pour mieux cerner le fonctionnement de la chose. Peut-être même que j’allais trouver une fonctionnalité cachée, ou des trucs et astuces pour bien utiliser les invocations de monstres.

Dès le lendemain, il faudrait que j’effectue quelques changements dans le donjon, également. Si les assassins pouvaient se faire tuer comme ça, mon choix n’était pas si judicieux, tout compte fait.

Mais pour l’heure, heureuse à la fois du résultat de mon test et de mon talent personnel au lit, je m’endormis pour une douce nuit.

Le lendemain matin, la première chose que je fis fut de vérifier ce qu’il se passait dans mon donjon. J’avais bien dormi, mais ce qu’il s’y était déroulé n’avait pas manqué de s’imprimer dans ma mémoire, et j’en retrouvai rapidement la trace. Durant mes heures de sommeil, personne n’était revenu à la charge. L’aventurier devait avoir eu peur, et je trouvais ça un peu dommage. J’aurais adoré qu’il continue à m’offrir des crédits.

Je m’étirai en poussant un léger gémissement, comme si tous les muscles de mon corps réclamaient encore quelques minutes de repos. Mais rien à faire, j’avais prévu de me rendre dans mon donjon au plus tôt, pour régler ce problème d’assassins. Finalement, mettre beaucoup de coffres et une armée de monstres n’était pas si malin. Quoiqu’au final, c’était logique ; tout ça existait depuis des temps immémoriaux, et des générations et des générations d’architectes et d’aventuriers s’étaient déjà succédées. Il était certain que d’autres avaient déjà essayé, et que ce genre de contremesure avait été développé.

— Bon. Allez, une, deux, une, deux…

Je fis un petit footing matinal tout en me rendant au Palais des Miroirs. En chemin, je vis quelques visages qui commençaient à être familiers, des voisins sans doute, ce n’était pas la première fois que je les voyais là.

Je pris soin de vérifier les informations affichées sur le miroir devant lequel je m’arrêtai.

[Niveau 2 / 945 crédits.]

Ainsi, j’étais toujours de niveau 2. Ce n’était pas très étonnant, j’avais tué cet idiot deux fois seulement depuis la dernière fois. J’aurais eu bien du mal à m’imaginer prendre un niveau avec seulement 300 crédits de plus.

Mais ça n’allait plus tarder, j’en étais sûre. Après tout, je n’étais que de niveau 2. D’ailleurs, combien y avait-il de niveaux ? J’en vins à me demander sincèrement quel était le plan de ceux qui avaient conçu tout ça ; tout était fait pour permettre aux architectes et aux explorateurs de devenir des dieux, si j’avais bien tout saisi. Mais à quel niveau ? Et pourquoi cette confrontation sanglante ? Pourquoi des choses si compliquées ?

Je ne pouvais pas y répondre dans l’immédiat, et me jetai dans le miroir en prenant bien sûr soin de vérifier l’absence d’aventuriers.

De retour dans la salle des gobelins, il était temps que je corrige mon erreur… S’il existait des mages capables de brûler la salle entière, n’était-ce que l’espace d’une seconde, alors autant dire que j’offrais des trésors à qui voulait bien les prendre. Il suffisait qu’un ou deux explorateurs occupent le boss pendant qu’un autre s’occupe d’aller tranquillement ouvrir tous les coffres.

Non. Ce n’était pas possible.

— La seule vraie erreur, c’est de ne pas tirer de leçon de ses erreurs.

Fière de ma philosophie, je supprimai immédiatement tous les assassins, sauf les deux premiers. Me retournant, je m’occupai également de tous ces coffres. Je me sentais bête, faire et défaire des choses, tellement incertaine ; quand FeiLong me disait que j’allais devoir explorer ce monde seule et en tirer mes propres leçons, il ne plaisantait pas. Je sentais que j’allais passer par d’autres erreurs encore, et que j’allais tomber de haut à plus d’une reprise.

Mais pour le moment, il restait encore ces trois gobelins incendiaires. Ils n’avaient pas réussi à tuer quoi que ce soit et n’avaient qu’à peine permis à des assassins de finir cet aventurier, la veille, alors je ne les aimais pas beaucoup. J’avais suggéré que les gobelins étaient plus puissants que des monstres normaux de niveau 3~5 et pourtant ces trois-là m’avaient l’air si faibles…

Une autre chose me trottait dans la tête.

Si j’invoquais des gobelins, ils restaient naturels, de simples Peaux-Vertes comme ceux que j’avais croisé dans la grotte, en montagne. Pourtant, lorsque j’avais invoqué les tomtes, ils avaient tous pris, par défaut, l’aspect de leur boss, Thomred. Alors pourquoi les gobelins ne prenaient pas l’aspect du Pyromancien ?

J’y avais un peu réfléchi, et trois possibilités s’étaient imposées à moi.

La première avait à voir avec leur habitat général. Peut-être que les monstres lambda trouvaient la meilleure évolution en rapport avec leur environnement. Les tomtes auraient été considérés comme proches de leur chef…

La deuxième concernait le fait que les gobelins vivaient par défaut dans une caverne, contrairement aux tomtes – je ne savais absolument pas où ils vivaient, d’ailleurs, mais le fait que Thomred soit devenu un tome troglodyte prouvait qu’il avait évolué en ce sens – et qu’ils n’avaient aucun besoin d’évoluer pour s’adapter au style de donjon ‘Caverne’.

Et la troisième et dernière solution… Je n’y croyais pas trop, mais peut-être était-il possible que le boss, Dugnekk, était le seul capable de devenir un pyromancien. Peut-être était-ce une classe que les monstres de base ne pouvaient pas acquérir.

Je devrais approfondir tout ça à l’avenir, parce que mine de rien, je commençais à m’y intéresser, me surprenant moi-même. Il y avait là des problèmes de logique, des choses insensées même en mettant de côté les règles élémentaires qui faisaient tourner le monde. J’avais l’impression que de nombreuses règles contredisaient d’autres règles, et je voulais me mettre au défi de briser le système en le mettant devant des cas impossibles à résoudre.

Après avoir liquidé les trois gobelins incendiaires, il ne restait plus que Dugnekk et les deux assassins. Je pouvais encore invoquer cinq gobelins – peut-être un peu plus, ou moins ; j’avais l’impression que certains types de gobelins coûtaient plus cher en énergie que d’autres. Question de puissance ou de potentiel, sans doute.

J’étais encore loin d’en avoir fini avec mes tests.

Je balayais la salle du regard, depuis l’entrée, les mains sur les hanches. Où et comment allais-je invoquer un petit monstre pour voir ce que ça donnerait ?

Je n’eus pas le temps de me poser la question, à vrai dire. Je sentis un picotement dans mon dos, et une vive douleur dans la poitrine. Baissant les yeux, je vis une lame ensanglantée sortir de ma cage thoracique.

Bon sang ! J’étais si absorbée dans mes réflexions que je n’avais pas pris la peine de vérifier que personne n’arrivait ! J’avais même involontairement fermé mon esprit à ce qu’il se passait dans le donjon.

Merde ! J’étais trop concentr-

Je n’eus pas le temps de finir ma pensée, et ma vision se brouilla. Lorsque tout redevint clair, j’étais dans mon lit, et les premières lueurs du jour filtraient par la fenêtre. Je commençais à saisir le principe de résurrection. Regardant ma montre, je constatai ce à quoi je m’attendais : il était 7 : 00 du matin.

Sautant au bas de mon lit, je me ‘remémorai’ rapidement ce qu’il s’était passé dans le donjon pendant tout le temps où j’étais morte ; apparemment, il avait été vidé deux fois. Un Pyromancien et deux assassins n’étaient pas suffisants pour arrêter l’explorateur et son compagnon. Il m’avait tué, avait vidé le donjon, et était revenu une fois de plus.

Je me précipitais vers la super galerie des glaces magiques pour voir de mes yeux l’état de mes crédits quand une voix m’interpella, en chemin.

— Oh, mais qui voilà ! N’est-ce pas cette jeune fille malpolie qui ne connait pas sa place ?

Pas besoin de me retourner, je savais qui c’était. Pour entendre ces mots accompagnés de plusieurs rires gras et moqueurs, ça ne pouvait être que Krahn le Sympathique et sa clique d’oiseaux fidèles. Bordel, même l’appeler comme ça dans ma tête me donnait envie de rire.

Seulement, l’heure n’était pas à la rigolade et je me contentai de l’ignorer. Il n’allait pas me suivre jusque devant les miroirs, quand même ? Quoique… C’était le matin, il devait être en route vers la même destination que moi.

Je comptais continuer à courir et lui fausser compagnie sans me retourner. Mais un type balèze sortit d’une ruelle et me bloqua la route.

— Hola, petite perruche ! Tu vas où, comme ça ? Tu es pressée ? Reste donc avec nous un instant, tu n’entends pas que Krahn te parle ?

Evidemment, il venait de me confirmer que c’était bien cet idiot. En plus, il me bloquait de façon plutôt agressive, j’étais alors persuadée que si je tentais de passer en force, il finirait par m’attraper par le bras, ou quelque chose dans le même genre.

Poussant un soupir las, je lui envoyai un regard qui en disait long sur ce que je pensais de son comportement de petit toutou et me retournai vers l’autre énergumène qui approchait en souriant d’un air faussement digne.

Je cherchais une connerie à lui balancer dans la gueule pour bien lui faire comprendre que non, je n’avais pas peur de lui et que je ne souhaitais pas le moins du monde l’écouter déblatérer ses conneries.

Mais il ne m’en laissa pas le temps, et me dit de façon très directe :

— C’est parfait. Toi, tu viens avec moi.

J’étais surprise. Il voulait que j’aille avec lui ? Mais où ?

— Allez. Je ne te le répèterai pas. Tu me suis ou je te fais traîner derrière moi.

Je ne comptais pas le laisser faire à sa guise, cela dit.

— Et où as-tu la prétention de me ‘faire traîner’ ?

Il haussa un sourcil, de l’air le plus dédaigneux qu’il pouvait arborer, comme si ma question, ou simplement le fait que j’avais ouvert la bouche, était la dernière chose à laquelle il s’attendait de la part d’un insecte.

— …Et à quoi cela va-t-il t’avancer de le savoir ? Tu vas me suivre de toute façon. Allez.

Je n’en démordis pas.

— Tu veux que je te suive ? Alors que tu ne fais que prouver que tu ne le mérites pas ? Tu vas me dire où tu veux que j’aille, sinon crois-moi, je ne bougerai pas. Ou alors je provoquerai un scandale. C’est ce que tu veux ? Je suis sûr que tu es bien moins tout-puissant que tu le laisses entendre, ici.

Sa mâchoire se crispa et il fronça les sourcils. Il n’était plus dédaigneux, mais en colère.

— Toi ! Si je t’entends encore me parler de la sorte, non seulement je ferai en sorte que tu ne participes à aucune expédition à l’avenir, mais je me débrouillerai pour te créer la pire réputation à Imperos ! »

Il était sérieux ? Je me foutais royalement des expéditions pour le moment, et ma réputation m’importait tout aussi peu. Mais il n’avait toujours pas répondu à ma question.

— Il n’empêche que je ne bougerai pas tant que tu resteras borné de la sorte. Réponds.

Ce coup-ci, sa voix s’éleva, il n’était plus en colère, je le poussais à bout.

— Tu oses me donner un ordre ! Me parler sur ce ton ! Azel ! Emmène-la ! Et suis-moi !

Je n’eus pas le temps de bouger, deux larges mains m’attrapèrent par les épaules et me soulevèrent comme un fétu de paille pour me déposer sur une épaule aussi épaisse qu’un tronc d’arbre. Je ne pouvais décemment plus bouger, le bras qui me tenait s’avérait être un étau parfait.

J’abandonnai donc l’idée de me débattre et fis ce que j’avais à faire. Je patientai tandis qu’on me trimballait. Et je reconnus le chemin vers lequel on m’emmenait.

Nous nous dirigions vers la boutique.

Je commençais à comprendre ce qu’il cherchait. Et il allait avoir une drôle de surprise.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

DMS : Chapitre 13
DMS : Chapitre 15

21 Commentaires

  1. cobra12345

    First

    Répondre
    1. Hamnesty

      Dire “Merci pour le chap” serait plus utile ^^

      Merci pour le Chap !

      Répondre
    2. SebOSebO

      Souviens-toi, tu as commencé ta vie en finissant premier déjà, tu as nagé plus vite que 100 millions de têtards ! Il est temps de soigner ce traumatisme maintenant 😉

      Répondre
  2. Vaelin

    Merci pour le chapitre ^^ t’es vraiment trop vif Raka

    Répondre
  3. Mehlroth

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. SebOSebO

    Merci!!!

    Raka, je sais que tu fais déjà un tas de trucs sur ce site, dc tu ne dois pas avoir bcp de temps pour te reposer. Mais je vais quand même te demander : traduis-tu en anglais DMS et LDO ? Tu pourrais même écrire 2 LDO différents en fonction des votes anglophones et les nôtres ici.Tu mérites de rayonner internationalement 😉

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Ah ah non je ne les traduis pas.
      Ce serait trop de boulot.

      Répondre
      1. SebOSebO

        Peut-être un fan serait-il chaud???

        Répondre
        1. TesaYuuTesaYuu

          Faut pas le tuer il a déjà assez de travail comme ça !

          Répondre
  6. Gunts92Gunts92

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Groudors

    Merci pour le chapitre (plutôt bien écrit de plus). J’ai adoré le moment où elle à compris qu’elle avait une épée planté dans le BIDE. Merci pour tes efforts et à la semaine prochaine ;D

    Répondre
  8. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Ouille ! Ça doit faire mal d’avoir 900 crédits et de retomber à zéro.

    Répondre
  9. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. TheCrow_4

    Je me pause une question… Ya pas moyen de mettre un petit panneau “sol glissant” ou “entretient en cours” quand elle est dans son donjon, pour pas qu’on vienne l’emmerder ? Parce que j’ai déjà lavé des toilettes pour un boulot d’été, et les gens qui rentrent alors que tu travaille, ya rien de pire hein…

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      En même temps les aventuriers je crois qu’ils s’en foutent un peu que le sol glisse

      Répondre
      1. TesaYuuTesaYuu

        XD

        Répondre
  11. flo

    merci raka.

    J’adore ce ln

    Répondre
  12. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  13. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  14. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Répondre à flo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com