DMS : Chapitre 58

DMS : Chapitre 57
DMS : Chapitre 59

Chapitre 58 – De l’autre côté (5)

 

J’avais donc récupéré cette compétence, comme je m’y attendais.

— Si je comprends bien, elle se réinitialise à chaque mort ? confirmai-je alors.

Je perdais la compétence copiée lorsque je mourais, et retrouvais la compétence d’origine à la place. Comprendre ça était déjà bien ; il restait maintenant à trouver ce que signifiait le compte à rebours avant réinitialisation. Je supposais qu’elle se réinitialiserais au bout de 24 h comme lorsque je mourais mais même si ça pouvait sembler évident, je ne pouvais pas être trop sûre de moi quand on parlait de ces compétences tordues.

— Et j’aimerais bien savoir aussi comment le système fait pour me faire copier des compétences dont je ne suis pas témoin…

Était-ce du hasard ? Y avait-il un secret, une formule mathématique qui permettait de comprendre ce que j’allais copier au moment où je lançais la compétence ? Je pouvais toujours faire un test de plus ; après tout, si je retrouvais la compétence en mourant, je ne risquais pas grand-chose.

— Sauf si je tombe à nouveau sur cette comp… Brrrrrr…

Repenser à la dernière compétence que j’avais copiée me fit froid dans le dos et je ne parvins pas à terminer ma phrase. Sérieusement, maintenant, quel était le niveau de goujaterie du type qui était derrière le système ? Oser donner une compétence pareille à une fraîche et pure jeune fille, innocente et vierge par-dessus le marché…

— Bon. Quand faut y aller… me décidai-je.

Je fermais les yeux, afin de bien chercher à comprendre ce qu’il se passait. Je me trouvais chez moi, assise sur mon lit et j’étais absolument certaine qu’il n’y avait aucune compétence, aucun sort et aucune capacité dont je pouvais être témoin à cette minute.

Prenant une profonde respiration, je me lançai :

— Appropriation.
[Appropriation vient d’être supprimée.]
[Morsure venimeuse vient d’être acquise.]
[Réinitialisation de la compétence dans : 23 h 59 m 59 s.]
[Morsure venimeuse]
[Les crochets du serpent à écailles dorées sécrètent un puissant venin dont les vertus diffèrent selon la concentration dans le sang et peuvent aller de la simple paralysie à la mort immédiate.]

— Morsure venimeuse ? m’étonnai-je. Pourtant…

Il n’y avait aucun serpent doré autour de moi, dans ma maison, et même à Imperos – pas que je sache en tout cas. Pourtant, je venais de me voir affublée de cette compétence de morsure… C’était toujours aussi incompréhensible.

— À moins que… À moins que le bug ne copie une compétence complètement aléatoire, sans regard pour ce que je vois ou subis. Ça pourrait avoir le mérite d’expliquer certlaines chlosles… blb… Huh ?

Je ne parvins pas à prononcer les derniers mots de ma phrase, comme si j’essayais tout à coup de parler avec de l’eau en bouche.

— Nblon… Nmle dlis plas qulblblbl…

Je fis ce que je n’aurais jamais dû faire à ce moment : je déglutis par réflexe, un trop plein de salive en bouche. Malheureusement pour moi, ce n’était pas de la salive et je sentis aussitôt une vive douleur dans la poitrine avant de m’effondrer sur le lit, incapable de bouger le petit doigt.

J’avais également du mal à respirer, et plus les secondes s’écoulaient, pire c’était.

Merde, merde, meeeeeede ! Mes dents produisent du venin ? Je ne suis pas immunisée ?! Mes dents ne sont pas des crochets tubulaires comme ceux des serpents ! Je ne possède pas de sac à venin et il s’écoule directement dans ma bouche !

Réalisant ce qui arrivait, je compris également qu’il était déjà trop tard. Le venin continuait à s’écouler dans ma gorge et je ne pouvais plus respirer du tout. Je n’allais pas finir asphyxiée cela dit car cinq secondes plus tard, les ténèbres m’emportèrent dans leur douce étreinte libératrice aussitôt que mon cœur fut paralysé par le venin.

 

**

 

Je m’éveillai à la même heure qu’à chaque fois, dans mon lit – alors que je ne l’avais pas quitté. Friderik était déjà éveillé et il m’observait attentivement.

— Bonjour, Wuying, me lança-t-il d’un air solennel.

— Euh, oui, bonjour, lui répondis-je en bafouillant un peu.

— Je t’ai vue mourir, hier… Et disparaître, et apparaître là il y a une minute, expliqua-t-il.

— Ah ? Tu m’as vue… ?

Il avait assisté au phénomène de mort et de résurrection ?

— Alors, comment cela se passe-t-il ? m’enquis-je, curieuse.

— Comme je le t’ai dit. Tu es morte allongée sur ton lit, j’étais sous les couvertures, tu n’as pas senti que je dormais là ?

— …Non. J’étais occupée à mourir, lui rappelai-je.

— Eh bien, j’en suis sorti pour te voir t’évaporer, comme les explorateurs après la mort. Un nuage de cendres et de poussière et pouf, plus rien. Je suis donc resté éveillé toute la nuit pour t’attendre. Je savais que ça t’intéresserait…

Et il avait raison. Ce n’était pas spécialement important, mais j’étais fortement intéressée par le processus. J’attendis qu’il continue à décrire la scène, l’incitant du regard.

— Et puis moins d’une minute avant ton réveil, tu es apparue là, comme par magie. J’occupais alors la place, et je me suis fait pousser, tout naturellement…

— Oh, je vois.

Il n’y avait rien de plus précis que ce à quoi je m’attendais déjà, finalement. Un peu déçue, je lui tapotais tout de même la tête pour lui signifier avec un sourire que j’appréciais l’effort fourni – il l’avait fait uniquement pour moi.

Puis je me levai et m’étirai. Comme prévu, la compétence s’était réinitialisée à ma mort ; je pouvais lancer à nouveau l’Appropriation buguée si je le désirais.

Et je ne le désirais pas vraiment, pour plusieurs raisons : d’une part, ma mort de la veille m’avait un peu refroidie – sans mauvais jeu de mot évidemment – et d’autre part, aujourd’hui était le grand jour. Je devais aller rendre visite à Pythagore, en espérant qu’il ne soit pas devenu complètement fou entre temps. Je ne pouvais pas mourir encore.

— J’espère qu’il lui reste encore du vin… maugréai-je.

— Hm ? Du vin ? De quoi parles-tu ? Ah, mais c’est vrai, qu’a donnée ton expédition, cette fois ?

— Je te raconterai plus tard, promis, aujourd’hui, je prends du repos ! lui criai-je en sortant déjà de la maison en courant.

Tout d’abord, deux jours s’étaient écoulés, et je possédais deux donjons. Je n’ignorais pas que quelques aventuriers s’étaient laissé tuer et personne ne semblait avoir conquis la forêt hantée pour l’instant.

Courant à travers la ville, je me surpris à me faire une remarque étrange :

— Ah, si je pouvais voler comme eux, ça serait tellement plus rapide et confortable…

Je ne me serais jamais attendu à penser de la sorte. Pour moi, la magie n’était pas quelque chose d’accessible, presque une commodité hautaine et arrogante à l’image de ceux qui la maniaient. Et j’y pensais désormais comme s’il s’agissait réellement de quelque chose d’utile ; j’étais envieuse.

— Mais qui sait ? Peut-être pourrai-je moi aussi me procurer ce sort un jour ? réalisai-je.

En attendant, il fallait bien que je coure.

 

**

 

M’arrêtant dans la salle des miroirs, je pus constater une chose agréable, qui n’avait de cesse de me faire sourire de béatitude récemment.

[Niveau 11 / 2865 crédits.]

J’avais bel et bien gagné un niveau pendant ces deux jours de pénitence.

— Bon, eh bien, il semble que je vais faire un petit détour par les deux boutiques privées de la secte, hein ?

Tournant les talons sans observer ce qu’il se passait à l’intérieur des donjons, je me rendis en tout premier lieu à la boutique classique, où je me fis accueillir par une absence totale de nouveaux articles.

— Comment ça, pas d’articles au niveau 11 ? m’étonnai-je.

— Comme je vous le dis, mademoiselle. Vous n’avez pas de nouveaux articles disponibles. Vous n’avez pas l’habitude, car à bas niveau, un architecte débloque beaucoup de choses à tous les niveaux, mais à partir du niveau 10, ça devient un peu plus rare. Même s’il est peu commun de n’avoir absolument aucun article lors d’une montée de niveau, ça reste possible.

— Oh… répondis-je d’un air déçu.

Sans un mot de plus, je tournai les talons et me rendis dans la boutique de magie, juste à côté. Je n’y avais pas mis les pieds depuis le niveau 7 et je m’attendais à y trouver des choses plus consistantes.

— Coucou, ici !! m’écriai-je en faisant irruption dans la pièce.

Le vendeur m’accueillit avec un regard curieux et un sourire plus qu’habituel.

— Ah, bonjour, mademoiselle. Désirez-vous voir un article en particulier ?

— Niveaux 8 à 11, corps et feu ! Et puis, ce sort que tout le monde utilise pour flotter dans les airs au lieu de se fatiguer à marcher, est-il disponible ?

— Ce sort… Ah ! répondit le marchand en claquant des doigts. Oui, naturellement, dès le niveau 10, dans la catégorie du corps. Mais ne vous en faites pas, mademoiselle, cela fait partie des commodités que je propose naturellement pour tous ceux ayant atteint le niveau 10, même s’il ne s’agit pas là de leur affinité naturelle.

— Oh, compris-je. Je vois.

C’était un sort de mon affinité. Est-ce que cela signifiait qu’il allait être plus efficace ? Je me hâtai de regarder tout ce que le PNJ avait à proposer.

— Voyons, voyons. Alors, tout d’abord, Lévitation, naturellement. 500 crédits, toujours ? Je prends. Puis, c’est quoi, ça ? Régénération ? Peuh, on verra plus tard. Je suis si faible que je meurs en un coup la plupart du temps, je n’ai pas besoin de me régénérer. Et puis, c’est un sort de bas niveau donc il ne doit pas fonctionner à toute vitesse, n’est-ce pas ? Hmm… Yeux de braise ? N’importe quoi, ça permet de… de faire de la lumière dans le noir pour y voir clair ? …

Ainsi, je terminai de parcourir les 4 sorts qui m’étaient proposés en tout et pour tout et je ne me laissai tenter que par la lévitation. Moi aussi, j’allais pouvoir flotter dans les airs à toute vitesse !

— Allez. J’en ai fini avec la magie. C’était moins intéressant que prévu mais bon…

J’avais eu ce sort.

— Héhéhé…

Sortie dans le couloir, je m’empressai de le lancer, sans plus attendre :

— Lévitation !

Comme par magie – et pour cause – mon corps s’éleva de quelques centimètres au-dessus du sol. Par ma simple volonté, je pus avancer, comme si mon esprit poussait mon corps d’une immense main invisible. De plus, je pensais devoir utiliser du mana pour maintenir le sort actif mais il n’en était rien ! Il m’avait coûté 30 mana au lancement et rien de plus n’était nécessaire. Je possédais 72 mana au total et l’activer nécessitait presque la moitié de ma réserve mais nom de dieu, ça valait le coup !

Je me mis à filer à toute vitesse à travers le couloir, frôlant d’autres architectes qui avaient les pieds au sol, eux, et riant comme une démente.

J’avais l’impression de jouer à un jeu de course futuriste dans lequel je pilotais mon propre corps ; c’était une sensation des plus électrisantes.

Soudain, au détour d’un virage, un groupe d’hommes sortit d’une pièce et je ne pus m’arrêter à temps ; percutant le plus grand d’entre eux au passage, un type de plus de deux mètres avec une carrure de titan et une longue barbe noire et pointue, des sourcils broussailleux et un regard glacial, mon sort s’annula sous le choc et alors que lui ne broncha pas, je me retrouvai le cul dans la poussière – proverbialement, le sol étant impeccable.

Il me jeta un regard du haut de toute sa taille :

— Demoiselle ? Que signifie ? Il est strictement interdit de foncer tête baissée de la sorte dans les couloirs, et voici exactement pourquoi !

Sa voix éclatait comme des coups de tonnerre. Je n’avais pas peur, je sentais qu’au-delà de l’aspect sermon, il y avait une attention particulière, comme si mon bien-être lui importait ; je me relevai immédiatement pour m’excuser.

— Je… Désolée, balbutiai-je un peu gênée, je ne savais pas. Je suis nouvelle et je viens de… Juste à l’instant… dans la boutique de magie…

Il me regarda en silence pendant quelques secondes de plus, cherchant probablement à sonder mes intentions ou mon honnêteté, avant d’éclater de rire, ce qui fit trembler les murs.

— Pouahahahaha ! Pouahaha ! P… Pouahahahaha ! Une nouvelle recrue ?! Il était temps ! Depuis combien de temps ai-je dit qu’il fallait en accepter ?

Il trouvait ça drôle ? Mais qui était ce mec ? Les quatre ou cinq types qui l’entouraient semblaient gênés, ne sachant s’ils devaient rire ou se montrer intransigeants envers mon comportement.

Finalement, je décidai qu’il valait mieux que je m’extirpe de cette situation au plus vite.

— Euhm… Désolée, mais il faut que… J’ai des choses à faire, et…

Cherchant à me retourner, la carte de Teacup tomba d’entre les plis de ma toge. Le choc l’avait sans doute délogée d’où je l’avais rangée. Je m’apprêtais à la ramasser et prendre la poudre d’escampette lorsque la voix du grand type se fit plus douce, presque mal à l’aise ; ce ton me perturba tout autant que les paroles qu’il prononça alors :

— Hm… ? Mais… Cet objet, il… possède une aura familière. Qui ? Je n’arrive pas à me souvenir…

Une aura familière ? Mis à part la mienne et celle de Teacup, je ne voyais pas.

— Mon aura vous est familière ? Celle de Teacup, peut-être ?

Il ouvrit de grands yeux.

— Teacup ? T… Teac… Mais bien sûr ! Mon fils ! J’ai un fils ! Où est mon fils ?! Je veux le voir ! Je suis rentré il y a déjà des jours et je ne l’ai toujours pas vu ! Comment, par tous les dieux, ai-je pu l’oublier ?!

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

DMS : Chapitre 57
DMS : Chapitre 59

15 Commentaires

  1. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  2. Mehlroth

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Trahain

    Merci pour les chapitres, tres bonne surprise pour un meilleur week end ^^.
    Ducoup qu a tu prevu pour les serpent ? Et que va tu donc faire de cette competence etrange ? Hate d etre samedi pour en savoir plus^^ dommage que j ai pas d argent sinon j aurai fais en sorte de le savoor plus vite x)

    Répondre
  4. Gunts92Gunts92

    Pauvre vieux papa qui oublie son propre fils
    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre
    Les architectes souffrent aussi de la maladie d’Alzheimer ?

    Répondre
  6. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. DaguaDagua

    Haha intéressant l’invisibilité qui va jusqu’a effacer Teacup de la réalité. A voir pk notre héroïne n’y est pas sensible. Du coup je sais pas si je dois être content ou pas car la suite de ce chapitre me hype plus que le dernier :p

    En tout cas merci pour le chapitre !!

    Répondre
  8. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Tel père tel fils ?

    Répondre
  9. Zorbal

    hummmm intéressant, je ne pense pas que ce soit du faite de la popo d’invisibilité vu que elle ne l oublie absolument pas, par contre aurait on un aperçut de pourquoi les architectes on si peur de mourire ??? ^^

    En tout cas merci pour tous ces beaux chapitre, j’adore, continu comme ça 😉

    Répondre
  10. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  12. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  13. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  14. Trahain

    Dur dur d attendre samedi x)

    Répondre
  15. Trahain

    Je suis la j attend le prochain x)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com