DNC Chapitre 222

DNC Chapitre 221
DNC Chapitre 223

Chapitre 222 - Maison de beautés exceptionnelles

« À propos, je dois vous avouer que… Je ne suis jamais allé boire du vin avec des filles. » Chu Yang toussa et se frotta le nez d’embarras. « Comment ça se passe, en général ? C’est agréable ?»

« Foutai-…» crièrent à l’unisson ses quatre amis en le regardant dédaigneusement.

« Je ne sais vraiment pas comment c’est… Je n’ai jamais été dans ce genre d’établissement…» dit innocemment le jeune homme.

Ji Mo le fixa, les yeux écarquillés : « Alors tu n’es jamais allé dans un tel endroit, grand-frère…»

Rui Butong et Luo Kedi éclatèrent de rire.

L’adolescent se gratta la tête, tandis qu’une lueur traversa son regard : « Et si nous allions y faire un tour aujourd’hui ?»

Il avait toujours voulu se rendre à un certain établissement de la Citadelle, mais il avait aussi toujours hésité à s’y rendre. Cet endroit paraissait aussi adorable que charmant et pourtant, on pouvait également le considérer comme étant le plus dangereux de la capitale tout entière !

Pour les Trois Cieux Inférieurs, c’était un véritable antre de dragons !

On l’appelait la Maison des Beautés Extraordinaires !

« On y chante et y remplit les verres tout le temps ;

Les danses insouciantes qu’on y mène la nuit effacent tous les soucis ;

Où vont les femmes à la beauté exceptionnelle, pour qui on pourrait tout abandonner ?

À la maison où sont la plupart des beautés exceptionnelles du monde !»

La Maison des Beautés Extraordinaires, depuis sa fondation, avait survécu à toutes les guerres et aux changements de dynasties !

Le Hall des Cavaliers Dorés, dans la vie passée du Fourbe, n’était pas parvenu à subjuguer cet établissement, même après avoir renversé le Nuage de Fer !

La Maison des Beautés Extraordinaires, comme son nom l’indique, était une maison close, mais une différente des autres. Les femmes là-bas ne vendaient que leurs talents, pas leurs corps, et les tarifs de la maison étaient également très luxueux… On ne pourrait pas y passer la nuit sans être aussi riche qu’un jeune maître de bonne famille…

À l’époque, après avoir envahi le Nuage de Fer, les hommes du Hall des Cavaliers Dorés s’étaient rendus là-bas pour s’amuser et à la fin, ils avaient demandé aux demoiselles de les accompagner au lit. Le personne de la Maison des Beautés Extraordinaires les démolirent et les expulsèrent manu militari.

Un bataillon entier attaqua la maison close juste après, mais ils se prirent une telle dérouillée que leurs dents recouvrirent le sol. Au final, Diwu Qingrou dut intervenir lui-même pour calmer la situation. Personne ne sut pourquoi ni comment, mais la Maison des Beautés Extraordinaires resta indépendante.

Qu’est-ce que cette anecdote nous apprend à son sujet ?

Qu’il n’y a pas besoin de réfléchir pour savoir que cet établissement a une force effroyable entre ses murs.

Chu Yang ignorait ce que la maison dissimulait, mais il savait que ce devait être un sacré monstre ! Il savait aussi que c’était une façon, pour une certaine faction, de gagner de l’argent. Cependant, il n’en savait pas plus, et il n’en avait pas besoin pour la respecter !

Il avait toujours envisagé de recruter la Maison des Beautés Extraordinaires à son service, et y parviendrait-il que ses forces augmenteraient très certainement. Cependant, elle existait depuis très longtemps au sein de l’empire, et Tie Butian comme Tie Longchen devaient également connaître sa valeur… S’ils n’avaient pas réussi à engager l’établissement, le jeune homme estima que ses propres chances n’étaient pas fameuses.

La moindre imprudence de sa part là-bas pourrait tout gâcher, aussi avait-il décidé de ne pas s’en approcher.

À présent que l’hiver recouvrait la terre et que la Citadelle était occupée, son Pavillon Butian connaissait une période de tranquillité. Du coup, il voulait aller voir la Maison des Beautés Extraordinaires. Il emmenait ses quatre amis là-bas pour s’amuser, bien sûr, mais également pour avoir de puissants soutiens.

Le jeune homme réfléchit un peu et dit : « Attendez-moi ici un moment, je vais d’abord me rendre au Pavillon Butian voir si tout va bien et si c’est le cas, nous irons à la Maison des Beautés Extraordinaires nous amuser un peu. »

« À la Maison des Beautés Extraordinaires ?» Ji Mo, Luo Kedi et Rui Butong devinrent tout excités. « Des beautés exceptionnelles ? Y’en a combien…»

Luo Kedi et Ji Mo s’échangèrent un regard et rirent tous deux de façon obscène.

« Souvenez-vous que les femmes là-bas vendent leurs talents, par leurs corps… Ne vous ridiculisez pas. » Les prévint l’adolescent.

« C’est ce qui les rend d’autant plus captivantes ! Il n’y aurait aucun intérêt si elles vendaient leurs corps ! C’est dégoûtant rien qu’à y penser !» Ji Mo poussa un véritable rire de pervers. « C’est exactement ce que je veux… Ahwoo…»

Gu Duxing eut un regard froid et dit : « La Maison des Beautés Extraordinaires ? Ça ne m’intéresse pas ! Peuh, à part Xiao Miao, il n’y a pas d’autres beautés exceptionnelles !»

Les quatre autres lurons roulèrent des yeux. Aux yeux de l’épéiste, il semblerait qu’à part son aimée, toutes les femmes du monde n’aient aucune valeur…

« Allons-y, allons-y, qu’est-ce qu’on attend ? Nous allons t’accompagner au Pavillon Butian et ensuite, nous irons à la Maison des Beautés Extraordinaires ensemble !» dit hâtivement Luo Kedi. Ce vaurien était si excité qu’il en avait les joues rouges comme des pivoines. Ses yeux brillaient de désir : « J’ai trop hâte…»

Il baissa ensuite la tête et dit d’un air grave : « Regardez, c’est déjà prêt…»

Effectivement, il avait déjà une érection bien visible…

Le Fourbe jura et donna un coup de pied, que le coyote esquiva en se déplaçant rapidement sur le côté. Il glissa la main dans son pantalon et coinça son ‘petit-frère’ de côté, puis il dit tristement : « Je me souviens encore de quand je profitais de mon voyage… Je ne m’attendais pas à ce que vous autres me mettiez la main dessus dès mon arrivée aux Trois Cieux Inférieurs. D’un océan plein de poissons, je suis tombé dans un désert… Bordel, je suis sur le point d’exploser…»

Les cinq amis se mirent en route en discutant ; Gu Duxing ne voulait vraiment pas venir, mais Ji Mo et Luo Kedi l’attrapèrent de part et d’autre et le traînèrent avec eux.

La grande chute de neige s’était enfin arrêtée il y a quelques jours, mais il faisait encore extrêmement froid. Le ciel était couvert de nuages noirs, et une grosse couche de neige tenant parfaitement recouvrait encore le sol.

Chu Yang était un peu inquiet depuis le départ de Mo Qingwu. Il s’était depuis entraîné comme un damné, mais il n’avait pas réussi pour autant à réduire la tristesse qu’il éprouvait.

Cependant, il ne pouvait en parler à personne. Si Gu Duxing et les autres venaient à apprendre qu’il était raide dingue d’une gamine de neuf ans et demi… Ils le mépriseraient probablement !

D’après ses calculs, la petite devait certainement être arrivée à chez elle à présent, et son clan devait probablement déjà tout savoir… Comment le clan Mo allait-il réagir ?

Cette question le turlupinait, et il regrettait énormément d’avoir laissé Dong Wushang filer aussi vite ; il n’avait même pas eu le temps de lui demander de prendre des nouvelles de la petite loli…

Bien qu’il fasse très froid, la Citadelle débordait d’activité comme à son habitude. Le Pavillon Butian en était la seule exception ; c’était habituellement l’endroit le plus animé, mais il était à présent désert.

Le jeune homme avait envoyé la plupart de ses membres en mission à l’extérieur, et il ne restait plus dans le Pavillon que les nouvelles recrues, qui s’entraînaient sous la tutelle de Wu Qianqian. Cheng Ziang et Chen Yutong étaient également absents, et nul ne savait où ils étaient.

« Où les as-tu envoyés ?» lui demanda Wu Qianqian.

« C’est un secret !» lui répondit nonchalamment l’adolescent. « Tu ne devrais pas être aussi curieuse, jeune femme. » Cette réflexion ne manqua pas d’agacer prodigieusement cette dernière… Je suis ta sœur martiale senior !

« J’ai quelques affaires à régler durant les prochains jours, qu’on ne me dérange pas à moins qu’il arrive quelque chose au Pavillon. » dit doucement son frère junior.

La demoiselle fulminait : « Qui oserait te déranger ?» Elle prit ensuite un air chaleureux et dit : « Le Prince… non, l’Empereur a besoin de toi ?»

Le Fourbe roula des yeux. « Pourquoi a-t-il besoin de moi ? Il veut que j’épouse sa petite sœur ou quoi ?»

« Tu sais toujours quoi répondre quand ça a attrait à de belles femmes…» Elle écarquilla les yeux : « Il a une petite sœur ?»

« Quoi, il n’en a pas ?» Le Roi des Enfers avait l’air encore plus surpris que sa secrétaire.

« D’où vient cette petite sœur ?» Wu Qianqian le fixa avec des yeux ronds. « Tout l’empire sait que le prince est enfant unique !»

« Oh…» répondit Chu Yang comme si de rien était. « Peut-être qu’il l’a cachée… Hein ? Ça n’a aucun sens… Qui était cette fille alors ?»

Il fronça les sourcils et réfléchit, avant de dire lentement : « C’est la plus belle femme de l’empire, mais avec un tel… Comment pourrait-on savoir si elle est belle ?»

Ji Mo l’interpella depuis la porte : « Tu as fini, grand-frère ? Tu as quand même du cran de parler de la Maison des Beautés Extraordinaires devant une aussi belle femme !»

« Quelle Maison des Beautés Extraordinaires ?» Mo Qianqian devint aussitôt méfiante : « La Maison des Beautés Extraordinaires de la Citadelle ?»

Elle fit perdre au jeune homme le fil de ses pensées, et celui-ci lui répondit nonchalamment : « Je vais les emmener s’amuser un peu là-bas…»

« Tu les emmènes s’amuser à la Maison des Beautés Extraordinaires ?» La demoiselle écarquilla aussitôt les yeux, et son sourire chaleureux devint peu à peu glacial. Elle se mit subitement à rugir : « Tu ne peux pas y aller !»

« De quoi ?» L’adolescent la regarda avec surprise et dit : « Ne sois pas aussi déraisonnable ! Qu’est-ce que ça peut te faire qu’on y aille ?»

« Je…» La jeune femme se mordit la lèvre.

« Je, quoi ?» Le Fourbe se retourna pour sortir. « Tu peux continuer de travailler. Allons-y !»

« Attends !» La secrétaire courut vers lui. « Je viens aussi. »

Gu Duxing, Ji Mo, Luo Kedi et Rui Butong en furent choqués. Tu viens aussi ? Mais c’est une maison close… Là où les hommes vont jouer avec les femmes !

« Non, tu ne peux pas venir !» dit catégoriquement le Roi des Enfers. Amener une femme dans un bordel ? Et puis quoi encore ? Et de plus, je n’y vais pas vraiment pour jouer…

Wu Qianqian refusa de céder : « Je dois venir !»

« Dis-moi… Que vas-tu faire là-bas ?» Chu Yang se gratta la tête, agacé. « Que vas-tu y faire ? Jouer avec des prostituées ? Tu…»

« Quoi qu’il en soit, je dois venir !» La jeune femme insista comme rarement. Tu veux aller jouer ? N’y pense même pas !

« Tu dois rester ici !» dit l’adolescent d’un air sérieux. « C’est un ordre !»

« Dans ce cas, je démissionne et je viens !» répondit rageusement la demoiselle.

Ils se fixèrent alors l’un l’autre comme des coqs de combat.

Gu Duxing et compagnie restèrent immobiles, les bras croisés, à profiter du spectacle.

À ce moment précis, un sauveur apparut : Cheng Ziang arriva en courant avec une pile de documents dans les bras. « Oh, mademoiselle. Voici… Ah, le ministre est là. Très bien ; voici…»

« Qu’est-ce ?» lui demanda distraitement Wu Qianqian.

Le Fourbe en profita aussitôt pour prendre la fuite : « Je vais au palais royal…»

La jeune femme hurla : « Attends !», puis elle le pourchassa en toute hâte.

Le Ministre Chu hurla : « Cheng Ziang, je t’ordonne de l’arrêter ! Je te punirai si tu la laisses passer cette porte !»

Il fit au revoir de la main, puis il s’enfuit avec sa bande d’amis.

« Oh, hé, hé… Mademoiselle Wu, mademoiselle Wu…» Le vieillard tendit les bras de chaque côté. « Chère tante, épargnez mes vieux os…» (NdT rappel : tante = femme difficile à gérer / satisfaire)

Il pleura presque en voyant qu’elle voulait suivre le ministre.

« Le ministre va au palais royal discuter d’affaires d’état !» dit Cheng Ziang, sans bien savoir de quoi il retournait. Que se passe-t-il ? Pourquoi veux-tu l’empêcher d’aller au palace ?

« Est-ce que le palais royal est dans la même rue que la Maison des Beautés Extraordinaires ?» La demoiselle remarqua que sa cible avait disparu de sa vue, et elle frappa amèrement le sol du pied. « Il veut aller jouer à la Maison des Beautés Extraordinaires…»

« Hein ?» Cheng Ziang écarquilla aussitôt les yeux. Le ministre veut aller jouer avec des prostituées ?

Il remarqua que les larmes étaient montées aux yeux de la secrétaire, et il tenta aussitôt de l’apaiser. « Allons, ce n’est rien, il va certainement les écouter chanter… Les filles de la Maison des Beautés Extraordinaires vendent leur talent, pas leur corps…»

Il gronda intérieurement son supérieur : Mais ce ministre… Il y a une beauté extraordinaire à vos côtés et vous allez jouer avec des putes dans une maison close ? Tout le monde dans le Pavillon sait ce qu’elle éprouve pour vous…

« Ça ne rend pas sa visite plus acceptable !» dit furieusement Wu Qianqian.

Elle ne cessa pas de réfléchir tout en pestant : J’essaie d’arrêter Chu Yang, mais pourquoi ? Il n’y a rien entre nous…

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 221
DNC Chapitre 223

14 Commentaires

  1. Ling_Tian

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  2. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  4. Spawn

    Merci pour ce chapitre, DNC est vraiment de mieux en mieux selon moi

    Répondre
  5. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:Tout le monde ? Pas le ministre on dirait ! Et si il le savait, il disparaîtrait probablement !

    Répondre
  6. gutsguts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Lectifer

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  8. Laghtt

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  9. Yuu-Sama

    Merci pour ce chapitre
    Franchement je me demande quand il y aura de l’action

    Répondre
  10. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre
    Le prochain chapitre va sans doute être intéressant XD

    Répondre
  12. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  13. reds

    marci

    Répondre
  14. Le blasé

    Incohérence , il l’a vu tot la princesse et a directement suspecté que c’était elle . Le roi lui prpose de l’épouser , en disant bien que c’est un secret et lui il le dis’ haut et fort ? Pas logique . Personnellement je pense juste qu’il va y retrouverer la princesse les mecs qui avaient bloqué son commerce d’ou le fait qu’il y a une grande force puis les jolies filles comme couverture . Cela dis , c’est mon avi pour la suite . Mais l’incohérence reste .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com