DNC Chapitre 247

DNC Chapitre 246
DNC Chapitre 248

Pif pof, voilà un chapitre post-marché. Je vais m’écrouler pour une bonne sieste méritée ! x_x

Bonne lecture !

Chapitre 247 - La puissance de Tantan

Meng Chaoran fronça les sourcils, puis il leva un regard acéré vers son interlocuteur : « Alors vous êtes du Hall des Cavaliers Dorés…»

« Vous êtes vraiment d’une intelligence remarquable, Senior Meng. » dit un des types en blanc avec un sourire glacial. « Quel dommage que les gens intelligents doivent mourir jeunes. »

« Ha ha, vous devriez faire preuve d’un peu plus de sincérité si vous désirez me tuer. » Meng Chaoran sourit doucement et dit : « Rien ne sert de parler. » Ensuite, il glissa les mains dans son dos et avança d’un demi-pas comme si de rien était. « Wu Chengfeng, Wu Chengyu, vous êtes les seuls que nous connaissions ici ; n’allez-vous donc pas nous présenter ?»

Les deux personnes en question étaient les hommes vêtus de noir de la Ligue du Sang Noir. Ils se ressemblaient un peu, ce qui était normal vu qu’ils étaient frères.

Wu Chengfeng se caressa la barbe et feignit l’impuissance : « Frère Meng, nous ne voulons pas être votre ennemi et encore moins vous tuer… Mais votre disciple a causé trop de problèmes. »

« Inutile de gagner du temps pour attendre des renforts, frère Meng. Le jardin n’est pas le seul à être attaqué, les neuf pics le sont aussi !» Wu Chengyun sourit sinistrement. « Mais votre jardin a droit à un traitement spécial. »

Les deux frères sourirent et regardèrent tour à tour Wu Yunliang et Meng Chaoran. Ils s’attendaient à lire de la colère ou de la panique sur le visage mais, à leur grande déception, leurs regards étaient d’une sérénité totale, comme si la situation ne les dérangeait pas.

« Vous n’êtes vraiment pas inquiets ?» demanda Wu Chengfeng avec surprise.

« À quoi bon s’inquiéter ?» Wu Yunliang sourit froidement. « Tout le monde doit mourir, tôt ou tard, et ce que l’on s’inquiète ou non ! Vous êtes assez intelligents pour comprendre ce que je dis ou pas ?»

Les deux frères hurlèrent de rage : « Tu veux mourir, c’est ça ?»

La personne en rouge posa la main sur la poignée de son sable et dit d’un air hautain et détaché : « Vous êtes vraiment digne d’être la figure de proue de la secte. Je me présente, je suis Sun Jian. Voici mon frère cadet, Sun Feng, un Aïeul Sabreur de cinquième rang du Pavillon du Sabre Sacré. »

« Vous deux, les frères Sun, êtes vraiment des maîtres. » répondit Wu Yunliang en déformant légèrement la prononciation de Sun. (NdT jeu de mot parce que le mot Sun ressemble un peu au mot signifiant Vénérable. Il se moque donc d’eux parce qu’ils ne sont encore que des Aïeux martiaux)

Les deux frangins devinrent aussitôt aussi rouges que leurs tuniques.

« Vous quatre membres du Hall des Cavaliers Dorés n’avez pas à vous présenter. » dit nonchalamment Meng Chaoran. « Je vois que vous êtes tous les quatre des Vénérables martiaux… Vous nous tenez en haute estime !»

Une voix résonna doucement derrière eux : « Mais non voyons, comment quatre vénérables pourraient suffire face au maître du Roi des Enfers Chu ? Il en faut au moins huit !» Quatre personnes en blanc arrivèrent alors tranquillement : trois hommes et une femme.

Huit vénérables martiaux et quatre aïeux !

Meng Chaoran et Wu Yunliang plissèrent les yeux.

Ils étaient certains de pouvoir s’enfuir face aux huit premiers, mais deux des quatre nouveaux arrivants avaient l’aura de vénérables au sommet de leur rang !

Le maître de secte était le plus puissant de la paire, mais il n’était lui-même qu’un Vénérable de huitième rang, soit un rang de moins que leurs adversaires. Comment allaient-ils pouvoir s’en sortir ?

Il éclata alors d’un rire arrogant : « Ça fait combien d’années qu’on ne s’est pas battus ensemble contre des ennemis, petit frère ?»

« Pourquoi me le demandes-tu ? Tu te sens inspiré aujourd’hui, grand-frère ?» répondit Meng Chaoran en souriant.

« Et si on faisait équipe, aujourd’hui ?» Wu Yunliang se caressa la barbe et sourit : « Nous gâcherions notre bon vin, autrement !»

« D’accord !» Meng Chaoran rit doucement : « Tu tiens l’alcool comme un monstre, grand-frère, alors que dirais-tu si nous buvions une coupe à chaque fois que nous tuons un ennemi ?»

Les deux frères riaient joyeusement, sans se soucier des puissants ennemis qui leur faisaient face.

Le Vénérable Martial de neuvième rang leva la main tandis qu’une lueur froide et acérée brilla dans son regard : « À l’attaque ! Tuez Meng Chaoran !»

On entendait à ce moment parvenir des neuf pics au loin des bruits de combats intenses. On voyait même s’élever du pic principal une fumée noire…

Meng Chaoran et Wu Yunliang se tinrent épaule contre épaule et firent face à leurs ennemis en ayant l’air parfaitement calmes.

Le chef de secte jeta un regard à son petit frère, comme s’il lui demandait : Où est ton disciple ?

Meng Chaoran fronça les sourcils un instant : Toujours à s’entraîner en isolation.

Les sourcils du chef de secte tressaillirent : Va chercher ton disciple pendant le combat et fuis !

Meng Chaoran ne changea pas d’expression : D’accord !

Ils avaient été frères martiaux pendant des décennies, ils n’avaient pas besoin de parler pour se comprendre…

Wu Yunlian savait parfaitement que l’ennemi ne ciblait que son frère, et qu’il ne se ferait pas tuer puisque Diwu Qingrou semblait encore avoir besoin de lui pour une raison ou une autre. Tant que son petit frère martial pouvait s’enfuir, il s’en tirerait sain et sauf.

On entendit alors une explosion à ce moment précis. Un son étouffé lui succéda, et une aura puissante se déversa soudainement.

Meng Chaoran et Wu Yunliang froncèrent les sourcils : c’était l’aura d’une percée !

Tantan avait percé à ce moment dangereux ! Il avait atteint le niveau d’artiste martial de sixième rang !

En temps normal, c’eut été une raison de se réjouir, mais face à huit Vénérables et quatre Aïeux prêts à bondir, un petit artiste martial n’était pas digne d’intérêt. Il ne pouvait rien faire d’autre que de mourir.

« Uh ? Il y a quelqu’un d’autre ? Et il est en train de percer ?» Un Vénérable en blanc sourit : « Il a un sacré courage !»

Un porte grinça et Tantan en sortit avant de courir vers son maître d’un air hébété : « Maître, maître, j’ai encore percé !»

Il s’arrêta soudainement et fixa l’assemblé, avant de demander d’un air stupéfait : « Oh ? Vous avez des invités ?»

Wu Yunliang sentit ses yeux tressaillir. Tu t’es montré au mauvais moment, vaurien ! Tu as percé, mais tu le fais au prix de la vie de ton maître ! Putain de merde, on risque nos vies et tu parles d’invités… La connerie devrait avoir des limites, quand même…

Cependant, Meng Chaoran connaissait parfaitement les points forts de son disciple et pensa : Tu es apparu au bon moment ! Tu es un bon disciple !

De fait, quatre personnes se tournèrent pour regarder le nouvel arrivant… Et écarquillèrent les yeux ne le voyant !

Oh mes dieux, comment un être aussi laid peut exister en ce monde ? Ils pouvaient voir que la personne face à eux avait encore un visage enfantin. Il portait un chapeau d’érudit, une cape courte brodée de fleurs rouges et de feuilles vertes et un short violet élimé qui laissait voir, par ce temps glacial, ses deux jambes velues.

On pouvait le décrire ainsi : il avait deux oreilles asymétriques, une énorme et une petite. Une se trouvait sur l’avant du visage à saluer le vent, l’autre était en retrait et battait à la brise. Il avait un gros œil en forme de cloche et un petit de forme triangulaire. Un sourcil épais pointant vers le ciel et un fin pointant vers le sol. Son nez séparait ses deux yeux comme un pilier céleste et son visage était plat avec une jolie petite cerise comme bouche.

Sa voix, quant à elle, traînait en mémoire durant des jours. On aurait dit le bruit que ferait un loup affamé en violant un canard mâle, et ce canard criait misérablement pour sa vie alors que le loup approchait de l’extase…

Les douze intrus tremblèrent ! Il y a donc un être aussi spécial dans ce monde !

Tantan, devant tant de gens le regardant les yeux écarquillés, ne s’aperçut toujours pas du danger. Il glissa son bras sous son vêtement et en sortit un miroir, dans lequel il s’admira avant de dire d’un air satisfait : « Je comprends mieux pourquoi vous me fixez tous autant : je suis vraiment très beau…»

Quatorze personnes déglutirent simultanément, et la seule femme du groupe manqua de vomir. Elle pointa le jeune homme d’une main tremblante, comme si elle désignait un monstre. « Tu… Tu… Tu es…»

« Très beau, n’est-ce pas ?» Tantan passa la main dans ses cheveux, fit un clin d’œil à la femme et dit : « Ma beauté, c’est dommage que tu sois un peu vieille, sinon j’aurais vraiment… Ha ha… Tu sais quoi. »

La Vénérable s’évanouit presque sous le coup. Elle frappa le sol du pied et hurla : « Horrible bête !»

À ce moment, Meng Chaoran se mit soudainement en branle. Ses vêtements blancs brillèrent comme la foudre et il se détacha du groupe ! Il venait d’utiliser la Technique de Déplacement du Nuage Neigeux Fugace !

La neige s’amoncela dans les nuages.

Bouleversant les cieux.

Comme si elle avançait, comme si elle reculait.

Comme si elle était là, comme si elle était partie !

Les assaillants furent tous abasourdis en se rendant compte qu’ils avaient laissé à Meng Chaoran l’occasion de s’enfuir ! Et au moment où ce dernier s’enfuit, Wu Yunliang se mit également en mouvement. Il envoya toute la neige alentour dans le ciel et, en un clin d’œil, elle emplit l’air dans les cent mètres à la ronde en rendant la visibilité nulle.

Les douze experts hurlèrent de rage et se lancèrent à la poursuite de Meng Chaoran, regrettant amèrement de s’être laissés stupéfier ainsi.

Cependant, on ne pouvait pas les blâmer : le physique de Tantan était vraiment… inattendu. Ils se jurèrent en eux-mêmes : Nous n’aurions pas été aussi abasourdis en rencontrant un démon à minuit… C’est déjà remarquable de notre part de ne pas nous être évanouis sur le champ en le voyant…

Ils comprirent alors tous que les gens à la beauté extraordinaire n’étaient pas les seuls à pouvoir jouer de leur physique. Les gens hideux le pouvaient aussi, et ils étaient tout aussi capables de renverser des nations et des citadelles !

Meng Chaoran apparut tout à coup pour attraper son disciple d’une main et disparaître de nouveau sans s’arrêter une seconde. Il tourna la tête en arrière et vit que ses douze adversaires le pourchassaient à travers la Forêt de Bambous Violets !

Au même moment, une froideur glaciale se fit sentir et une épée apparut dans sa main. Il fonça vers ses ennemis en se servant toujours de sa fameuse technique de déplacement, ce qui les prit à revers !

Tout le monde pensait qu’il cherchait à s’enfuir avec son disciple, aussi avaient-ils mis tous leurs efforts dans leur poursuite ! Aucun d’entre eux ne s’attendait à ce qu’il fasse demi-tour !

L’épée brilla comme un arc-en-ciel dans le brouillard, et deux cris misérables retentirent tandis que des fleurs de sang colorèrent la brume. Deux grosses explosions sourdes tonnèrent et Meng Chaoran poussa un cri de douleur avant de foncer avec Tantan dans la forêt !

Les bambous tombèrent en grand nombre accompagnés de bruits sourds !

« File !» hurla Wu Yunliang. On entendit dans le brouillard des coups de paume frapper des corps, et plus de cinq personnes grognèrent en même temps… Puis la neige au sein de la forêt jaillit dans les airs, mêlée de quelques feuilles de bambou !

On entendit le bruit de bambous se faisant couper, des sifflements lorsqu’ils furent jetés comme des lances.

« Effronté !» rugit furieusement un Vénérable de neuvième rang. Une puissante force jaillit tout à coup, fit tournoyer la neige dans l’air et l’aspira dans un *swoosh*.

Les environs étaient dégagés de toute neige !

Lorsque tout le monde jeta un regard alentour, leurs yeux manquèrent de sortir de leurs orbites !

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 246
DNC Chapitre 248

10 Commentaires

  1. TesaYuuTesaYuu

    AhAHAHAHAHAj’en peut plus Tantan et une petite erreur :
    C’est déjà remarquable de ntore pas de ne pas nous être évanoui sur le champ en le voyant… sa beauté à coupé le souffle !

    C’est de notre part non ??

    Répondre
    1. TesaYuuTesaYuu

      AHAHAH^… Je suis la première à commenter !!!! ^^

      Répondre
  2. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  4. hollowrebel

    merci pour le chapitre XPTDRRRR
    trop fort tantan XD sa description est égal à un picasso MDRRR

    Répondre
  5. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. kvkv

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  8. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. gutsguts

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com