DNC Chapitre 262

DNC Chapitre 261
DNC Chapitre 263

Vous vous sou­venez que j’ai dit hier que ça allait être le bor­del dans le Grand Zhao ? Eh bien, j’étais encore loin de la vérité…

Bonne lec­ture à tous ! :p

Chapitre 262 — Ahwoooh…

On peut même percer en se faisant pour­chas­s­er par des types voulant vous tuer…

Qui, dans le Jiang Hu, ne s’était jamais retrou­vé dans cette sit­u­a­tion embar­ras­sante ? Par­venir à s’en tir­er n’était déjà pas mal, alors qui pour­rait penser à percer dans ces moments ?

Mais ce petit salopard chanceux devant eux avait per­cé tout en étant pour­suivi par des gens en voulant à sa vie !

Com­ment était-ce pos­si­ble ?

Pour eux, il n’y avait aucun doute ! C’était dû au pou­voir mys­térieux de ’Demande au Cieux’ !

Dong Wushang descen­dit depuis les airs, accom­pa­g­né par l’éclat aveuglant de l’épée. Il rugit : « Amenez-vous ! Venez faire con­nais­sance avec Demande aux Cieux !»

Les gens en dessous en man­quèrent de cracher du sang. Tu te la pètes juste parce que tu as l’avantage, enfoiré !

« AAAAAAAHHH…» Rugirent de con­cert les quelques cen­taines d’experts, prêts à le frap­per. Cepen­dant, au moment où l’épée du sabreur toucha la mer d’armes qui l’attendait en bas, il bon­dit immé­di­ate­ment en arrière dans les airs comme un météore.

De nom­breux experts du Jiang Hu attendaient déjà, sur les toits des bâti­ments alen­tour, une occa­sion de frap­per. En le voy­ant revenir dans les airs, ils attaquèrent pour le blo­quer, mais qui pou­vait y arriv­er face au tran­chant de Demande aux Cieux ?

On enten­dit des bruits métalliques et, avant même que des frag­ments d’épées ne touchent le sol, Dong Wushang avait déjà brisé leur encer­clement.

Aus­sitôt, presque un mil­li­er de per­son­nes s’élancèrent à sa pour­suite, comme des nuages poussés par le vent. *Swoosh, swoosh*

Le sabreur cou­rut comme un dératé et, en un clin d’oeil, il atteignit les portes d’un bâti­ment admin­is­tratif majestueux. C’était la branche du min­istère de la guerre de la Citadelle du Con­ti­nent Cen­tral, autour duquel quelques groupes de sol­dats patrouil­laient.

Quelqu’un hurla : « Qui va là ? Halte !»

Dong Wushang l’ignora totale­ment et con­tin­ua sa folle course en ne ces­sant de don­ner des coups de pieds aux sol­dats alen­tour, ce qui lui per­mit d’en envoy­er bouler sept ou huit. Il se créa ain­si un pas­sage, et il fonça droit vers les portes clos­es du bâti­ment offi­ciel, qu’il frap­pa de Demande aux Cieux à toute vitesse !

Le coup provo­qua une explo­sion et créa un trou, par lequel il s’engouffra et dis­parut aus­sitôt !

La foule d’un mil­li­er de pour­suiv­ants arri­va sur ses talons et devint folle en le voy­ant pass­er les portes. Sans plus réfléchir, ils se pré­cip­itèrent à sa suite et tra­ver­sèrent ensem­ble les portes…

« Halte ! Halte !» La voix du garde s’affaiblit peu à peu. « C’est une zone mil­i­taire ! Quiconque ose causer des prob­lèmes sera…»

Il fut éjec­té d’un coup de pied avant même de pou­voir finir et juste après, il fut piét­iné par d’innombrables indi­vidus tan­dis que la foule bruyante se pré­cipi­ta dans la branche du min­istère de la guerre !

Subite­ment, cette branche pro­prette fut retournée sens dessus dessous. Les sol­dats de la gar­ni­son furent tirés de leur som­meil et ten­tèrent hâtive­ment de blo­quer la foule de toute leur force… Mais ils furent tabassés en quelques sec­on­des.

Boum. Dong Wushang créa une per­cée dans un côté de l’encerclement de son arme et, comme s’il était ter­ri­fié et ten­tait de s’enfuir, il cou­rut molle­ment. Au moment où il ten­ta de sor­tir, il vit que des cen­taines d’experts du Jiang Hu l’attendaient dehors, prêts à bondir comme des tigres. Il pous­sa un cri hor­ri­fié et ren­tra aus­si sec. Boum ! Il fit un gros trou de l’autre côté.

Les experts à l’extérieur hési­taient un peu à se pré­cip­iter dans le bâti­ment comme leurs con­génères, vu qu’il s’agissait d’un bâti­ment offi­ciel… Mais voir le pos­sesseur de Demande aux Cieux appa­raître et dis­paraître devant eux leur fit le même effet que si on avait mis un gig­ot déli­cieux sous leur nez pour mieux leur retir­er.

Com­ment pou­vaient-ils se retenir ?

Ces gens impétueux ne se soucièrent plus du car­ac­tère offi­ciel du bâti­ment, et ils s’y jetèrent dans un cri. Boum ! Le mur de ce côté de la branche du min­istère de la guerre s’effondra en rem­plis­sant l’air de fumée et de pous­sières.

On enten­dit une corne de brume deman­der hâtive­ment des ren­forts ! Et aus­sitôt, de nom­breuses cornes lui firent écho depuis toutes les direc­tions.

Les experts à l’arrière de la foule arrivèrent à leur tour, mais comme ils igno­raient où se trou­vait Demande aux Cieux, ils n’osèrent pas s’introduire dans le bâti­ment offi­ciel et tout le pelo­ton s’arrêta.

Cepen­dant, ils entendirent à ce moment un rugisse­ment furieux : « Si voulez pren­dre Demande aux Cieux, il fau­dra me pass­er sur le corps !» Ils virent ensuite une lueur éblouis­sante bondir droit vers le ciel, accom­pa­g­né par de nom­breux cris de douleurs…

Ils ne purent s’empêcher d’être cap­tivés par la sit­u­a­tion.

Un vieux Vénérable Mar­tial hurla alors : « Je vais aller voir ce qui se passe. » Il s’envola et entra aus­sitôt dans l’édifice. Les autres s’échangèrent des regards et, comme leur nom­bre grossis­sait, ils se sen­tirent de plus en plus courageux, et une phrase tra­ver­sa leurs esprits : la loi peut punir un indi­vidu, mais pas une foule…

Tout à coup, quelqu’un cria : « Qu’est-ce qu’on attend ? Demande aux Cieux est là-dedans !»

Ce cri déchi­ra la nuit, et tous les experts rugirent immé­di­ate­ment à sa suite avant de se pré­cip­iter avec la force d’un tsuna­mi dans le bâti­ment déjà bien endom­magé !

Ce n’est qu’en entrant qu’ils décou­vrirent qu’il n’y avait déjà plus que des ruines. Le sol était jonché de cadavres de gardes et de mem­bres du Jiang Hu !

Le bruit assour­dis­sant des com­bats et des cris grondait depuis toutes les direc­tions. Les gens se bat­taient et tuaient jusqu’à ce que leurs yeux en soient injec­tés de sang.

Tan­dis qu’ils fouil­laient partout à la recherche de l’épée, un cri sévère reten­tit à l’extérieur. « Pourquoi avez-vous été aus­si long ? La sit­u­a­tion est grave ! S’introduire dans un bâti­ment offi­ciel est un crime cap­i­tal ! Archers, feu à volon­té !»

Des flèch­es plurent du ciel depuis toutes les direc­tions. *Swoosh, swoosh, swoosh*

Plus d’une douzaine de per­son­nes furent pris­es par sur­prise et poussèrent des cris douloureux. Le tem­péra­ment fougueux des experts du Jiang Hu prit le dessus avec la mort ou les blessures de leurs com­pagnons : « À l’attaque ! Bat­tez-nous à mort avec eux !»

« Bat­tez-vous à mort avec ces chiens !»

Tout le monde dégaina son arme et se jeta sur les sol­dats qui les encer­claient.

Des cav­a­liers, sta­tion­nés à promiximiter, arrivèrent en ren­fort dans un ton­nerre de bruits de sabots. Au moment où leur chef vit la sit­u­a­tion cat­a­strophique, il ordon­na aus­sitôt à ses sol­dats de porter sec­ours à leurs alliés…

Une grande bataille com­mença…

Avant qu’on enten­dit la cav­a­lerie arriv­er, le pos­sesseur de Demande aux Cieux, Dong Wushang… Le respon­s­able de tout ce chaos… Pani­qua et s’échappa…

« Ahwooh… !»

Un hurlement mys­térieux reten­tit, et Luo Kedi apparut dans une lueur d’épée aveuglante. Il dit, excité : « Demande aux Cieux est mienne ! Vous osez venir pren­dre ce qui m’appartient, enfoirés ?»

La lueur stop­pa aus­sitôt plus de la moitié des pour­suiv­ants du sabreur.

Sa tirade man­qua de faire s’évanouir les experts : Tu devrais met­tre la main sur l’épée avant de par­ler ! Tu n’essaies pas de t’en empar­er, là, mais de nous blo­quer ! Tu ne serais pas en train d’aider ce vau­rien à s’échapper ?

Ils l’injurièrent, et avec rai­son. Luo Kedi essayait absol­u­ment d’aider son frère à s’enfuir.

Après s’être bat­tu fréné­tique­ment un temps, Luo Kedi fit demi-tour et cou­rut. « Merde, où est passé ce salopard ? Lâche l’épée…»

La foule désori­en­tée, der­rière lui, lui emboî­ta rapi­de­ment le pas et le rat­tra­pa.

Un groupe de plusieurs mil­liers de cav­a­liers apparut au coin d’une rue et galopa droit vers eux. Ils tombèrent face à face avec Luo Kedi…

« Mes frères, tuons-les ! Les chiens du gou­verne­ment sont là ! Si nous devons mourir, nous devons au moins les emporter avec nous ! Ahwooh…» Luo Kedi pous­sa un hurlement étrange et fonça droit devant avec un ter­ri­ble­ment douloureux.

Le regard glacial du chef des cav­a­liers bril­la de cru­auté : « Archers, feu !»

Des mil­liers de flèch­es furent tirées aus­sitôt simul­tané­ment.

Swoosh… swoosh… swoosh…

Les flèch­es som­bres volèrent sur-le-champ vers les experts du Jiang Hu en cou­vrant le ciel. Luo Kedi aboya : « Vous êtes vrai­ment impi­toy­ables, chiens du gou­verne­ment !» Il pro­tégea son corps en ne ces­sant de par­er de son épée, puis il bon­dit en avant comme un météore. Il fut le pre­mier à se jeter sur les sol­dats !

Un bruit métallique issue de la col­li­sion entre deux armes reten­tit. Clang ! Luo  Kedi se rel­e­va d’un bon et fit tomber le général menant la cav­a­lerie de son cheval d’un coup de pied. Il frap­pa ensuite des deux pieds le vis­age rec­tan­gu­laire et majestueux du général en jurant : « Quelle majesté ! Quelle arro­gance ! Tu es le roi éhon­té des bâtards… Ahwooh…»

Les cav­a­liers fon­cèrent pré­cipi­ta­m­ment au sec­ours de leur offici­er, et plus d’une douzaine de lames frap­pèrent furieuse­ment vers le jeune homme, qui sauta en pous­sant un cri. Il cou­rut et alla se cacher sous l’estomac du cheval de l’officier. « Ahwooh, mes frères, tenez bon ! Tenez bon…»

Puis il fit explos­er le mur à côté de lui dans un boum, et dis­parut sans laiss­er la moin­dre trace.

Le général mal­mené se rel­e­va, le vis­age tumé­fié et ensanglan­té. Son vis­age ressem­blait com­plète­ment à celui d’un porc… Il avait même per­du quelques dents. Il rugit féro­ce­ment : « Tuez-les ! Tuez-les ! Tuez-les ! N’en lais­sez pas un seul en vie !»

« À mort !» Les deux mil­liers de cav­a­liers se ruèrent vers les quelques cen­taines d’experts du Jiang Hu.

Ces derniers avaient déjà subi de lour­des pertes et des blessures sous la pluie de flèch­es. Ils ne désir­aient même plus que s’enfuir, mais il était trop tard : des mil­liers de cav­a­liers leur fonçaient dessus. Ils se firent aus­sitôt encer­cler, et furent frap­pés par des épées et une pluie de flèche.

« Tuez-les… Tuez-les… Tuez-les…» Mar­mon­na le général en se ten­ant le nez de la main. Son regard de colère et d’embarras était si intense qu’il en était presque pal­pa­ble. Il était venu en réponse à la demande de ren­forts, aus­si ne s’était-il pas du tout atten­du à se faire tabass­er sur le chemin.

Son assail­lant s’était mon­tré sans pitié, alors com­ment pou­vait-il con­tenir sa colère ? Ces types sont tes frères mar­ti­aux, hein ? Je vais tous les tuer…

Des panach­es de fumée s’élevèrent soudaine­ment de partout dans la Citadelle, et les cornes de brume ne cessèrent de tin­ter.

Le chaos au min­istère de la guerre ne s’était pas encore résor­bé qu’un tumulte plus grand encore écla­ta dans une autre direc­tion.

« Demande aux Cieux est là ! Demande aux Cieux est là !»

Si quelqu’un con­nais­sant bien la Citadelle avait été présent, il aurait su avec cer­ti­tude que ce tohu-bohu venait de la branche du Min­istère des Finances…

Celle du min­istère de la guerre n’était déjà plus que ruines, et celle des finances com­mençait à plonger dans le chaos. Mais quelles étaient les prob­a­bil­ités que le sec­ond jeune maître Dong Wushang ne trou­ve la cham­bre forte du min­istère des finances ? C’était vrai­ment un sacré coup de pot !

Cepen­dant, le sec­ond jeune maître était un obsédé du sabre, il n’avait que faire de l’argent. Il fit vol­er un cof­fre d’un coup de pied, et deux mem­bres du Jiang Hu qui le pour­suiv­aient furent pul­vérisés en un tas de vian­des atten­dries. Le cof­fre écla­ta dans un gros boum, et des pièces d’or bril­lantes cou­vrirent le sol alen­tour.

« Oh ! De l’or ! » Luo Kedi venait à peine d’arriver qu’il vit toutes les pièces d’or à terre, et il hurla aus­sitôt d’excitation. « Ahwooh~~~ Il y a telle­ment d’or… Vite,  que tout le monde le ramasse… Bor­del de merde, il n’y a qu’une Demande aux Cieux, mais il y a telle­ment d’or… Et c’est vrai­ment de l’or putain…»

Il bon­dit ensuite et ramas­sa quelques pièces…

Dong Wushang était très fort. Il soule­va les cof­fres pleins d’or les uns après les autres et les jeta ; très vite, la branche du min­istère des finances bril­la d’une lueur dorée…

Boum…

« Ahwooh… S’il n’y a per­son­ne pour le voir, ça n’est pas du vol. Per­son­ne n’en saura rien… Oh sa grand-mère ! C’est de l’or, de l’or… Ahwooh…» Hurla le sabreur.

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 261
DNC Chapitre 263

20 Commentaires

  1. Cèlen

    XDDD Mer­ci pour ce chapitre com­plète­ment bar­ré!!!

    Répondre
  2. Khultima

    Mer­ci pour le chapitre. Bordel…comment ce pau­vre Diwu va bien pou­voir gér­er ce foutoir ? ^^

    Répondre
  3. hollowrebel

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  4. Aranor

    ils sont com­plète­ment taré
    pau­vre diwu

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  5. grenvious

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  6. Mazz

    Mer­ci pour ce chapitre !! Ce bor­del xD

    Répondre
  7. Zhexiel Kurokage

    Mer­ci pour le chapitre.
    PS : Le chaos ? L’apocalypse vous voulez dire !!

    Répondre
  8. flo

    mer­ci pour le chap vive l’or 🙂

    Répondre
  9. Shirosuu

    Oh le bor­del que s’est ! Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  10. Danicool

    Mer­ci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  11. essitamessitam

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  12. gutsguts

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  13. TesaYuuTesaYuu

    Mer­ci pour le chapitre ^^

    Répondre
  14. cocococo

    Bon­jour ! Après avoir lu une dizaine d’histoires ici sans créer de compte et sans jamais laiss­er un seul mer­ci (mechant coco !) je voulais met­tre un court mes­sage : ce site est un par­adis pour tout fan de ln.
    Non con­tent de tout traduire avec très peu de fautes et gra­tu­ite­ment (je suis mineur je peux pas faire de don :/ ) vous améliorez car­ré­ment les Lns en cor­rigeant les répéti­tions et les illo­gismes. Je poste ce mes­sage ici parce que c’est mon LN préféré sur ce site. Mer­ci à toute l’équipe !
    Ps : par pure flem­mardise je met­trai rarement de mer­ci pour le chapitre mais je le pense très fort !

    Répondre
    1. Wazouille (Auteur de l'article)

      Heureux que ce LN soit ton préféré, car c’est égale­ment le mien !
      Et mer­ci pour tes com­pli­ments bien­venus !

      Répondre
      1. Coco

        Bonne con­tin­u­a­tion en tout cas 😉

        Répondre
  15. KryllaKrylla

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  16. Dey

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  17. Metalis

    Mer­ci pour ce chapitre ! 🙂

    Répondre
  18. Aximili

    Mer­ci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com