DNC Chapitre 280

DNC Chapitre 279
DNC Chapitre 281

Enfin ! Après cette longue attente, on retrouve notre Fourbe préféré ! Comme quoi, le proverbe « plus c’est long, mieux c’est » n’est pas toujours juste :p

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 280 - Détonation

 

Chu Yang le regarda d’un air absent, puis il se gratta aussitôt la tête et demanda avec la naïveté de la jeunesse : « Vous ne me laissez pas vraiment d’impression… Pourquoi ? Je devrais vous connaître ? » Implication : tu es une grosse légume ?

Diwu Qingrou sourit étrangement et secoua la tête : « Non non, vous ne devriez pas. »

Le jeune homme fut sidéré. Se pouvait-il que ce type appartienne à une secte extrêmement célèbre dans les Trois Cieux Supérieurs ? Et qu’elle soit si puissante que même le clan Chu ignore son existence ?

Mais… Quel genre de logique était-ce ?

Le premier ministre se leva en gardant ses airs de mystère et dit lentement : « Bien… Jeune maître, j’ai été ravi de vous rencontrer. Si vous n’avez pas d’autres questions, je vais vous laisser. »

À ce moment, des douzaines de pensées traversèrent l’esprit de l’adolescent.

Ai-je dévoilé une faille en ignorant son identité ? Non, c’est impossible.

Si c’est tout de même le cas, se peut-il que Diwu Qingrou veuille battre en retraite pour exploiter ce fait et faire progresser la situation ?

Il réfléchit à toute vitesse, mais son expression resta la même. Il sourit et se leva : « Je vous en prie, faites. Je ne vais pas vous raccompagner. »

Il fit comme si son départ le laissait indifférent.

Diwu Qingrou rit et dit : « Je ne vais pas vous déranger plus longtemps avec ces histoires compliquées. » Il regarda son jeune interlocuteur l’air de dire : Je vous ferai raccompagner lorsque vous partirez. Bon voyage…

Le Fourbe répondit chaleureusement : « Portez-vous bien;»

Le premier ministre, Jing Menghun et Yin Wufa quittèrent la pièce en souriant et descendirent les escaliers.

Le Roi des Enfers Chu avait perdu du terrain lors de cette seconde manche, car les dernières phrases de Diwu Qingrou avaient fait planer le doute en lui. L’avait-il percé à jour, ou se faisait-il des idées …

Chu Yang avait beau être de nature optimiste, un voile d’incertitude allait dorénavant le hanter.

Au moment où il allait retourner dans sa chambre, Diwu Qingrou, qui descendait les escaliers, se retourna subitement et le regarda. Il l’appela alors d’une voix puissante : « Chu Yang !» (Ndt là, à sa place, je me pisse dessus)

Le jeune homme fit comme s’il n’avait pas entendu et fit un pas supplémentaire avant de se retourner. Il se tourna vers le premier ministre et lui demanda d’un ton hésitant : « Premier ministre… ?»

Diwu Qingrou leva son regard de faucon vers son visage et étonnamment, il sentit ses joues le brûler ! Les deux hommes échangèrent un regard. Les yeux de l’un reflétaient de la surprise et une pointe d’indifférence, tandis que celui de l’autre chercha quelque chose. Un long moment plus tard, le premier ministre éclata de rire et reprit sa descente. « Oh, rien. Mes yeux me jouent des tours. »

L’adolescent répondit « oh », puis il retourna dans ses quartiers.

Une fois la porte fermée, il s’assit et, longtemps après, il se mit tout à coup à transpirer des pieds à la tête. Ses vêtements blancs furent trempés en quelques instants.

De l’arrivée de Diwu Qingrou jusqu’à son départ, il n’avait pas réussir à déterminer s’il avait gagné ou perdu ! Au final, avait-il réussi à garder sa couverture, ou est-ce que le premier ministre avait pu voir au travers de son déguisement ? Il n’avait absolument aucune certitude à ce sujet.

C’était la première fois qu’une telle chose arrivait depuis sa renaissance !

De plus, Diwu Qingrou l’avait  tout de même emporté ! Bien que le Fourbe ait quand même marqué des points, son adversaire conservait l’initiative.

Fondamentalement, il n’était pas parvenu à deviner ses pensées.

Le cri soudain du premier ministre avait troublé ses pensées et l’avait momentanément effrayé. N’aurait-il pas une grande force mentale résultant de ses deux vies qu’il lui aurait inconsciemment répondu à ce moment crucial…

Gu Duxing dit au Fourbe : « C’était vraiment dangereux !»

Chu Yang hocha légèrement la tête. Les deux frères s’échangèrent un regard et lurent la peur dans les yeux de l’autre. L’aura de Diwu Qingrou aurait été insupportable pour une personne ordinaire.

 

Le premier ministre arriva en bas des escaliers et fronça les sourcils.

Malgré son intelligence, il ne pouvait pas confirmer ou infirmer que ce jeune maître Chu Fei était bien le Roi des Enfers Chu. Son adversaire était parvenu à détruire sa majesté au moment où ils s’étaient rencontrés ; il avait démontré totalement l’arrogance d’un descendant de grand clan.

Son offensive s’arrêta ensuite. Diwu Qingrou parut parfois avoir l’avantage mais en réalité, il n’avait rien pu tirer de leur conversation.

Et son cri avait rendu sa défaite évidente.

S’il avait pu confirmer ses doutes, il n’aurait pas eu besoin de crier de la sorte ! Si Chu Fei était celui qu’il prétendait être, il n’avait pas besoin de l’appeler ! Et si c’était bel et bien Chu Yang, il avait encore moins besoin de l’interpeller ! Mais il l’avait tout de même fait !

C’était son dernier recours.

Diwu Qingrou soupira. Que ce gamin soit Chu Fei ou Chu Yang, il était quelqu’un de redoutable ! C’était absolument incontestable.

Alors qu’il s’apprêtait à se diriger vers les appartements des jeunes maîtres des Trois Cieux Intermédiaires, il sentit soudainement quelque chose. Il se retourna et vit un homme en bleu entrer. Il posa le pied sur les marches de l’escalier et les monta avec la même légèreté et l’aisance qu’un nuage volant sous le vent.

Les deux Rois Martiaux le détectèrent également et se retournèrent de même.

L’homme en bleu et le premier ministre échangèrent un regard, et l’atmosphère devint aussitôt pesante. Une puissante pression s’échappa du type vêtu de bleu.

Jing Menghun et Yin Wutian en furent terrifiés et tentèrent en toute hâte d’activer leur énergie pour se protéger. Cependant, ils découvrirent qu’étrangement, ils ne pouvaient pas l’activer ! C’était comme si leurs vies étaient entre les mains de quelqu’un d’autre. Ils n’avaient aucun contrôle sur leur puissance. Leurs âmes manquèrent de s’échapper de leur corps sous la terreur.

Juste après, Diwu Qingrou rétracta son regard et fit demi-tour. L’homme en bleu, de son côté, disparut silencieusement des escaliers.

C’était comme s’il leur avait jeté un simple coup d’oeil, sans rien de plus.

Les deux maîtres de niveau roi s’échangèrent un regard. « C’était un expert… !» Ils pouvaient tous deux sentir la sueur froide couler le long de leur dos. Ils se dirent que cette personne était peut-être le garde du corps des deux jeunes maîtres. Un homme du clan Chu.

Diwu Qingrou ne quitta les Appartements Céleste qu’aux environs de midi.

Après avoir quitté les quartiers de Chu Yang, il rendit visite à trois personnes : Ao Xieyun, Mo Tianyun et Dong Wulei, dont les réactions le laissèrent pensif.

Il resta muet sur le chemin du retour, pendant lequel il fronça les sourcils en réfléchissant.

Jing Menghun et Yin Wutian étaient tous deux un peu surpris. Bien que l’attitude de ces trois jeunes maîtres dorlotés des Trois Cieux Intermédiaires soit ambiguë, le but de leur visite était de déterminer si ce jeune maître Chu était le Roi des Enfers Chu ou non.

À leurs yeux, il n’y avait aucun doute : ce jeune maître Chu Fei n’était absolument pas le Roi des Enfers Chu ! C’était certain !

Il correspondait parfaitement au portrait qu’ils se faisaient du personnage !

S’il n’était pas un descendant du clan Chu, comment pourrait-il être aux courants de tant d’informations personnelles du clan ? Même Jing Menghun, qui s’était fait pourrir par Chu Yang, ne doutait pas une seconde de son identité.

« Qu’en pensez-vous, monsieur le Premier Ministre ?» Demanda prudemment ce dernier. Ils étaient à présent en route, et pas très loin du manoir du premier ministre. Le chemin qu’ils remontaient était plutôt vide.

Diwu Qingrou le regarda : « Que penses-tu, toi ?»

« Ce Chu Fei ne devrait pas être le Roi des Enfers Chu !» Répondit résolument Jing Menghun, tandis que Yin Wutian signala son approbation d’un léger hochement de tête.

« Ce n’est pas certain. » Le premier ministre secoua lentement la tête. « Nous ne pouvons pas en être sûrs pour le moment, mais… Je pense tout de même que c’est bien le Roi des Enfers Chu !»

Les deux rois martiaux furent un peu surpris. Pour eux, la question était réglée, alors pourquoi le premier ministre y réfléchissait encore ? Si le Roi des Enfers Chu était bel et bien un jeune maître d’un super clan des Trois Cieux Supérieurs, que pouvaient-ils faire contre lui ?

Que se passerait-il s’ils continuaient de le combattre et finissaient par ennuyer le clan Chu ?

Évidemment, Diwu Qingrou était également inquiet. « Voyons comment les choses se passent ! Je pourrais encore contrer le Roi des Enfers s’il passe à l’action. »

Avant de partir du manoir, il était sûr à quatre-vingts pour cent de déterminer l’identité ce jeune maître du clan Chu.

Cependant, en quittant ce dernier, sa certitude descendit à soixante pour cent. Il n’osait pas prendre de décision. Il vit alors l’homme en bleu, et sa certitude fut réduite encore de moitié.

Et il n’était pas non plus sûr de la moitié qui lui restait. En fait, même lui ne savait pas si son nom était connu parmi les Trois Cieux Supérieurs…

Mais ne pas savoir du tout qui il était était tout de même un peu suspicieux.

Il basait le reste de ses doutes sur son intuition. Bien que le jeune maître Chu Fei n’ait preuve d’aucune hostilité à son égard, son intuition s’obstinait à insister qu’il s’agissait bien du Roi des Enfers Chu !

C’était assez illogique, mais il était certain que c’était fondé !

Diwu Qingrou dit lentement : « Chef de niveau Roi Yin, commencez dès ce soir à influencer les gens que nous avons capturés ! C’est à vous que revient cette responsabilité !»

« Chef de niveau Roi Jing, surveillez attentivement tous les déplacements dans la capitale ce soir !» Le premier ministre parut profondément épuisé une seconde. « Si le sabre et l’épée n’apparaissent pas ce soir… Alors rien n’arrivera. Mais une fois qu’ils se montreront, ils provoqueront probablement une tempête de sang !»

Jing Menghun s’exécuta solennellement.

Le temps s’écoula rapidement, et la nuit tomba en un clin d’oeil.

À l’arrivée de la nuit, le groupe des jeunes maîtres des Trois Cieux Intermédiaires ouvrit grand les yeux et monta attentivement la garde dans toutes les directions.

Quelques personnes se tinrent au sommet des Appartements Célestes, les manches battants au vent, et se tinrent immobiles en regardant les lanternes luirent dans les ténèbres.

Des gens attendaient au sommet de toutes les grandes structures de la capitale, et ils étaient tous des maîtres de niveau Roi !

Mais la nuit était calme, et même les membres du Jiang Hu se battirent moins.

L’épée Demande aux Cieux ne fit pas d’apparition publique, pas plus que le Sabre des Enfers. Bien sûr, le Sabre Solaire et l’Épée Lunaire étaient plus élusifs encore.

Une autre journée passa.

Quelqu’un découvrit tout à coup Demande aux Cieux, tard dans l’après-midi, mais le désordre ne dura pas plus de cinq minutes. Le porteur de Demande aux Cieux parvint à s’échapper et disparut au nez et à la barbe de tous les maîtres de niveau Roi !

La nuit suivante, quelqu’un découvrit et pourchassa Demande aux Cieux, qui parvint à s’échapper après s’être battu.

Ce genre de situations se répéta plus d’une vingtaine de fois durant les jours qui suivirent. La rumeur disait que les porteurs de Demande aux cieux et du Sabre des Enfers étaient couverts de plaies et épuisés…

Plus d’une douzaine de Rois Martiaux tournèrent en rond dans la capitale comme des chiens fous, bouillants de rage et sur le point d’exploser…

Finalement, le cinquième jour, le chaos commença par une nuit de pleine lune !

Lorsque la lune fut haut dans le ciel de la capitale, deux rayons de lumière jaillirent vers le ciel, apparemment très loin l’un de l’autre. Le soleil et la lune brillèrent à nouveau de concert !

La citadelle tout entière était dans une telle effervescence qu’on aurait pu la comparer à une coffre à trésors bourrés d’explosifs qui aurait sauté.

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 279
DNC Chapitre 281

11 Commentaires

  1. alloy

    Ct bataille d’esprit ou les deux doivent mettre l’autre a poil c tellement énorme
    merci pour le chapitre.

    Répondre
  2. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Cèlen

    Merci pour le chapitre !!^^

    Répondre
  4. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Lnaddict

    Merci bcp pour le chapitre ! Je viens de rattraper la trad ! Super novel !

    Répondre
  8. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. Dey

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com