DNC Chapitre 285
DNC Chapitre 287

Vous pensiez que Chu Yang avait assez foutu la merde ? Vous aviez tort đŸ˜€

Bonne lecture :p

 

 

Chapitre 286 – Vraiment un bon sabre

 

“J’ai une autre bonne nouvelle
” Dit Chu Yang avec un calme olympien. “Personne ne sait que c’est moi qui les ai tuĂ©.”

Gu Duxing fit rouler ses yeux dans ses orbites : “Sans dĂ©conner !”

“Alors tu devrais te prĂ©parer Ă  venger la mort de tes frĂšres.” Continua le jeune homme. “Si tout se passe comme je le crois, ton clan Gu va bientĂŽt affronter le clan Xie.”

“Le clan Xie ?” L’épĂ©iste se gratta la tĂȘte. “Quel est le rapport avec le clan Xie ?”

“Xie Danqiong a tuĂ© un de vos maĂźtres de niveau Roi, et j’ai attaquĂ© juste aprĂšs. Nous avons travaillĂ© de concert pour tuer sans anicroche trois des quatre personnes que ton clan Gu avait envoyĂ©es pour l’entraĂźnement !” Dit l’adolescent en riant.

Le jeune maĂźtre Gu comprit enfin et dit : “Alors c’est le jeune maĂźtre Xie, Xie Danqiong qui va porter le chapeau Ă  ta place
”

“Exactement !” Chu Yang marqua une pause et soupira : “Xie Danqiong est quelqu’un de bien et pour que son nom rentre dans l’histoire, je dois me faire discret
”

“En es-tu seulement capable ?” Gu Duxing soupira, et regarda son ami d’un regard impuissant et reconnaissant.

Le Fourbe faisait comme si tout ça avait Ă©tĂ© facile, mais il savait bien qu’il avait dĂ» prendre des risques immenses.

Chu Yang n’était qu’un AĂŻeul ÉpĂ©iste ! Et malgrĂ© son niveau, il avait tuĂ© deux figures clefs sous le regard vigilant d’une grosse quarantaine de Rois Martiaux et s’était enfui en un seul morceau


L’épĂ©iste ne pouvait mĂȘme pas imaginer quelles mĂ©thodes il avait dĂ» employer pour y arriver. Il avait mĂȘme des sueurs froides rien qu’à y penser !

Quelle Ă©tait la situation du jeune homme Ă  ce moment ? Pour ĂȘtre franc, sa sĂ©curitĂ© Ă©tait directement liĂ©e Ă  l’issue de la guerre entre les deux nations ! Il ne pouvait pas faire la moindre erreur, ou laisser la moindre faille apparaĂźtre !

Plus sĂ©rieusement, mĂȘme un rhume pourrait affecter ses capacitĂ©s intellectuelles et donner lieu Ă  de gros problĂšmes en un clin d’oeil


Et malgrĂ© sa situation, Chu Yang a osĂ© se jeter sur l’occasion pour tuer Gu Yanyang et Gu Yanyue.

Pourquoi ?

Pour son frĂšre ! Pour moi !

Parce qu’il savait que ces deux-lĂ  avaient grandement contribuĂ© Ă  mon enfance malheureuse ! Parce qu’il savait qu’ils n’avaient jamais abandonnĂ© l’idĂ©e de me tuer ! Parce qu’il savait que tant qu’ils seraient lĂ , ma position au sein du clan ne changerait jamais rĂ©ellement


Parce que ces deux-lĂ  Ă©taient les vrais hĂ©ritiers du clan Gu !

Gu Duxing n’aurait rien dit s’ils avaient Ă©tĂ© Ă  la hauteur, mais le problĂšme Ă©tait qu’ils ne valaient pas un clou. De plus, ils Ă©taient jaloux du talent des autres et utilisaient des machinations insidieuses pour obtenir ce qu’ils dĂ©siraient.

Et l’adolescent les avait tuĂ©s
 Pour lui.

L’épĂ©iste ne l’avait pas remerciĂ©, et il n’en avait d’ailleurs pas besoin. Par contre, il n’oublierait jamais ce qu’il avait fait pour lui !

Bien que cette histoire soit tout sauf joyeuse, il lui avait Ă  jamais enlevĂ© une Ă©pine du pied !

Si ça n’avait tenu qu’à Gu Duxing, il n’aurait probablement rien tentĂ© contre Ă  cause de la gentille dont avait fait preuve son pĂšre adoptif.

Les deux hommes ne parlĂšrent pas de toute la nuit.

Ce ne fut que le lendemain matin que la compĂ©tition pour le Sabre Solaire se termina ! Pendant ce temps, le Fourbe et l’épĂ©iste observaient le spectacle Ă  l’extĂ©rieur du palais impĂ©rial dans leurs habits blancs battant au vent.

Ils ignoraient Ă  quel point les combats avaient pu ĂȘtre fĂ©roces, mais le palais tout entier Ă©tait Ă  prĂ©sent recouvert de cendres. Il ne semblait ĂȘtre plus que ruines ! Et ça n’était pas une exagĂ©ration puisqu’il ne restait plus une seule piĂšce intact !

Le palais avait été entiÚrement fracassé.

La personne ayant probablement le plus profitĂ© de la situation Ă©tait probablement Chu Yang puisqu’aprĂšs ĂȘtre entrĂ© dans le palais la veille, il avait aidĂ© Ji Mo une paire de fois et, lorsqu’il vit qu’il n’y avait plus de problĂšmes, il se dirigea immĂ©diatement vers la salle du trĂ©sor.

Comment le Ministre Chu aurait pu laisser passer une telle occasion ?

Les gardes de la salle du trĂ©sor Ă©taient partis depuis longtemps, et le jeune homme fit directement un grand trou dans la porte avec l’ÉpĂ©e des Neuf CalamitĂ©s (NdT le meilleur ouvre-boĂźtes au monde !) et y entra directement. Comme il Ă©tait pressĂ© ce coup-ci, il n’eut pas la chance d’absorber ce qui s’y trouvait, mais il avait l’espace des neuf CalamitĂ©s


Il leva la main et dit : “Prends ça pour moi !”

“Et puis Ă§a !”

La salle fut vidĂ©e aprĂšs quelques douzaines de cris du genre


Puis il sortit. Autrement, il n’aurait pas pu jaillir de l’incendie et tuer Gu Yanyang et son frĂšre. Les jeunes maĂźtres des dix-neuf grands clans et leurs Rois Martiaux l’ignoraient, mais
 C’était dans la salle du trĂ©sor que l’incendie brĂ»lait le plus intensĂ©ment.

Il Ă©tait presque midi


Trois silhouettes dĂ©pitĂ©es sortirent du palais impĂ©rial. C’était Luo Kewu du clan Luo, suivi par deux autres personnes. Il marchait tout en jurant, deux coquards ornant ses yeux comme ceux d’un panda.

On pouvait l’entendre crier de loin : “Bordel de merde, c’est mĂ©prisable ! Vraiment mĂ©prisable ! Je n’arrive pas Ă  croire que cet enfoirĂ© de Xie Danqiong se soit jouĂ© de moi ! Sans ce
”

DerriĂšre lui, un autre jeune maĂźtre aux cheveux Ă©bouriffĂ©s grinçait des dents. “Bordel de merde, pourquoi ai-je autant la poisse. Il a fallu que je tombe sur Petit Poison dĂšs mon tour. Que pouvais-je faire, putain..;”

Ensuite, Tu Quianhao sortit avec un air fĂ©roce et s’en alla sans rien dire.

“Regarde-moi cette tĂȘte de cul arrogante ! Tu te prends pour un caĂŻd ?” Le provoqua Luo Kewu en crachant. Il Ă©tait si Ă©nervĂ© qu’il cherchait un adversaire pour se dĂ©fouler.

Tu QIanhao se retourna fĂ©rocement et fusilla le jeune maĂźtre Luo comme s’il voulait le dĂ©vorer vivant. Luo Kewu ne recula pas ; il bomba le torse et dit : “Tu as un problĂšme, Tu Qianhao ?”

Ce dernier cracha rageusement et dit : “Si je ne respectais pas autant ta grande soeur, je
” Puis il se retourna et s’en alla


Luo Kewu le poursuivit furieusement et hurla : “Ma grande-soeur et toi n’ĂȘtes pas encore mariĂ© ! Putain d’merde, tu me vois dĂ©jĂ  comme ton beau-frĂšre ! Bordel, tu oses me parler comme si tu m’étais supĂ©rieur
 ?”

Il explosa soudainement Ă  ce moment : “ArrĂȘte-toi sur le champ ! Faut que je te demande un truc aujourd’hui : tu veux Ă©pouser ma grande-soeur ou ma tante ? Eh, arrĂȘte-toi
 Stop
”

Tu Qianhao l’ignora souverainement et s’éloigna de plus en plus.

Chu Yang sentit le coin de ses lùvres tressaillir. Ces deux beaux-frùres sont vraiment


Il se frotta le menton et dit, le regard perdu au loin : “Je comprends enfin pourquoi Luo Kedi a une telle personnalitĂ©â€Šâ€

Gu Duxing regarda Luo Kewu et hocha la tĂȘte : “Moi aussi.” Il poussa un long soupir et dit : “Si l’aĂźnĂ© n’est pas fiable, le cadet ne le sera pas non plus.”

“Je ne sais pas si le problĂšme vient de là
” Dit le jeune homme, les sourcils froncĂ©s comme en pleine rĂ©flexion.

L’épĂ©iste fronça les sourcils et hocha la tĂȘte d’un air convaincu. “Ce serait logique. Peut-ĂȘtre que ça leur vient de leur pĂšre !”

La personne qui sortit ensuite n’était autre que Ou Du Xiao. Le futur Esprit Venimeux Ă©tait dans un Ă©tat vraiment lamentable : son oeil droit Ă©tait rouge, et le gauche Ă©tait noir. Son pantalon Ă©tait dĂ©chirĂ© et laissait voir ses cuisses blanches comme neige. Quand il marchait, ses fesses rondes apparaissaient de temps Ă  autre avec une certaine beauté 

Il se lamentait en boitillant : “Je n’ai vraiment pas eu de chance de tomber sur ce mutant qui n’a pas peur du poison
 Ao Xieyun
”

Li Xiongtu sortit ensuite en se vautrant Ă  terre, le visage gonflĂ©. Les deux maĂźtres de niveau Roi arrivĂšrent derriĂšre lui, le relevĂšrent et lui demandĂšrent : “Est-ce que ça va, jeune maĂźtre ?”

“Bordel ! Je vous l’ai dĂ©jĂ  dit plusieurs fois : appelez-moi ‘HĂ©ros Li’ !” Leur jeune maĂźtre leur jeta un regard noir, puis il se retourna et hurla : “Mo Tianyun ! Je m’en souviendrai ! Fichons le camp
”

Deux autres personnes quittĂšrent le palais, puis la Fleur de Jade des douze jeunes exceptionnels, Xie Danqiong, sortit Ă©galement d’un air agacĂ©. Son visage Ă©tait aussi beau et blanc qu’auparavant, mais ses vĂȘtements Ă©taient plus abĂźmĂ©s que ceux d’un clochard. Il s’en alla prĂ©cipitamment sans dire un mot.

Tous ceux qui sortirent avaient une chose en commun : ils avaient clairement vu les deux jeunes maĂźtres du clan Chu, Chu Yang et Gu Duxing dans leurs habits blancs, mais aucun d’entre eux n’était allĂ© les saluer.

Ils Ă©taient tous orgueilleux et partageaient la mĂȘme mentalitĂ© : Vous ĂȘtes des Trois Cieux SupĂ©rieurs et nous, des Trois Cieux IntermĂ©diaires. Nous vivons dans deux mondes diffĂ©rents et suivons des chemins diffĂ©rents.

De plus, ils Ă©taient trĂšs embarrassĂ©s et ne voulaient pas aller leur parler. Ils avaient dĂ©jĂ  perdu de la face dans les Trois Cieux IntermĂ©diaires, ils n’avaient pas envie d’en perdre dans les Trois Cieux SupĂ©rieurs Ă©galement


Un long moment s’écoula sans que personne d’autre ne sorte. Les deux jeunes maĂźtres Chu commençaient Ă  perdre patience lorsque trois personnes sortirent du palais.

Mo Tianyun et ses deux Rois Martiaux s’en allaient avec des expressions graves. Ils avaient l’air morose, comme s’ils avaient Ă©chouĂ©.

“Allons-nous-en !” Grogna le jeune maĂźtre Mo. Il allait partir quand il vit Chu Yang


Il jeta un oeil aux alentours et, contre toute attente, se dirigea vers lui d’un air enthousiaste : “Jeunes maĂźtres Chu, vous
”

“Nous sommes juste passĂ©s voir si ce sabre Ă©tait le vrai ou une imitation.”

Le Fourbe sourit et demanda, devant l’empreinte rouge bien visible d’une main sur le visage du jeune maĂźtre Mo : “Jeune maĂźtre Mo, vous
 ,”

“*Tousse tousse*; je ne suis pas aussi douĂ© que les autres. Ao Xieyun
 Ah
” Mo Tianyun soupira d’un air déçu, puis il cligna aussitĂŽt les yeux et dit : “Le sabre
 est entre les mains d’Ao Xieyun;”

Il savait Ă©videmment pourquoi ces deux jeunes maĂźtres Chu Ă©taient venus lĂ , et il en profita pour porter un coup fourrĂ© Ă  son ennemi.

Si je ne peux pas l’avoir, alors tu ne l’auras pas facilement non plus, Ao Xieyun !

Chu Yang hocha la tĂȘte avec comprĂ©hension, puis il dit de maniĂšre rĂ©confortante : “Ne soyez pas si triste, frĂšre Mo. Peut-ĂȘtre que vous ne pouvez pas avoir ce sabre, mais
 Ne reste-t-il pas une Ă©pĂ©e ?”‘

Comment pourrait-il ignorer les intentions sinistres de Mo Tianyun ?

Gu Duxing, Ă  cĂŽtĂ©, Ă©prouva un certain mĂ©pris pour ce dernier. Beaucoup de gens avaient quittĂ© le palais prĂ©cĂ©demment, mais personne ne leur avait parlĂ©. Et Mo Tianyun, lui, jouait les informateurs Ă  peine sortis


Les yeux du jeune maĂźtre Mo brillĂšrent Ă  la mention de l’épĂ©e. Il rit Ă  gorge dĂ©ployĂ©e et dit : “Je vais devoir vous laisser, jeune maĂźtre Chu !”

“Faites donc, frùre Mo.” Dit intimement le jeune homme en lui disant au revoir.

Enfin, Ao Xieyun et les trois maĂźtres de niveau Roi du clan Ao sortirent des flammes et de la fumĂ©e en bavardant et en riant. Il tenait sur l’épaule quelque chose d’enveloppĂ© dans une peau d’animal fine. C’était effectivement le Sabre Solaire pour lequel s’était battu tout le Jiang Hu.

Le jeune maĂźtre Ao changea lĂ©gĂšrement d’expression Ă  la vue du jeune maĂźtre Chu. Il alla immĂ©diatement Ă  sa rencontre et le salua : “FrĂšre Chu ?”

Ce dernier sourit et lui demanda poliment : “Puis-je jeter un oeil Ă  ce sabre, FrĂšre Ao ?””

Aussitît, les trois Rois Martiaux du clan Ao se mirent sur leur garde et l’observùrent prudemment. L’ambiance devint tendue.

Ao Xieyun descendit le sabre de son Ă©paule et le lui tendit : “Pourquoi pas.”

Il savait que s’il lui avait demandĂ© poliment, c’était qu’il n’avait pas l’intention de le lui voler ! Et que s’il disait vouloir juste jeter un oeil, il allait juste jeter un oeil !

Chu Yang prit le sabre, le regarda par dessus, puis par en dessous, et enfin sur les cĂŽtĂ©s. Il l’encensa alors : “C’est vraiment un bon sabre
”

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 285
DNC Chapitre 287

Related Posts

10 thoughts on “DNC Chapitre 286

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : J’ai l’impression que dans le prochain chapitre il va dire quelque chose du genre : “Mais ce n’est malheureusement qu’une imitation, je suis déçus.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com