DNC Chapitre 308

DNC Chapitre 307
DNC Chapitre 309

Et ça, c’est le DNC que je vous devais de vendredi ! Je rattraperai les BTTH et OG de la semaine passée aussi !

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 308 – Combinaison étrange

 

Espère d’abruti !” Explosa tel un volcan la jeune femme. “J’ai tué ce serpent pour en récupérer les noyaux qui se trouvent dans ses têtes que tu viens bêtement d’exploser ! Argh, ça m’a foutu en rogne…”

Des… des noyaux de serpents ?” Balbutia Tantan, gêné. Alors comme ça, les serpents du coin contiennent des noyaux… un peu comme une pêche ?

Meng Chaoran força autant que possible sur ses abdos pour ne surtout pas éclater de rire. Il prit finalement la décision d’intervenir afin de calmer les tensions. La jeune femme lâcha aussitôt le jeune homme en remarquant sa présence, et s’élança vers les trois têtes du serpent pour les inspecter. Il les avait réduites en bouillie… dès lors, elle n’y trouva rien et s’agaça un peu plus encore, comme à deux doigts de pleurer.

Mes précieuses têtes de serpent…” Soupira-t-elle, l’air abattue.

Dites-moi, jeune femme… quel est votre nom ?” Se risqua à lui demander le disciple, se frottant le nez comme pour se débarrasser de la honte. “Je… je viens de vous sauver la vie. Oui, voilà, un héros vient de sauver une princesse. C’est une belle histoire, non ?”

De me sauver la vie ?” Répondit-elle, incrédule. Tu oses te considérer comme un héros ? Vous osez vous vanter après ce que vous venez de faire ?! On n’est pas dans un rêve, ici !

Oui, un héros.” Reprit-il avec fierté. “Mon frère et disciple m’a dit une fois que la princesse dévoue sa vie au héros qui la sauve. Elle lui fait montre de la plus grande affection, et les deux vivent heureux et ont de nombreux enfants… c’est une histoire charmante, dont la légende survit même aux âges.”

Te dévouer ma vie ?” Bégaya-t-elle, sidérée. Il est complètement taré, ce type. Non seulement il vient de détruire ma seule occasion d’obtenir des noyaux de serpent et de ruiner mon travail, mais en plus il ose me demander de me donner à lui ?! D’où est-ce qu’il sort, ce demeuré ?!

Parfaitement. Donnez-vous à moi !” Confirma-t-il sans l’ombre d’une hésitation. “Je suis un héros, et vous êtes ma princesse. Vous devez me dévouer votre vie, puisque je viens de vous sauver. Mes avancées martiales sont aussi grosses que votre poitrine, et je suis aussi attirant que vos petites fesses rebondies. Nous sommes faits l’un pour l’autre !”

Tantan sembla soudainement avoir été traversé par une pensée, et sa fierté sembla laisser place à l’indignation.

Attendez une seconde” Se reprit-il choqué, “Vous trouvez qu’un homme aussi beau et confiant que moi ne vous arrive pas à la cheville ?!”

Blargh…” Répondit-elle simplement, comme prise d’une nausée. Je suis vraiment tombée sur un cas.

Meng Chaoran leur demanda à nouveau de baisser d’un ton, et les deux finirent par s’asseoir calmement. Pour autant, ils restaient furieux.

Je suis un héros… pourquoi est-ce qu’elle ne tombe pas amoureuse de moi ? pensa Tantan.

Il est complètement taré, estima pour sa part la jeune femme.

La sagesse du Maître et son aisance à converser portèrent rapidement leurs fruits. Sous son charme et sans même s’en apercevoir, la demoiselle lui délivra toutes les informations à son sujet. Duper celle dont son propre disciple s’était manifestement amouraché en un simple regard n’était pas une tâche simple, mais il n’éprouvait ici aucun cas de conscience à utiliser son charisme.

Elle se nommait Xie Danfeng, du clan Xie. C’était la sœur de son jeune maître, Xie Danqiong. Elle avait dès lors profité de tous ses enseignements… Elle était talentueuse et dotée d’un grand potentiel. Elle n’était pas aussi sublime que ne semblait l’estimer Tantan, mais elle était tout sauf laide, et ses courbes étaient parfaitement charmantes… De fait, si son visage la faisait rentrer dans la catégorie des femmes quelconques, son corps quant à lui transcendait ce petit défaut.

En tous les cas, Xie Danfeng et Tantan n’allaient pas du tout ensemble. La seule chose sur laquelle il lui faisait véritablement confiance, c’était pour sa capacité à agacer les autres. Le jeune était quelqu’un de narcissique, et de profondément sans-gêne. Dès lors… il ne pouvait que réussir.

Le clan Xie risque par contre de lui poser quelques problèmes… Enfin, ça, on ne le saura que plus tard. Pour le moment, ils doivent se mettre d’accord. Chu Yang s’occupera du reste, estima Meng Chaoran.

Dans le genre irresponsable, il était difficile de faire pire… toujours fut-il qu’avec tout le monde parti pour le champ de bataille de Cang Lan, la présence de Xie Danfeng en ces lieux était pour le moins surprenante. Elle avait fui la demeure familiale après une énième remontrance de son frère.

C’est un formidable coup du destin…

Alors qu’ils s’étaient mis en marche, Meng Chaoran s’isola un peu afin de les laisser seuls. Quel meilleur moyen pour créer un couple ? En dépit de ses espoirs, Tantan et Xie Danfeng passèrent surtout leur temps à combattre dans les jours qui suivirent.

Sur le plan de la cultivation, Tantan progressait à bon rythme depuis quelques temps déjà, tandis que Xie Danfeng était un véritable génie, et les nombreux élixirs que lui fournissait son clan l’avait grandement aidée. Pour autant, après quelques échanges, Tantan avait réussi à sortir son épingle du jeu, et en seulement trois jours à prendre l’avantage. Il tirait complètement partie de ces combats, aussi Meng Chaoran lui-même semblait-il en avoir sous-estimé les capacités.

Ça reste une femme, il pourrait y aller plus doucement…

En tant que maître, il avait des raisons de s’en inquiéter, mais ça ne l’empêchait pas de l’admirer. Tantan se battait avec la fureur d’un dragon, là où la tigresse peinait à rester debout. Il l’écrasait de tous son poids et la frappait à un rythme hallucinant, mais jamais au visage.

Il se contentait d’attraper sa poitrine, ses cuisses, ses fesses… tout ce qu’il pouvait et quand il le pouvait. C’était aussi satisfaisant que de frapper un sac de sable, mais bien plus doux au toucher ! Elle continuait pour autant de lutter, à en rugir des insultes même alors qu’elle recevait des coups. Le plus impressionnait restait encore qu’elle n’avait jamais cédé aux larmes. Elle se débattait en réfléchissant à toutes les façons de reprendre l’avantage. Une chose était sûre : elle n’était pas du genre à abdiquer.

C’était chez elle un principe de fer, aussi la même scène se répéta-t-elle dans les jours qui suivirent et tout au long du chemin. Le souhait d’entraîner son disciple était pour Meng Chaoran en cours d’accomplissement, alors même qu’ils n’étaient pas au cœur des terres de Cang Lan. Il devait beaucoup à Xie Danfeng et à son endurance.

Elle et Tantan se tiraient sans cesse la bourre, à vouloir atteindre en premier les bêtes spirituelles qu’ils croisaient, quoique leurs buts différaient. S’il s’agissait justement, pour lui, de s’entraîner et peut-être de devenir riche, elle était pour sa part à la recherche de fourrures et de noyaux.

Ils séparaient leurs gains sans que jamais l’autre ne s’en mêle. D’ailleurs, très rapidement, chacun se limita à son propre combat et le disciple cessa complètement de lui faire des cadeaux.

Je les ai gagnés, alors hors de question de te les donner si tu t’obstines à te refuser à moi ! se décida-t-il.

Il était encore loin d’avoir compris comment s’y prendre avec les femmes… et de toute manière, Xie Danfeng n’avait fait que refuser ses cadeaux.

Tu les as gagnés, alors garde-les… on n’est pas mariés, que je sache ! se disait-elle chaque fois.

Ils s’en tirent donc à leurs principes, comme deux voleurs réunis par un étrange concours de circonstances. Plus il les regardait, plus Meng Chaoran se demandait s’il devait rire de la situation ou en pleurer. Petit à petit, leur rivalité donna naissance à un nouvel et étrange concours.

Alors, parions !” Avait lancé l’un d’eux.

Chaque combat qui les opposerait serait désormais parié, à coups de noyaux de bête spirituelle. Bien sûr, il n’était pas compliqué d’imaginer l’issue de ces paris… Tantan ne perdit que deux fois, là où la demoiselle du clan Xie n’eut bientôt plus rien d’autre que de la rancœur. Elle avait dépensé tant de temps et d’énergie à acquérir ces noyaux… et pourtant, chaque fois qu’elle en acquérait de nouveaux, elle les pariait encore. Peut-être Tantan était-il fou, mais aux yeux de son maître, elle l’était tout autant.

Ils finiront bien par apprendre… je vais les laisser se débrouiller, se décida-t-il.

Ainsi continua l’avancée de cette très étrange et trop bruyante cohorte dans le champ de bataille de Cang Lan.

La capitale des Trois Cieux Inférieurs était enveloppée d’une aura de mort en raison de la guerre qui se préparait, là où les Trois Cieux Intermédiaires étaient en proie au plus grand chaos. La purge de Diwu Qingrou continuait à battre son plein.

Pourtant, le Ministre Chu était à des lieues de cette catastrophe. Il se trouvait sur un petit bateau, sur le lac Lotus, confortablement installé à pêcher. C’était une vie simple. Le lac était assez grand à en voir son emplacement, au cœur des terres, car son périmètre était long de plusieurs centaines de kilomètres.

Les terres avaient commencé à dégeler, et on voyait çà et là poindre des touffes d’herbe avec la fin de l’hiver. Le vent réchauffait les feuilles des arbres, laissant sous-entendre que cette période de l’année était arrivée.

Le lac était quant à lui encore partiellement gelé, et des feuilles de lotus en recouvraient la surface comme des vêtements oubliés. On était encore bien loin de ce magnifique paysage estival aux fleurs de lotus roses et vertes.

Enveloppé dans une robe blanche, Chu Yang tenait fermement sa canne à pêche en flottant à la surface de l’eau. C’était comme observer la brume au-dessus d’un nuage… soudain, le fil de sa canne se tendit au point de plier légèrement la canne. Il se détendit aussitôt après, avant de se retendre. Un poisson avait mordu à l’appât ! Et pas des moindres, à en voir par la façon dont il se débattait. Pourtant, Chu Yang ne semblait pas décidé à le ferrer aussitôt. Loin de ça, il le laissait se débattre et emporter le bateau.

C’est satisfaisant, hein ?!” Lança-t-il. Plus relaxé que jamais, il s’était fasciné pour la force de ce poisson. “C’est tellement drôle de pêcher ! Mais, est-ce qu’on s’amuse du poisson ? Certainement pas ! Alors, est-ce que c’est le fait de pêcher ? Pas plus. Ça ne devient véritablement intéressant que lorsque le poisson mord. C’est à cet instant que le cœur s’emballe… et je compte bien en profiter jusqu’à satiété ! C’est génial, génial !!!”

Un éclat de rire assez fort vint soudainement troubler sa réflexion. Un petit bateau, à peine plus grand que le sien, était venu le rejoindre. Il s’y trouvait une jeune femme, vêtue d’une robe de brocart, elle aussi occupée à pêcher. Elle semblait en revanche en proie au plus grand ennui, à en juger de par le fait que sa main droite tenait son menton davantage que la canne.

Alors l’intello, on a attrapé un poisson ?” Lui lança-t-elle avant d’éclater à nouveau de rire.

Chu Yang perdit aussitôt son sourire.

Les ancêtres disent que les hommes et les femmes ne doivent pas se toucher les mains, quand ils donnent ou reçoivent quelque chose. Ils disent aussi qu’une femme doit respecter l’étiquette et ne pas montrer leurs dents en souriant. Nous nous rencontrons pour la première fois, et il n’est pas d’usage de converser ainsi. D’ailleurs, les ancêtres disent aussi que vous devez m’appeler jeune maître, et pas l’intello…”

Hahahaha !” Ria-t-elle encore, révélant plus nettement encore ses canines. “Bon sang, vous êtes aussi pédant qu’un académicien ! Je ne sais plus quoi penser avec vos ancêtres !”

Jeune dame, vous vous exprimez comme un charretier !” S’indigna l’intéressé en feignant le ton d’un académicien. “Je ne suis pas académicien, et encore moins pédant !”

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 307
DNC Chapitre 309

8 Commentaires

  1. JikanJikan

    Chapitre très… Bizarre… C’est le mot. On retrouve enfin Chu Yang sur un lac!!!!!!? Un nouvel arc s’annonce, avec une fille qui semble très rigolote… La suite apportera des explications !

    Merci Wazouille!!

    Répondre
  2. Lygatt

    Merci wazouille pour ce chapitre mais du coup il rentre dans son clan quand chu yang ?

    Répondre
    1. TesaYuuTesaYuu

      Ouais moi aussi j’attends ça depuis longtemps !

      Répondre
      1. Kuro

        Dans environ 450 chapitres !

        Répondre
  3. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com