DNC Chapitre 353

DNC Chapitre 352
DNC Chapitre 354

Je me suis endormi comme une crotte sur mon clavier, mais voilà le DNC !

Et bonne nouvelle, ce soir, c’est deux OG au lieu d’un ! Eh oui, on a un bonus qui nous attend =)

Bonne lecture et à toute !

 

 

Chapitre 353 – Il doit le faire

 

Merci ! Merci…” Dit Du Shiqing avec émotion, au bord des larmes. Il avait dévoué sa vie à l’éducation de son fils, et ça n’avait pas été facile… Cependant, il était également la raison pour laquelle Diwu Qingrou avait enlevé son fils, qui fut alors entraîné pour remplir son rôle de pion prêt à être utilisé contre son père…

Que son fils ait été retourné contre lui et soit prêt à tuer son père si la ‘justice’ l’exigeait lui brisait le coeur.

Cela étant, son fils avait à présent perdu la mémoire et devait se reconstruire entièrement. Ça n’allait pas être un problème grâce à son solide physique, d’autant qu’il allait être accompagné par sa femme qui avait subi le même traitement. Il n’y avait donc pas matière à s’inquiéter.

Je dois dire que la procédure était plutôt dangereuse. Ils ont une bonne culture et une puissance spirituelle très élevée, aussi ai-je presque été incapable de contrôler leurs esprits.” Souffla Chu Yang en essuyant son front couvert de sueur.

La méthode de contrôle mental était assez simple la plupart du temps, mais le jeune homme s’était presque complètement épuisé en éliminant l’idéologie impérialiste profondément enracinée dans leurs crânes. Sa seule option avait été d’effacer leur mémoire entièrement.

Et c’était la raison pour laquelle il avait fini couvert de sueur froide.

Il passa ensuite quelque temps à discuter avec le médecin de sa voie de repli, puis ils finalisèrent les détails comme le lieu de rencontre, le signal, etc.

Le Fourbe partit ensuite silencieusement.

Il ne me reste plus qu’une chose à faire — je dois mettre la main sur les plans stratégiques de Diwu Qingrou !

Il avait toujours redouté le Premier Ministre depuis sa réincarnation, et il ne voulait pas l’affronter face à face à moins d’y être contraint et forcé.

Une sensation d’urgence planait dans ses pensées, et ce bien qu’il ait déjà rencontré Diwu Qingrou deux fois depuis son arrivée au Grand Zhao. La perspicacité de cet homme pouvait tout percer à jour…

Chu Yang pensait auparavant que le ministre ne pratiquait aucun art martial, mais il ne pouvait plus y croire à présent.

Personne n’avait pu encore déterminer les origines du Premier Ministre, donc on pouvait dire qu’il était parvenu à tromper le monde entier.

L’adolescent préférerait encore s’infiltrer dans le palais impérial plutôt que de visiter le palais du premier ministre mais malheureusement, il était bien obligé de le faire.

Le Nuage de Fer n’était pas prêt à l’assaut qui allait suivre. Ils n’avaient assemblé qu’une armée d’un million de soldats, tandis que le Grand Zhao pouvait déployer à tout moment quatre millions d’hommes.

De plus, leurs soldats étaient bien entraînés, et Diwu Qingrou entraînait une seconde armée depuis un moment déjà. Cette seconde armée allait forcément accueillir des millions de soldats, d’autant que les recrutements étaient toujours actifs.

Le Nuage de Fer allait devoir relever le challenge à la hâte à une telle différence de troupes, d’autant que leurs préparations avaient été insuffisantes. L’identité du vainqueur de ce conflit ne faisait aucun doute…

La guerre allait se dérouler à sens unique dès le début de l’offensive.

C’était pour cette raison qu’il était essentiel pour le Fourbe que de mettre la main sur les plans du Premier Ministre, histoire de retrouver un avantage raisonnable afin de faire face à des millions de soldats.

C’était la seule solution qui s’offrait à lui.

Pour s’en sortir, Chu Yang s’infiltrerait même dans la tanière d’un dragon, alors le palace de Diwu Qingrou…

C’était son devoir en tant ‘qu’homme’. Il pouvait, bien sûr, s’abstenir de l’accomplir, mais il le devait.

Une journée s’écoula.

Le ciel nocturne était parsemé de nuages sombres, et les bourrasques devenaient de plus en plus violentes. De grosses gouttes commencèrent à tomber du ciel, puis la pluie tomba de plus en plus intensément, jusqu’à lentement former un véritable rideau.

Chu Yang pria les cieux afin qu’ils lui viennent en aide, puis il sauta brusquement de sa cachette secrète et disparut sous la pluie.

*** ***

Diwu Qingrou n’avait dormi que trois heures seulement. Il était assis à son bureau, seul, et avait strictement ordonné à ce que personne ne le dérange.

Il regardait la carte accrochée au mur, le menton dans la main. Il connaissait déjà sa topographie par coeur, avec toutes ses montagnes et rivières…

Une guerre offensive et défensive avait déjà lieu dans son esprit. Il pensait à chaque ville, chaque montagne, chaque rivière… Chacun de ses escadrons et leurs commandants respectifs… Et les positions possibles des troupes et généraux ennemis. Il pensa même aux caractères, aux tendances et aux stratégies employées par les généraux de chaque côté.

Le cerveau du Premier Ministre était semblable à un ordinateur haut de gamme extrêmement complexe.

En fait, certains ordinateurs militaires n’étaient pas aussi performants que lui…

Diwu Qingrou voulait mentalement simuler la guerre et en voir la conclusion avant de se lancer réellement – c’était là sa capacité. Lui seul était capable de calculer un plan de bataille infaillible.

Il ferma lentement les yeux, toujours immobile sur sa chaise ; c’était comme si la terrible averse dehors l’inspirait incessamment.

Il ne bougea pas pendant un long moment, au point que le thé sur son bureau fut complètement froid.

Le ministre continua de réfléchir à la situation continuellement, comme s’il suivait une boucle, puis il finit enfin par soupirer.

Le moment venu… Tie Butian pourrait mener ses troupes sur le champ de bataille, mais il ne devrait représenter aucun problème. Quant à Tie Longchen… Je connais bien ses stratégies, vu qu’il a été mon ennemi durant toutes ces années. Et il est certainement coriace, mais j’ai juste à faire quelques sacrifices pour lui régler son compte, donc ça n’est pas un problème. La seule anomalie, à présent, c’est le Roi des Enfers Chu… Que va-t-il faire une fois sur le champ de bataille ?” Marmonna-t-il.

Il avait secrètement lutté contre sa némésis pendant un long moment, mais il n’osait cependant pas le sous-estimer pour autant.

Cette personne avait un talent autant pour les affaires civiles que militaires, et il était si féroce qu’il était capable de démontrer une cruauté inimaginable quand il le fallait. Il était capable de concevoir et lancer un plan sans hésitation… Puis de l’abandonner sans attendre si besoin était.

Il n’était pas seulement doué dans les intrigues, il excellait également dans l’emploi de machinations. Il était impossible d’imaginer qu’une personne pareille puisse ignorer l’art de la guerre.

Il était possible que le Roi des Enfers Chu arrive sur le champ de bataille accompagné des membres du Pavillon Butian, qui ne manqueraient pas de récupérer des informations, exécuter des assassinats et ainsi de suite. Cela étant, ce scénario n’inquiétait nullement le ministre.

Certes, une telle situation serait difficile à gérer, mais elle n’aurait globalement que peu d’impact sur la guerre même.

Il s’inquiétait cependant que le Roi des Enfers Chu puisse personnellement partir au front et prendre le commandement, ce qui infligerait une pression certaine sur ses lignes.

Le Premier Ministre était sûr de pouvoir éliminer Tie Long Cheng et Tie Butian, mais il ne pensait pas pouvoir forcément l’emporter sur un adversaire tel que le Roi des Enfers Chu.

Il gâcherait ses nombreuses années de recherche en s’attaquant à un personnage aussi insaisissable que lui, au lieu de frapper Tie Longchen et Tie Butian.

Ils avaient plusieurs généraux formidables de leurs côtés ; c’étaient des vétérans hautement expérimentés, et aux états de service glorieux. Cependant, ils étaient moins bons que les deux Tie susnommés.

Diwu Qingrou était optimiste quant à la conclusion de la guerre, mais il savait cependant qu’il allait devoir payer cher sa victoire…

Tie Longchen était un dieu de la guerre invisible… Tie Butian un maître stratégiste en plus d’être empereur… Et le Roi des Enfers Chu était un intriguant inégalé. Ses machinations n’avaient pas de fin…

Affronter ces trois-là n’était en rien aisé.

Le ministre pensait que le meilleur moment pour lancer l’assaut aurait été d’ici deux années de ça. Ses préparations auraient été terminées d’ici là, et il aurait aussi passé un accord avec la tribu des Loups des plaines du Nord d’ici là. Leurs troupes à la culture élevée auraient joué un grand rôle.

Cependant, son réseau d’espionnage au sein du Nuage de Fer avait subi de lourdes pertes, et ça l’avait laissé dans une situation chaotique. Ajoutez à ça plusieurs incidents majeurs soudains à la Citadelle du centre du continent qui avait provoqué un conflit inattendu avec le clan royal…

Il eut ensuite une perte majeure de morale dans le pays à cause du chaos de la capitale…

Et l’incident le plus critique arriva par la suite… Le Premier Ministre connaissait ce secret obscur depuis l’apparition du premier fragment de l’Épée des Neuf Calamités, mais ce secret avait changé d’apparences et était devenu plus vague, plus insaisissable…

Le ciel bleu s’était teint de rouge sang la veille, et ça lui avait fait éprouver un sentiment d’urgence.

La plupart des gens considéreraient un tel changement de couleur dans le ciel comme une illusion, mais Diwu Qingrou savait ce que ça signifiait réellement… Grâce à ses vastes connaissances.

Et c’est pourquoi il savait que les choses lui échapperaient s’il n’agissait pas immédiatement.

L’Épée des Neuf Calamités était capable d’opérer d’énormes changements dans le monde, aussi ne pouvait-il affirmer que ça n’affecterait pas la situation actuelle du continent.

Cela dit, le ministre découvrit qu’une seule variable apparaissait constamment dans ses plans : le Roi des Enfers Chu. Le caillou dans sa botte, l’épine dans son pied, l’arrête coincée dans sa gorge… qui survenait dans ses stratégies, indépendamment de sa volonté, et lui brisaient les…

Diwu Qingrou jeta un oeil par la fenêtre et remarqua que la nuit était déjà tombée. Il avait passé tout l’après-midi à son bureau sans s’en rendre compte. Il soupira, se leva et se frotta les tempes en sortant pour chasser la migraine qui l’assaillait après avoir passé tout ce temps à réfléchir.

Un attendant lui fit son rapport : “Premier Ministre, Monsieur Jing vous attend depuis longtemps.”

Oh, faites-le entrer.”

*** ***

Le Roi Martial Jun a disparu ?” Dit Diwu Qingrou en fronçant les sourcils. Il dit ensuite : “Mais ne cherchait-il pas des racines de lotus à neuf joints ?”

Yin Wutian et Jing Menghun s’échangèrent des regards effarés.

Le ministre se demanda : Il est de toute évidence venu ici pour ses racines, alors pourquoi partirait-il aussi subitement ? A-t-il réussi à en trouver ? Probablement pas… D’après le rapport de Yin Wutian, il ne devrait pas en avoir trouvé, non ?

Tu disais que de l’eau a jailli à la verticale du lac, et que votre bateau a été projeté dans les airs, c’est ça ? Quand est-ce que c’est arrivé… À quelle heure, exactement ?”

Le Roi Martial Yin réfléchit un moment, puis il répondit prudemment : “Ce devait être… juste avant que le ciel ne change bizarrement. Des éclairs ont éclaté, accompagnés de tonnerres, alors que le ciel était dégagé…”

Tout à coup, Diwu Qingrou grimaça, puis il finit par pâlir. Il marmonna, les yeux écarquillés : “Vous avez été envoyé bouler par une vague… lorsque le ciel a changé… Et les éclairs et le tonnerre ont grondé alors que le ciel était dégagé… Puis le Roi Martial Jun a disparu sans trouver les racines de lotus à neuf joints… ” (NdT 九劫 (Jiu Jie) = Neuf Calamités. 九节 (Jiu Jie) = Neuf joints :3)

Neuf joints… Neuf…” Tout à coup, il se mit à trembler des pieds à la tête et bondit de sa chaise. De grosses gouttes de sueur coulaient de son front, et son teint avait viré au vert.

Jing Menghun et Yin Wutian furent terrifiés de le voir ainsi : “Premier Ministre, qu’y a-t-il ?”

Le ministre se concentra et se rassit. Il grimaçait toujours et haletait. Tout à coup, il dit avec fureur : “Racines de lotus à neuf joints… Racines de lotus à neuf joints… Juste des racines de lotus à neuf joints, hein ! Jeune maître Yu, jeune maître Yu, vous m’avez bien eu…”

Il frappa une petite table de service à thé en jade violet de la main. “Bang !” La table s’effondra et se changea en un tas de poussière brillante.

Du jade pur avait été réduit en poudre !

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 352
DNC Chapitre 354

6 Commentaires

  1. Hyrtik

    Merci pour le chapitre !

    Oouuuiiiiiiiiiiiiii !!! 2 chapitre D’OG !!!

    Répondre
  2. Coco

    Merci pour le chapitre =D

    Répondre
  3. 4Help

    Mot qui résume bien la chapitre “couille”
    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  4. Shirosuu

    Diwu s’est fait couilloné mdrr merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com