DNC Chapitre 366
DNC Chapitre 368

Désolé pour l’attente, la VA était juste pire que du google trad ^^ »

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 367 – Quel mal y a-t-il à massacrer le monde entier ?

 

 

L’Esprit de L’Épée conserva le silence un long moment, comme s’il était perdu dans ses réflexions. Il finit alors par dire : « C’est trop risqué ! »

« Trop risqué ? Ce n’est pas grave ! » Il n’a pas dit qu’il ne pouvait pas m’aider, il a juste dit que c’était trop risqué. Ça veut dire qu’il y a une chance de gagner en prenant des risques !

Chu Yang était prêt à tenter sa chance, à ce stade. Il était prêt à courir n’importe quel risque tant qu’il avait un pour cent de chance de réussir, d’autant que l’Esprit lui avait dit que c’était risqué mais possible. Pourquoi ne pas tenter le coup, dans ce cas ?

Il prit une profonde inspiration et tendit lentement la main droite. Une épée apparut alors dans sa paume avec un ‘clang’ métallique.

Il pourrait survire s’il parvenait à se tailler un chemin. Devrait-il échouer… Eh bien, ce serait le dernier combat de sa vie.

C’était une lutte pour la victoire ou la mort, et il n’avait pas d’autre choix que de se battre. Dans ce cas, autant y aller franco et combattre sans réserve sans se soucier de sa survie.

Une seule idée occupait son esprit — tuer et s’échapper !

Tuer et s’échapper !

Tuer ! S’échapper !

« Un rayon de lueur glacée illumine les abysses… Quel mal y a-t-il à massacrer le monde entier ? » Récita lentement l’adolescent d’une voix grave. Son regard passa sur l’épée brillant dans ses mains, tandis qu’il continua de marmonner sans cesse la même psalmodie. « Quel mal y a-t-il à massacrer le monde entier ? »

Réciter les noms des techniques de l’Épée des Neuf Calamités à voix haute avait soudainement gonflé son esprit héroïque.

La partie cruciale de son chant résidait dans le point d’interrogation à la fin de la phrase. Ce point d’interrogation laissait le choix au praticien des techniques de l’Épée, un choix entre deux routes différentes.

Une pour l’hésitation, une pour la fermeté.

Pourquoi pas ?

Quel mal y a-t-il à ça ?

En quoi serait-ce mal ?

« Laissez-moi massacrer tout le monde, aujourd’hui… » L’adolescent sentit l’énergie gonfler dans sa poitrine, une énergie dévastatrice qui déboulait violemment de son coeur pour circuler de la tête aux pieds.Son regard froid traversa les arbres et atterrit sur les soldats qui montaient les tentes. Il dit alors d’un ton froid et impitoyable : « … eh bien, quel mal y a-t-il à ça ? En quoi serait-ce mal ? »

La lame de l’épée commença à briller, comme en réponse à l’aura meurtrière de son maître. La lueur glaciale de l’épée bondit dans un clang et commença à envelopper l’épée entière, puis la Pointe extrêmement tranchante monta jusqu’à s’attacher au sommet de l’arme.

Elle émit alors tout à coup un flash si lumineux, qu’il brillait plus fort encore que le soleil.

Clang !

Le Tranchant sortit silencieusement du dantian à toute vitesse, et remonta le long de ses méridiens pour arriver à son bras. Il fonça alors droit vers la paume et entra dans l’épée. Le Fourbe sentit alors une bouffée de chaleur envahir tout son corps, et l’épée longue dans sa main émit alors des éclairs de lumière blanche, entrecoupés d’éclairs écarlates abrupts.

Ensuite, le Fil de l’Épée fonça soudainement dans une grosse explosion.

Boum ! (NdT Ca fait très combinaison du mégazord des power rangers en fait… :D)

Tout à coup, l’aura meurtrière emplit le ciel tandis que la vapeur se répandit partout. L’environnement autour de Chu Yang était devenu l’image de l’enfer en une fraction de seconde ; il débordait d’une aura lugubre et froide, tout comme le monde des enfers. Les oiseaux sur les branches et les insectes au sol sentirent cette terrifiante intention meurtrière et, de panique, ils commencèrent à s’enfuir dans un chaos total.

Les trois fragments de l’Épée foncèrent droit vers les lignes ennemies pour les percer. Le Fil sinistre avait hâte de massacrer l’ennemi. C’était la première fois qu’il coopérait avec les autres fragments, après une longue séparation de dix mille ans, aussi son envie de tuer surpasser ceux des deux autres morceaux qui s’étaient rejoints pour former cette épée.

L’Épée des Neuf Calamités était apparue huit fois ces quatre-vingt mille dernières années, avec un ordre d’apparition des fragments à chaque fois différents. C’était la première fois que la Pointe, le Fil et la Lame apparaissaient en premiers successivement.

Et cette première fois survenait avec Chu Yang… Leur apparition en ces temps si troublés… Quand le monde entier était plongé dans le chaos… Semblait prédire quelque chose…

Était-ce la Volonté des Cieux ?

Le jeune homme sentit brusquement monter en lui un déferlement d’aura meurtrière, tandis qu’il tenait son épée. C’était une aura à l’hostilité incommensurable, unique en son genre sur terre.

Le nombre de victimes des trois Fragments au cours de ces dernières quatre-vingt mille dernières années était difficile à compter. L’Épée des Neuf Calamités avait toujours été ‘l’artefact d’élimination divin’ des Neuf Cieux. Elle était capable de semer le chaos à travers les Trois Cieux Supérieurs et par conséquent, on pouvait facilement imaginer que ceux qu’elle avait tués n’étaient pas des personnes ordinaires.

Pour faire simple… Un expert de niveau Roi était un expert de haut niveau haut yeux du Fourbe, à ce moment. Cependant, un Roi Martial… n’attendrait peut-être pas la semelle des puissants experts qui avaient été massacrés par l’Épée par le passé.

Il était inutile de préciser que d’innombrables experts de niveau Empereur, Souverain et même Saint avaient été tués par l’Épée.

Quant aux Vénérables Aînés Martiaux… Eh bien, personne n’oserait affirmer qu’il n’y en avait pas dans le lot.

Chu Yang était tombé sur ces trois fragments meurtriers, et il les avait réunis dans un seul et même endroit. Autant dire que cette flambée d’aura hostile avec presque grillée son esprit.

Fort heureusement, deux choses lui sauvèrent la vie : la première était son incroyable puissance mentale, résultant de l’expérience ses deux vies, et la seconde était la force répressive de l’Esprit de l’Épée. C’est grâce à ces deux éléments qu’il parvint à réussir à contrôler cette terrible aura.

Cela étant, le jeune homme avait à présent l’air aussi sévère que les démons monstrueux des légendes. Toute personne le regardant ne parviendrait pas à voir son visage, mais seulement l’aura meurtrière quasi palpable qui l’enveloppait.

L’adolescent ignorait cependant encore une chose : maintenant que l’Épée des Neuf Calamités avait retrouvé trois de ces fragments, elle possédait une nouvelle capacité : celle d’absorber l’âme des ennemis vaincus !

Le Fourbe ferma les yeux, prit deux grandes inspirations et les rouvrit subitement. Son corps flotta alors subitement et il fila à toute allure, en progressant derrière le couvert offert par les arbres et les coins sombres. Parfois, il avança en restant près du sol et se déplaça à travers les buissons…

Il traversa l’herbe haute, comme un bateau franchissait les vagues, en laissant un sillon sur son passage et provoquant des ondulations qui se répandirent dans l’océan vert…

 

L’officier commandant ce bataillon était un général renommé du Grand Zhao — Wang Tenglong. Diwu Qingrou lui avait ordonné d’assembler une armée de deux cent mille hommes aussi vite que possible, et de se rendre au nord vers le champ de bataille du Nuage de Fer. Ainsi, il avait pris la tête de son armée privée et avait quitté le Centre du Continent. Il ne s’attendait pas du tout, par contre, à recevoir à mi-chemin un faucon invisible qui lui apportait un nouvel ordre : celui de faire demi-tour et d’aider à la capture ou à l’assassinat du Roi des Enfers Chu.

Pressé par cette situation exceptionnellement urgente, Wang Tenglong n’eut pas le temps de renforcer ses troupes et emmena avec lui son armée privée, faute d’autre choix. Cette armée était composée de dix mille soldats d’élite.

Il avait cependant pleinement confiance en ses hommes. Mes dix mille soldats sont des vétérans aguerris, capables d’affronter de cent mille hommes. Ils pourraient prendre le dessus sur une telle armée sans le moindre effort ! En fait, ils pourraient même remporter la bataille et annihiler l’ennemi !

Ils devraient suffire à encercler et capturer le Roi des Enfers Chu.

Wang Tenglong ne sous-estimait pas du tout le légendaire Roi des Enfers Chu ; il pensait simplement que dix mille hommes et chevaux ‘devraient suffire’ à encercler et capturer leur cible. En fait, un tel nombre était totalement exagéré ; c’était comme tuer un poulet avec un fusil à pompe.

Wang Tenglong était un général célèbre et en tant que tel, il était toujours accompagné par plus de dix mille soldats. Il était classé 13eme dans le classement des généraux du continent. Il était brave, avait un caractère bien trempé et un tempérament volcanique. Ce n’était pas le genre d’homme qu’on aimait affronter.

Un colonel avait généralement le droit d’avoir quelques centaines de soldats, un général de bas rang ne pouvait pas avoir plus de mille soldats dans son armée, et les généraux de rang intermédiaire ou supérieur ne pouvaient pas en avoir plus de trois milles. Seuls les soi-disant ‘généraux célèbres’ avaient la permission d’avoir dix mille hommes.

Ça vous donne une idée du niveau de compétence de ce Wang Tenglong.

De plus, chaque soldat de son armée privée était un des meilleurs soldats d’élite qui soient.

Wang Tenglong étudia la topographie du canyon, puis il donna un ordre : « Déployez-vous en éventail et avancez jusqu’au point le plus étroit du canyon ! Vous monterez le camp là-bas ! Cet endroit ressemble à une gorge géante ! »

« Même une mouche ne parviendra pas à passer tant que nous étranglons cette gorge ! »

Tant que mes soldats pourront établir un camp dans la gorge du canyon et que nous avons assez de provisions… Nous pourrons tenir pendant un mois entier seuls, même si nous devions faire face à une armée d’un million d’hommes.

Ils arrivèrent à la fameuse gorge et le camp fut monté sous la surveillance du commandant en second, pendant que le général monta au sommet d’une petite bute à dos de cheval et perdit son regard au loin. Il semblait essayer de déceler la moindre activité dans la forêt montagneuse.

Cette forêt ressemble à une gourde chinoise géante, et ce canyon est son cou. Personne ne pourra sortir de cette forêt et échapper à notre surveillance !

Wang Tenglong avait fait un grand détour pour arriver sur place en contournant l’ennemi. Il était très sûr de lui. Même une souris ne peut passer entre les mailles de mon filet !

Le Roi des Enfers Chu ne peut pas prendre ce chemin pour rentrer au Nuage de Fer. Les deux seules options qui lui restent sont de rester caché dans le Grand Zhao… Ou de fuir au Pays Éternel voisin. Cependant, il est hautement improbable qu’il choisisse une de ces deux options ; autrement, il ne serait pas entré dans cette forêt !

Tant qu’il est encore là et qu’il ose sortir de son trou… Il finira sans aucun doute entre mes mains !

Le commandant en second le rejoignit en courant, puis il se tint au garde à vous, droit comme un piquet, et lui fit son rapport : « Au rapport, Grand Général. Nous avons accompli vos ordres. »

Wang Tenglong avait instauré une règle, une règle que même son commandant en second n’avait pas le droit de violer, et ce bien qu’ils soient très proches. Quiconque désobéissait à cette règle était puni selon la loi militaire.

Il croyait qu’une armée devait suivre un code de conduite, et que même s’il y avait des pères, des fils et des frères dans l’armée… Ils devaient obéir à leurs officiers supérieurs. Tu es mon père, mais j’ai un rang supérieur au tien dans l’armée, alors tu dois te tenir au garde à vous et me saluer à chaque fois que tu me croises. De plus, tu ne dois m’appeler que par mon titre, et jamais autrement. Je te frapperai sur-le-champ si tu m’appelles ‘fils’ devant les autres.

Si le propre fils de Wang Tenglong était le commandant en chef, et que lui n’était que colonel, il s’inclinerait et s’agenouillerait devant lui pour le saluer.

Telle était la loi militaire.

Un jour… Le cadet du général était venu lui rendre visite dans sa tente, et il l’avait involontairement appelé ‘grand-frère.’ Wang Tenglong ordonna alors à ses subordonnés de punir son petit-frère en le frappant quarante fois d’un bâton.

Il resta ensuite au chevet de son petit-frère inconscient toute la nuit, en pleurant des larmes de regret et de chagrin… Mais quand il était de service… Il suivait de façon impartiale le code de conduite de l’armée. Même Diwu Qingrou l’appelait par son rang lorsqu’il était de service.

Voilà quel genre d’homme était Wang Tenglong.

Le général prit un air sérieux, puis il répondit en observant indifféremment ses troupes à l’oeuvre. « Très bien. » Il s’arrêta une seconde, puis il demanda : « Que penses-tu de tout ça, Fuhu ? »

 Le lieutenant-général Sun Fuhu était son commandant en second depuis plus de dix ans. Ils parvenaient à se comprendre tacitement, au point qu’ils n’aient pas besoin de trop s’expliquer pour se faire comprendre de l’autre. Ces quelques mots lui suffisaient à comprendre de quoi parlait son supérieur.

Sun Fuhu observa la forêt montagneuse avec attention, puis leur armée. Il dit alors solennellement : « Grand Général, votre subordonné pense que le Roi des Enfers Chu ne parviendra pas à s’échapper tant que vous êtes stationné ici ! »

« Pas nécessairement ! » Répondit Wang Tenglong en secouant la tête, un sourire aux lèvres. Le regard perdu sur la forêt, il ajouta insipidement : « Tu ne saisis pas qui est le Roi des Enfers Chu, pas vrai ? Il ne serait pas aussi tristement célèbre s’il pouvait être capturé aussi facilement. »

« Oh ? Se peut-il que vous soyez inquiet, Grand Général ? » Demanda Sun Fuhu, surpris par sa réponse. Une armée de dix mille hommes tenant la gorge du canyon devait suffire à capturer le Roi des Enfers Chu, à son avis. En fait, il trouvait même rassembler une telle armée pour capturer un seul homme était totalement exagéré. Cependant, il ne s’attendait pas du tout à ce que ce Grand Général ait une telle opinion à ce sujet.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 366
DNC Chapitre 368

Related Posts

7 thoughts on “DNC Chapitre 367

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com