DNC Chapitre 410
DNC Chapitre 412

Pour changer, on va débuter cet aprem avec un DNC ! L’histoire avance bien et on approche doucement de la fin de l’arc des Trois Cieux Inférieurs !

Bonne lecture à tous =)

Chapitre 411 – Le Roi des Enfers Chu prend le commandement de l’armée !

Chu Yang tourna sa paume vers le ciel et dit “Voilà un cadeau pour vous trois !” Il regarda les tout petits morceaux fins dans sa main et se sentit embarrassé. “Tousse tousse… Ils sont un peu petits, mais… tousse tousse… La pièce originale n’était pas bien grosse, alors…”

Il se sentait clairement coupable en mentant ainsi. Pas grosse ? Elle était aussi grosse qu’une montagne ! Mais comment puis-je l’avouer ? Je ne peux pas leur dire que mon Esprit de l’Épée des Neuf Calamités est si pingre qu’il refuse que je vous en donne davantage !

Cependant, ses trois camarades étaient déjà abasourdis !

Les trois morceaux de jade rose au creux de la paume du jeune homme émettaient une lueur rougeâtre intense sous les rayons du soleil, comme s’ils le faisaient fondre et qu’une vapeur dense s’en échappait…

Un aura chaleureuse se répandit de ces morceaux et enveloppa les trois individus.

« C’est du Jade de Yang Mystérieux ! » S’exclama une des ombres, surprise, tandis qu’elle écarquilla les yeux. Les deux Rois Martiaux fixèrent les bouts de jade avec des yeux exorbités !

Je comprends mieux que cette zone soit désertique et que le pic ait pour nom Chu Yang ! C’est effectivement de l’énergie de yang pure, du yang dans sa plus pure forme ! Un trésor aussi inestimable, capable de surprendre les cieux, était caché dans ce pic… 

Les deux ombres étaient émues aux larmes. Le Jade de Yang Mystérieux ! Alors ce trésor n’était pas qu’une légende, il existait réellement !

Tie Butian ignorait ce qu’était ce Jade, mais elle pouvait deviner par les réactions de ses gardes que ça n’était pas un trésor ordinaire.

« Ce jade… Sa Majesté peut l’avoir, mais pas nous ! » Dirent les Rois Martiaux avec beaucoup de difficulté, les yeux rivés sur les trois bouts dans la paume de l’adolescent.

« Pourquoi ça ? » Demanda ce dernier.

« Un homme innocent peut avoir des problèmes à cause d’un objet précieux attirant la jalousie des autres. » Dit une ombre en soupirant. « Contrairement à toi, nous n’avons pas le loisir d’être insouciants comme toi, qui peut aller où il veut ou faire ce qu’il veut. Par contre, Sa Majesté est l’Empereur de la nation, il est loin d’être ordinaire, aussi n’aura-t-il aucun problème même en portant un trésor aussi précieux sur lui. Cependant, ça n’est pas notre cas ; nous avons une famille et nous devons retourner la voir de temps à autre… »

L’expression de l’ombre était assez amère et dure. Il ne pouvait révéler ce qu’il avait sur le coeur. La famille essaiera sans aucun doute de nous arracher ce précieux trésor dès qu’ils s’apercevront que nous l’avons en notre possession. Nous sommes certes des experts de niveau Roi de neuvième rang, mais la famille ne prend pas ce niveau de puissance très au sérieux.

De plus, ces deux-là étaient déjà plutôt vieux, aussi leur famille ne ferait pas de leur futur développement une priorité. Pourquoi auraient-ils été envoyés dans les Trois Cieux Inférieurs, autrement ?

« Vous voulez dire que vous ne les accepterez pas ? » Demanda le Fourbe, abasourdi. « Je les ai préparés à votre attention ; voulez-vous que je les garde ? »

Les deux ombres hésitèrent un moment avant d’enfin prendre une décision : « Non, ça n’est pas ça… Bon, faisons ainsi : nous allons en accepter un pour nous deux, vu que nous sommes mariés. »

L’ombre prit alors le plus petit morceau de jade, puis il se saisit du plus gros et le donna à Tie Butian. Il rendit ensuite résolument le dernier morceau à son bienfaiteur.

« Nous avons pris le plus petit bout, mais c’est à présent notre plus précieux bijou de famille. Nous te remercions pour ta bonté. » Dirent les ombres avec dévouement.

Quant à la raison qui les poussa à donner le plus gros morceau à Tie Butian… Vous avez perdu votre art martial pour quelqu’un d’autre, et vous avez payé le prix fort en perdant une des choses les plus précieuses qu’à une femme… il ne devrait donc pas y avoir le moindre problème à ce que vous receviez le plus gros morceau de Jade de Yang Mystérieux, vu qu’il nourrira votre corps.

« Votre Majesté, ce morceau de jade a pour nom ‘Jade de Yang Mystérieux’. Vous pouvez le garder sur vous ou le porter en bijou. Il nourrira non seulement votre corps, mais aussi votre âme et de plus, il prendra soin de votre peau et vous aidera à garder votre jeunesse. Vous portez le poids des responsabilités de votre empire, et vous devez souvent gérer des milliers de problèmes tenant aux affaires de l’État. Difficile de ne pas être épuisé avec un travail aussi laborieux, mais tant que vous aurez ce Jade en votre possession, les maladies vous fuiront et vous vous sentirez toujours plein d’énergie. En fait, vous oublierez même ce que c’est que d’être fatigué ! Et ce jade ne vous fera jamais le moindre mal. »

Une des ombres suggéra solennellement : « Votre Majesté, vous ne devez jamais montré ce jade à qui que ce soit. Vous pouvez le transmettre en tant que trésor national dans le futur ! »

« En tant que trésor national ?! » Tie Butian tenait le morceau de jade dans sa main et jouait avec car elle aimait la chaleur qu’il dégageait. Elle le trouvait adorable au point de ne pouvoir s’en passer. Cependant, la déclaration de l’ombre la surprit tout à coup.

Elle était impératrice, aussi savait-elle parfaitement quel genre de trésors était transmis en tant que trésors nationaux : seuls ceux capables de changer les lois de la nature pouvaient recevoir ce titre.

« Je garderai toujours ce morceau de jade avec moi… » Dit-elle solennellement après avoir levé la tête. Sa phrase était lourde de sens ou du moins, c’est ce que les deux ombres perçurent.

Chu Yang, lui, ne sentit rien du tout par contre…

Les deux rois martiaux soupirèrent en leur for intérieur en remarquant la différence entre leurs comportements… Quelle paire… L’homme aime quelqu’un d’autre, et la femme est accablée par le poids démentiel de ses responsabilités…

L’une est follement amoureuse de l’autre et est prête à tout pour lui, tandis que lui ne s’en est absolument pas rendu compte… Existe-t-il une relation plus étrange que la leur dans ce monde ?

Les quatre individus descendirent la montagne et marchèrent jusqu’en début de soirée. Ils traversèrent plusieurs montagnes et rejoignirent le Col Séparant les Cieux par une autre direction.

Wu Kuangyun brûlait d’impatience, car Long Ao n’avait pas encore bougé d’un pouce. Ce n’était pas qu’il n’avait pas envie de s’en aller, mais… Il ne le pouvait simplement pas. Il y avait une mini montagne derrière eux qui leur bloquait le chemin. Piégé dans cette situation ingrate, il voulait pleurer mais aucune larme ne montait à ses yeux.

Si je veux battre en retraite, je peux faire escalader la falaise à mes centaines de milliers d’hommes, mais… On fait quoi des chevaux et des charrettes ? Je ne peux pas les faire disparaître en claquant des doigts…

Et de toute façon, faire escalader la montagne à tous ces soldats provoquerait un désordre incroyable. Wu Kuangyun aurait d’autant plus de facilité à lancer une attaque-surprise… Qui nous annihilerait tous qui plus est.

Long Ao était très courageux, mais il n’était pas non plus téméraire au point d’essayer quelque chose d’aussi ridicule. Et même dans le cas où ils auraient assez de chance pour parvenir à grimper sans encombre… Que feraient-ils si les mégalithes devaient retomber ? Cette possibilité était réellement imprévisible !

Par conséquent, il n’avait d’autre choix que de tenir bon.

Wu Kuangyun apprit que l’Empereur venait d’arriver, et il se précipita hors de sa tente pour l’accueillir, surexcité. « Votre Majesté… Votre Majesté… Votre… » En fait, il en pleurait presque de joie. Il se frotta les yeux et l’accueillit avec ferveur. « Vous êtes enfin de retour. Je… Je… J’ai failli me suicider… »

Tie Butian sourit et lui dit d’un ton réconfortant : « Inutile d’être aussi anxieux, je vais parfaitement bien. Bon, quelle est la situation dans le Col ? »

« Elle est excellente ! »

Sa réponse lapidaire choqua Son Altesse. « Excellente ? »

« Oui, wahahah… Pardonnez-moi, j’ai été surexcité toute la journée. C’était comme si le ciel leur était tombé sur la tête. Une énorme montagne s’est écrasée sur la vallée et a écrabouillé ces enfoirés. Wahahah… » Dit le général avec un grand sourire.

« Une montagne seule n’a pas pu tous les écraser, pas vrai ? » Dit l’Empereur en fronçant les sourcils. Wu Kuangyun doit exagérer, pas vrai ?

« Mais cette montagne a dévalé la vallée, Votre Majesté ! Et de plus, l’impact de la chute l’a fait trembler tant et si bien qu’il y a eu plein de glissements de terrain et d’éboulements partout. C’était vraiment spectaculaire, ah ah ! J’ai entendu dire que même Jin Nankai et Yu Chenglong avaient été écrabouillés… Le Grand Zhao a perdu plus de six cent mille hommes ! »

« Six cent mille, aaaah. Six cent mille Votre Majesté ! » Dit le général, rouge d’excitation.

Six cent mille votre majestés ?

Tie Butian était déconcertée par cette réponse. Il a bien dit six cent mille votre majestés ? Que veut dire cette métaphore en nombres de morts ? Comment un pays pourrait avoir six cent mille empereurs ?

Elle savait, cela étant, que Wu Kuangyun était surexcité, d’où son incohérence… Et du coup, elle ne le prit pas au sérieux.

« Je vais aller voir. » Dit-elle en faisant signe de la main pour le renvoyer.

Le général se glissa discrètement devant Chu Yang et lui tapota l’épaule de sa main velue. « Hé gamin, tu te souviens encore du Grand Général Wu ? »

Le jeune homme leva un sourcil désapprobateur. « Vous voulez parler du général que j’allais offrir à des chevaux sous aphrodisiaque ? »

Wu Kuangyun le regarda d’un air absent, bouche bée, avant de dire furieusement : « Bordel ! » Il a fallu qu’il mette mon traumatisme sur le tapis dès le départ.

Alors qu’il allait se déchaîner, il remarqua tardivement que l’adolescent avait rejoint l’empereur. Il marcha alors d’un pas lourd vers eux pour les rattraper et alors qu’il allait prendre une pose autoritaire, Tie Butian se retourna tout à coup. Elle regarda le général et lui dit d’un ton solennel : « Ne soyez pas déraisonnable envers le Ministre Chu. »

Elle avait parlé d’une voix très basse pour que lui seul puisse l’entendre.

Une fois de plus, Wu Kuangyun se retrouva bouche bée d’ahurissement. Le Ministre Chu ? Le Roi des Enfers Chu ? Putain de merde, alors ce type serait le… Le Roi des Enfers Chu ?

Il se rappela du grabuge que ce Roi des Enfers Chu avait provoqué à travers tout le Nuage de Fer. Jamais n’aurait-il imaginé qu’un personnage aussi épouvantable s’avère être aussi jeune… Le général fit de son mieux, mais il ne pouvait simplement pas accepter une chose aussi absurde.

Il ouvrit la bouche pour parler, mais il vit alors que l’Empereur le fusillait d’un regard mauvais.

Sa Majesté m’indique clairement de ne pas révéler son identité…

Wu Kuangyun prit aussitôt une bonne décision et se tut. Ça ne l’empêcha cependant pas de se poser des questions. Pourquoi me dire qui il est, si je ne dois pas révéler son identité ?

Le petit groupe se rendit ainsi au Col, qui était effectivement dans un triste état. Les murs s’étaient effondrés de partout. Tie Butian ne put s’empêcher de soupirer. C’était vraiment dangereux. 

Tout autre endroit que la forteresse du Col Séparant les Cieux aurait été réduit en poussière… Ils montèrent au sommet du mur d’enceinte et observèrent la situation. Son Altesse poursuivit son observation un temps, puis il finit par dire : « Ministre Chu, vous avez dorénavant le commandement des cinq cent mille hommes et chevaux stationnés ici ! »

« Sous mon commandement ? » Répéta un Chu Yang stupéfait.

« En effet, sous votre commandement. » Répondit Son Altesse avec la plus grande confiance. « Je suis persuadée que vous pourrez mettre plus rapidement un terme à cette guerre. »

Le jeune homme observa le résultat de son œuvre. « Très bien ! »

Wu Kuangyun – qui les avait suivis – comprit enfin. Alors Sa Majesté a l’intention de donner le commandement de l’armée au Roi des Enfers Chu, et c’est pour ça qu’il m’a révélé son identité…

Hmpf, ça n’est pas si facile de diriger une armée ! Un génie n’est pas forcément un bon commandant !

Il continua ensuite d’écouter Tie Butian. « Général Wu, vous avez la responsabilité d’assister le Ministre Chu. Vous devez être présent à ses côtés à tout moment et lui obéir… » Elle le fixa et lui demanda d’un ton insipide : « Vous m’avez compris ? »

« J’ai compris ! J’ai compris ! » Dit le général en hochant la tête comme un forcené.

Chu Yang revêtit une robe noire et dissimula son visage. Il portait la tenue typique du Roi des Enfers Chu. Il tint ensuite sa première réunion stratégique.

Une aura épouvantable régnait dans la tente servant de salle de réunion, où flottaient des traces d’énergie froide des Sept Ombres. La tente était ainsi devenue une sorte de grotte glaciale en plein été brûlant, et tous les participants frissonnaient.

Plusieurs généraux vaillants étaient assis à la table. Ils étaient mécontents d’être sous les ordres du Ministre Chu et n’avaient aucune envie de lui obéir. Cependant, un frisson leur parcourait l’échine à chaque fois qu’ils croisaient son regard ; cette sensation froide et épouvantable s’insinuait en eux et fit rapidement fondre leurs envies de révolte comme neige au soleil…

« Je ne vais pas perdre mon temps en palabres, je ne veux que vous dire que cette armée sous mon commandement va gagner la guerre ! » Le Roi des Enfers Chu regarda froidement les gens présents. « J’annonce par la présente mon premier ordre ! »

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 410
DNC Chapitre 412

Related Posts

6 thoughts on “DNC Chapitre 411

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com