EER : Chapitre 105
EER : Chapitre 107

Jour 29/31 des soldes ! On approche de la fin si certains veulent encore faire du stock 🙂
Je vous rappelle les termes du contrat :

MoL : 50 € / chapitre
EER : 25 € / chapitre

Et vous souhaite une excellent lecture pour un chapitre ma foi… comique 😀

Chapitres en attente :

EER : 1
MoL : 0 EDIT : 1 qui vient d’arriver et que je n’avais pas vu 🙂

Et un grand merci à Scorpio pour son soutien en cet été de merde 🙂


Chapitre 106 – Mon âme vagabonde 7/9

 

— Ramène-moi cette salope de Dragon ici immédiatement, cracha Liera, une fureur froide changée en hurlement de jalousie. Je vais faire justice moi-même !!

— Accompagnant les mots Il est heureux pour toi que tu n’aies pas été bannie des Cieux pour avoir accepté la bénédiction d’un dieu archivé, je vais t’annoncer que Lecidna est déjà morte, lui répondit Herta, qui gardait un calme parfait…

…malgré la rage qui brûlait au fond de son cœur. Liera finit par baisser sa lance, impuissante.

C’était comme annoncer à un étudiant que les notes de son examen d’entrée auraient pu lui permettre d’entrer dans une université plus prestigieuse que celle qu’il avait choisie, et qu’il était désormais trop tard pour faire marche arrière.

Ce sentiment d’impuissance, de perte de soi, de désespoir !

À ce moment, le bébé Dragon s’avança à petits pas et attrapa sa jambe, alors que les veines de sa main palpitaient sur la hampe de sa lance d’une colère qu’elle ne savait où diriger.

Et d’une voix pure et naïve, il se contenta de parler comme il pensait.

— Jolie grande sœur !

Il leva la tête pour observer Liera en souriant. Il était bien sûr magnifique, étant né Dragon, mais à cause de l’influence de Yu Ilhan, il ressemblait beaucoup à ce dernier.

Sans même parler des autres, Liera était totalement éperdue de Yu Ilhan, et ce geste fut un coup critique à ce moment précis. D’une façon assez miraculeuse, toute la rage qui bouillonnait en elle, tout désir de vengeance, fondirent comme de la glace sous le soleil.

— Je ne suis pas ta sœur, corrigea-t-elle malgré tout.

Elle se baissa afin de pouvoir rencontrer le regard du bébé sans avoir à baisser la tête.

— Tu peux m’appeler maman, maintenant, dit-elle d’une voix douce.

— Huh ? hoqueta Yu Ilhan.

— Lieraaaaaaa ?! dégobilla Herta.

— Mais il est si mignon ! protesta-t-elle. À bien y repenser, il a absorbé le mana d’Ilhan, alors je peux totalement l’accepter !

Et c’était vraiment un développement surprenant. Yu Ilhan, qui n’avait pas encore vraiment accepté tout ce qui se passait, commençait finalement à reprendre ses esprits suite aux mots de Liera.

— Oui, bien sûr… se rassura-t-il. Il n’a fait qu’absorber mon mana.

Il se mit quelques légères claques afin de se calmer. Le Dragon, qui l’observait, lâcha la jambe de Liera et se mit à l’imiter.

Ce n’était qu’un gosse, après tout. Yu Ilhan se surprit à rire face à cette réaction inattendue, et agita la main pour lui faire signe d’approcher. L’enfant, qui ne savait trop que dire après avoir entendu la requête de Liera, courut jusqu’à lui, fou de joie, et s’arrêta juste devant son père de synthèse.

— Oui, papa ! s’exclama-t-il.

— Je ne suis pas ton père.

— Tu es mon papa !

Des mots emplis de plus qu’une conviction ; des mots plein d’un sens profond qui ne laissait la place à aucun doute : tout comme il aurait pu annoncer Je suis un Dragon, il édictait les faits parce qu’il s’agissait, pour lui, d’une vérité absolue.

Et il s’agissait, en quelque sorte, d’une réalité indéniable. Mais en même temps, pas selon les standards humains !

Yu Ilhan tenta de faire de son mieux pour se calmer à nouveau, et se permit de rencontrer à nouveau le regard de l’enfant.

— Écoute-moi bien, dit-il. Je n’ai jamais imaginé devenir ton père, et je n’ai pas une telle résolution. Il s’avère que je n’ai eu aucune relation avec ta mère. Tu comprends ?

— Ouais !

Bien qu’il ne s’agissait pas d’une chose qu’on pouvait dire à un nouveau-né, celui-là acquiesça avec tout le sérieux du monde, comme s’il comprenait déjà tout de la vie.

— Je t’ai éveillé grâce à des flammes et mon mana, continua Yu Ilhan. Bien sûr, je vais t’élever, parce que j’en ai fait la promesse à ta mère, mais en compensation, je te demanderai de m’accompagner au combat. Je vais même faire de toi mon subordonné grâce à ma compétence Commandement. N’est-ce pas effrayant ? Comprends-tu tout ça ?

— Ouais ! répéta le Dragon.

Ce que Yu Ilhan venait de dire l’écrasèrent d’un sentiment de culpabilité énorme. Mais en réaction, l’enfant Dragon se contenta de sourire naïvement et hocha la tête une fois de plus.

Oui, ce n’était pas si mal d’être honnête dès le départ – telle fut la conclusion de Yu Ilhan en son cœur.

— Bien, alors je ne peux pas être appelé papa, déclara-t-il.

— Tu es mon papa ! insista le Dragon.

Yu Ilhan combattit de son mieux ce besoin urgent de lui coller la première raclée de sa vie. Mais avant qu’il ne pût même avoir le temps d’y réfléchir, l’enfant prit la parole.

— Les Dragons sont comme ça, papa !

— Comme ça ? Comment ? répéta Yu Ilhan, perplexe.

— Puissants, et tout ce qui va avec !

Yu Ilhan se passa la main sur le front et soupira profondément, rapidement imité par le nouveau-né qui riait.

— …Pourquoi m’imites-tu ainsi ? demanda Yu Ilhan, atterré.

— Parce que papa est le plus fort ! répondit-il naturellement.

En d’autres termes, il l’imitait parce qu’il s’imaginait qu’il pourrait devenir puissant, lui aussi. Yu Ilhan se sentit d’un seul coup investi d’une responsabilité nouvelle en entendant ces mots si naïfs, mais en même temps si… draconiques.

— Pourquoi ne le reconnais-tu pas, Yu Ilhan ? s’interposa Herta. Penser qu’ils s’accouplent grâce à la fusion du mana est très… Dragon. Aussi, l’enfant est bien ton enfant. Cependant, il l’est du point de vue d’un Dragon, c’est très éloigné de ce que tu as appris ou ce que tu pourrais même souhaiter : romance, mariage, tout ça. Je te dis juste qu’avoir fréquenté un Dragon sans le savoir, tu as fini avec un enfant sans passer par les étapes préliminaires.

— N’est-ce pas considéré comme un viol ?! protesta Yu Ilhan.

Herta ignora sa remarque et continua, comme si elle avait préparé à l’avance tout un discours pour cette occasion.

— Aussi, tu as un enfant, mais tu n’as toujours pas de femme, et n’en as jamais eue. Tu es né solitaire et vierge, et tu l’es toujours… Tu as simplement un enfant-Dragon en plus, désormais.

— C’est encore pire ! Je n’ai même pas eu les plaisirs de la relation et j’ai déjà l’enfant ?! se révolta Yu Ilhan.

— Oh, s’il te plaît, trancha Herta en levant les yeux au ciel. La deuxième pire chose, plutôt.

Cependant, Yu Ilhan ne pouvait plus échapper à la réalité. Il réalisa qu’il s’était pris au piège tout seul au moment où il avait sorti l’œuf de l’inventaire. Non, au moment où il avait accepté la demande de Lecidna, son destin était déjà écrit.

Lecidna…

— C’était bien une femme ! se plaignit Yu Ilhan. Elle m’a donné la migraine du début à la fin, et même après sa mort, ça continue !

— Appelle-moi maman. Ma-man, murmurait Liera dans un coin, discutant avec l’enfant.

— Mais c’est grande sœur… tentait ce dernier, les sourcils en zigzag.

— Liera, arrête, maintenant, lui ordonna Herta. C’est gênant.

Liera était-elle également en âge de se marier et d’avoir des enfants ? Yu Ilhan, totalement perdu, se mit à se poser ce genre de questions en regardant la scène improbable dépeignant deux Anges et un bébé Dragon, avant de se coller quelques claques une nouvelle fois. Ses joues rougissaient, mais il put reprendre ses esprits.

— Oui.

Et il était obligé d’accepter la réalité, il le savait.

— Tu es en effet mon fils. Pas selon les standards humains, mais… tu n’es pas humain.

— Ouais, papa ! se réjouit l’enfant, au bord des larmes.

Yu Ilhan, qui avait vécu pendant plus d’un millénaire, se considérait toujours comme un charmant jeune homme de vingt ans, dans sa tête.

Et il venait d’avoir un fils. Un Dragon.

— Comme tu le souhaites, je vais te rendre puissant. Plus que tu ne l’imagines, même, déclara-t-il sérieusement. Cependant, tu vas souffrir, et pas qu’un peu. Garde ça à l’esprit.

— Je suis prêt à tout pour devenir aussi puissant que papa ! répondit le gosse sans même y réfléchir.

Plutôt que de la bouche d’un nouveau-né, il s’agissait de mots qu’il se serait attendu à lire dans un manga pour adolescents, dans lesquels les héros sont toujours courageux et prêts à tout, même au détriment de leur santé et de leur vie. Mais Yu Ilhan chassa rapidement cette pensée.

— Je dois d’abord te donner un nom, décida-t-il. Est-ce que Mini-Han serait bien ?

— Ne t’avise même pas de SONGER à l’appeler comme ça ! le coupa Herta.

— Alors la même chose en mandarin, proposa Yu Ilhan, le plus sérieusement du monde.

— Même pas du coréen ?!

Face à l’opposition exaspérante de Herta, l’enfant, au bout du compte, finit par obtenir le nom de Mir, le plus pur mot coréen signifiant Dragon.

— Yu Mir, annonça Yu Ilhan, convaincu.

— Yumir ? Mon nom !

— Yu Mir, corrigea Yu Ilhan, pas Yumir…

— Yumir ! Je m’appelle Yumir ! répéta le Dragon, totalement exalté par son nom.

— Je… Oh, et puis zut, abandonna Yu Ilhan.

— Par un heureux hasard, son nom de famille sera Yu, comme toi, commenta Herta. Son nom complet est d’une beauté écrasante. Imagine la pression qu’il engendrera.

Yumir – Ymir prononcé en coréen – était le nom de l’ancêtre des géants dans la mythologie nordique. Même si son nom s’avéra être une pure coïncidence, créé par un nome de famille et un prénoms parfaitement hasardeux !

— Yumir. Yumir, répétait-il sans s’arrêter, un sourire béat sur les lèvres.

Il semblait si content d’avoir reçu un nom de son père qu’il lui sauta dans les bras, le serra fort, et retourna au sol pour bondir comme un lapin aux quatre coins de la pièce.

Puis, il s’arrêta face à son père, s’écroula au sol et attrapa sa jambe.

— Papa, j’ai faim.

— Oui, bien sûr, réalisa ce dernier.

Avec un sourire amer, Yu Ilhan fut sur le point d’ouvrir son inventaire, lorsqu’il songea à quelque chose et attrapa la joue de son fils pour le forcer à ouvrir la bouche. Et il y découvrit des crocs acérés, parfaitement prêts à attaquer la vie.

Comme on pouvait s’y attendre d’un Dragon, un prédateur-né.

— Parfait ! Mangeons de la viande.

— Ouais !

Il possédait des tonnes et des tonnes et encore plus de tonnes de viande. De plus, il y avait également là un feu capable de contrôler sa propre température selon les désirs de son maître.

— C’est chaud ! C’est… délicieux ! s’extasia Yumir.

— Mange tant que tu le souhaites, lui dit Yu Ilhan en souriant.

La viande grillée et accompagnée de sauce semblait être un pur délice, et Yumir la dévorait comme s’il l’avait attendue toute sa vie durant.

[Vous vous êtes lié au bébé Dragon Yumir grâce à votre sous-classe Chevalier-Dragon. La compétence passive a été activée. Vous ne pouvez bénéficier des capacités actives, car la puissance du Dragon est trop faible.]

Bien qu’ils en eussent déjà parlé auparavant, le contrat fut validé par les archives au moment où le Dragon avait commencé à manger. Yu Ilhan ne put masquer son inquiétude pour l’avenir du bébé.

— Hiya !

Dans tous les cas, un contrat était un contrat, et ils étaient désormais liés. Le mana de Yu Ilhan et celui de Yumir semblèrent résonner et se rencontrer dans une douceur agréable, comme s’ils se mettaient à danser un slow effréné avant de se lier, comme unis à jamais par un nœud indéfectible.

Une connexion plus puissante encore que celle qu’il avait avec les Anges. Comme l’enfant était trop jeune et qu’on ne pouvait pas se reposer sur lui de façon fiable, le lien était plus intense du côté de Yu Ilhan, mais il estima que ce n’était pas mal du tout.

Cependant, ce n’était pas tout.

[La compétence Commandement peut être activée. Désirez-vous le faire ?]

Yu Ilhan sentit une émotion d’une complexité naissante, mais comme ils en avaient déjà discuté, il l’activa sans hésitation. Cette compétence était bien plus simple que le lien qu’il avait avec son Dragon, et une étrange marque apparut sur le cou de Yumir avant de disparaître, comme directement absorbée par sa peau.

[Le Dragon Yumir est devenu votre subordonné. La croissance de Yumir accélère. Vous pouvez afficher le statut de Yumir.]

— Papa, qu’est-ce que c’était ? s’interrogea ce dernier.

— Je t’ai mis une laisse.

— Ouais ! Une laisse !

Yu Ilhan tendait à se comporter de façon étrange face à son fils, mais que ce dernier ne le remarquât pas ou n’en eût rien à faire, ou peut-être l’appréciait-il simplement… Il se contentait de toujours répondre avec le sourire à toutes les remarques de son père tout en mâchouillant la viande, de la sauce partout où il pouvait en avoir sur le visage.

— Encore !

— Ouais, ouais, soupira Yu Ilhan. Tu peux juste vider mon inventaire entier…

Ce gamin avait une de ces auras lorsqu’il mangeait, Yu Ilhan sortait les steaks par paquets de dix kilos à chaque fois.

La Flamme Éternelle lui rendait la vie plus facile en s’approchant de la sortie du four, et Yumir, qui observait la scène comme si son père manipulait le feu par sa propre volonté, applaudit.

— Papa est incroyable !

— La seule chose incroyable ici, c’est ton estomac.

Tandis que Yumir était occupé à dévorer la barbaque, Yu Ilhan fit apparaître son statut pour voir de quoi il retournait.

[Yumir]

[Bébé Dragon de niveau 1]

[Titres]

[Celui baptisé par la Flamme Éternelle — Résistance au feu augmentée de 130%, absorbe une partie des attaques de feu.]

[Naissance du Chaos — Résistance aux malus provoqués par les aliments augmentée de 70%]

[Force : 48]
[Agilité : 32]
[Santé : 29]
[Magie : 64]

[Compétences passives]

[Seigneur du Mana – niveau 1]
[Régénération du Sang Draconique – niveau 1]
[Maîtrise du Combat Physique – niveau 1]
[Langage – niveau 1]
[Repos – niveau 1]
[Coup Critique – niveau 1]
[Résistance au Poison Extrême – niveau 1]
[Résistance aux Malédictions – niveau 1]

— Ouais, ok… souffla-t-il.

Alors ça, c’était ce qu’on pouvait appeler du talent naturel. Comment pouvait-on posséder de tels chiffres à la naissance ?!

— Yu Ilhan, tu possédais également Camouflage à ta naissance, non ? fit remarquer Herta.

— La ferme.

Oui. Le monde n’était pas juste. Les Cieux ne répondaient pas aux prières, et on ne pouvait faire que ce qu’on pouvait avec ce qu’on avait.

Et cet enfant insouciant dévoreur de viande par dizaines de kilos possédait déjà un avantage certain, alors qu’il était encore sur la ligne de départ. Non seulement possédait-il quelques compétences dont Yu Ilhan n’avait jamais entendu parler, mais certains étaient d’un rang élevé, rien que ça.

De plus, ces titres scandaleux ! Les mots de Lecidna avaient été corrects. Le feu qui influençait la naissance d’un Dragon avait une importance capitale sur sa puissance.

Et juste alors qu’il décidait de la direction qu’allait devoir prendre son enseignement…

— BEURP.

Était-il enfin repu ? Le Dragon rota comme s’il cherchait à balayer les murs et s’effondra avant de s’endormir sur place. Sentant que le calme avait enfin suivi la tempête, Yu Ilhan remarqua enfin que son énergie l’avait quitté.

— Je suis… épuisé.

— Ahh… Si adorable. Comment peut-il être si mignon ? s’extasia Liera.

Liera, qui n’avait toujours pas abandonné l’idée de devenir la mère de substitution de ce Dragon, utilisa la magie pour nettoyer délicatement son visage plein de sauce avant de l’embrasser. Puis, elle se tourna vers Yu Ilhan.

— Nous devrions lui acheter des vêtements, lui dit-elle.

— On devrait faire ça une fois dehors. C’est bon, il faut acheter d’autres vêtements pour les Elfes, de toute façon.

Yu Ilhan avait senti son cœur s’emballer momentanément en observant Liera, Yumir dans les bras. Mais il ne comprenait pas ce sentiment et se contenta de le rebrousser d’un revers de la main tout en parlant des Elfes.

Cependant, alors qu’il regardait dans son inventaire pour chasser ce sentiment étrange, il y trouva quelque chose qu’il avait abandonné là depuis tout ce temps.

— Ah… Le seau. C’est vrai, réalisa-t-il.

L’énorme seau qui occuperait plus de la moitié de l’atelier. Celui qui avait transformé le sang de Dragon en une mixture alcoolisée exceptionnelle, Souffle.

Il venait de le découvrir à nouveau, après ce temps passé à s’occuper de l’empire des Elfes et de son retour sur Terre.

— C’est quoi, ce seau ? s’interrogea Liera. La magie que je sens n’est pas normale…

— Je suis curieux, moi aussi, avoua Yu Ilhan. Alors voilà. Tout d’abord, je vais…

Cependant, au moment où il toucha le bord du seau, l’information changea sur sa rétine.

[Seau Géant Imprégné de Souffle de Dragon]

[Suite à la résonnance de presque un millier de cœurs de Dragons et du matériau spécial formant le seau, celui-ci a évolué en un artefact similaire aux organes magiques des Dragons.]

[Tout ce qui pénètrera ce seau renaîtra par l’injection et la circulation d’une puissante quantité de mana.]

— … … …

Des coups de tonnerre firent rage dans l’esprit de Yu Ilhan.

— Ilhan ?

— Yu Ilhan ?

Les Anges, qui trouvèrent sa réaction étrange, vérifièrent elles aussi les informations du seau, et perdirent leur voix.

— Alors… bafouilla Liera. Alors… Les cœurs de Dragons peuvent faire ça quand ils sont rassemblés… Je ne le savais pas, vu que je n’en ai jamais rassemblés…

— Je n’ai jamais eu la chance d’en rassembler tout court… continua Herta.

Il était extrêmement difficile de créer un artefact sans l’aide de la métallurgie. Pour être exact, même Herta, qui avait contribué à la création du seau, n’avait jamais rien vu de tel auparavant.

En revanche, que pourrait-il faire avec ça ? La description était exceptionnelle, mais il lui semblait être véritablement compliqué de lui trouver un usage concret.

Il y avait définitivement quelque chose, mais même les deux existences supérieures ne purent trouver une réponse à cette question. Tout ce qu’elles pouvaient imaginer maintenant, c’était le remplir d’eau et le transformer en un bain géant relaxant. Il n’existerait pas de plus grand trésor pour ceux qui apprenaient la voie du mana, spécialement ceux qui s’entraînaient activement à son usage.

Mais Yu Ilhan avait autre chose en tête. Il avait déjà une réponse !

Il sortit un sac en plastique de cent litres contenant du sang de Dragon, et le déchira au-dessus du seau. Son contenu s’y déversa gentiment.

— Kyak, qu’est-ce que tu fais ?! lâcha Liera en reculant.

— Oh, grâce à ça, on pourra créer du Souffle, une boisson alcoolisée extrêmement puissante. C’est notre création, à Yu Ilhan et m…

— Non, coupa Yu Ilhan, tandis que Herta essayait de deviner ce qu’il allait faire.

Niait-il le travail accompli ? Les yeux de Herta s’emplirent de déception, mais elle comprenait mal ses intentions.

Parce qu’au moment suivant, Yu Ilhan sortit de la viande de Dragon et la balança sans procès dans le sang de Dragon au fond du seau.

— Huh ?

— …Mais que…

Pour les Anges, qui observaient la scène d’un air perplexe, Yu Ilhan avait l’air d’un fou – une fois de plus ne les étonnait plus vraiment – et ce sentiment fut encore une fois amplifié lorsqu’il cria, aussi fier que lorsqu’il avait chassé la baleine avec succès.

— Ce n’est pas du Souffle… finit-il par annoncer. C’est un trésor qui va élargir l’horizon de la cuisine de la viande de monstre !

Le tonnerre qui avait frappé Yu Ilhan n’était rien d’autre que la création spontanée d’une nouvelle recette !

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 105
EER : Chapitre 107

Related Posts

8 thoughts on “EER : Chapitre 106 Bonus

Répondre à Arq Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com