EER Chapitre 61

EER Chapitre 60
EER Chapitre 62

Chapitre 61 : Tout se taper 9/9

 

Le donjon au sein duquel évoluaient les gasts fut tel qu’il s’y était préparé. Contrairement à l’autre donjon, celui-ci ne présentait aucune espèce de variété, que ce soit dans ses spécimens ou dans les paysages qui s’y présentaient. C’était aussi triste qu’un tableau de Munch…

La source de pouvoir des gasts, donc, se trouvait dans leurs os métalliques. S’ils étaient d’un naturel calme et placide, cette nature changeait totalement dès qu’ils repéraient un intrus. Ils hurlaient afin d’appeler leurs frères et balançaient quantité de projectiles magiques, ou crachaient directement leur énergie magique sur leurs cibles. Les chasser ne constituait dès lors pour personne une partie de plaisir. Il fallait agir vite et espérer terminer le combat assez rapidement pour que leurs os ne se vident de leur énergie, sans quoi perdraient-ils toute valeur. Hormis les difficultés que cela pouvait représenter, tout le problème tenait justement à ça. En dehors de leurs os, ils n’apportaient strictement rien. Enfin, tout ça n’avait aucune importance pour Yu Ilhan.

Vous avez obtenu 335 989 points d’expérience.
Gast (niveau 54) ajouté aux archives.

 

Rien dans ce donjon n’aurait pu le repérer. Il n’avait qu’à se promener tranquillement et leur ôter la vie chaque fois qu’il en voyait un… et 500 d’entre eux plus tard, l’ennui se fit trop intense.

– J’en ai marre. Je perds mon temps ! s’agaça-t-il.

– C’est parce que tu as grandi trop vite, mon petit. Non, sérieusement. Les gasts devraient normalement constituer de bonnes proies pour toi, lui expliqua Herta.

S’il était venu ici afin de récupérer les matériaux nécessaires à la création d’une arme pour l’Impératrice, il se demandait bien pourquoi il se trouvait encore dans le donjon. Dès le troisième mort, il avait déjà obtenu tout ce qu’il lui fallait…

– Il n’y aurait pas un boss, des fois ? Je me ferais bien une arme, tant qu’on y est.

– C’est donc pour ça que tu restes… enfin, tu sais qu’il n’y a pas de champion dans chaque donjon, rassure-moi ? voulut s’assurer Herta.

– Dommage… j’aurais pu me faire une arme légendaire, soupira-t-il.

– Ça aurait pu être intéressant, oui… je ne t’apprends rien, mais le prix d’une arme dépend de la qualité des… Attends voir, s’interrompit-elle. Tu veux la saigner, c’est ça ? Ou tu veux qu’elle t’épouse parce qu’elle ne pourra jamais te repayer ?!

– Tu regardes trop de téléfilms, Herta…

– Je vais très bien, merci !

En temps normal, un champion aurait déjà dû se présenter. Le héros aurait dû faire face à une nouvelle situation de crise et combattre avec passion pour sauver sa princesse, mais… en général, c’était la princesse qui payait les pots cassés face à l’impudence du héros. Heureusement, ici, Herta était en sécurité. Le donjon était d’un trop faible niveau pour que des monstres aient pu y muter. Pour Yu Ilhan, bien évidemment, ceci constituait la pire des nouvelles car tout à l’inverse des autres, lui se moquait bien du danger potentiel que pouvait représenter un champion, dont la puissance échappait à la catégorisation des donjons. Pire, il le cherchait. Il fallait dire qu’il avait l’habitude… Or les gens, en temps normal, faisaient tout leur possible pour ne pas tomber sur eux. Toute l’expérience et tous les trésors du monde n’auraient su être plus précieux que leur propre vie. Un champion, ce n’était pas une proie. C’était le signe qu’il fallait courir.

– Ne tire pas cette tête d’enterrement, tenta Herta afin de lui remonter le moral. Je te dis simplement que normalement, il ne devrait pas y en avoir.

– Hmm… comment ça, normalement ? T’as insisté sur le mot, suspecta-t-il.

– Ah… Si tu étais allé dans un autre monde, tu comprendrais !

– Tu me provoques, en plus ? Attends un peu que je rejoigne le club des êtres supérieurs ! grogna-t-il.

– Je t’expliquerai à la prochaine apocalypse, si tu veux bien, lança-t-elle pour couper court.

Si les changements de statut de la Terre ne l’inquiétaient pas plus que ça, l’idée même de se retrouver à nouveau seul lui était parfaitement insupportable. Ce fut donc avec un air totalement absent qu’il tua un nouveau gast, lorsqu’un message retint son attention.

Vous avez obtenu 359 998 points d’expérience.
Collecteur des âmes : niveau 10 obtenu. Vous êtes maintenant capable de comprendre les pensées des âmes que vous avez ôtées.

 

Jusqu’à présent, cette compétence ne lui avait été d’absolument aucune utilité. Certes, il collectait l’essence de vie de ses victimes, mais dans quel but ? Le seul témoin de ce fait était cet étrange artéfact qu’il avait reçu en devenant Faucheur, et qui semblait dégager une légère fumée blanchâtre. Ceci n’avait encore en rien augmenté ses aptitudes, aussi espérait-il qu’il en verrait les intérêts lors de l’obtention de sa troisième classe, mais… quelque chose venait de changer. Il entendit soudainement des hurlements à l’intérieur de sa boîte crânienne et, ne parvenant à se soulager de leur écho, tomba à genou.

Aaaaaaargh !!!

– Ils… ont tué… le monde…

– Yaaaaaaaaaaaark !

– Bleusaille !

– Yu Ilhan ? Yu Ilhan ! Qu’est-ce qu’il t’arrive ?! paniqua tout à coup Herta, le sortant de sa torpeur.

– Putain, je… j’en sais rien ! Ça va pas ! parvint-il à articuler.

De son côté, elle n’entendait absolument rien. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était espérer qu’il parvienne à endurer cette nouvelle tribulation.

Je souffre… tellement !

– C’est une dette… de sang !

– Un simple terrien a osé lever la main sur le grand Daki Von Illastra ?!

Il serrait les poings et les dents, comme pour faire front à ce torrent. C’étaient les voix des morts.

Concentre-toi… ils sont morts, ils ne peuvent rien te faire… tenta-t-il de se convaincre.

Il reconnut bientôt chacun de leurs propriétaires. C’étaient les vies qu’il avait prises. Aussi, il parvint à se rassurer après un moment. Leurs pensées ne pouvaient rien contre lui.

– Il faut… sauver le monde…

– L’empire ne tombera jamais !

– Mais fermez-là, putain ! leur ordonna-t-il en lui-même.

Et l’écho s’effondra enfin. Pas une seconde trop tard, du reste, car il eut l’impression qu’il allait pour de bon devenir fou.

Collecteur des âmes : niveau 11 obtenu.

 

– Bah, c’est pas banal ça… observa-t-il.

Ce devait être la cérémonie d’accueil de tous les faucheurs… cette classe était décidément bizarre.

– Tu as entendu les pensées de ceux que tu as tués, c’est ça ? Tu as un sacré mental, Yu Ilhan… lança, admirative, Herta. Comment tu te sens ?

– Ça va. Ils sont morts, répéta-t-il.

Cette compétence ne lui serait donc jamais de la moindre utilité ?! Ces pensées reviendraient, il le savait. Il fallait qu’il détruise les âmes, ou qu’il trouve peut-être un moyen de diminuer cette compétence. Peut-être en s’injectant des substances illicites ?

Entends-tu ma voix ?

La voix tremblait légèrement, mais ses sonorités aiguës et douces le tinrent au silence. Herta comprit qu’il subissait une nouvelle intrusion dans l’instant.

– Ce n’est pas que je m’inquiète, mais… les pensées des morts peuvent être très violentes. Tu pourrais finir sérieusement atteint, dit-elle.

– Ouais, ouais, merci de t’inquiéter pour moi, répondit-il.

– Mais c’est pas ça !!!

Toujours était-il que la voix qu’il venait d’entendre n’était pas celle d’Herta. Dès lors, il ne pouvait s’agir que d’une personne…

– Je… t’en supplie. Écoute-moi, rien qu’une fois.

– Pff… bon, pas de monstres à l’horizon, remarqua-t-il en s’asseyant. Qu’est-ce que tu veux, Réta Kar’iha ?

– Yu Ilhan, tu es sûr que ça va ? s’interrogea Herta.

– Venge-moi. Venge-moi de ceux que je n’ai pu arrêter, de ceux qui ont détruit mon monde. Venge-moi des dragons !

Sa voix était comme une mélodie, mais ses propos tenaient davantage de la lame d’une épée. En parlant d’épée… quelqu’un d’autre s’apprêtait, pendant ce temps, à passer à son fil, à des mondes d’ici.

– Suspension de toutes les activités et confinement pendant 5 millénaires. C’est bien assez ainsi, martela celui qui se faisait procureur.

– Non ! Nous devons l’exécuter ! aboya Lita.

– De surcroît, il ne s’agissait pas simplement d’un cas de détournement de donjon. La Terre aurait pu tomber, abonda en son sens un autre ange.

– Ceci constitue un péché mortel, fit un deuxième.

– Et tout ça pour quoi ? Qu’est-ce qu’il nous cache, encore ?!

– Assez ! s’agaça l’homme à la tête de la séance. J’entends vos revendications, mais nous ne pouvons prendre le risque de diminuer encore nos effectifs. En dépit de ses actions, chaque ange compte dans l’armée céleste.

– Il faut ôter le plant pourri avant que tout le jardin ne soit contaminé, trancha une ange d’âge mûr.

Elle tenait une lance de lumière en sa main droite, prête à percer le cœur du traître à tout instant. Ce n’était certainement pas l’envie qui manquait.

– Il a commis un péché et ses activités sont en opposition directe avec nos principes et nos objectifs, continua-t-elle. Je vois mal en quoi nos faibles effectifs nous autorisent à laisser nos ennemis en vie.

– Vous oubliez une… commença son interlocuteur avant d’être interrompu.

– Êtes-vous un traître, vous aussi ?! explosa-t-elle tout à coup.

– Silence ! Vous n’êtes pas là pour nous faire profiter de vos humeurs. Je vous saurais gré d’éviter ce genre de raisonnements manichéens, il ne s’agit pas de mon procès.

– Ah, vraiment, monsieur le président ? Vous pensez donc que chaque être ne doit pas être jugé de la même manière ?

L’intéressé soupira, un peu gêné. En ce qui concernait l’autre ange, il était totalement paniqué… surtout en voyant que Lita n’avait de cesse d’applaudir son aînée.

– Ne me tuez pas, je vous en supplie !

– Pauvre imbécile… lui répondit le président de séance.

– C’est… rien n’aurait dû se passer ainsi. Ce devait être rapide, personne n’aurait dû…

– Vas-y, continue. Tu t’apprêtais à dire quelque chose, traître ? revint à la charge l’ange à la lance, dont la pointe lui piquait l’abdomen.

Elle était d’une beauté sans pareille. N’importe qui serait devenu fou avec son visage auprès du sien, mais le suspect souffrait trop pour l’admirer.

– Pour qui est-ce que tu as effectué ce travail ? L’armée démoniaque ? Le jardin du crépuscule ? L’armée de lumière ? Exprime-toi ! lui ordonna-t-elle.

À mesure que la lance s’enfonçait, du sang venait à se confondre avec sa salive. Il allait y passer… alors il cracha, par désespoir et provocation.

– Abrutis ! Vous ne faites que suivre des ordres et des principes totalement éculés, mais c’est terminé ! Les cieux tomberont ! s’enragea-t-il.

– Voilà qui confirme mes soupçons… lui répondit sa tortionnaire.

En dépit de son insulte, elle était plus que satisfaite. Ses propos sonnaient pour elle comme une confession. Les actions de ce traître n’avaient pas été dictées par sa folie, mais bel et bien par une entité. Il n’était pas seul.

– La sentence est la mort. Tu t’es ri de nous, mais tu vas maintenant véritablement comprendre dans quelle situation tu te trouves ! explosa-t-elle en lui transperçant le cœur.

– Spira ! Comme osez-vous ?! grogna soudainement le président, frappant sur son pupitre des deux poings.

– Justice a été rendue, répondit-elle tout simplement, sous les applaudissements d’ailleurs de ses pairs.

– Il portait tout comme vous des ailes ! N’y avait-il donc rien à faire ?!

– C’est terminé, président. Lita, voici ton ordre de mission, fit Spira.

– Comment ça, mon ordre de mission ? Je dois retourner sur Terre pour récompenser Ilhan, s’étonna-t-elle.

– Tu ne comprends pas ? L’ordre et l’équilibre sont menacés. Un grand combat se prépare… c’est pour ça que tu vas devoir suivre un entraînement spécial.

La force de Lita était connue de tous. C’était d’autant plus vrai depuis qu’on l’envoyait préférentiellement dans les mondes désynchronisés à la courbe du temps. Spira ne l’avait pas choisie pour rien.

– Désolée, mais j’ai à faire, refusa-t-elle. L’amour passe avant tout, alors c’est non.

– C’est oui.

Comment ça, un entraînement spécial alors qu’elle devait toujours subtiliser l’amour de son Ilhan ? Herta risquait de prendre l’avantage ! Mais avant même qu’elle ait eu le temps de bouger, Spira l’agrippa par le col et l’emporta avec elle, sous les rires de l’audience.

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

EER Chapitre 60
EER Chapitre 62

6 Commentaires

  1. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Qu’es-ce que l’auteur a contre Munch ? Le cri est une belle peinture.

    Répondre
  5. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com