EER Chapitre 66

EER Chapitre 65
EER Chapitre 67

Chapitre 66 : Le propriétaire 5/6

 

Pour le lancement de l’Avant-Garde, Yu Ilhan ne fit pas vraiment dans le spectaculaire. La boutique apparut de nulle part sans la moindre campagne de publicité, et des questions se posaient sur l’utilisation du quatorzième étage qui était inaccessible, alors même que ses locaux comptaient les treizième et quatorzième étages.

– Vous pensez que c’est là où ils stockent leurs marchandises ? demanda un curieux.

– Non, le loyer est beaucoup trop cher pour qu’ils entreposent ça ici, répondit un autre.

L’un comme l’autre étaient mal renseignés, car le PDG de l’Avant-Garde n’était autre que le propriétaire de cet immeuble.

– C’est quand même curieux d’avoir juste posé ça là, sans même expliquer ce qu’ils vendaient. Ils vont s’endetter…

Qu’importait ? Son propriétaire était riche à outrance. Enfin, n’en déplaise à quelques moqueurs, il y avait foule pour ce premier jour d’ouverture. La curiosité était sans doute la meilleure publicité qui soit.

– Bienvenue à l’Avant-Garde ! leur lancèrent les deux employés de concert.

Yu Ilhan les avaient personnellement sélectionnés à la suite d’un entretien d’embauche. L’un fut placé en salle et se devait de guider les clients dans leurs achats et répondre à leurs questions, là où l’autre se chargeait des encaissements. Professionnels rompus à l’exercice, ils n’en furent pas moins parfaitement ignorés par les clients en devenir.

– Qu’est-ce que c’est que ça ?! cria par surprise un homme, révélant, sans le savoir, assez fidèlement l’état d’esprit de la foule.

– Des armes ? Ils ont enfin ouvert un magasin comme ça ! se satisfit un autre.

Il existait bien quelques magasins d’armes, mais aucun ne proposait autant de choix que l’Avant-Garde, et surtout d’une telle qualité. Il existait bien quelques forgerons sur Terre, mais aucun n’arrivait à la cheville de Yu Ilhan.

– N’hésitez pas à inspecter l’équipement, les enjoignit le guide, mais ne vous avisez pas de taper la caissière avec ce sublime marteau de guerre ! Hahaha !

– Bon, maintenant qu’on sait ce que c’est… on s’en va ? fit un jeune homme.

– Attends un peu, regarde cette épée ! Monsieur, je peux regarder ? lui répondit son ami.

– Faites donc ! Tant que vous ne la volez pas… notre système d’alarme est un peu sensible, héhé ! lui répondit le guide.

Pour procéder aux ventes, les employés avaient reçu trois instructions très simples. D’abord, le magasin ne serait ouvert que le lundi de 10h à 17h. Ensuite, un client ne pouvait acquérir que deux articles à la fois. Pour finir, les négociants étaient formellement interdits d’entrée.

Pour le reste, ils étaient libres d’agir selon leur bon vouloir. C’est ainsi que le vendeur-en-chef parvint rapidement à mettre l’hameçon sur un client… un homme de niveau 22, qui avait déjà rempli quelques tableaux de chasse aussi bien sur Terre que dans le monde pour lequel il était parti.

– Pas mal du tout, lança-t-il d’un ton admiratif. Elle est équilibrée et tient bien en main.

Même si ses attributs n’étaient pas très élevés, l’épée lui plaisait déjà. Le forgeron qui l’avait réalisée y avait prêté un grand soin.

Épée Bâtarde Tranchante en Os de Loup
Rang : Rare
Puissance d’attaque : 1950
Durabilité : 1250 / 1250
Options :

– Cette épée permet d’outrepasser même les défenses plus élevées que sa puissance d’attaque.

Une arme construite en série par le plus grand forgeron de l’univers. Malgré sa très grande force de frappe, elle a été créée à partir de matériaux très basiques. C’est l’avenir des armes en série.

 

– C’est… c’est… balbutia-t-il.

– De la merde ? Allez, viens, on se casse, insista son ami.

– Pars devant, je te rejoins… Monsieur ! lança-t-il soudainement en se tournant vers le vendeur. J’ai eu un coup de chance en prenant cette épée, ou bien ?

– Absolument pas. C’est la qualité standard, chez Avant-Garde, lui répondit l’intéressé d’un ton solennel.

– Je vois…

Cette arme était tout simplement exceptionnelle. Même les initiés les plus en vogue, de deuxième classe, l’auraient utilisée sans y réfléchir. Et on voulait lui faire croire que c’était la qualité standard ?!

– Bon Dieu… mais qu’est-ce qu’il se passe, sur Terre ? lâcha-t-il finalement, le regard perdu.

– Pourquoi tu fais une scène, encore ? Attends, je vais vérifier… OH PUTAIN !

Agacé, il avait saisi une dague et fut touché par la même surprise. Cette simple dague d’os avait une valeur d’attaque de 1300 !

– Combien ? ajouta-t-il finalement.

– Tous les produits que nous vendons sont à 100 millions de won, très cher monsieur. Toutefois, vous pouvez aussi régler en matériaux, lui répondit le vendeur.

En fabriquant tous ces objets, un problème épineux s’était présenté à Yu Ilhan : à quel prix devait-il les vendre ? Il aurait souhaité plus que tout faire profiter de cette opportunité à tout le monde, mais le principe d’opportunité n’était-il pas dans son essence quelque chose dont tous ne pourraient profiter ? Au-delà de ces considérations philosophiques, le fait était surtout qu’il ne pourrait, en une seule vie, armer l’intégralité des habitants de la Terre.

100 millions de won lui sembla dès lors un prix juste. Il permettait de trier les initiés dignes d’équiper ses créations des autres, tout en faisant savoir leur qualité. Bien sûr, il y aurait bien quelques exceptions. Certains initiés puissants ne pourraient se les offrir, là où des nullards pourraient sans l’ombre d’un doute obtenir la meilleure hache du monde. Cependant, comment Yu Ilhan pourrait-il espérer calculer parfaitement le prix idéal, alors qu’il arrivait même à Dieu de se tromper ? Au pire, rien ne l’empêchait de changer ce tarif à l’avenir.

– Vous plaisantez ? 100 millions pour une arme de cette qualité ? Mais même à 5 milliards, il y aurait foule pour les acheter ! se sidéra l’homme qui avait pris l’épée.

– Ce n’est pas comme si on les avait, ces 100 millions… lui fit remarquer celui à la dague.

– Certes…

La boutique se vida un peu d’un seul coup. La plupart des badauds du coin n’avaient pas à leur disposition une telle somme, mais ceci ne les empêcha pas d’en discuter longuement sur des sites tels que Facebook. On cherchait à savoir qui savait, qui avait acheté… déjà, des rumeurs aussi grandiloquentes qu’une histoire de maison vendue et de famille déchirée pour une armure venaient à poindre leur nez.

Mais en vérité, durant les deux premières heures d’ouvertures, rien ne fut vendu. Il fallut attendre la troisième pour que partent deux objets, puis une cinquantaine d’ici à la fermeture. Les bruits de couloir explosèrent véritablement à cet instant, et les portes désormais fermées ne permettaient plus à quiconque d’acheter. Certains tentèrent bien de forcer le passage, mais avec les protections magiques qu’avaient posées les anges… c’était peine perdue.

– C’est pas un magasin ordinaire, tu peux me croire ! lança un membre de l’attroupement qui s’était formé face au portail clos.

– Vous pensez que c’est Dieu, qui l’a ouvert ?

– Mais non, imbécile ! Il aurait demandé d’accomplir des quêtes, pas de lui apporter de l’argent.

Et parmi cette foule se trouvaient trois têtes bien connues de son véritable propriétaire…

– Il est quand même incroyable… vous pensez qu’il a ramené le forgeron d’un autre monde ? lança Kang Hajin.

– Mais non, oppa. Il a dû passer un accord avec lui, s’opposa Na Yuna, en se moquant de lui.

Kang Mirae, quant à elle, se contenta de soupirer en voyant la qualité des spallières et des bottes que son frère avait achetées.

– Je pensais qu’il se la pétait un peu, mais pour s’être octroyé le soutien d’un tel forgeron… c’est vraiment quelqu’un, ce Yu Ilhan, jugea alors Kang Hajin.

– Pas juste un tel forgeron. Le plus grand forgeron de l’univers, très exactement, le corrigea sa sœur, faisant référence ainsi aux descriptions des objets.

Que Yu Ilhan ait ou non été un vantard n’entrait même pas en ligne de compte. Les annales akashiques ne mentaient pas. Il s’agissait véritablement du plus grand forgeron de tous les temps.

– C’est vraiment une bonne chose pour la Terre, estima Kang Mirae. Dire qu’il a juste ouvert ça parce qu’on a fait des affaires ensemble… c’est quelqu’un de bien.

– Pfahaha… commença à rire Na Yuna.

– T’as craqué un fusible, ou quoi ? s’étonna Mirae.

– Ha ha ha ! Non, c’est juste que… pffrrt… haha… Je comprends mieux.

– Qu’est-ce que tu comprends ?

– Peu de choses, mais c’est toujours plus que toi.

– N’importe quoi…

Hajin vit immédiatement que sa sœur était furieuse et tenta d’empêcher Yuna d’aller plus loin, mais même après avoir touché le fond, elle continua à creuser…

– C’est tellement drôle… et tellement intéressant ! insista-t-elle.

– Je trouve aussi que ça ne va pas tarder à devenir très intéressant… grogna Mirae en faisant apparaître une nouvelle boule de foudre au creux de sa main.

– Tu veux savoir de quoi je paaaarle ?!

– Ta gueule, tu veux ? s’agaça pour de bon Kang Mirae.

– T’es tellement mignonne quand tu t’énerves ! Hahaha !

– Yuna, ça suffit ! explosa soudainement Hajin, après lui avoir envoyé une énorme claque.

Na Yuna alla pleurer un peu plus loin et, le calme revenu, les deux purent enfin discuter plus sérieusement.

– Parlons d’autre chose, si tu veux bien, commença Kang Hajin. Ça tombe assez mal d’avoir à déménager, mais nous n’avons pas vraiment le choix. Il faut qu’on se mette au travail, ma petite maîtresse de guilde.

– Pfff… soupira Kang Mirae.

Jusqu’à présent, leur guilde était constituée de trois membres, dont les deux membres de la famille Kang étaient à la tête. Na Yuna était une simple membre, mais bientôt, sa position serait peut-être partagée avec d’autres.

– Rien qu’en Corée, il y a déjà plus d’une centaine de guildes et certaines commencent à se faire connaître. Il faut agir maintenant, sans quoi on va se retrouver sur le carreau. Tu as pensé à un nom ? lui demanda son frère.

– Tu as raison… nous devons commencer à recruter pour la Déesse de la Foudre ! lança avec fougue l’Impératrice.

– On ferait peut-être mieux de changer de nom, tu ne crois pas ?

– Ce que je crois surtout, c’est que tu vas fermer ta gueule fissa, frérot…

Tandis que leur petite guilde s’entredéchirait, Yu Ilhan s’employait à travailler ses talents de dissimulation.

Vous avez obtenu 2 989 744 points d’expérience.
Ombre obscure (niveau 93) ajoutée aux archives.
Monstres tués de deuxième classe tués par attaque surprise : 1 / 3000

 

– Je ne vois vraiment pas en quoi c’est plus facile ! cria-t-il.

– Ça l’est toujours plus que de tuer un quatrième classe en un seul… se moqua Herta.

Lita, à son habitude, ronflait paisiblement. Dans le donjon le plus dangereux de toute la Terre…

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

EER Chapitre 65
EER Chapitre 67

8 Commentaires

  1. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    C’est officiel, il est devenu le plus grand forgeron de l’univers.
    Mais quand va t-il s’arrêter (entre nous j’espère qu’il ne s’arrêtera jamais)

    Répondre
  2. typeOU

    ça fait longtemps que y’a ça dans ces descriptions hein ^^, depuis le début en fait, juste à l’apparition du manartisanat (bah oui, c’est logique, il a carrément créé une rareté)

    Répondre
  3. tang san

    merci pour tout ses chapitres récent.

    Répondre
  4. 4Help4Help

    Bon à quand il remplace Dieu ?
    Merci du chapitre.

    Répondre
  5. gutsguts

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  6. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com