IATM Chapitre 65

IATM Chapitre 64
IATM Chapitre 66

Bonsoir ! J’voulais poster un gif rigolo, mais à la place, prenez plutôt cette petite carte réalisée par mes soins histoire de bien comprendre de quoi il retourne. Bonne lecture !
Edit : Suite à quelques remarques sur mes talents de dessinateur, j’ai refait une vraie carte. Notez que je sors tout ça de ce que j’ai compris de la lecture des 65 chapitres, donc il est fort possible que la carte évolue au fur et à mesure du temps. Elle sera ajoutée à l’index quand j’en saurai un peu plus.
Edit 2 : Carte entièrement refaite. Merci à Endbloody, ObakeRaijin, Dadadiopes et Reynolds pour leurs conseils !

 

 

 

Chapitre 65 : La guerre, toujours la guerre… 3/7

 

Et quel pressentiment Chris eut là, avec les troupes du royaume Byron qui semblaient, à en croire les racontars, s’activer. Il n’eut d’autre choix que d’aller voir lui-même, comme il en attestait dans sa lettre.

Byron ? Mais ils n’avaient pas bougé avant l’année prochaine…

Roan fronça les sourcils. Jamais n’aurait-il pu se tromper sur un événement aussi critique. Il n’existait qu’une seule explication possible.

Le futur vient à nouveau de changer.

La situation dramatique appelait à une réponse rapide.

« Et donc, Chris ? » demanda-t-il.

« Il est parti voilà quatre jours. » l’informa son collègue Pens.

« D’accord. Vous êtes de sacrés bosseurs ! »

« Vous appelez ça bosser ? Je parle pour moi, mais c’est vrai pour tout le monde, on adore ce travail. » lui répondit Pens en souriant.

« Alors dans ce cas-là, il me tarde de travailler avec vous. » dit Roan en s’inclinant.

« Je ferai de mon mieux. »

Pens s’inclina lui aussi, puis ils se firent leurs adieux. Roan avait désormais tout le loisir de réfléchir.

Difficile de prédire quand le futur changera… Plus que jamais, les renseignements vont être d’une importance capitale. Je ne peux uniquement me fier à mes souvenirs. Pour l’heure, je vais le laisser gérer le royaume Byron, mais…

De toute façon, il n’y pouvait rien pour l’instant. Pour l’heure, il y avait bien plus grave. Il tourna la tête vers l’est, où s’étendait le royaume d’Istel. L’odeur de la guerre lui parvint aux narines.

 


 

Dans l’attente de nouvelles de Chris, Roan focalisa toute son attention à repousser les monstres, installant des camps et des barrières, prenant en compte la typographie du terrain pour obtenir le maximum d’avantages. Les soldats réagirent à ses ordres sans jamais penser à les remettre en doute. Pour cause, seuls les gradés étaient au courant de l’activité du royaume Istel.

Quand même, ça se voit que ce sont des lignes de défense… Enfin, tant qu’ils ne se doutent de rien, tout ira bien.

Benjamin Doyle lui-même avait ignoré le rapport du Colonel Aaron Tate, alors de simples soldats… Malgré tout, les soldats mirent autant d’effort à l’ouvrage que si le royaume allait bel et bien les attaquer.

« Commandant en second Roan, un dénommé Chris souhaite vous parler. » annonça soudainement un soldat à Roan, jusqu’alors perdu dans ses pensées.

Le visage de Roan, enfin, sembla se dérider un peu. Il s’était écoulé vingt jours depuis le départ de Chris, durant lesquels Roan s’était senti terriblement mal à l’aise. Arrivé à son niveau, Roan comprit immédiatement qu’il n’avait pu s’agir de simples rumeurs. L’air hagard et les cheveux ébouriffés, il souriait malgré tout.

On dirait qu’il est fier de son travail. Il peut.

Il l’appela alors.

« Chris ! J’étais mort d’inquiétude sans nouvelles de toi. » lui admit Roan.

« C’eût été trop risquer de t’en donner. » répondit Chris en secouant la tête.

« Tu fais décidément bien les choses. »

« Non, je fais ce que je dois faire. Bon… J’ai découvert pas mal de choses. Si je devais commencer par la fin, je dirais que le royaume Byron se prépare lui aussi à la guerre. »

Il sortit une pile de documents de sa besace, relatant l’ensemble de ses découvertes sur les agissements du royaume plus au sud. D’un seul coup, Roan se sentit assailli par ses pensées, mêlant réflexion et souvenirs. Oui, le futur avait bel et bien changé, mais à quel point ? Où en était exactement le royaume de Byron ? Était-ce à cause de lui, que tout avait changé ?

« Je n’ai évidemment pas pu obtenir de renseignements internes, mais j’ai bien l’impression que les deux royaumes ont passé une alliance. » dit Chris en lui tendant la pile.

« Oui, on dirait bien… »

De tous temps, les royaumes de Rins et de Byron s’étaient guerroyés comme chien et chat, là où le royaume d’Istel était resté neutre, passant des accords commerciaux avec les deux. En dépit de cela, jusque dans l’esprit des villageois de Rins, leurs voisins de Byron leur étaient bien plus sympathiques, et réciproquement. En cause, les motifs de rapprochement étaient bien plus nombreux.

Istel cherche à étendre ses frontières en prenant les terres de l’est…

Leur objectif, toutefois, ne fut connu qu’après la guerre. En était-il toujours de même ?

Ça devient très complexe…

Il soupira longuement, sans prêter trop d’attention à son interlocuteur, qui lui rappela sa présence.

« J’ai une hypothèse sur la raison pour laquelle le royaume de Byron a décidé de participer à cette guerre. » lui dit Chris, qui quoique très hésitant, cherchait à le rassurer.

« Laquelle ? » s’interpela Roan.

« Eh bien… Je pense que c’est à cause de nos actions. »

« Comment ça ? »

« C’est que, le royaume de Byron a repoussé les monstres contre nous. En réponse, plutôt que de les chasser, le royaume de Rins les a pratiquement annihilés. Et les monstres qui ont subi le plus de pertes, ce sont… » commença-t-il, observant une pause.

« Les orcs du nord. » répondit Roan.

« Tout juste. Comme les monstres ont été reçus avec encore plus de violence à Rins, ils sont retournés vers Byron, mais des lignes de défense formidablement organisées étaient préparées à l’éventualité. »

« Conséquence de quoi, il n’y a plus aucun monstre au sud de Byron… »

« En effet. Même Violin est morte durant la bataille de Slen. Le royaume de Byron n’a donc plus qu’à traverser, sans le moindre risque d’être intercepté par des monstres. » conclut Chris.

Roan répondit par une onomatopée, ressentant le besoin de réfléchir à nouveau.

Si j’avais su que tuer Violin aurait de telles conséquences…

Il demeurait bien d’autres chefs orcs au nord du royaume de Byron, mais loin de menacer la progression des troupes du nord, elles risquaient au contraire de complexifier la défense de Rins. Il était envisageable que Chris se trompe, mais Roan eut l’intime conviction de comprendre les motivations du royaume Byron.

Il va falloir que je fasse part de tout ça au Baron Tate, mais…

Mais qu’aurait-il à y gagner ? Benjamin Doyle ignorerait l’ensemble du propos, comme à son habitude, et Aaron Tate avait sans doute trop à faire. L’idéal eût été d’aller voir directement le Roi, mais c’eût été outrepasser ses fonctions étant donné son grade. Que faire ? Le voyant ainsi torturé, Chris ressentit l’impérieux besoin de lui venir en aide. C’est alors qu’il eut une idée.

« Commandant en second Roan ? » lui dit-il doucement.

Roan s’efforça de rassembler ses pensées et lui fit part de son attention par un hochement de tête.

« Bon… Et si je lançais une rumeur ? »

« Hein ? » s’étonna Roan.

« Si on lance la rumeur que les deux royaumes ont l’air de préparer une guerre sur deux fronts, un commandant digne de ce nom, c’est-à-dire tout le monde sauf cet imbécile de Doyle, devrait y prêter attention, non ? » demanda Chris, un léger sourire sur les lèvres.

« Non, ça ne me semble pas être une bonne idée… » répondit Roan.

« Ah bon ? Pourquoi ? »

« D’abord parce que lancer une rumeur d’aussi grande envergure va réclamer des moyens et du temps que nous n’avons pas. Ensuite, parce que les civils risquent de céder à la panique. »

« Ah… »

Chris se sentit gêné. Il était indécent d’utiliser les sentiments du peuple pour faire réagir les puissants.

« Les gens ont peur de la guerre. S’ils apprennent ce qu’ils se passent, ça ne pourra être qu’une fois que nous serons parfaitement organisés. »

« Je comprends. Je… J’ai manqué de discernement et te prie de m’en excuser. Tu sais, Roan, je trouve que tu es vraiment quelqu’un de bien. Même dans l’urgence, tu penses au bien être de ton prochain. C’est une qualité rare. » répondit Chris en s’inclinant.

« Tu vois le petit village là-bas, au sud de la colline ? »

« Euh… Oui, je le vois ? »

C’était un petit village paisible, animé par les feux de cheminée et les paysans occupés à récolter les fruits de leur travail. La vision avait quelque chose de paisible.

« C’est joli, hein ? » demanda Roan.

« Oui, j’ai presque l’impression d’être en vacances… »

Son visage perdit toute trace d’inquiétude, tout à l’inverse de celui de Roan.

« Comprends bien que de notre rôle dépendra leur survie. »

Roan ferma les yeux, comme pour mieux s’imprégner des différents stimuli. Pourtant, aux cris excités des enfants cédèrent rapidement une scène d’horreur. Le sol de sang taché, d’épées jonchées, de cadavres empilés… Il avait déjà vu toutes ces images.

Je dois empêcher les horreurs de cette guerre.

N’était-ce pas là, finalement, le rôle d’un Roi ? Il espérait bien devenir ce Roi capable de protéger ces sujets. Le regard à nouveau déterminé, il se tourna vers Chris.

« Chris, aide-moi à les sauver. »

Comment aurait-il pu refuser ? La confiance et l’admiration qu’il lui vouait étaient telles qu’il l’aurait suivi jusqu’en enfer. Il en fit même secrètement le vœu.

Il faut que je brille encore plus de par mes talents. Si ça peut aider Roan…

Il avait créé son agence de renseignement par défi et attrait de la nouveauté, mais il en comprit à présent toute l’importance. Dès ce jour, ce ne fut plus la curiosité qui le poussa à accomplir son métier, mais bien le patriotisme.

Pendant ce temps, Roan se demandait encore quelle était la meilleure façon de procéder avec le royaume Byron. Mais même en passant en revue les différentes stratégies à sa connaissance, rien ne lui venait.

« Les orcs me manqueraient presque… Il faudrait qu’on arrive à ordonner à ceux qui restent d’empêcher les troupes de Byron de progresser, ha ha. » lança Chris, lui aussi en proie au désespoir.

« Mais oui ! Mais c’est ça, les orcs ! » cria soudainement Roan comme un possédé.

« Que… » balbutia Chris, sidéré.

« Mon petit monsieur, je crois qu’on a plein de choses à se dire. Tu m’as donné une idée brillante. »

 


 

« Restez pas attroupés comme ça, écartez vous ! Non mais pas autant, va pas non plus jusqu’au lac Posquin toi ! »

« Un peu de sérieux, soldats ! »

Aux abords du château de Beno, tandis que le bataillon de la Rose s’entraînait, Roan s’était un peu éloigné, passant en revue les différents points de son plan.

Déjà, les civils sont évacués…

Il ne restait qu’assez peu de temps avant que ne commence l’attaque du royaume d’Istel, mais c’était au prétexte de l’augmentation du nombre de monstres dans la région qu’ils avaient réussi à les faire partir dans le calme. Les paysans de Rins connaissaient trop les dangers s’accompagnant de leur présence pour s’opposer aux ordres des soldats.

Maintenant, il ne reste plus qu’à les attendre.

Les préparatifs terminés, Roan soupira. Il avait beaucoup travaillé, et même la plus courte seconde de répit était toujours bonne à prendre. Hélas, elle fut plus courte encore qu’il ne l’eût espérée.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Au loin, il vit un nuage de fumée se soulever sous l’influence des sabots de ce qui était, de toute évidence, une monture de guerre. Il focalisa alors, aidé de la Larme de Kallian, son champ de vision sur ce seul point. Il vit alors aussi nettement que s’il eût été en face de lui un cavalier agiter un drapeau rouge. À son ordre et parvenues à son niveau, les soldats s’arrêtèrent net. Au sommet du carré parfait de leur formation se tenaient un Commandant et ses Majors.

Le cavalier se remit alors à agiter son drapeau de manière bien visible aux yeux de tous, tout en partant seul au galop vers la position en contrebas, vers le château.

« Les troupes du royaume d’Istel ont traversé la frontière, préparez-vous, camarades ! » hurla-t-il.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

IATM Chapitre 64
IATM Chapitre 66

12 Commentaires

  1. Cèlen

    Merci Nostra ! Je viens d’attaquée cette série, et elle est vraiment aussi bonne que tout ce que j’ai lu sur le site !
    Donc merci pour ce travail!!!!!
    (qui on dirai bien te demande pas mal d’effort de trad!)

    Merci encore !

    Répondre
  2. Lectifer

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  3. Mywok

    Merci !

    Répondre
  4. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  6. Hifumi171

    Merci la bataille me fait penser à seigneur des anneaux sauf que la les renfort sont des ennemis dans le gouffre de helm

    Répondre
  7. Jb

    Ça va chier colonel ! Heuuuuu… Commandant en second !
    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  10. guts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. Gilgamesh

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  12. Mehlroth

    Merci pour les chapitres.

    Je viens de finir les chapitres traduits et je trouve le novel vraiment intéressant donc merci beaucoup de nous le faire découvrir 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com