LVL1S : Chapitre 57

LVL1S : Chapitre 56
LVL1S : Chapitre 58

Chapitre 57

 

« Levez-vous et brillez ! Tout le monde, allez vous mettre en rang à l’extérieur ! »

Une voix profonde provenant de l’extérieur du bâtiment nous éveilla. Même si j’étais fatiguée, je savais que ce serait une mauvaise idée de décevoir nos nouveaux propriétaires dès le premier jour. De la même façon, Pirin ouvrit les yeux et se leva.

« Dépêchons-nous de nous préparer. »

Nous échangeâmes un regard lourd de sens et nous vêtîmes en toute hâte avant de nous présenter hors de notre chambre. Nous étions des centaines, alignés là et flanqués par des dizaines d’insectes dorés, les mêmes qui nous avaient escortés la veille. À n’en juger que par notre nombre, nous les écrasions facilement si nous nous soulevions à ce moment précis – mais nous savions que c’était impossible.

« À partir de ce jour, vous êtes des esclaves de Necropolis. C’est une grande cité dans laquelle même les esclaves les plus ridicules sont bien nourris, logés et traités mieux qu’ailleurs, mais n’oubliez pas que vous êtes des esclaves avant tout. Vous faites partie d’une race stupide qui a osé se dresser contre nous et vous allez travailler jusqu’à payer pour vos crimes ! »

Nous fûmes menés vers de grandes fermes et des pâturages en périphérie de la ville sous la surveillance avertie des insectes. Du matin au soir, notre labeur consistait à nous occuper des plantes et des animaux.

C’était agréable pour la plupart d’entre nous, en tant qu’Elfes nous étions proches de la nature et des animaux, nous aimions en prendre soin. Et puis, les surveillants se contentaient de nous regarder travailler sans nous presser ou nous infliger un quelconque stress pour nous faire accélérer.

« Sommes-nous vraiment des esclaves ? »

Pirin, qui jouait avec de jeunes brebis, posa soudain la question.

« C’est effectivement rigolo de jouer avec les animaux et même si l’agriculture peut être un travail un peu plus difficile, est-ce que nos dirigeants ne sont pas conscients que c’est un plaisir pour nous ? »

En vérité, Gnoss et Noradriana en étaient tous deux bien au fait et avaient tout fait pour créer un environnement agréable pour les Elfes captifs.

Si Johra ou Valenor avaient su à propos de leurs actions à ce sujet, ils auraient pu leur en vouloir et s’acharner encore un peu plus sur les Elfes. Cependant, de nombreux Elfes jugeaient que c’était trop beau pour être vrai et n’imaginaient pas que des esclaves pouvaient être traités aussi bien.

« C’est l’heure de manger. »

Le pain et la soupe que les insectes distribuaient étaient d’une saveur divine. Que pouvait-on dire d’autre d’un grain qui avait mariné dans le nectar sacré, et de la viande des animaux élevés à partir de ce grain ?

Pour les Elfes qui n’avaient pas vécu à Elfenheim depuis des dizaines de milliers d’années, c’était la nourriture idéale car leurs corps étaient plus sensibles aux propriétés divines. Même si des milliers d’années s’étaient écoulées depuis qu’ils avaient chuté en ce monde, la constitution de leur race était toujours relativement la même et ils avaient besoin des nutriments de cette nourriture révolutionnaire.

« Ce truc ! »

« Ouaaaah ! »

Des éclats d’extase pouvaient être entendus çà et là, comme si leur anatomie reconnaissait le goût de leur foyer. Et même si les insectes avaient préparé des rations généreuses, elles étaient loin de suffire à l’appétit vorace des Elfes et tout disparut en un éclair.

« Ouah, c’était vraiment bon, hein ? »

« C’est un peu louche, ils nous nourrissent trop bien, ils nous engraissent pour plus tard ? »

« Ha ha ha ! »

Pirin et moi plaisantions ensemble ; nous vivions paisiblement depuis quelque temps déjà, dormant dans des lits confortables et mangeant de la nourriture en abondance.

C’était en effet ce qu’était la vie d’esclave à Necropolis ; un lit chaud, de la bonne nourriture et un travail agréable. Ce n’était pas que Pirin et moi, mais tous les Elfes que l’on regardait arboraient un sourire éclatant.

Lorsque nous rentrions dans nos chambres après une journée de travail, même si nous apparaissions fatigués en surface, c’était toujours la fin d’un beau jour. Et nous n’étions pas les seules à penser de la sorte, des rires pouvaient être attrapés au vol chaque soir, au travers des chambres.

« Pourrait-ce être le paradis des Elfes, après tout ? »

« J’ai peur de me réveiller demain et de me rendre compte que tout ça n’était qu’un rêve. »

Je discutai avec Pirin jusque tard dans la nuit avant de tomber de sommeil, épuisée par notre labeur diurne.

* Toc Toc Toc *

« Rassemblez-vous dehors ! C’est l’heure ! »

Nous sautâmes de nos lits et coururent bien rapidement nous présenter à l’extérieur. La voix de laquelle nous avions au départ un peu peur était devenue un réveil bienvenu qui nous signalait le début d’une nouvelle et merveilleuse journée de travail.

Normalement, les Elfes mangeaient très peu, un repas unique chaque jour. Une fois adultes, ils mangeaient même deux fois par semaine et même là, leurs repas étaient plus frugaux que ceux des humains.

À Necropolis cependant, les Elfes étaient devenus de véritables gloutons. Même les insectes qui nous surveillaient s’étaient fait réprimander par les bureaucrates parce qu’ils n’avaient pas préparé suffisamment de nourriture. Nous autres Elfes ne pouvions simplement jamais être rassasiés par cette saveur des dieux qui rappelait à notre corps la lointaine oubliée Elfheim.

La même situation se reproduisit encore, et le troisième jour passa comme les autres. Ils continuaient d’augmenter nos portions jusqu’à satiété. Finalement, au quinzième jour, ils parvinrent à trouver l’équilibre parfait – et bien entendu, les Elfes continuaient de manger quatre fois plus que les autres races.

« Il y a une rumeur qui voudrait que les Elfes soient des porcs qui se contentent de bouffer toute la journée ! Notre image noble et gracieuse est en train de déchoir ! »

Au matin du vingtième jour, les surveillants nous avertirent que nous allions travailler pour deux heures de plus. Naturellement, ce n’était pas un souci pour nous parce que ce supplément de travail prenait place après le diner, un de nos moments de prédilection.

« C’est juste moi ou est-ce que de plus en plus de nos semblables se portent de mieux en mieux à mesure que les jours passent ? »

« Ah, toi aussi ?! Je me sens différent. »

Depuis que notre race s’était fait bannir d’Elfheim, notre constitution avait quelque peu décliné. Et maintenant que nous recevions ce délicieux nectar et pouvions prétendre à sa bénédiction, nous regagnions peu à peu notre force perdue.

Après à peine un mois d’esclavage, nous étions déjà bien plus puissants qu’avant. Nous dégagions une aura qu’on ne pouvait précédemment trouver que chez les Hauts-Elfes.

« Comme c’est dur d’être surveillant ! Je ne mange même pas aussi bien que les esclaves dont je suis en charge ! »

C’était un peu irritant d’entendre les insectes se plaindre chaque matin mais après tout, la vie d’esclave à Necropolis était plutôt exceptionnelle. Il n’y avait aucun danger, de la bonne nourriture et un travail que nous aimions effectuer. Le meilleur dans tout ça ? Je pouvais partager cette joie avec mon peuple et mes amis.

Il n’y avait vraiment aucune raison de se plaindre, à l’exception de quelques complaintes des insectes, qui ne manquaient pas de nous rappeler notre position sociale. Pourtant, nous savions que la vie à Necropolis, même en tant qu’esclaves, était belle.

Elle était belle, mais… nous étions toujours une race fière et noble. Il y a cette expression, vous savez ? Donnez-leur la main et ils vous prendront le bras.

Les surveillants n’intervenaient pas souvent mais nous demandaient quand même d’effectuer un travail éreintant et de suivre les instructions. Pour nous, Elfes évolués et nobles, le comportement des insectes commençait à devenir insupportable, à nous frustrer et nous nous mîmes à nous moquer d’eux en secret.

Tout démarra sur une simple action.

« Tu ne peux pas quitter ton lieu de travail. »

Ce n’était pas facile pour un seul insecte de superviser des dizaines d’esclaves mais ils n’avaient pas d’autre choix à cause de la quantité d’Elfes à gérer. Ce n’était pas toujours évident ou même possible d’attraper des Elfes qui se mettaient à errer après avoir quitté leur poste, mais quand ils se faisaient appeler, ils retournaient bien gentiment là où ils devaient être.

Jusqu’au jour où l’un des Elfes n’eut plus envie de travailler. Comment un Elfe, noble et fier comme lui, pourrait-il continuer à obéir aux ordres d’un vulgaire insecte ?

« Je suis un Elfe. Je n’ai pas besoin de suivre les instructions d’un misérable insecte. »

« Tu es un esclave, et je suis ton surveillant, reste à ta place ! »

Si cet Elfe avait simplement courbé l’échine et était retourné travailler, cette paix divine aurait pu continuer pour toujours. Mais…

« Quoi, j’ai été gentil et vous voulez me réprimer, vous, pauvres insectes ? Vous voulez peut-être que je vous montre la puissance d’un esclave ? »

C’était un Elfe qui avait toujours été doué dans l’art de la magie, et maintenant qu’il avait eu droit à la bénédiction du nectar divin, il était devenu encore plus puissant. Du haut de son arrogance, il croyait si fort en lui qu’il avait décidé de se rebeller.

« Tu ferais mieux d’arrêter immédiatement, Elfe. Ta magie est faible… »

« Boule de feu !! »

La plus grosse boule de feu que j’avais vu jusqu’alors sortit des mains de l’Elfe. En vérité, nombre d’entre nous étaient déjà inquiets quant à la sécurité de l’insecte, parce qu’il ne fallait pas oublier qu’il nous avait toujours traités de façon équitable et juste.

Ne meurs pas !

Contre toute attente, la boule de feu ne le blessa pas le moins du monde.

« Tu es un esclave, rien qu’un esclave minable et je suis celui qui a droit de vie ou de mort sur toi. Tu vas payer pour ton insolence. »

* Shaak *

Il se contenta de frapper en tendant la jambe, juste un seul et simple coup.

* Gaaah ! *

L’Elfe rebelle venait de perdre un bras et se roulait par terre, la terre se nourrissant goulûment de son sang qui coulait à flots.

« Toi, là. Soigne sa blessure. »

L’insecte désigna l’un de nous, quelqu’un qui maîtrisait la magie de soin. Nous étions tous choqués tandis que l’Elfe en question se précipitait pour soigner le blessé.

Pirin et moi l’avions vu depuis les premières loges. Nous nous trouvions à moins de dix mètres de la pauvre victime – qui ne pouvait s’en prendre qu’à son arrogance. Des rumeurs de l’incident se propagèrent et la vérité fut ainsi déformée comme dans toute bonne rumeur et l’Elfe devint une victime morte de ses blessures, l’insecte un bourreau qui lui avait coupé la tête d’un coup sans pitié.

« Je pense que ça va dégénérer. »

« Moi aussi. »

Pirin et moi étions inquiètes à propos de la situation telle qu’elle se dessinait. Nous vivions des vies confortables et tout ça était assurément sur le point de changer. Les Elfes les plus radicaux se regroupèrent en factions et nourrissaient déjà des idées de révolution.

« Pirin, si notre peuple se rebelle, ne nous ferons-nous pas ostraciser une fois de plus ? »

« Peut-être que les insectes vont simplement nous tuer de sang-froid, ou que le dragon va nous brûler vifs. »

« Qu’est-ce qu’on devrait faire ? »

« Aucune idée ! »

« Pirin, tu penses qu’il y a un moyen de mettre un terme à tout ça ? »

Elle réfléchit prudemment pour quelques instants avant de me présenter une suggestion :

« Que dirais-tu de devenir gladiatrice ? »

« Une gladiatrice ? Pourquoi ? »

Je ne comprenais pas, je pensais qu’elle avait perdu la tête.

« Si tu gagnes dans l’arène, alors le Roi de Necropolis t’accordera un vœu ! »

« Vraiment ?! »

« Oui ! Si tu gagnes, tu pourras lui demander de régler la situation actuelle paisiblement ! »

« Mais est-ce seulement possible ? »

« Crois-moi, je suis un me haute-prêtresse et je sais que tu es douée avec une épée… »

Nous étions d’accord sur ce point et notre plan naquît aussi simplement que ça.

Même s’il n’allait pas être facile de succéder dans l’arène, c’était la seule solution envisageable. Pour l’instant, les factions rebelles s’étaient déjà rassemblées, et les conséquences pourraient être terribles.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
LVL1S : Chapitre 56
LVL1S : Chapitre 58

11 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Non mais sérieux ; c’est quoi ces elfes ? Ils ont la belle vie et tout mais ils sont esclaves. Esclaves ! Qu’est-ce qu’ils ne comprennent pas la dedans ?
    Bon, au moins la trame de l’histoire du nouveau personnage principal évolue.

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Comme elle le dit, quand tu es trop fier, “on te donne la main, tu veux le bras.”

      Répondre
  3. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  4. Gunts92Gunts92

    Pff ils devraient écouter valenor et nous débarrasser de cette race de merde à nous faire déteste les elfe tellement mis en valeurs la plupart des fois dans les histoires

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Perso il devrait juste éclater la tête de ceux qui ont décidé de mener la guerre. Y en a plein, ils ont fait que suivre parce qu’ils avaient pas le choix, et même là dans les champs, c’est juste une minorité qui veut se rebeller…

      Les autres ils veulent juste qu’on leur foutre la paix mdr

      Répondre
  5. Shirosuu

    Merci pour le chapitre, les elfes ont trop pris la confiance mdrr ils vont se faire eclater pour la seconde fois, bien fait pour eux

    Répondre
  6. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Yllek

    Ça redevient vraiment intéressant, entre la vision de l’elfe et celle de la héros déchu transformée en squelette (j’ai zappé son nom désolé) je trouve ! Merci pour le chapitre !

    Répondre
  8. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Ahemos

    Crois-moi, je suis un me (une) haute-prêtresse et je sais que tu es douée avec une épée…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com