MWLU : Chapitre 93 Bonus

MWLU : Chapitre 92
MWLU : Chapitre 94

Merci à Thomas pour son soutien, un chapitre qui vaut de l’or !!

 


〈 93. Progression (2) 〉

 

Kim Sae-Jin passa son temps à prendre soin des autres Orques et à s’entraîner, le tout en compagnie de Kim Yu-Rin. Comme les Orques avaient naturellement tendance à se rapprocher des individus puissants, elle était devenue à leurs yeux une femme charmante, ce qui avait fait oublier à Sae-Jin le temps qui passait inlassablement ; et il était déjà tard dans la nuit lorsqu’ils se séparèrent finalement.

« Oh, ouais~ Tout va bien… »

La lueur claire de la pleine lune suspendue bien haut dans le ciel sans nuages se répandait paresseusement.

Tout en savourant la brillance de l’astre nocturne, Sae-Jin bougea. La lumière avait l’air de vibrer à chacun de ses pas.

« … »

Et avant qu’il ne s’en rende compte, son errance sans but le ramena en direction de la villa. Il y avait une aura de solitude autour de cette grande maison et toutes ses lumières éteintes.

Il attrapa la poignée de la porte et la poussa lentement.

Et passées les abysses de la nuit, il se retrouva face au salon entièrement vide. Maintenant qu’il le voyait dans les ténèbres, il réalisa à quel point la taille du bâtiment était vraiment trop importante.

Tthak-

Quand il ferma la porte derrière lui, il sentit une présence en direction du canapé. Est-ce qu’elle faisait semblant de dormir, ou l’avait-il à peine réveillée ? Ricanant légèrement, il s’approcha d’elle.

« …Tu dors ? »

Elle ne bougea pas un cil, son visage profondément enfoncé dans les coussins. Comme il pouvait entendre les battements de son cœur accélérer, il comprit qu’elle était en train de feindre le sommeil, en effet. Est-ce qu’elle était fâchée de son retard ?

« …Hmpf. »

Malheureusement pour elle, Sae-Jin choisit de simplement se diriger vers sa chambre. Il n’avait franchement pas l’intention de jouer à ce petit jeu avec elle s’il en avait le choix…

« Eu-euhm… Grand frère, tu es rentré ? »

En même temps, Sae-Jung leva lentement la tête. Elle faisait semblant de se réveiller et gardait ses yeux mi-clos tout en se tenant la hanche.

« Tu dormais ? »

« Mm. Parce que, le mec qui a dit qu’il rentrerait à 5 h hier soir… n’est pas rentré avant 1 h du matin cette nuit, tu vois. »

« … »

Il s’assit sur le sofa et tout en souriant d’un air désolé, commença à lui brosser les cheveux.

Peut-être que la lueur de la lune descendant dans les ténèbres en était la coupable, mais pour une raison étrange, elle était spécialement mignonne cette nuit-là. En plus de ça, elle exsudait même cette sensualité peu familière. Les yeux à moitié ouverts, les joues rouge pivoine et par-dessus tout, cette nuisette qui n’en révélait qu’un peu trop… A chaque fois qu’elle bougeait un peu, Sae-Jin pouvait entrevoir son décolleté plongeant.

« …Pourquoi est-ce que tu es tellement en retard ? Tu as dit que tu rentrais plus tôt. »

Dans cette pièce sombre, elle continuait à parler d’une voix faible et demandeuse.

« Il y avait des choses que je devais faire, et j’ai fini par me mettre un peu en retard. »

« Ce n’est pas ‘un peu’, mais ‘beaucoup’. Disons-le clairement. »

« … »

Yu Sae-Jung se plaignait tandis qu’elle croisait ses doigts avec ceux de Sae-Jin. Il se sentait vraiment désolé et n’offrit aucune résistance tandis qu’elle continuait à jouer avec ses mains.

« D’ailleurs, grand frère, tu savais ? Ça fait déjà plus de deux ans qu’on se connait. »

Comme si ça venait de lui revenir, elle avait mentionné le fait ‘en passant’.

« Déjà si longtemps ? »

« Nous nous sommes rencontrés au début du printemps, au cours de ma deuxième année de lycée. Et j’ai vingt ans maintenant, alors ouais, ça colle. »

Après y avoir réfléchi, Sae-Jin éclata soudain de rire.

« Je me souviens maintenant. Tu étais malpolie à cette époque. Tu avais l’air tellement… Enfin, tu t’attendais à beaucoup, et quand je me suis présenté en tant que Chasseur, tu as tiré une de ces grimaces… »

« P, pas moyen… Je, j’ai peut-être agi comme ça avant, mais j’étais naïve. Maintenant, je suis beaucoup plus… je suis différente ? J’ai entendu à de nombreuses reprises récemment que ma personnalité avait changé, tu sais. Et tu sais que c’est grâce à toi ? »

« Ah ? Hmm… »

Il fit semblant de tomber face à un sacré dilemme, et assurément, Sae-Jung commença à l’engueuler, lui réclamant qu’il arrête de se moquer d’elle.

« Quoi ? Ta première impression de moi, c’était que j’étais une fille malpolie ? »

« Non, une fille riche et malpolie. »

« …Hah. »

Et ainsi, de ces simples mots, cet échange banal à souhait, les souvenirs heureux commencèrent à refaire surface comme un champ de fleur dans leur esprit.

Quand ces deux-là s’étaient rencontrés pour la première fois, quand ils étaient allé chasser ensemble, quand Sae-Jin lui avait révélé son identité, etc, etc… Le temps fusait tandis qu’ils parlaient et bientôt, ils arrivèrent au jour du fameux anniversaire.

« Et quand tu as tenté de profiter de moi… »

« Mm ? Oh, uh, à ce moment, j’étais… »

« Laisse-moi terminer. À ce moment, j’ai dit que je t’attendrais, que j’attendrais que tu m’aimes vraiment du plus profond de ton cœur, tu t’en rappelles ? J’étais une vraie imbécile, tu le sais ? »

Elle s’arrêta de parler, comme si elle venait de décider quelque chose tout à coup, et s’approcha de lui en déglutissant.

« Cette nuit, en partant… J’étais… Genre, ‘je suis tellement cool, tu ne le vois pas ?’… Mais la semaine qui suivit, je le regrettais déjà. Chaque nuit, quand j’essayais de dormir, je regrettais ce que j’avais fait et dit, je frappais mes couvertures, et regrettais encore… Tu le sais, n’est-ce pas ? Que je t’aime. Enormément. Je ne pouvais juste pas me pardonner d’avoir gâché une chance pareille. »

L’atmosphère devenait peu à peu étrange, et Sae-Jin finit par se gratter les joues ; pendant ce temps, Sae-Jung inspira profondément.

« C’est pourquoi je m’apprête à dire ça tout haut, en te regardant dans les yeux. Je pense vraiment, vraiment que je ne peux pas t’attendre plus longtemps. Tu ne peux pas… juste m’aider un peu ? »

« … »

« Ok, regarde. J’exagère un peu, mais je fais des rêves dans lesquels tu apparais chaque nuit de la semaine, toutes les semaines de l’année. Et dans ces rêves, quand tu me détestes, ils se changent en cauchemars. Lorsque tu m’aimes par contre, ils deviennent le plus doux nectar de l’univers. »

Kim Sae-Jin ne prononça pas un mot en entendant la confession calme et posée – parce qu’il pouvait clairement sentir la puissance et l’ardeur des sentiments de la jeune fille, même si elle essayait de les cacher derrière sa voix tremblante.

« Et quand tu rencontres une autre femme, même si je ne dis rien, les choses deviennent vraiment difficiles pour moi. Je lutte comme une folle pour m’endormir ces nuits-là, et je fais invariablement des cauchemars. »

Tout en le fixant, elle faisait de son mieux pour masquer son anxiété avec un sourire.

« …C’est pour ça, est-ce qu’on ne pourrait pas… peut-être commencer quelque chose ? Tous les deux ? J’ai… J’ai entendu de Hye-Rin que les gens tombent amoureux en sortant ensemble… »

Elle se plongeait dans son regard, à deux doigts de s’y noyer. Son cœur battait comme jamais auparavant.

« Même si tu n’es pas prêt, je… je ferai encore plus d’efforts. Honnêtement… N’est-ce pas vrai que tu ne trouveras personne qui t’aime autant que moi ? »

Elle appuyait des arguments sensés avec soin, elle profitait de cet instant pour lui avouer tout ce qu’elle avait sur le cœur.

Cependant – Kim Sae-Jin resta silencieux. Et Yu Sae-Jung se mit à trembler légèrement, puis un peu moins légèrement, face à l’éventualité d’un rejet.

Un silence lourd s’abattit sur le salon, toujours accompagné par le clair de lune.

Cinq minutes passèrent. Puis dix.

Elle ne pouvait plus supporter ce silence, et en vint à se foutre complètement de toutes les conséquences que pourraient avoir son geste et se jeta dans ses bras de manière agressive.

Elle enroula ses bras autour de son cou et planta ses lèvres sur les siennes. Même si elle avait bondi sans trop réfléchir à la suite des évènements, Sae-Jin pouvait sentir ses mêmes lèvres trembler, en proie à la même peur que son corps entier.

Leurs langues dansèrent.

Contrairement à Sae-Jung qui avait appris la romance au travers de livres, Sae-Jin était plus accompli en matière de baisers. Bien entendu, il n’avait pas plus d’expérience, mais il laissa les instincts du Lycanthrope, la créature reconnue pour sa poursuite du plaisir, prendre la main.

Tandis que leurs lèvres étaient fermement scotchées, il posa sa main sur la poitrine de la demoiselle. Il put sentir la douceur de sa peau et les courbes parfaites de son corps au travers de la fine matière qui le recouvrait. Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un Chevalier, son corps était parfait.

« Ha, ah… »

Elle haletait sans s’arrêter tout en se tordant à droit et à gauche, afin qu’il puisse la toucher plus et mieux. Et très vite, les doigts qui caressaient la nuisette s’aventurèrent au contact de la peau nue.

« …Fuu-woo… »

Plus il la désirait, plus elle s’accrochait. Elle respirait chaudement juste à côté de son oreille, comme pour attiser encore plus les flammes du désir qui brûlaient en lui.

Et pour montrer qu’elle y parvenait bien, Sae-Jin devint soudainement bien plus dur. Il ne se contenta pas de la déshabiller, mais déchira la fine nuisette avant de commencer à laisser des marques un peu partout sur son corps, comme pour dire qu’elle lui appartenait.

« …Ouch ! »

Elle sentit une soudaine douleur, comme si un animal sauvage venait de la mordre, mais endura. Même une telle douleur ne durerait pas. Son corps, qui se réveillait aux plaisirs qu’on lui offrait, remplaçait petit à petit les parties douloureuses en moments de délice.

Il était deux heures du matin. Quand la lune était au zénith ; quand, à ce qu’on disait, les gens étaient le plus vulnérables.

Le canapé du salon s’imprégna d’une chaleur étrange et de la salive de deux personnes qui ne désiraient que remplir le vide de cette nuit.

 

*

 

Il ouvrir les yeux. Non, ses yeux s’ouvrirent d’eux-mêmes. Une femme l’avait éveillé après s’être constamment blotti dans ses bras, gigotant encore et encore.

« … »

Le monde était toujours sombre, à travers la fenêtre.

Kim Sae-Jin posa les yeux sur le corps nu qui frétillait de joie dans ses bras et laissa échapper un long soupir. Les souvenirs de l’acte lui-même étaient un peu confus, mais les sensations restaient si réelles. Au bout du compte, ses désirs l’emportèrent sur sa raison.

Oh, bah…

Il balaya rapidement ce sentiment naissant de regret. Ce qui était fait était fait. Bien sûr, les effets de la pleine lune avaient joué leur rôle sur la façon dont les choses s’étaient déroulées, mais vraiment, il avait déjà une petite idée que les choses allaient se dérouler de la sorte. Et pourtant, il avait fini par les provoquer lui-même.

Et puis, est-ce que Sae-Jung n’était pas une femme merveilleuse ? Elle était mignonne, avait un grand talent, et sans même parler de la puissance financière et politique qu’elle possédait derrière elle.

…Mais pourquoi est-ce qu’elle fait cette gueule ?

Un sourire niais déchira les joues de Sae-Jin.

Le visage de Yu Sae-Jung montrait à quel point elle était contente, et cette expression laissa une profonde marque dans l’esprit de Sae-Jin. Il pouvait voir qu’elle était bien endormie, pourtant elle souriait comme une bienheureuse… Il entendait même ses battements de cœur rythmiques qui donnaient parfois l’impression de chanter. Elle avait l’air de faire un très joli rêve…

Son apparence actuelle était clairement un peu provoquante, et Sae-Jin la serra dans ses bras, très fort. Cependant, une paire de sensations douces touchant directement sa peau embrasa ses instincts une fois de plus.

Pour le préciser encore une fois, elle était profondément endormie. Comme c’était sa première fois, elle aurait dû être épuisée, mais… il pensait que, comme elle avait l’air si heureuse, le faire une fois de plus ne devait pas poser de problème.

Il afficha un sourire carnassier et commença à se déhancher petit à petit. Il était temps pour un deuxième round.

Accessoirement, Yu Sae-Jung s’éveilla en plein milieu des festivités et prise d’une panique soudaine, lacéra la peau du dos de l’homme au-dessus d’elle.

 

*

 

Depuis lors, trois semaines passèrent.

Pendant ce temps, Sae-Jin eut l’occasion de goûter intimement à ce à quoi ressemblait la vie de jeunes mariés. Ils mangeaient ensemble chaque jour, et faisaient l’amour quelle que soit l’heure du jour où de la nuit. Maintenant qu’il n’était plus retenu par des chaînes de morale, il sautait sur Sae-Jung à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Tant et si bien que même elle finit par arrêter de compter.

À chaque fois que ses instincts prenaient le dessus, il l’attirait comme une bête sauvage violente, mais elle l’accueillait toujours avec un sourire désireux.

Les trois semaines de miel se terminèrent avec leur statut officiellement devenu celui d’amoureux et un Kim Sae-Jin qui laissa derrière lui une Sae-Jung tristounette pour s’en retourner chez lui.

Le truc… Peu importe à quel point ces trois semaines avaient pu être chaudes, elles étaient suffisantes pour que ce qu’il se passait dehors soit oublié. Les histoires parlant de Sae-Jin s’étaient graduellement éteintes, et en se servant de cette occasion, il laissa la bombe éclater.

[Le ministre en charge des affaires des monstres, Kim Hahn-Seol : séduit par la corruption du monde financier…]
[Trois fois élu membre de l’assemblée, Kim Yo-Hahn, des fonds de campagne illégaux…]

Les informations sur Kim Hahn-Seol et ceux qui le soutenaient – dont des membres de l’Assemblée nationale – furent exposés au public. Et ainsi, le vent de la revanche commença à souffler de plus en plus fort.

– Je jure que la vie que j’ai menée jusqu’à maintenant – tous ces rapports sont faux !!

Kim Hahn-Seol et ses sbires jetèrent un déni total face à ces accusations. Ils agissaient ainsi avec la conviction qu’ils pourraient échapper aux conséquences – mais c’était uniquement parce qu’une partie de ces informations n’avait pas encore été révélée au public. Le plus ils luttaient, le plus profond ils creusaient leurs tombes.

« Mademoiselle Yu Baek-Song, avez-vous vu les informations ? »

­– …

Elle ne dit pas un mot. Elle était probablement en train d’essayer de rester polie envers son supérieur duquel elle recevait toujours les ordres.

« Ce sera gênant pour moi si vous ne répondez pas. Après tout, j’ai uniquement commencé tout ça à cause de vous, mademoiselle Yu Baek-Song. »

– Eh, pourquoi dites-vous que c’est pour moi ? Je…

« On en reparle plus tard quand on se voit. Je suis occupé pour l’instant. Quand pouvons-nous nous rencontrer ? »

– Heh ? Mais, je suis également occupée ces jours-ci, alors…

« Vous n’avez rien de prévu le 14 juillet, non ? On se voit ce jour-là. »

Il pouvait l’entendre retenir sa respiration à travers le combiné. Comme il avait installé un tas de logiciels espions et même de vrais espions au sein de la DES, en savoir autant n’était pas un souci.

– Non, non, attendez, ce n’est…

« Ah, j’ai un autre appel. Attendez une seconde. Je vous rappelle une autre fois. »

Il confirma le nom affiché sur l’écran de son téléphone et changea rapidement de correspondant.

– Oh, monsieur Kim Sae-Jin. Je suis soulagé que vous ayez répondu. C’est Kim Hahn-Seol. J’ai vu cette annonce d’une importance capitale que vous avez faite il y a trois semaines. Je dois dire, c’était quelque chose !

L’appel était émis par Kim Hahn-Seol. Il avait l’air plutôt relax pour un mec dont le linge sale pendait en public.

« …Ouais, bon. Merci. »

Kim Sae-Jin resta tout aussi calme.

– Huhuhuh. Et c’est pourquoi, ne devrions-nous pas reprogrammer le rendez-vous annulé ? Après tout, avec les révélations de quelques affaires peu savoureuses, on ne pouvait rien y faire à ce moment, hein ? Pour vous, j’ai préparé quelques jolis petits cadeaux, vous voyez.

Sae-Jin resta silencieux.

Il venait de le réaliser – L’aura ‘neutre’ de Kim Hahn-Seol qu’il avait sentie dans la montagne était telle – il couperait volontiers les ponts avec tout ce qui était relié à lui, sans hésitation, afin de poursuivre ses ambitions. C’était ce type d’homme.

– Keum. C’est un secret, mais bon, je n’ai jamais été réellement convaincu de votre implication dans cette affaire de fraude. De telles choses n’apparaissent pas comme par magie, sans l’aide de quelqu’un, n’est-ce pas ? C’est pourquoi j’ai demandé à l’un de mes employés de jeter un œil là-dessus.

Et il était ainsi capable de vendre ses collègues, amis et employés. Il sentait probablement au fond de ses os qu’il était temps de changer de bateau.

« …Est-ce vrai ? »

– En effet. Et c’est absolument une manœuvre politique. J’ai découvert ceux qui sont derrière ce complot, pourquoi ne pas partager cette information…

Sae-Jin laissa cet argumentaire entrer par une oreille et sortir par l’autre avant d’afficher un sourire froid.

Combien de personnes exactement Kim Hahn-Seol avait-il déjà trahi de cette manière afin de devenir le ministre puissant qu’il était ?

L’entendant parler de la sorte, le grain de sympathie que Sae-Jin pouvait encore ressentir pour lui disparut complètement. Il finit la conversation par quelques réponses banales à souhait et raccrocha.

Et à peine le téléphone empoché, on sonna à la porte.

Avant même qu’il ne puisse demander qui était là, Yu Sae-Jung ouvrit abruptement la porte, d’un seul coup, et entra naturellement d’un pas léger.

« Monsieur Kim Sae-Jin ? Votre chérie est làààà~ »

« …Hah. »

Kim Sae-Jin laissa échapper un soupir de soulagement et se leva tout en se demandant si elle essayait de causer un scandale, ou quelque chose du genre.

 

*

 

Avec l’éveil du dirigeant de tous les Vampires, le Seigneur Vampire, il n’y eu plus de place pour les pertes de temps. La décision de l’héritage de son rôle, de sa position, devait être prise avant que le Seigneur mourant ne disparaisse pour de bon. Et avant même que les discussions ne se préparent, ils devaient connecter les trois Fissures Mortes dans la zone de chasse.

Sous pression à cause du manque de temps, Bathory n’eut pas le choix que de faire quelque chose de plutôt rare. Combiner la puissance de sa maison et celle des ‘el Las’, dont le leader n’était autre que ce gamin nommé ‘Thsironen’.

« Eh, gamin. Soyons honnêtes maintenant, nous n’avons plus le temps d’attendre que tu grandisses. Alors, même si nous travaillons ensemble, la position de Seigneur devrait… »

« On parle de ça plus tard. En tant que têtes de nos maisons respectives, nous sommes égaux, après tout. »

Bathory grinça des dents. Honnêtement, ce petit con était…

« Tout d’abord, vous ne pouvez pas connecter les Fissures parce que vous n’êtes plus en possession du cœur artificiel, n’est-ce pas ? Alors que la date dont a parlé le Seigneur approche à grands pas. »

« …Eh bien, techniquement, ce n’est pas tout à fait vrai ? »

« Est-ce que ça veut dire que vous n’avez pas besoin de l’aide de ma famille, dans ce cas ? Alors je vais rentrer. »

« …Attends une seconde, oh. Pour l’instant, je vais écouter ce que tu as à dire. »

Peau et cheveux étaient plus pâles que le plus pâle des Vampires, et la paire d’yeux rouge sang qui contrastaient avec le reste du visage décoloré lui conféraient une apparence que même les autres Vampires trouvaient glauque. Thsironen gardait la tête haute face à Bathory.

« Pour le moment, les Nosferatus sont les plus suspects, alors combinons nos forces. Ensuite, nous ouvrirons le portail et nous attendrons les ordres du Seigneur. Heureusement, il ne va pas mourir dans les six mois, au moins. Alors décidons de la suite des évènements après que tout ça soit résolu. »

Bathory fronça les sourcils. C’était comme si ce petit arrogant caressait l’ambition de devenir le prochain Seigneur des Vampires ; il se présentait volontairement compliqué à gérer.

« …Fuu. »

Mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose, pas pour le moment en tout cas. Même si c’était pour un laps de temps assez court, elle devait trouver une aide, surtout après que ses subordonnés incompétents avaient foutu la merde.

Et puis si elle n’aimait pas la façon dont se déroulait la suite des choses…

Je n’aurai qu’à tuer ce petit con.

Elle hocha la tête d’un air rassuré.

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

MWLU : Chapitre 92
MWLU : Chapitre 94

14 Commentaires

  1. Cèlen

    Merci pour ce chapitre !!

    Répondre
  2. tang san

    merci pour le chapitre

    j’ai envie de dire, ENFIN !

    Répondre
    1. Sticoum

      Je me suis dis la même chose, ENFIN.

      Répondre
    2. Higanbana

      ENFIN!!!ENFIN!!!ENFIN!!!ENFIIIIIIIINNNNNNNN!!!!!

      Répondre
  3. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  4. Gunts92Gunts92

    Je suis triste j’aurai préféré Kim yu fin mais elle kiff trop les monstres

    Répondre
  5. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Shirosuu

    Yes enfin !!!!! Super chapitre j’ai kiffer. Merci 😉

    Répondre
  7. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  10. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  11. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  12. Gryffender

    OUIIIIIIIIIIIIIIIIII ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com