Rebirth — Chapitre 2

Rebirth — Chapitre 1
Rebirth — Chapitre 3

Bonjour à tous !

Voici le chapitre 2 de Rebirth. J’en profite pour vous rappeler que jusqu’au chapitre 20, les sorties seront irrégulières. Ce n’est qu’ensuite qu’elles se stabiliseront. Je peux donc en sortir beaucoup comme très peu. Je m’en excuse, c’est juste histoire que je m’organise.

J’aimerais profiter aussi de ces premiers chapitres pour poser les bases et vous demander vos avis. C’est important à mes yeux car les choix que je fais dans la traduction vous affecte principalement.

Tout d’abord, que pensez‐vous de la légende postée en chapitre 1. Vous avez pu l’expérimenter avec le Chapitre 1 et maintenant le 2, aussi j’aimerais vos avis. Pour ma part, j’ai hésité entre mettre les pensées du MC (Main Character, donc Nie Yan) en violet et les mettre en italique. Dans le dernier cas, un peu comme la version anglaise, les pensées de tout le monde seraient en italique et ça resterait lisible sans que la couleur ne soit impliquée (je pense à vous, daltoniens et lecteurs pdf).

Il est encore temps de changer, aussi j’aimerais votre avis avant que cela ne deviennent trop long de modifier les chapitres.

J’ai aussi changé un peu mon style d’écriture par rapport à ICDS, m’inspirant d’une conversation avec Nostra notamment, concernant les didascalies. Est‐ce que vous préférez ? Oui ? Non ? à vos claviers !

Enfin, pour les noms des personnages. On n’y est pas encore arrivé, mais dans le jeu Conviction (bientôt, bientôt^^), les avatars des personnes ont des noms (Shocking news!). Ces noms là sont en chinois dans la novel original (normal, c’est chinois), et sont traduits en pinyin dans la version anglaise, mais aussi en anglais. Exemple : 白神 Bai Shen, White God, Dieu Blanc (je dis des conneries hein). Par la suite, l’auteur anglais varie entre les noms anglais et en pinyin.

J’aimerais utiliser les mêmes noms que dans la version anglaise (et donc en anglais et en pinyin), de façon à ce que, premièrement, ceux qui lisent la VA en plus de la VF ne soient pas perdus, que ceux qui ont lu la VF déjà parue ne soient pas encore plus perdus (je ne sais pas si les noms ont été traduits ou pas), et enfin car, étant dans un jeu vidéo, les pseudos en anglais ou dans la langue natal sont fréquents. Je vous donnerait bien évidemment une petite traduction lors de l’apparition des personnages pour la première fois.

 

Pour finir, vous allez subir dans ce chapitre le soucis que je trouve flagrant chez l’auteur, l’argent. Il a un rapport à l’argent que je trouve, personnellement, incroyable. Vous vous en rendrez encore plus compte avec le temps (le prix d’une voiture, d’un casque etc) mais je préfère vous prévenir. Je ne fais que traduire, et en aucun cas je suis d’accord avec les disparités dont il parle. C’est son univers, et il le gère comme il l’entend. Mais des fois, j’ai envie de pleurer en lisant les sommes^^

 

Sur ce, bonne lecture. j’attends vos commentaires.

Chapitre 2 : Une nouvelle première rencontre

 

Nie Yan se rapprochait de plus en plus de la pharmacie. Cependant, alors qu’il avait commencé à traverser la rue, comme si une intervention surnaturelle s’était mise à l’œuvre, il avait trébuché et s’était étalé sur le bitume.

Lorsque quelqu’un atteint les sommets de la joie, le précipice de la tristesse n’est pas bien loin.

« Sssssss…aaa »

Nie Yan avait aspiré l’air entre ses dents pour étouffer un cri de douleur. Ses mains étaient devenues engourdies suite à sa tentative de rattraper sa chute et son genou était en sang suite à l’écorchure qu’il s’était fait en râpant le goudron.

Il s’était assis avec beaucoup de difficultés ; son genou était salement amoché et on pouvait y voir de la chair et du sang.

A ce moment‐là, une aérovoiture rose qui était en train de remonter la rue s’était arrêtée pas loin du lieu de chute du jeune homme. C’était un véhicule de qualité supérieure, un modèle rare dans les rues dépravées de cette petite ville. Elle semblait être une édition limitée, dont la valeur devait être d’au moins 90 millions de yuans – quelque chose qu’une famille ordinaire ne pourrait très certainement pas se permettre.

Une jeune femme en jupe blanche était sortie du véhicule après en avoir ouvert la porte. Elle s’était ensuite précipitée vers l’endroit où Nie Yan était tombé.

« Tu vas bien ? » Une voix claire et agréable avait retenti en ayant l’air profondément concernée jusqu’aux oreilles de notre éclopé.

Entendant cette voix si chère à son cœur, son âme avait commencé à trembler. Il avait tourné la tête pour regarder ; si la personne qui avait parlé n’était pas Xie Yao, qui d’autre aurait‐ce pu être ?

Elle portait une robe blanche avec des lacets roses. Ses cheveux étaient attachés dans son dos et ses yeux plein de charme étaient remplies d’inquiétude. Ses jours, dont les contours étaient encore un peu enfantins, respiraient la santé et la jeunesse. Elle était aussi belle que dans ses souvenirs.

Nie Yan s’était alors rappelé sa réunion de lycée qui s’était passée six ans après son bac. A l’époque, Xie Yao était devenue une femme d’affaire exceptionnelle. Elle avait porté un magnifique tailleur.

Le temps était vraiment une chose merveilleuse ; Changer une pure et innocente jeune fille en une charmante et magnifique femme… et la rechanger une nouvelle fois.

Après toute une vie, je te revois enfin… Peut‐être est‐ce le destin, notre destin, que de se revoir, comme si on avait rembobiné une cassette, nous replaçant à l’endroit de notre première rencontre. Une mélodie avait commencé à résonner dans son âme ; chaque note en était plaisante à écouter.

Nie Yan était resté dans ses rêveries de sa première rencontre avec elle, la scène était assez similaire à celle qu’il était en train de vivre. Ses yeux étaient devenus larmoyants… Je ne t’ai pas vu pendant si longtemps. Est‐ce que tu vas toujours bien ? Dans cette vie, je ne te laisserais jamais partir…

« Ah ! Ton genou est bien râpé, et il saigne beaucoup ! » Avait‐elle crié en voyant la blessure. Après s’être rappelé que le kit de premiers secours dans sa voiture avait encore quelques pansements, elle s’était levée pour aller le chercher.

Nie Yan l’avait regardé faire son aller‐retour. Durant son année de terminale, ce qu’il avait le plus aimé était de suivre son élégante silhouette du regard. En jetant un coup d’œil à son allure séduisante, il pouvait apercevoir sa peau blanche similaire à du jade que sa jupe laissait révéler à hauteur du genou. A propos d’apparence, Nie Yan pouvait aussi être considérait comme pas trop mal. Après le succès de son père, ses circonstances financières étaient devenues plutôt bonnes ; il n’avait pas été inférieur à Xie Yao de ce point de vue‐là. Cependant, à chaque fois qu’il avait dû lui faire face, il n’avait pas pu rassembler assez de courage pour interagir avec elle.

Sa personnalité durant son année de terminale avait été étrange et difficile à cerner. En y réfléchissant d’un point de vue d’adulte, il se rendait compte de son immaturité à l’époque.

Pendant ce temps, Xie Yao avait attrapé les pansements et était revenue vers Nie Yan. Elle avait alors commencé à désinfecter la plaie avec de l’antiseptique. Avec des gestes délicats, elle avait retiré les morceaux de graviers avec ses doigts.

« Comment peux‐tu pleurer ? Tu es déjà un grand garçon. Comment une si petite blessure peut te tirer des larmes ? Ce n’est pas très attirant, tu sais !~ » avait‐elle dit d’un air taquin en massant la blessure avec son pouce.

Lorsqu’elle avait souri, les coins de sa bouche avaient révélés ses fossettes, déployant un charme incroyable.

« Lorsque je suis tombé, j’ai reçu un peu de poussière dans les yeux. » avait annoncé Nie Yan alors que ses joues avaient légèrement rougies. C’était bien évidemment une excuse, la véritable raison de ses larmes était la joie de revoir sa bien‐aimée en chair et en os. Il avait eu l’impression d’avoir reçu un seau d’eau chaude en pleine tête avec la présence de Xie Yao si proche de lui. Son esprit était si chaotique à ce moment, qu’un mélange d’amertume et de joie s’étaient entremêlés en lui.

L’attention de la jeune fille était entièrement portée sur la blessure de son patient.

Celui‐ci avait levé la tête et avait regardé le visage de Xie Yao alors qu’elle était penchée vers lui. Sa peau, comme du jade, sans la moindre imperfection, était souple et tendre. Une mèche de cheveux pendait devant son oreille, accompagnant les courbes de ses belles boucles d’oreilles. (NdT : Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression de décrire un violeur devant sa proie. Brrrrrrr….)

Par le passé, lorsque lui et Xie Yao étaient camarades de classe, il avait toujours aimé la regarder en secret durant les cours. Peu importait combien de temps il l’a regardé, il n’avait jamais réussi à être satisfait.

Xie Yao était, sans doute possible, la plus belle fille de sa classe ; bien que les autres classes aient aussi eu de jolies filles, Nie Yan avait toujours fermement assuré que c’était la plus belle fille de tout le lycée.

Après leur première rencontre, il ne l’avait jamais oubliée. Plus tard, lorsqu’ils s’étaient recroisés au lycée, il avait été surpris d’apprendre qu’ils étaient dans la même classe. Non seulement ça… mais ils étaient aussi voisin de table. Ce n’était que dix ans après qu’il s’était enfin rendu compte… Même si deux personnes sont destinées à être ensemble, si l’une d’entre elle ne saisit pas l’opportunité, ils rateraient tous les deux leur chance. Lorsqu’il avait enfin compris ça, il était déjà trop tard.

« Pourquoi tu es venue dans ce quartier toute seule ? C’est vraiment une zone dangereuse où beaucoup de criminels opèrent ! » Avait dit Nie Yan avec un ton véritablement concerné. C’était vraiment une zone malfamée, tout particulièrement pour une magnifique jeune femme comme Xie Yao, et dans une voiture de luxe.

« Ne me sous‐estime pas ! Je suis ceinture noire troisième dan en taekwondo ! Lorsque j’aurais 21 ans, je serais certainement capable d’atteindre le 4ème dan. Si tu ne me crois pas, laisse‐moi te montrer ! » Avait‐elle dit tout en se mettant en position, puis soudain, son visage était devenu tout rouge. Elle avait quitté sa position de combat en disant « En fait, oublies… Je porte une jupe aujourd’hui, mais je suis vraiment super forte ! ». Elle avait dit ça innocemment sans la moindre trace de mensonge.

Nie Yan avait répondu avec un rire et après avoir discuté un moment avec elle, il avait confirmé que cette jeune femme était bien la Xie Yao qu’il connaissait ; la fille sincère, adorable, pleine de vie et insouciante dont il était tombé amoureux. Pourtant, après être entré à l’université, ils s’étaient rencontrés à nouveau et cette innocence et cette joie de vivre semblait n’être plus qu’un lointain souvenir. Apparemment, vivre une période de stress pouvait changer quelqu’un…

Xie Yao avait commencé à jauger un petit peu Nie Yan. Comparé à elle, il semblait plus jeune de quelques années. Sa taille était plus ou moins égale à la sienne, soit environ 1m70. Les vêtements qu’il portait étaient un peu sales, probablement suite à sa chute. Côté visage, sans non plus dire qu’il était charmant, il était correct. Mais étrangement, sans savoir pourquoi, elle avait le sentiment étrange qu’il y avait une sorte de familiarité entre eux. Sans s’en rendre compte, ils avaient fini par discuter pendant un bon moment.

« Quelle école fréquentes‐tu ? Vu ton âge, tu devrais être au collège, non ? »

Xie Yao trouvait que Nie Yan était un peu fou‐fou , un peu décalé, mais que c’était adorable dans un sens. Ne pas faire attention au sol alors qu’il courrait, la plupart des collégiens sont comme ça. Ils deviennent bien plus mature en arrivant au lycée, cela dit.

Bien que Nie Yan ait 18 ans à cet instant, il avait la sagesse de quelqu’un de 28 ans. Lors de cette seconde première rencontre, il n’était plus le jeune garçon ignorant qu’il avait été. Son esprit avait été forgé par le passage du temps, et il était devenu bien plus calme et mature.

« Qui a dit que j’étais au collège ? Si ce n’était pour la politique de limitation des naissances du pays, mon fils serait déjà assez vieux pour faire ses propres courses ! » Avait‐il répondu en riant. Personne ne devrait être ennuyeux et trop terre à terre.

« Ton fils ? Faire les courses tout seul ? Arrête de plaisanter ! » Elle avait dit ça tout en explosant de rire, gigotant dans tous les sens en se tenant les côtes.

« J’ai 18 ans. »

« Tu as vraiment 18 ans ? On ne dirait pas que tu as mon âge. » Avait‐elle dit d’un ton surpris.

Du fait de la malnutrition, la croissance de Nie Yen s’était mal engagée ; il ne mesurait à ce moment‐là que 1m65, tout au plus. Lorsque ses conditions de vie s’étaient améliorées dans son autre vie, il avait pris une quinzaine de centimètres, le propulsant à la hauteur d’1m80 d’ici la fin de son année de terminale. Son apparence actuelle était assez juvénile, et il avait vraiment l’air d’un collégien. C’était une des raisons que l’avais rendu dépressif par le passé/futur.

La chose la plus déprimante pour lui à ce moment‐là était le fait qu’en tant que personne âgé de 28 ans dans sa tête, on venait de lui dire qu’il avait l’air d’un collégien. Mais comme c’était vrai que son visage était un peu poupin, il n’avait pas pu argumenter en sa faveur.

« C’est parce que mon visage a l’air plus jeune qu’il ne l’est. »

« Si tu es jeune, tu es jeune. Tu ne veux toujours pas l’admettre ? » Avait‐elle rétorqué en gloussant, une main devant la bouche. Elle avait le pressentiment que Nie Yan était vraiment une personne amusante. Tous les garçons de sa classe étaient soit trop timide pour lui parler, ne sachant quoi dire, soit trop vaniteux, ce qui la dégoutait.

Les deux joyeux lurons avaient donc parlé pendant un moment. Nie Yan avait eu l’air parfaitement à l’aise pendant tout ce temps tout en discutant avec Xie Yao, la taquinant occasionnellement avec quelques fines remarques, la faisant rire. (NdT : Femme qui rit, à moitié dans ton ly…cée.)

Il était en constante observation de l’expression joyeuse de sa dulcinée. Cela lui rappelait la fin de sa première terminale. Lui et Xie Yoa avaient été camarades de classe et voisins de bureau pendant tout une année, et il avait toujours cru qu’il ne pourrait jamais rien se passer entre eux. Ils étaient deux personnes de deux mondes complètement différents. Il avait continué à l’admirer en secret, réalisant tout ce qu’elle pouvait lui demander. Cependant, il ne lui avait jamais fait de déclaration, se disant qu’elle était trop bien pour lui. Il n’aurait jamais pensé à l’époque, qu’après la remise des diplômes, il recevrait un cadeau de sa part. Peut‐être avait‐il laissé une marqué dans le cœur de la jeune fille.

Le cadeau en question avait été une photo de Xie Yao quand elle avait 12 ans. A l’époque, elle était encore une petite fille joufflue. C’était le genre d’image qu’une personne ne pourrait partager qu’avec quelqu’un qu’elle considérait proche d’elle.

Après le lycée, Nie Yan avait été incapable  d’oublier Xie Yao et les deux étaient restés en contact.

Après avoir été réincarné, Nie Yan avait décidé de ne jamais s’autoriser à rater cette opportunité.

Avoir rencontré une nouvelle fois l’amour de sa vie, son esprit était dans une sorte de stupeur joviale. Dans sa vie passée et dans sa vie actuelle, lui et Xie Yao semblaient partager un lien plus fort que le destin.

Les yeux claires et limpides de la jeune fille jetaient des coup d’œil discrets au visage de Nie Yan, le jugeant un peu plus qu’auparavant. Bien qu’il ne soit pas particulièrement beau, ayant même l’air ordinaire au premier abord, et malgré son visage enfantin, il était d’une indescriptible sérénité. Peut‐être est‐ce sa personnalité ?

« Mon nom est Nie Yan (聂言). Le Nie écrit avec ‘paire’(双) et ‘oreille’(耳) et le Yan écrit avec ‘mot’(言) dans ‘langage’ (語言). » Avait‐il dit tout en regardant Xie Yao directement dans les yeux. (NdT : C’est important pour la suite^^)

Le charmant visage de la jeune fille avait pris une expression étonnée tout en essayant d’éviter le regard du jeune homme.

« Je m’appelle Xie Yao… »

Nie Yan avait alors dérivé son regard, l’apportant sur les lèvres de Xie Yao. Elles étaient d’un rose pâle, douce avec un aspect humide. L’ancien Nie Yan n’aurait jamais osé la dévisager de la sorte. Il n’avait osé que la regarder du coin de l’œil pendant toute une année.

« Mon père m’attend toujours, donc je‐je vais y aller… J’ai vraiment été heureuse de discuter avec toi aujourd’hui. Mais souviens‐toi, tu ne peux enlever le pansement que demain ! Tu ne dois pas l’enlever avant ! »

Elle n’avait pas l’air aussi plein d’assurance que précédemment en répétant ses instructions tout en se levant.

Nie Yan, en la voyant se lever, avait essayé de bouger son genou avant de se rendre compte qu’il pouvait parfaitement. La blessure n’était, après tout, que superficielle.

« Je vais bien. Regardes, je peux déjà marche à nouveau. Tu peux y aller sans t’inquiéter. Aussi, merci pour aujourd’hui. » Avait‐il répondu. Malgré sa volonté de parler un peu plus avec Xie Yao, il savait qu’il devrait prendre son mal en patience. Ils étudieraient bientôt dans la même classe, il aurait alors pleine d’opportunités d’apprendre à la connaître, et surtout de se faire connaître d’elle.

« Dans ce cas, j’y vais… »

« Bye bye. » Il lui avait répondu avec un sourire tout en commençant à boitiller dans la direction de la pharmacie. Il ne pouvait pas s’empêcher d’être un peu sentimental après ce qui venait de se passer. Après une bref réunion, ils étaient de nouveau partis chacun de leur côté.

Xie Yoa s’était assise dans son aérovoiture et l’avait démarrée.

Nie Yan s’était alors retourné en jetant un coup d’œil au véhicule, mais l’aérovoiture était déjà partie. Leur première rencontre s’était déroulé à la même date et au même endroit, complètement par accident. Mais elle ne s’était pas déroulée ainsi. A l’époque, il n’avait pas été capable de prononcer une phrase cohérente. La Xie Yao de l’époque lui avait fait un bandage et était partie juste après. Mais c’était cette rencontre, tirée du hasard, qui avait permis à la jeune fille de marquer le coeur du jeune homme pour le restant de ses jours. Au point qu’il ne l’avait jamais oubliée, même dans sa deuxième vie.

La réincarnation était vraiment une chose merveilleuse ; puisqu’il pouvait de nouveau recommencer depuis le début. Il en était venu à penser que tout son monde serait bientôt arraché à lui par Cao Xu. Dans son esprit, un sentiment d’urgence était apparu… Il lui fallait devenir bien plus fort pour être capable de protéger tout ce à quoi il tenait.

Rien qu’en pensant à Cao Xu, le regard de Nie Yan était devenu glacé. C’était une haine qui était profondément enfouie dans sa moelle, au point qu’il n’avait pas hésité à mettre une balle dans le crâne de son ennemi.

Cependant, à la présente date, il n’était capable que de saisir l’opportunité de rentrer dans Conviction aussi vite que possible pour se construire de solides fondations. Conviction était différent des autres jeux, et c’était naturellement car il allait devenir le second monde de l’humanité. Le jeu avait, enfin allait transformer le monde entier. Et il savait qu’il pouvait obtenir ce qu’il voulait en y jouant.

A la pharmacie, il avait acheté des médicaments contre le rhume. En avalant quelques pilules, sa fièvre était descendue, le détendant et le soulageant. Il trouvait ces médicaments très satisfaisants.

Après en avoir fini avec son topic santé, il s’était dirigé vers le magasin du quartier. Il avait prévu d’acheter son casque de Réalité Virtuelle.

Chaque magasin avait un nombre incroyable de produits alignés à l’intérieur. Il y avait énormément d’appareils d’électroménager et de dispositifs de toutes sortes. Tellement qu’il était impossible de les compter. Pour la plupart, ce n’étaient pas des appareils connectés. Il y avait même des produits que Nie Yan aurait été incapable de nommer. Ce lieu n’avait pas de représentant de vente, il suffisant de passer sa carte pour recevoir ce qu’on voulait acheter.

Une demi‐journée s’était écoulée depuis que Nie Yan avait quitté sa maison, et finalement, il avait atteint la section dans le magasin dans laquelle se trouvaient les casques de Réalité Virtuelle. Ils étaient exposés, un par un, empilés jusqu’au plafond. C’était un festin pour les yeux ; il y avait trois modèles de base, et des déclinaisons visuelles pour chacun.

Le moins cher coutait 1.300 crédits, alors que le plus cher coutait 1.200.000 crédits.

Plus le prix était haut, meilleure était la configuration. Comme on dit, on a ce pour quoi on paye, et à ce moment précis, Nie Yan avait assez pour se payer uniquement le modèle le moins cher.

En plus des casques en séries, il y avait des modèles en éditions limitées qui ne pouvaient être achetées qu’en les réservant. Leur prix pouvait atteindre les 6 millions de crédits.

En regardant ces casques, Nie Yan ne pouvait que les imaginer sur sa tête, rien de plus.

Il avait passé sa carte dans le lecteur. Il avait choisi un casque bleu ciel et avait fait en sorte de le lié à son identité. Une fois son identité liée au casque, il serait le seul à pouvoir l’utiliser.

Conviction était sortie sept jours plus tôt. Cela voulait dire que le joueur le plus élevé était probablement niveau 5. Il lui restait donc suffisamment de temps pour le rattraper.

Après avoir été réincarné, il était persuadé que ça ne serait pas compliqué pour lui d’oblitérer n’importe quel adversaire d’une façon imposante et spectaculaire. « Grimpe jusqu’au sommet du monde, et toutes les montagnes en dessous auront l’air insignifiante. »

AlthanMaiel

AlthanMaiel

Traducteur d'ICDS. C'est un gamer enfermé dans le passé. Il préfère écouter du rock des années 80-90 et jouer à des vieux MMORPG que de se plier aux temps modernes. Pour lui, lire est un moyen de s’évader et créer son propre monde et traduire est sa façon de le partager.
AlthanMaiel

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)

Rebirth — Chapitre 1
Rebirth — Chapitre 3

16 Commentaires

  1. NarcxNarcx

    merci pour le chap . Quant au choix des couleurs je le trouve très bien . J’ADORE LES COULEURS !!!

    Répondre
  2. Dagua

    Merci pour le chapitre Althan !! J’avais vu le 1er chap et en le finissant je me suis dit vivement le second !! Et il était là Ô joie !!

    Les couleurs je trouve aussi que ça passe bien ça aidera pour se répérer plus tard. En revanche tu n’as pas fait une erreur sur le dernier texte en violet ? => Peut‐être est‐ce sa personnalité ?

    C’est une pensé de Xie Yao ça non ?

    Après je serait pour mettre les pensées en italique au moins tu aurais un code pour tout et ça facilite bien la lecture.

    Répondre
    1. AlthanMaielAlthanMaiel (Auteur de l'article)

      Merci pour la suggestion et la correction. Les eux ont été appliquées. C’est vrai que je trouve ça mieux. (Comme je traduis sur Word à la base, je ne met pas les couleur dans la traduction mais dans l’édition, et donc je met des «$» pour pouvoir facilement les retrouver dans le texte. Au moins avec l’italique, je pourrais les voir même dansles «$» ^^

      Répondre
  3. Ptitkudo

    Merci pour le chapitre.
    Je suis pour les didascalies, ça apporte des précisions et permettent mieux de comprendre. Et pour celles humoristiques, elles font parties des raisons qui font que tes traductions soient si sympa à lire –> vive l’humour.
    Mettre en plus en italique les pensées apporteraient un plus pour les daltoniens, et ne gêneraient en rien la lecture, au mieux elles seront encore plus distinctes. Il y a pas mal de pensées dites et de pensées narraient par l’auteur.
    Et encore un « bon travail » et merci. Car il doit être bien chronophage.

    Répondre
  4. Thelvan

    Merci pour ce texte. Je suis aussi pour les couleurs, c’est plus agréable. Les mettre en italique serait un plus.

    Pour ce qui est des chiffres, l’auteur original est juste nul avec. Il va mettre des valeurs énorme tout le temps et des fois, au contraire il ne respectera pas cette valeur.

    Un bon exemple est l’expérience. Le MC va faire beaucoup de choses pour en gagner et des fois avec de sacré multiplicateur. Mais très vite il ne les respectera plus.

    Répondre
  5. Shir0

    Merci pour le chap!!

    Répondre
  6. cormag

    je suivait avant rebirth of the thief avec mithestral, j’ai avalé ses 118 chapitres, pour moi il a déjà mis la barre haute,
    après c’est un nove que j’adore, on voit que tu as refait la traduction, ce n’est pas le même style d’écriture, et même si je trouve dommage qu’il ai arrêter, je suis content que tu le reprenne (plus que 116 chapitres a lire avant d’être a nouveau surpris par NIE YAN

    Répondre
  7. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. guts

    merci pour le chapitre continue comme ça 😉

    Répondre
  9. Xeral

    Merci pour le chapitre
    Tu as remis 1 au lieu de 2

    Répondre
    1. Xeral

      Chapitre 1 : Renaissance

      Répondre
  10. Cèlen

    Merci pour le chapitre !

    Très bien les couleurs !
    +1 pour les pensées en italique
    Les valeurs t’y peu rien.
    Et Comme j’aime bien les idée de Nostra ce sera +1 pour les didascalies ^^

    Merci pour ton travail !

    Répondre
  11. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  12. Lwienlin

    Je suis ok avec tout et pour ce qui est des noom de perso, je pense qu’avoir les nom en VO et en VA serait bien au moins lors de leur première apparition (en plus de la signification :p) puis uniquement en VO pour ma part.

    Répondre
  13. Delwin

    Merci pour le chapitre 😉

    Je suis pour l’utilisation de l’italique pour ma part, la didascalie est plaisante et je suis pour la VA même si la VO ne me dérange pas particulièrement^^

    Je te remercie pour ton travail 🙂
    PS : pour bien t’ennuyer petite faute : « seau de glace » au lieu de « sceau de glace » :p

    Répondre
  14. yann

    Super travail ! Les couleurs aide beaucoup et passe très bien. Vivement la suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com