Rebirth - Chapitre 399
Rebirth - Chapitre 401

Et oui ! C’est le chapitre 400 ! Wouhouuu !

Expression du jour : “De tous les dresseurs, celui qui vit le moins dangereusement reste probablement le dresseur de table.”

Soutien :

Dons de soutiens libres : http://utip.io/AlthanMaiel

Dons de soutien :https://www.patreon.com/althanmaiel

Discord : AlthanMaiel#8202 – Discord Xiaowaz : https://discord.com/invite/haBjJ3r

Chapitre 400 – Colère

 

« Tu es vraiment magnifique aujourd’hui. » Avait complimenté Nie Yan tout en fixant les yeux de sa dulcinée. Son apparence aujourd’hui était probablement suffisamment charmante pour provoquer des désirs impies chez tous les mâles de la salle.

Sentant le regard de braise de Nie Yan, Xie Yao n’avait pas osé le rendre son regard, rougissant encore plus en demandant timidement.

« Tu le penses vraiment ? Je n’ai pas l’habitude de porter ce genre de robes, ça me fait bizarre. »

Bien évidemment, intérieurement elle était ravie. C’était parce qu’elle savait que Nie Yan devait venir qu’elle avait spécifiquement choisi une robe aussi révélatrice.

De son côté, le jeune homme était envahi par une rivière de souvenirs de ses deux vies, chacun contenant Xie Yao.

« Nie Yan, à quoi est-ce que tu penses ? » Avait soudain demandé la jeune fille, sentant qu’il commençait à s’égarer.

« Ce n’est rien. » Avait répondu ce dernier, un sourire encore plus éclatant apparaissant sur son visage.

Les deux tourtereaux avaient discuté ainsi pendant un moment avant que le père de la jeune fille de l’appelle.

« Je dois y aller. Lorsque le banquet se terminera, est-ce que tu voudras bien me ramener chez moi ? » Avait-elle fini par dire sur un ton timide mais avec un regard qui était loin de l’être.

« Bien sûr. » Avait accepté Nie Yan avant de laisser échapper un gloussement de rire.

« Beaucoup d’hommes tueraient pour avoir l’opportunité de ramener une si belle femme chez elle. »

Entendant le ton taquin du jeune homme, elle avait fait mine de bouder légèrement, bien que la joie derrière cette façade était évidente. Après quoi, elle s’était dirigée vers son père.

Nie Yan s’était, quant à lui, rallongé dans le sofa, continuant à siroter son verre de jus. Plusieurs femmes, qu’il aurait décrites, au mieux, de snobs, avaient essayé de s’approcher de lui, mais il ne leur avait pas prêté la moindre attention. A chaque fois que l’une d’elle approchait, il ne faisait que la saluer d’un sourire avant de la rembarrer d’un regard. Comme elles l’avaient vu avec Xie Yao, elles voulaient toutes savoir qui il était et qu’elle était sa relation avec la jeune fille, mais il ne comptait pas nourrir leurs ragots.

Peu de temps après, une femme plus âgée s’était approchée de lui d’un pas sûr et s’était même assise à côté de lui avant même qu’il ne puisse dire quoi que ce soit.

« Tu es Nie Yan ? » Avait-elle demandé.

Nie Yan avait observé cette nouvelle arrivante. La robe qu’elle portait était bien trop courte, au point de révéler bien plus que de raison. Bien que sa silhouette ne soit pas mal, son visage était tant maquillé que certains l’aurait appelé un pot de peinture. Elle partageait un certain air de famille avec Xie Yao, mais c’était comme dire qu’un chihuahua avait un air de ressemblance avec un loup. Sa seule solution pour pouvoir affronter toutes ces jeunes oies présentes était de couvrir les affres du temps sur son visage avec du maquillage. Et cela ne lui rendait pas plus service que ça. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle n’était pas particulièrement vieille, étant probablement dans la trentaine. Mais des pattes d’oies avaient fait leur apparition aux coins de ses yeux et l’utilisation abondante de maquillage semblait lui avait vieilli prématurément la peau.

« Et vous êtes ? » Avait demandé Nie Yan en retour, ne se rappelant pas avoir rencontré cette personne auparavant. Elle était probablement assez âgée pour être sa mère ou pas loin, mais elle s’habillait de manière si provocante que ça en été révoltant.

« Je m’appelle Xie Yi, je suis la tante de Xie Yao. » Avait-elle répondu avant de continué sur un ton hautain.

« Je sais déjà qui tu es. Tu es l’un des camarades de classes de ma nièce, Nie Yan. »

Bien sûr, notre héros n’était pas particulièrement emballé par le ton qu’utilisait cette vieille vipère pour lui parler, mais comme il s’agissait d’un membre de la famille de sa douce, il avait décidé de tenir sa langue.

« Je vois… Enchante de vous rencontrer, chère Tante. » Avait-il fini par dire, s’accrochant au maximum à l’étiquette de la haute société.

« Quand est-ce que je t’ai autorisé à m’appelle ‘Tante’ ? » Avait reniflé de dédain Xie Yi.

Répondre à la gentillesse et la courtoisie avec de l’abus, hein… ? Avait pensé Nie Yan en plissant les yeux, regardant froidement cette morue. Si elle n’était pas la tante de Xie Yao, il l’aurait envoyé chier depuis longtemps déjà.

« Xie Yao est la jeune maîtresse du Dragonsoar Financial Group et du Glory Financial Group. Tu penses réellement être assez bien pour elle ? J’ai déjà mené une petite enquête sur toi. Je sais que ta famille n’est devenue riche que récemment. Tu n’es qu’un nouveau riche en toi. Tu penses vraiment pouvoir gravir l’échelle de la société en faisant en sorte que Xie Yao tombe amoureuse de toi ? Pour qui tu te prends ? Souviens-toi de ton statut ! Le Dragonsoar Financial Group et le Glory Financial Group n’autoriseront jamais un paysan ayant découvert un diamant dans une bouse à épouser leur précieuse petite princesse ! » Avait fini par dire Xie Yi, de la même manière qu’un crotale aurait craché son venin.

Nie Yan avait serré ses poings de colère, un peu plus à chaque mot qui sortait de la bouche de cette sorcière. Il n’était pas du genre à supporter ce genre de comportement à son encontre en général, surtout provenant d’une vieille peau comme cette connasse. Si quelqu’un d’autre lui avait parlé de la sorte, elle aurait probablement volé à travers la salle de banquet avec une marque de pied sur le visage, et encore, s’il montrait un peu de retenue. Mais il savait que le mieux était de se retenir pour le moment. Premièrement parce qu’il s’agissait d’une femme, aussi moche soit-elle. Et deuxièmement parce que c’était la tante de Xie Yao. Lui balancer un bon coup de pied dans les dents le soulagerait peut-être momentanément, mais cela aurait des conséquences catastrophiques sur sa relation avec Xie Yao. Et il lui devait bien trop à travers ces deux vies pour ne pas être capable d’endurer cette humiliation.

« Oh ? On dirait que j’ai touché un nerf ? » Avait dit Xie Yi avec un sourire sadique.

« Tu veux me frapper ? Ne crois pas que tu es intouchable parce que tu es entré dans l’Académie Militaire ! Laissez-moi te dire quelque chose. L’Académie Militaire ne représente rien aux yeux de ma famille. Ce n’est qu’une université, rien de plus. Compare-toi un peu aux autres poursuivants de notre chère Xie Yao. Liu Rui est le fils du second plus gros actionnaire du Dragonsoar Financial Group et Fan Yuan est l’un des héritiers de l’Euro Fortune Financial Group. Et toi ? Tu n’es qu’un petit bouseux qui vient d’obtenir un peu d’argent. »

Nie Yan savait, naturellement, que ce n’était pas ce que pensait Xie Yao. Mais cela ne voulait pas dire que ces paroles n’avaient pas d’impact sur lui.

« Tu as fini ? » Avait fini par demandé le jeune homme en se retournant vers Xie Yi, lui jetant un regard si froid qu’elle aurait pu se transformer en statue de glace.

En voyant ce regard meurtrier, Xie Yi avait soudain senti la peur lui monter au ventre. Mais après s’être rappelée la promesse que Fan Yuan lui avait faite, elle n’avait pas pu s’empêcher de continuer son assaut verbal.

« Tu n’abandonnes pas, hein ? Tu penses vraiment être qualifié pour te tenir au même niveau que le Dragonsoar Financial Group et le Glory Financial Group ? Les gros groupes financiers ne se soucient que d’une chose et d’une seule, le profit. Si Xie Yao épouse Liu Rui, la strate supérieure du Dragonsoar Financial Group sera encore plus unie que jamais. Si, au contraire, elle épouse Fan Yuan ?  L’Euro Fortune Financial Group se verra soudé au Dragonsoar Financial Group et au Glory Financial Group. Et toi ? Qu’est-ce que tu peux offrir ? » Avait-elle demandé de façon rhétorique avec un ton si dédaigneux que ça en devenait écœurant. Voyant l’effet sur le jeune homme, elle avait continué avec un sourire malfaisant.

« Tu vois ? C’est pour ça que tu devrais arrêter de te faire des illusions et que tu devrais partir maintenant. »

{Bang !}

Le verre de Nie Yan avait éclaté dans sa main, les paroles de Xie Yi frappant violemment son cœur. Aussi affreuses soient-elles, ses paroles avaient une touche de vérité. Que pouvait-il offrir à Xie Yao ? Après tout, il n’était personne pour le moment.

Même s’il s’était réincarné, il était toujours à la merci du flot de l’histoire. Il ne pouvait accumuler du pouvoir que petit à petit, et même s’il avait réussi à accomplir de grandes choses dans ces trois derniers mois, ce n’était rien en comparaison avec des gros groupes financiers comme ceux cités juste avant.

Xie Yi avait senti ses cheveux se hérisser sur sa tête en sentant la colère du jeune homme. Elle savait que ce que ce jeune blanc-bec venait de briser n’était pas un verre ordinaire mais un verre de luxe dont la solidité était équivalente à un crâne humain. Et en se rappelant qu’elle venait de provoquer continuellement un individu avec une telle force et qu’il se tenait à peine à quelques centimètres d’elle, elle n’avait pas pu s’empêcher de se sentir en danger. N’importe qui, avec suffisamment de provocation, finissait pas se moquer des lois et des règles sociales. Elle le savait mieux que quiconque !

Mais sachant qu’elle était sur le point d’achever son œuvre, elle avait rassemblé tout son courage et avait continué.

« Fan Yuan est le jeune héritier de l’Euro Fortune Financial Group alors que tu n’es qu’un insecte insignifiant, le fils d’un président d’une nouvelle entreprise tout juste formée. Jette un œil dans un miroir. Tu n’as pas honte d’essayer de t’accrocher au bien du Dragonsoar Financial Group comme une vulgaire tique ? Hmph ! »

Nie Yan, qui était au bord de l’explosion, avait tout de même réussi à maintenir un ton presque courtois, bien que glacial tout en disant.

« Tu es fini ? Dans ce cas, dégage de ma vue ! »

« Vulgaire bouseux ! Tu ne sais pas ce qui est bon pour toi ! Je me demande comment tes parents t’ont élevé ! Avec juste ton maigre support, tu devrais rester loin de Xie Yao ! Vous vivez tous les deux dans deux mondes différents ! » Avait fini par déclarer Xie Yi, se levant rapidement pour partir. Ce qui l’avait le plus effrayé était le fait que malgré sa fureur évidente, Nie Yan avait réussi à se contrôler. Il n’y avait rien de plus effrayant qu’un adversaire puissant sachant prendre son mal en patience !

Nie Yan, quant à lui, était resté sur le sofa, son torse faisant des va-et-vient rapides sous le coup de la colère. Après quelques minutes, il avait réussi à se calmer, mais cela n’avait pas été facile. Xie Yao était restée à ses côtés pendant ses deux vies, aussi il était évident qu’elle ne partageait pas les pensées de sa tante. Mais les mots perçants de Xie Yi avaient quand même fait mouche dans son esprit. S’il continuait à poursuivre Xie Yao avec juste l’entreprise de son père comme support, il n’aurait l’air d’être qu’un de ces parasites tentant de grimer l’échelle sociale. Xie Yao s’en moquait probablement, mais sa fierté d’homme ne lui permettait pas de faire ça !

Il ne comptait, bien évidemment, pas abandonner son avenir avec la belle, car non seulement cela arrangerait grandement Xie Yi et il refusait de lui faire ce plaisir, mais il était complètement amoureux de Xie Yao et il ne comptait pas se passer d’elle, pas même pour une seconde. Par contre, comprenant que Xie Yi ne gagnerait pas forcément grand-chose s’il décidait de toute arrêter avec Xie Yao, il avait commencé à se demander qui était le marionnettiste tirant les ficelles dans l’ombre ?

Lorsque Xie Yi était retournée auprès de sa famille, elle avait secrètement jeté un regard en direction de Fan Yuan. Cela n’avait, évidemment, pas échappé à Nie Yan. Il avait alors ri froidement. Il n’était pas du genre à tendre l’autre joue.

Envoyer des gens pour attaquer Xie Yi ? Il ne se rabaisserait jamais à ce genre de méthodes. Sans parler du fait qu’il s’agissait de la tante de Xie Yao, elle avait aussi un certain statut dans le Glory Financial Group. S’il faisait ça, ça serait comme de mettre une immense baffe à ce groupe financier, et ses chances d’avoir Xie Yao s’écrouleraient complètement.

La meilleure façon de s’occuper de ce genre de personnes était de s’élever au-dessus d’elles et ensuite de les écraser de tout son poids, leur renvoyant leurs paroles au visage !

Son entrée parmi les As de l’Académie Militaire était comme un talisman de protection pour lui. Tout ce dont il avait besoin était de temps. Il aurait ainsi beaucoup d’opportunité dans le futur de devenir plus fort.

En repensant à sa douce et tendre, le regard de Nie Yan s’était soudain adouci. Elle avait veillé sur lui pendant si longtemps dans son autre vie, sans jamais se faire connaître de lui. S’il n’arrivait pas à devenir assez fort pour se tenir à ses côtés et la protéger dans cette vie, ce serait son plus gros échec ! Si un jour, le Dragonsoar Financial Group refusait leur union, qu’est-ce qu’il ferait ? Sa seule option était d’avoir la force suffisante pour que le groupe ne puisse pas lui refuser ce qui lui revenait de droit !

Bien qu’il n’ait pas beaucoup de temps devant lui, chacun de ses pas étaient fermes et stables.

Après avoir pris sa décision, il avait sorti son téléphone et avait appelé Tang Yao.

[Hey mec ! La forme ? T’as reçu ta lettre d’admission ?] Avait demandé Tang Yao, une certaine excitation dans la voix.

[Ouais, elle est arrivée ce matin.]

[Tu es vraiment incroyable ! A Ninjiang, tes notes étaient dans le top cinq, tout au plus. Qui aurait cru que du jour au lendemain, tu nous sortirais un tel talent ! Mon vieux n’a que ton nom à la bouche ces temps-ci. Il m’a même sorti que j’avais peut-être échoué à entrer dans l’Académie Militaire mais qu’au moins, je savais choisir mes amis ! T‘y crois, toi ? Le vieux salaud m’a même filé sa Taiga Noire pour me féliciter d’être resté ami avec toi !]

Entendant ça, Nie Yan s’était un peu détendu et avait même rigolé. Apparemment, le père de Tang Yao était vraiment de bonne humeur car une Taiga Noire n’était pas donnée.

[Tu te souviens de ce que t’avais dit à propos de Wei Kai ? T’as des nouvelles ?] Avait demandé Nie Yan, entrant dans le cœur du sujet.

[Il adore profiter de notre réputation mais c’est un putain de loup. Il peut être utile pour attaquer nos ennemis, mais j’ai peur qu’un jour ou l’autre il se retourne contre nous.] Avait dit Tang Yao, une pointe d’inquiétude dans la voix.

[T’inquiète pas. S’il a au moins deux neurones de connectés, il saura ce qui est le mieux pour lui.]

[Comme tu veux quand même l’utiliser, dis-moi juste quand tu es libre. J’organiserais une rencontre entre vous deux.]

[Dis-lui qu’il va devoir arrêter certaines de ces pratiques les plus douteuses.] Avait dit Nie Yan.

[Je lui ai déjà dit. Il faut lui reconnaître une chose, il connaît les limites à ne pas dépasser.]

Nie Yan avait toujours comptait se servir de Wei Kai. Après tout, il était toujours bon de connaître du monde, même si c’était dans le monde de l’ombre. Mais récemment, il n’avait pas eu le temps de s’en occuper. Dans le passé, il n’avait eu aucune envie d’aider son père avec son entreprise, mais s’il voulait avoir Xie Yao dans cette vie, il allait devoir concentrer ses efforts et aider l’entreprise familiale à décoller afin qu’un jour, elle arrive au même niveau que le Dragonsoar Financial Group et le Glory Financial Group. Et même le Century Financial Group ! Son père avait secrètement commencé à racheter des parts de ce dernier, sous ses conseils, et il se demandait où en étaient ses progrès de ce côté-là.

Asskickers United allait aussi devoir mettre les bouchées double pour aider le développement de War God Tribe. Après tout, War God Tribe était la fondation même de la famille Nie. Obtenir plus de forteresses était le seul moyen de stabiliser sa croissance dans l’industrie de la réalité virtuelle. Mais les ressources de la famille Nie ne pouvaient soutenir que trois Forteresses pour le moment. Plus demanderait d’immenses injections d’argent, et cela pourrait porter un coup au développement de l’entreprise dans la vie réelle.

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)
Rebirth - Chapitre 399
Rebirth - Chapitre 401

Related Posts

9 thoughts on “Rebirth – Chapitre 400

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com