Rebirth - Chapitre 453
Rebirth - Chapitre 455

Ma dernière semaine de cours avant deux mois de stage ! Vous n’imaginez même pas à quel point je suis impatient 🙂

Expression du jour : « La différence entre ‘être’ et ‘paraître’ est que l’un est utile pour la vie en société et l’autre est crucial pour créer de réelles connexions. A vous de trouver lequel fait quoi. »

Soutien :

Dons de soutiens libres : http://utip.io/AlthanMaiel

Dons de soutien :https://www.patreon.com/althanmaiel

Discord : AlthanMaiel#8202 – Discord Xiaowaz : https://discord.com/invite/haBjJ3r

Chapitre 454 – Le Magasin de Fourrures d’Ignatius

 

Après environ 10 minutes de trot, Nie Yan avait fini par arriver dans un quartier isolé d’Hilton.

Tout autour de lui s’alignaient des bâtiments plus décrépis les uns que les autres, certains au bord de l’effondrement. Les rues et les passages étaient extrêmement étroits et l’odeur d’excréments lui attrapait la gorge. Il était clair que cette zone était un véritable ghetto.

Lorsqu’une brise nauséabonde avait apporté une odeur à en retourner le cœur jusqu’à ses narines, il avait su que des cadavres pourrissants n’étaient pas loin.

Mais contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, il n’était pas seul dans ces rues mal famées. Plusieurs PNJ étaient présents, au sommet de monticules de cadavres de monstres, en train de les dépecer un couteau à la main. Ils avaient tous un trait commun : ils étaient tous couverts de sang et de viscères.

En suivant la carte dessinée par le Docteur Blevins, notre Voleur avait emprunté divers ruelles et passages avant d’arriver devant une cabane en fin de vie avec une pancarte grinçante indiquant ‘Magasin de Fourrures d’Ignatius’.

C’est ici ! S’était exclamé intérieurement Nie Yan avec un sourire.

Maintenant qu’il était là, il avait regardé dans son inventaire, confirmant qu’il avait plus de 20.000 pièces d’or en main, soit suffisamment pour acheter tout ce qu’il voulait lors de ce voyage.

Il était alors entré dans la boutique. L’intérieur était petit et étroit, avec des cuirs de monstres à tout va, empilés sur des tables et des présentoirs et même accrochés aux murs. Directement en face de l’entrée se trouvait un petit espace vide avec un comptoir en bois. Et derrière ce dernier se trouvait un vieil homme assez petit portant une armure en cuir cendrée et avec un visage si parcheminé qu’il ressemblait à l’écorce d’un chêne bicentenaire. Alors que Nie Yan entrait, le vieil homme avait tourné son regard vers lui, repérant le jeune homme avec un éclat au coin de l’œil.

Ce vieil homme était, bien évidemment, Ignatius !

« Les étrangers ne sont pas autorisés ici. Je vous prie de bien vouloir partir. » Avait annoncé Ignatius sur un ton neutre mais un regard inamical.

C’était probablement dû à l’influence de ses titres qu’Ignatius n’avait que légèrement levé la voix. Il se souvenait avoir entendu des gens mentionner qu’il était du genre à insulter le moindre joueur des pires jurons dans sa vie passée.

« Sire, c’est le Docteur Blevins qui m’a conseillé votre boutique. Tenez, voici sa lettre de référence. » Avait expliqué Nie Yan en tendant le papier en question.

En entendant ça et en voyant la lettre, l’expression d’Ignatius s’était tout de suite adoucie.

« J’aimerais vous acheter quelques cuirs et des patrons de couture. » Avait ajouté Nie Yan en remarquant que ses chances venaient d’augmenter.

« Grand Erudit, est-ce vous qui avait utilisé Divination il y a moins d’une heure ? » Avait alors demandé Ignatius en ignorant complètement la requête de Nie Yan.

« En effet. » Avait acquiescé notre Voleur. En voyant le pilier de lumière se former, il s’était douté que cela avait attiré l’attention de tous les PNJ d’Hilton, et même probablement des villes voisines. Il n’y avait donc aucune raison de le cacher étant donné que les PNJ savaient automatiquement qu’il était un Grand Érudit.

« Dans ce cas, puis-je vous demander ce que vous avez prédit ? » Avait demandé le vieil homme. Divination était peut-être un des sorts les plus puissants au monde si son utilisateur était capable d’interpréter le résultat.

« Un désastre approchant. » Avait répondu Nie Yan. Il s’était soudain souvenu qu’Ignatius était ami avec plusieurs Grands Généraux. Peut-être était-il aussi une connaissance de l’administrateur d’Hilton ?

« Oh, Grand Érudit. Accepteriez-vous de me donner un peu plus d’explications ? » Avait redemandé Ignatius, son ton étant devenu bien plus poli alors que l’inquiétude et les doutes emplissaient son regard.

« La Forteresse d’Hilton est sur le point de se faire détruire. Mais ce n’est pas la raison de ma venue, aussi pourquoi ne reprendrions-nous pas nos affaires ? Je ne pense pas que ce soit approprié de maintenir ce sujet de conversation. » Avait dit Nie Yan, sentant le changement d’humeur d’Ignatius.

La plupart des PNJ possédaient une intelligence assez basique, les rendant capables de donner et recevoir des quêtes aussi longtemps qu’un dialogue simple était suffisamment dirigé. Mais les PNJ de haut niveau, comme Ignatius, étaient un peu plus malins. Ils avaient la capacité de penser par eux-mêmes, pesant le pour et le contre d’une situation. Bien sûr, ils étaient loin d’être au niveau d’un être humain.

« … » Le vieil homme était complètement sonné. Il ne se serait jamais attendu à ce que son client coupe court à la conversation de la sorte.

« Encore une fois, j’aimerais acheter quelques cuirs et des patrons de couture. » Avait répété Nie Yan en jetant un œil aux cuirs autour de lui.

« Très bien… » Avait fini par dire Ignatius sur un ton indifférent. Son indifférence, cependant, ne s’appliquait qu’à son commerce et non pas à la divination de Nie Yan.

Mais ce dernier ne semblait pas particulièrement perturbé par ceci alors qu’il parcourait la fenêtre de biens devant lui. Chaque objet à l’intérieur était d’une excellente qualité, généralement de rang 7 ou plus.

Les cuirs étaient divisés en différents grades : Bas, Moyen, Haut, Super et Légendaire. Les grades Haut et inférieurs étaient assez abondants, pouvant être trouvés sur pratiquement tous les monstres. Pour ce qui était des grades Super, ils commençaient déjà à être bien rares. Enfin, les Légendaires étaient à la hauteur de leur nom, quasiment impossibles à trouver. Il fallait bien comprendre que pour un artisan, il fallait en règle générale la même qualité de cuir que celle de l’objet final. Autrement dit, avec un cuir de grade Légendaire, il était possible de fabriquer une armure Légendaire.

Bien sûr, ce genre d’entreprise ne pouvait pas se réaliser avec n’importe quel artisan non plus. Il fallait être de rang Maître ou plus pour pouvoir manipuler un cuir de grade Super ou supérieur.

Du côté des joueurs, un certain nombre avaient réussi à atteindre le rang Avancé pour le moment, mais pas un seul Maître Tailleur n’avait encore vu le jour.

Nie Yan avait regardé la liste des cuirs en vente dans le magasin. Chacun d’eux était de grade Haut ou inférieur. Hélas, pas un seul Super ou Légendaire ne semblait être en stock.

Après avoir vu qu’aucun cuir ne correspondait réellement à ses besoins, il avait commencé à regarder les patrons de couture. Là aussi, il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit de spécial, le plus compliqué étant réservé pour les Tailles Avancés seulement. Bien que rare, ce genre de patron restait quand même achetable sur le marché. Pour être exact, il y en avait entre cinq et six mis en vente sur le marché chaque jour en moyenne.

Apparemment, Ignatius ne semblait pas vouloir tout lui montrer !

En se rendant compte de ça, Nie Yan avait eu une idée.

« Est-ce vraiment tout ? Je suppose que je suis venu pour rien… » Avait-il alors dit sur un ton déçu tout en se tournant pour partir.

En voyant ça, Ignatius avait été choqué. Alors que Nie Yan était sur le point de franchir la porte, il s’était rapidement exclamé :

« Attendez, Sire ! J’ai oublié quelques objets en arrière-boutique. Je suis certain que vous allez vouloir y jeter un œil. Leur qualité est définitivement meilleure que celle des biens communs ! »

« Oh ? Vraiment ? » Avait demandé l’intéressé en retenant ses pas. Après avoir effacé son sourire en coin, il avait tourné la tête vers Ignatius avec un regard désabusé, ne semblant vraiment pas sur le point de revenir sur ses pas.

Ignatius s’était alors précipité dans une pièce derrière le comptoir et était rapidement revenu en tenant des liasses de parchemins et de cuirs dans ses bras avant de les laisser tomber sur le comptoir.

Le menu du magasin s’était alors rafraîchi rapidement et plus de trente cuirs de grade Super et même deux Légendaires étaient apparus. Le moins cher du lot coûtait 3.00 pièces d’or et le plus cher avait un prix de 2.000 pièce d’or, rien que ça ! Pour ce qui était des patrons de couture, une soixantaine avaient fait leur apparition. La plupart était de rang Maître, quelques-uns étaient de rang Grand-Maître. Mais le plus choquant était qu’il y en avait même deux ou trois de rang Sage ! Bien évidemment, leurs prix étaient suffisant pour effrayer n’importe qui.

Pour ce qui était des prix, il s’agissait de ceux d’Ignatius, et en aucun cas ceux sur le marché ! C’était comme pour l’Or Sombre Écarlate de Collins. Sa valeur pour les PNJ était assez basse, mais les joueurs étaient prêts à se l’arracher, argent au poing !

Après une estimation rapide, Nie Yan avait vu qu’il lui faudrait plus de 30.000 pièces d’or s’il voulait tout rafler ! Autrement dit, il n’avait pas assez sur lui.

Mais en même temps, cette opportunité n’était pas du genre à se présenter tous les jours ! Même s’il devait vendre un rein, il se devait de tout prendre pour lui !

« Sire Grand Érudit ! Si vous être prêt à me dire le contenu exact de la prophétie ainsi que sa signification, je suis prêt à vous faire une réduction de 50% sur tout mon magasin ! » Avait alors déclaré Ignatius en voyant l’intérêt de Nie Yan revenir. Étant donné sa position hiérarchique, même s’il la cachée bien, il pouvait se permettre de ne pas être raisonnable. A l’exception des Grands Généraux, toute personne de la Forteresse d’Hilton était en dessous de lui. Mais comme Nie Yan semblait détenir le destin d’Hilton et de tous ses habitants dans le creux de sa main avec cette prophétie, Ignatius n’avait d’autre choix que de courber l’échine. Il se devait de savoir la nature même du désastre qui menaçait sa ville !

« Je n’ai pas le temps de venir vous rendre visite tous les jours. » Avait dit Nie Yan avec un ton le plus indifférent possible compte tenu de la situation.

Voyant que les négociations n’étaient pas finies, Ignatius avait ajouté une nouvelle clause.

« Quiconque vous représentant recevra aussi les 50% de réduction ! »

Bien sûr, en entendant ça, Nie Yan avait parfaitement compris que c’était la dernière offre du vieillard. Demander plus reviendrait à franchir la limite. Et puis, il fallait avouer que c’était la situation parfaite pour lui étant donné qu’il avait reçu une réduction monstrueuse, la capacité de la transmettre à ses subordonnés et qu’en plus de ça, il n’aurait plus à supplier le Grand Général Breakspear de faire passer son message.

Suite à son acquiescement, Ignatius avait semblé trembler de joie et les prix de tous les biens dans le magasin avaient été réduits de moitié. Il en avait donc profité pour tout acheter pour un total dépassant légèrement les 15.000 pièces d’or. Face à une dépense aussi abracadabrante, Nie Yan n’avait même pas hésité. Avec ces objets, il lui serait possible de développer un ou même deux Grands Maîtres Tailleurs d’ici quelques mois, et ainsi obtenir une réserve d’armures en cuir Sous-Légendaires et Légendaires.

Bien sûr, cela ne se ferait pas du jour au lendemain, mais ce n’était pas un problème.

« Monsieur Ignatius, êtes-vous en relation avec l’administrateur de la Forteresse d’Hilton ? » Avait soudainement demandé Nie Yan.

« En effet, je le suis. »

« Dans ce cas, pouvez-vous me promettre que vous lui transmettrez tout ce que je vais vous dire, en personne ? » Avait continué Nie Yan sur un ton solennel face à cette réponse.

« Bien sûr ! » Avait répondu Ignatius sur un ton résolu. C’était son intention depuis le début, après tout.

« Vous avez remarqué comment le Mont Anfrit s’agite récemment, pas vrai ? Eh bien, il est sur le point d’entrer en éruption. L’éruption en elle-même n’est pas dangereuse pour la forteresse, mais elle va déloger une immense horde de monstres de l’Outremonde, les poussant vers la surface. C’est cette vague de monstre qui va déclencher un véritable désastre pour les habitants d’Hilton. Si ces monstres ne se font pas repousser, ce lieu va terminer en ruines, et dans un futur plus que proche. » Avait fini par dire Nie Yan.

« Mais le Mont Anfrit est déjà entré en éruption auparavant, il y a 20 ans par exemple. Et à l’époque, à l’exception du nuage de cendres, il n’y a pas eu problèmes. Vous exagérez probablement. » Avait commencé à dire Ignatius sur le ton du doute.

« Est-ce que vous remettez en cause le résultat de ma Divination ? » Avait alors demandé Nie Yan sur un ton sévère.

« N-n-non ! Bien sûr que non ! Sire, je vous en prie, pardonnez mon ignorance ! » S’était dépêché de répondre Ignatius sur un ton peureux. Divination était un sort permettant de communiquer directement avec la volonté de Dieu ! La dernière chose qu’il souhaitait faire était de blasphémer !

« Le désastre va se produire dans cinq jours. Une vague infinie de monstres va émerger de l’Outremonde pour venir s’écraser sur la Forteresse d’Hilton. Ceci est ma Divination. Que vous me croyez ou non, vous découvrirez la vérité dans cinq jours. Bien sûr, si rien n’est fait d’ici là, il sera alors trop tard. » Avait fini par conclure Nie Yan en insistant bien sur chaque mot. Maintenant qu’il avait prévenu, bien qu’indirectement, les dirigeants d’Hilton, son travail pouvait être considéré comme terminé. Ce que ces dirigeants feraient de ses paroles était maintenant hors de son contrôle.

Mais face à cette divination sinistre, le visage d’Ignatius avait pâli.

« Transmettez ces paroles à l’administrateur. J’espère de tout cœur qu’Hilton sera en mesure de survivre à ce désastre. » Avait enfin dit Nie Yan d’une voix grave. Maintenant qu’il avait fini ce qu’il était venu faire dans la boutique, il s’était tourné en se dirigeant vers la porte.

Et après être sorti du magasin, il avait commencé à se diriger vers le marché aux esclaves.

Dans la boutique, Ignatius avait accompagné le Grand Érudit du regard dans un silence lourd. Et ce silence s’était prolongé bien après le départ du jeune homme. Enfin, après ce qui aurait pu paraître pour une éternité, le vieil homme s’était mis à courir de toutes ses forces en direction du bureau de l’administrateur de la Forteresse d’Hilton.

 

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)
Rebirth - Chapitre 453
Rebirth - Chapitre 455

Related Posts

7 thoughts on “Rebirth – Chapitre 454

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com