Rebirth - Chapitre 492
Rebirth - Chapitre 494

Encore un chapitre sur la lubricité de ce cher Nie Yan. Je dois avouer que je déteste traduire ces chapitres le plus car pour moi, c’est juste la fantaisie de Mad Snail qui prend place sans aucune restriction, mais bon, c’est pas grave^^

Et désolé pour le délai de parution de ce chapitre, je suis rentré à 3h du mat pour ma seule sortie de la semaine donc j’ai un peu dormi 🙂

Expression du jour : « Une virgule peut changer beaucoup de chose ! Vous n’aurez pas la même réceptivité d’audience si vous dites ‘On mange, les enfants.’ et ‘On mange les enfants.’ « 

Soutien :

Dons de soutiens libres : http://utip.io/AlthanMaiel

Dons de soutien :https://www.patreon.com/althanmaiel

Discord : AlthanMaiel#8202 – Discord Xiaowaz : https://discord.com/invite/haBjJ3r

Chapitre 493 – Danse du Paon

 

Nie Yan avait simplement rigolé en entendant Qin Han. Il ne semblait pas perturbé le moins du monde.

Par contre, les autres élèves semblaient particulièrement agités par la révélation selon laquelle leur nouveau camarade de classe était aussi le maitre d’Asskickers United. Les joueurs de Conviction étaient devenus beaucoup plus cordiales envers Nie Yan alors que les joueuses n’osaient pas tenter quoi que ce soit du fait de la présence de Xie Yao juste à côté. Néanmoins, beaucoup s’étaient quand même approchés de lui pour essayer de discuter.

Parmi ses camarades, Nie Yan avait remarqué plusieurs fois une pointe d’amertume dans le regard de Jiang Yingyu, mais il avait prétendu ne rien voir. Après tout, il était dévoué de tout son être et de toute son âme à Xie Yao.

Après que la fête de classe soit terminée, il avait ramené Xie Yao chez lui.

Durant le trajet, il avait reçu un message de Bayonet lui confirmant que, d’après le satellite, personne ne semblait les suivre.

L’expertise de Bayonet pour ce qui était de hacker les satellites était définitivement excellente. Nie Yan n’avait aucune idée d’où il avait pu apprendre à faire ça, mais il comptait bien l’exploiter à son maximum. Il avait acheté toute sorte d’équipement de pointe pour son mercenaire afin qu’il puisse plus facilement accéder aux satellites civils afin de pouvoir mieux observer les environs.

Après avoir reçu confirmation que tout allait bien, les deux tourtereaux étaient arrivés chez eux.

La villa semblait aussi calme et tranquille que d’habitude. Les fleurs dans le jardin étaient complètement écloses et les pollutions sonores extérieures n’arrivaient pas à atteindre ce lieu.

« Tu es inquiet à propos de Qin Han ? » Avait demandé Xie Yao. Nie Yan semblait un peu distrait.

« Non. » Avait simplement répondu le jeune homme. Il n’avait pas du tout pris les paroles de Qin Han au sérieux.

« Il y avait beaucoup d’animation aujourd’hui, mais à partir de maintenant, tout le monde va partir de son côté. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait me sentir un peu seule. Xia Ling et Yue partent étudier à l’étranger… » Avait fini par dire Xie Yao avec un soupir. Les adieux étaient inévitables au cours d’une vie, mais le savoir ne rendait pas la chose plus facile. Il ne fallait juste pas oublier que les liens et les souvenirs partagés étaient ce qui comptait le plus.

« Ne t’inquiète pas. On a tous les deux étés acceptés dans l’Académie Militaire. On pourra leur rendre visite quand on voudra. » Avait répondu Nie Yan avec un sourire.

Alors que les deux jeunes gens marchaient dans la villa, Xie Yao avait soudain senti le rouge monter à ses joues. Elle s’était soudain souvenue de la promesse qu’elle avait fait un peu plus tôt dans la journée.

Et comme pour lui indiquer qu’il ne l’avait pas oublié non plus, Nie Yan lui avait murmuré à l’oreille.

« Je vais t’attendre dans la salle d’entraînement. Il me tarde de voir ta performance de la Danse du Paon. »

Cette simple phrase avait immédiatement rendu l’atmosphère bouillante.

« H-ha..haha… Hey, Nie Yan. C’est trop tard pour que je demande de la faire une prochaine fois…?” Avait timidement demandé Xie Yao.

Nie Yan n’avait alors répondu qu’avec un sourire machiavélique.

« O-Okay ! Je vais danser ! » Avait alors répondu Xie Yao, à moitié par dépit et à moitié avec anticipation. Son cœur avait commencé à battre de plus en plus vite alors qu’elle voyait le jeune homme entrer dans la salle d’entraînement.

Mais une fois que la porte s’était refermé, tout le courage qu’elle avait accumulé jusque-là avait complètement disparu. Elle était entrée dans la chambre pour se rendre à son dressing. A l’intérieur se trouvait tout plein de robes de nuit et de sous-vêtements. Après avoir broyé du noir un moment, elle avait fini par choisir une des robes de nuit avant de l’essayer en se tenant devant le miroir. En voyant à quel point la tenue était provocante et sensuelle, plusieurs scènes interdites aux moins de 18 ans lui avaient traversé l’esprit et son cœur s’était emballé de plus belle.

La seule chose qui lui permettait encore de continuer malgré sa timidité était le fait qu’elle refusait de perdre face à Jiang Yingyu. Et c’était avec cette résolution qu’elle s’était rendu dans la salle d’entraînement.

Nie Yan avait déjà ordonné aux serviteurs de ne pas entrer dans cette salle pour le reste de la soirée. Xie Yao avait enfilé un manteau avant de marcher dans le couloir pour se rendre dans la salle fatidique. Puis, en arrivant juste devant la porte fermée de la salle d’entraînement, elle avait retiré ses chaussettes, exposant ses chevilles délicates. Après un bref moment d’hésitation, elle avait rassemblé tout son courage et était entrée. (NdT : Oui, nous venons d’apprendre que le pauvre Nie Yan, qui vit seul avec ses parents, a, en fait, des servants…)

Nie Yan était assis en tailleur sur un tatami dans un des coins, avant entendu un bruit venir de la porte et avait tourné la tête pour regarder.

Xie Yao était alors entrée, vêtue d’un énorme manteau ne laissant découvrir que le bout de ses bras et de ses jambes blancs et délicats. L’apparence timide et incroyable de la jeune fille lui donnait l’air encore plus charmante que d’habitude.

« Juste pour que tu le saches, la Danse du Paon est normalement effectuée dans une longue robe. Donc tu n’as pas intérêt à dire que je la danse mal ! » Avait dit Xie Yao.

Nie Yan avait alors rigolé en répondant.

« On dirait bien que je n’ai pas d’autre choix que de qualifier ta performance de bonne ou parfaite, alors. »

Xie Yao avec fait mine de bouder en entendant ça, pas du tout satisfaite par la réponse du jeune homme. Elle avait alors retiré son manteau et avait commencé à danser. Au départ, ses mouvements étaient un peu raides, provoquant erreur après erreur. Mais finalement, après un certain temps, elle avait commencé à suffisamment se détendre pour trouver son rythme. A partir de ce moment-là, ses pas étaient devenus légers et rapides, transmettant des sentiments puissants par la danse.

Les yeux de Nie Yan étaient complètement collés aux moindres gestes de la jeune fille. Sa robe de nuit accentuait parfaitement ses courbes, et malgré qu’elle ne porte pas de soutien-gorge, sa poitrine restait dressée à la perfection. Les lacets sur le devant de sa tenue valsaient au rythme de ses pas, leurs mouvements accentués par sa poitrine dansante. Et le bas de la robe, qui peinait à couvrir la totalité de son postérieur, était juste assez courte pour suffisamment révéler sans trop le faire non plus.

Xie Yao ressemblait à une nymphe séduisante en train de danser au clair de lune dans les eaux limpides d’une rivière. Chacun de ses mouvements secouait Nie Yan au plus profond de son être.

La Danse du Paon était une danse à la fois belle et élégante, tout comme l’oiseau dont son nom était tiré. Et Xie Yao arrivait parfaitement à retransmettre ces concepts.

En vérité, Xie Yao avait, une fois, aperçu Jing Yingyu en train de s’entraîner à cette danse. Et depuis, elle s’était mise à secrètement la pratiquer dans le seul but de pouvoir la montrer à Nie Yan. La Danse du Paon était normalement dansée avec un collant de danse et une longue robe garnie d’ornements. C’était grâce à cette forme allongée et aux différents ornements qu’elle pouvait parfaitement mettre en valeur les formes d’une femme. A l’exception de Nie Yan, jamais elle n’oserait danser une danse aussi érotique en face de quelqu’un !

Alors qu’elle continuait à danser, ses mouvements restaient fluides alors que son visage était complètement rouge d’embarras. Mais son regard, qui se posait constamment sur Nie Yan, essayait de transmettre le murmure qu’elle avait au fond de son cœur : Nie Yan, est-ce que tu le savais ? Que j’ai appris cette danse uniquement pour toi.

Face à une telle féérie, Nie Yan était complètement bouleversé. Sans même avoir les pensées lubriques qu’il avait pu avoir au départ, il était maintenant complètement pris au cœur par cette performance incroyable. Xie Yao était comme un papillon traversant une prairie, dansant dans les airs juste pour lui. Pour lui comme pour elle, personne d’autre n’existait à cet instant.

La Danse du Paon de Jing Yingyu, qui s’était reposée sur sa silhouette sexy pour enchanter son public jusqu’à l’emmener au bord de la folie, n’avait pas réussi à émouvoir Nie Yan le moins du monde. Mais l’interprétation de Xie Yao, qui était, elle, tournée vers une sorte de beauté éthérée, comme pour envelopper Nie Yan dans un océan d’amour et de grâce, avait su complètement le capturer.

A ce moment précis, alors que plus rien n’existait dans le monde entier, Xie Yao était à la fois pure et charmante, angélique et séduisante. Ces sentiments qui formaient un contraste des plus perturbant ne cessaient d’attaquer le cœur de Nie Yan.

Une chose était certaine, Nie Yan refusait que Xie Yao effectue cette danse pour quiconque d’autre que lui. Ce spectacle était pour ses yeux uniquement ! Il savait que c’était égoïste, mais il s’en moquait complètement.

Il savait que n’importe qui développerait des sentiments incroyables pour la jeune fille s’il la voyait comme ça.

Dix minutes plus tard, Xie Yao avait enfin terminé sa danse. Elle s’était dépêchée de remettre le manteau sur ses épaules en disant.

« Je vais me changer. »

Son visage était si rouge qu’elle aurait pu être prise pour une allumette. Et sans attendre la réponse, elle s’était retournée pour commencer à partir.

Mais Nie Yan, qui avait anticipé ce comportement, s’était déjà levé et l’avait arrêtée. Il lui avait alors baisé le front et avait dit avec un sourire.

« C’était la plus belle Danse du Paon au monde. »

En entendant ça, Xie Yao avait perdu un peu de son embarras et avait relevé la tête avec un sourire.

Les deux tourtereaux étaient restés un moment comme ça, les yeux dans les yeux, alors que l’atmosphère devenait de plus en plus romantique. La danse qu’il venait de voir était complètement gravée dans l’esprit du jeune homme. Il avait alors baissé la tête afin d’embrasser l’amour de sa vie.

Xie Yao n’avait pas pu se retenir plus longtemps et s’était complètement collée à lui, comme si elle cherchait à se fondre dans ses bras.

C’était la première fois que Nie Yan voyait Xie Yao prendre l’initiative. Alors que sa main touchait légèrement le dos de la jeune fille, il avait senti un frisson la parcourir.

Elle était toujours aussi sensible qu’à son habitude. Nie Yan avait alors doucement déplacé ses mains depuis le dos jusqu’aux fesses de Xie Yao. Son esprit n’était plus embrumé par la beauté de la danse mais était maintenant complètement obnubilé par des pensées impures. Et alors que les images ne cessaient de tourner dans sa tête, la flamme de son désir ne cessait de grandir !

Xie Yao dégageait généralement un air pur et élégant aussi rafraîchissant qu’une source au printemps. Mais une fois que son côté séducteur était mis en avant, il était impossible d’y résister plus longtemps.

En sentant cette douceur et cette souplesse sur sa main, Nie Yan n’avait pas pu s’empêcher de presser sa main contre la cuisse de la jeune fille. Il pouvait sentir la légère transpiration recouvrant la peau de sa dulcinée. Elle s’était vraiment donnée à fond pour cette danse. Il voulait, plus que tout, la caresser complètement, sans jamais s’arrêter.

Les palpations de Nie Yan étaient difficiles à endurer pour Xie Yao. Elle n’avait pas pu s’empêcher de resserrer les jambes par réflexes alors que les mains puissantes lui serraient les cuisses tout en les malaxant sensuellement.

« Xie Yao. »

« Hm… ? »

« Ta Danse du Paon était si belle. » Avait murmuré Nie Yan. Il était persuadé que quiconque l’aurait vu en aurait pensé la même chose.

Alors qu’il disait ça, il avait commencé à retirer le manteau de la jeune fille. Il s’était alors légèrement écarté d’elle afin de regarder vers le bas, en direction de ces deux orbes de chair à la forme parfaite et à peine révélés par la robe de nuit légèrement transparente du fait de la transpiration. Et alors qu’il tendait la main pour en saisir un, faisant doucement crisser le tissu sur la peau de la jeune fille, cette dernière avait poussé un léger grognement, enterrant sa tête timidement dans sa poitrine.

« Pas ici, Nie Yan. Allons dans ta chambre. » Avait-elle fini par dire. Elle se sentait mal à l’aise de faire ça dans la salle d’entraînement. Son cœur et son corps appartenaient déjà à Nie Yan, pour ce qu’elle en pensait. Et elle lui avait déjà offert les deux. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle était habituée à faire ce genre de choses embarrassantes.

« Très bien. » Avait répondu le jeune homme tout en se penchant pour l’aider à ramasser son manteau.

Mais c’était alors que Xie Yao avait perdu toute sa force dans une de ses jambes, tombant presque au sol.

« Qu’est-ce que tu as ? » Avait demandé Nie Yan avec inquiétude en la retenant.

« Nie Yan, porte-moi. Mes jambes sont toutes tremblantes. J’ai du mal à me tenir debout. »

Alors qu’il passait un bras sous les jambes de la jeune fille pour la porter comme une jeune mariée, pensant qu’elle était exténuée après sa performance, il avait senti une humidité bien particulièrement glisser le long de ses jambes. Ses lèvres s’étaient alors étirées en un sourire machiavélique.

« Ne ris pas ! » Avait-elle alors dit en devenant rouge tout en lui donnant un faux coup de poing dans l’épaule.

Il avait alors continué à sourire mais sans piper mot, l’aidant à remettre son manteau sur elle avait de la soulever.

« Retournons dans la chambre. » Avait-il alors dit.

Xie Yao s’était alors allongée sur son épaule alors qu’il l’emportait au travers des couloirs. En regardant son visage de profil, elle n’avait pas pu s’empêcher de révéler un sourire magnifique. Il avait beau être un pervers, il l’a porté de manière douce et délicate, lui donnant un puissant sentiment de sécurité. De son point de vue, elle lui appartenait déjà. Et en se rappelant du fardeau qui se trouvait sur les épaules du jeune homme du fait de sa propre situation d’héritière du Dragonsoar Financial Group, elle avait laissé échapper un soupir un peu triste. Parfois, elle aurait aimé naître dans un foyer ordinaire.

En tant qu’homme, Nie Yan se devait d’avoir suffisamment de pouvoir pour tenir tête au Dragonsoar Financial Group et au Glory Financial Group s’il voulait prendre avec lui leur princesse adorée. Et il comptait bien leur prouver sa valeur !

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)
Rebirth - Chapitre 492
Rebirth - Chapitre 494

Related Posts

7 thoughts on “Rebirth – Chapitre 493

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com