SSN Chapitre 201

SSN Chapitre 200
SSN Chapitre 202

Chapitre 201 : Gehen 1/2

 

Il quitta la cellule en claquant violemment la porte, manquant de peu de la dégonder. Naturellement, ses amis s’inquiétaient de l’issue de cette entrevue. Jung Minchan, Woo Soonghoon, Kim Haemin, Blanka et même Vivie accoururent à sa rencontre.

– Qu’est-ce que vous voulez ? leur lança-t-il d’un ton glacial.

– Vous allez bien ? C’est que, nous avons entendu de drôles de… commença Woo Soonghoon.

– Allez soigner l’autre con, l’interrompit-il. Et arrêtez de me suivre.

Blanka s’exécuta aussitôt, mais pourtant et à son grand désarroi, la petite assemblée continua de le suivre.

– Maître, vous êtes sûr que tout va bien ? insista Jung Minchan.

– Et pourquoi est-ce que ça n’irait pas ?!

– Vous… vous êtes un peu… pâle ? balbutia Minchan.

Tous le regardaient avec ce même air. Après un long râle, Woojin en vint enfin à se calmer.

– Vous vous en faites pour moi, hein… ? lâcha-t-il, les yeux baissés.

Ce n’était pas exactement de la peur, mais davantage de la sollicitude qu’il voyait dans leurs regards. Il était bien peu de personnes chez qui il avait pu lire cette inquiétude pour lui. En vérité, il n’en était qu’une seule, sa mère. Ne lui en déplaise, ces gens constituaient eux aussi une famille. Woojin, en devenant le chef de cette famille, avait passé un accord tacite : il devait les protéger, subvenir à leurs besoins et s’assurer de leur bien-être. Il réalisait enfin que la réciproque était tout aussi vraie… Cette sensation lui réchauffa un peu le cœur.

– Oui, lui confirma Jung Minchan.

C’était surtout vrai pour lui. Depuis peu et en dehors de l’habituelle pression exercée sur lui, en tant que Premier ministre, un poids nouveau, plus insidieux, se faisait sentir sur ses épaules. Après le fiasco d’Isaz et du Japon, de très nombreux pays manifestèrent le souhait de se rallier à la cause d’Alandal et d’apporter à son Roi un soutien matériel et logistique. C’était précisément ce point qui le dérangeait.

Oui, Kang Woojin était quelqu’un d’intelligent en plus d’être un combattant hors-pair. Mais combien de temps allait-il tenir à ce rythme ? Qu’avait-il découvert pour continuer à braver inlassablement le flot continu de monstres au mépris de sa propre vie ? Jung Minchan n’était pas inquiet, il était véritablement terrifié, et ne parvenait plus à trouver le moindre réconfort dans les exploits de celui qu’il avait juré de servir. Le monde touchait à sa fin. Il aurait voulu lui dire d’arrêter, d’embrasser les siens avant qu’il ne soit trop tard, mais le désir de vivre l’en empêchait. Il était partagé entre ses pulsions égoïstes et son cœur.

– J’ai… j’ai quelque chose à vous dire, trancha soudainement Woojin, comprenant l’objet de leur inquiétude.

Il sembla réfléchir un moment. Comment organiser tout ce qu’il venait d’apprendre ? Finalement, le mieux était-il encore de leur expliquer les choses telles que lui les avait comprises.

– Nous ne sommes pas sur Terre, mais dans un monde subalterne. Une réalité virtuelle, en quelque sorte. Sur la véritable Terre, nous sommes en l’an 2529, commença-t-il.

– Je vous prie de m’excuser ? s’interloqua Kim Haemin, s’efforçant de croire qu’il avait mal entendu.

La surprise gagna toute l’assemblée, Vivie comprise. Seul l’un d’entre eux, peut-être plus terre à terre, parvint à prendre la parole.

– Un monde virtuel… Qu’est-ce que ça fait de nous ? demanda Woo Soonghoon.

– Des individus… connectés. Il est possible que certains d’entre nous ne soient que des illusions, avoua Woojin à contrecœur.

Ils eurent beau se repasser ses mots en tête, leurs implications étaient trop grandes pour être si simplement assimilés. Finalement, Woojin prit le parti de continuer ses explications sans s’encombrer de cet aspect.

– Il existe un total de 72 mondes virtuels. La Terre, telle que nous la connaissons, Alphène, et même Jaku, en font partie.

– Alors les seigneurs dimensionnels ne sont pas des démons ? Qu’est-ce que ça fait des domaines dimensionnels ? Et même des donjons ! lâcha Vivie, d’un air aussi indigné que perdu.

– Des failles entre les mondes virtuels. Ce sont peut-être des satellites, je ne sais pas trop. Pour ce qui est des seigneurs dimensionnels, ce sont des humains connectés au réseau Trahnet par l’intermédiaire de leurs systèmes de maintien des fonctions vitales.

– Alors, les éveillés doivent eux aussi être de véritables êtres humains, jugea Minchan. Les autres ne doivent être que des créations… Je serais un PNJ ?

– J’en sais rien… Je ne sais même pas si c’est vrai. T’as l’impression d’être faux ? lui demanda-t-il.

– À en voir le sentiment de vide que je ressens, pas vraiment, non, tenta de se rassurer son interlocuteur.

Ces gens pensaient, se battaient pour leurs vies et leurs décisions influençaient le cours du monde. Tous ces paramètres étaient trop complexes pour être basés sur des algorithmes. Même s’ils avaient été créés, ils ne pouvaient être faux. Dans le pire des cas, leurs créateurs étaient des dieux.

– Je me dois de vous demander… D’où tenez-vous ces informations ? ajouta Minchan.

– Du professeur Toppler lui-même. Il est venu me trouver, et m’a expliqué venir de l’an 2529. De la véritable Terre.

– Alors, on peut encore dialoguer avec ceux de son monde ? intervint Kim Haemin.

– Ça non plus, je n’en sais rien. Rassurez-vous, c’est précisément pour ça que j’ai pris la décision d’aller vérifier, leur expliqua-t-il.

Jung Minchan se demanda un instant s’il devait l’en empêcher, mais il était si confus qu’il ne savait même plus où se mettre. D’un seul coup, toute la problématique liée à la politique extérieure d’Alandal lui sembla insignifiante. Que pouvait-elle bien représenter face à une question d’ordre si métaphysique ? Si Toppler disait vrai, alors plus rien n’avait d’importance. Tout n’était plus qu’illusion. Sa vie, ses rêves, ses angoisses ? Une succession de 0 et de 1 !

– Vous accordez du crédit à ses paroles ? parvint à lui demander Woo Soonghoon.

– Ça me semble un peu gros, mais d’un autre côté… je ne suis plus à une surprise près, avoua Woojin.

– Et s’il essayait de nous mener en bateau pour son profit ? J’ai quelque expérience dans le domaine, et là, je sens l’entourloupe !

– Je lui offrirai alors le même traitement qu’à toi lorsque tu as essayé de me duper, lâcha-t-il avant d’éclater de rire.

Woo Soonghoon finit lui aussi par rire en repensant à cette histoire de téléphone, quoique de façon bien plus gênée.

– Je suis d’accord, il faut vérifier ça, estima à son tour Jung Minchan.

– Et si tout s’avérait vrai ? s’inquiéta alors Kim Haemin.

– Alors j’aviserai. Par ailleurs… commença-t-il.

Ils étaient si nerveux qu’il ne se serait même pas étonné que l’un d’eux se fasse dessus. Il fallait pourtant bien qu’ils se remettent au travail.

– Pendant mon absence, vous devez protéger Sooah.

– Bien sûr, ne vous en faites pas. Nous agirons comme d’habitude, voulut le rassurer Jung Minchan.

– Non, justement. Pas comme d’habitude. Si on perd Sooah, on perd absolument tout. Je n’exagère pas, lui répondit-il. Vivie, tu comprends ce que je veux dire ?

– Malheureusement… lui confirma-t-elle.

Des regards interrogateurs vinrent se poser sur elle, mais ils étaient déjà bien assez troublés sans qu’elle ait en plus à leur avouer ce qui les attendaient. Depuis quelques jours déjà, Vivie en était venue à s’interroger sur les pouvoirs de Sooah, aussi Woojin n’avait-il fait que confirmer ses soupçons. Elle était la prêtresse du dieu terrien, et les seigneurs dimensionnels mettraient tout en œuvre pour récupérer son code.

– Quand les autres rentreront, transmettez-leur ce que je viens de vous expliquer, finit-il par conclure.

Si on savait Do Jaemin occupé au sein du domaine dimensionnel d’Alandal, les allées et venues de Che Haesol et Hong Sunggoo demeuraient bien plus incertaines, aussi ne pouvait-il prendre le risque de les attendre.

– Comment allez-vous vous y prendre pour vérifier la véracité des propos du professeur Toppler ? ne put s’empêcher de lui demander Jung Minchan.

– Je verrai ça plus tard. Pour le moment, j’ai quelqu’un d’autre à aller voir, lui répondit Woojin. Au fait, Vivie…

– Oui, maître ?

– Si je ne reviens pas, prends le commandement de l’armée.

Il invoqua Shingshi, puis tous ses serviteurs plus ou moins décharnés. Son énergie magique se consuma à un rythme affolant, tout particulièrement lorsque Ryong apparut. En combat, il essuyait quantité de coups et s’en infligeait de lui-même à se lancer violemment contre le sol. Malgré toute sa résistance, il devait bien de temps à autres se régénérer… Jaenis avait parfois pris le commandement de la formation, mais toujours à grands frais. Étant pour sa part incapable d’agréger les âmes autour de lui, il devait puiser dans sa propre réserve de mana, aussi Vivie était-elle bien plus indiquée pour assumer cette tâche. Car elle pouvait puiser directement dans les réserves énergétiques de la colonie.

Une question demeurait toutefois entière : où allait-il ? Il ne semblait pour l’heure pas décidé à honorer la proposition du professeur Toppler, sans doute agacé à l’idée d’être une nouvelle fois transporté dans un autre monde contre sa volonté. Il irait en 2529, mais seulement lorsqu’il l’aurait décidé.

 


 

¤Déconnexion en cours…

– Ah, professeur, vous êtes de retour parmi nous. Vous avez réussi à le convaincre ? lui demanda un membre de l’équipe soignante.

– Hmpf… Je n’en suis pas certain, fut-il bien forcé d’avouer.

– C’est une plaisanterie ? Professeur Toppler, vos incertitudes n’ont ici pas leur place. Notre survie est en jeu, dois-je vous le rappeler ?

Il ne le savait que trop bien, mais Isaz ayant failli à remplir sa mission, il ne pouvait plus compter que sur son bon-vouloir. Hélas, convaincre un homme de tuer sa propre sœur, si virtuelle soit-elle, ne pouvait être une tâche aisée. Car même avec les codes de restauration et de suppression, celui-ci ne parviendrait à rien sans le code maître de la Terre. Mais Kang Woojin l’avait-il seulement cru ?

– Tout ça va trop loin. Dois-je prévenir le conseil de tout annuler ? Si nos actions réveillent Gehen… commença l’homme avant de s’interrompre, effrayé par la perspective de ses propres propos.

Tout s’effondrerait alors. Leur grand projet, celui de la survie de l’humanité, serait tout simplement réduit à néant. Hélas, Gehen n’était pas le seul risque encouru. Kang Woojin pouvait très bien, de lui-même, décider de tout détruire. C’était précisément pour cela qu’ils avaient préféré jouer sur Isaz, de nature bien plus sage, mais…

– Non, ce ne sera pas nécessaire, intervint enfin Toppler. Blâmez-moi autant que vous le voulez, mais ne dites rien au conseil. Je vais demander à Kim Kangjul d’intervenir.

– Bon… Très bien, je vais préparer l’interface, concéda l’autre.

Le pire scénario était à prévoir : Kang Woojin risquait de se déconnecter du réseau Trahnet sans avoir le code terrien en sa possession. Il ne leur resterait alors plus qu’un seul espoir, celui que Kim Kangjul parvienne à assassiner Kang Sooah.

 


 

Du sable. Partout, il n’y avait rien que du sable, un sable brûlant et sec qui vous grignotait jusqu’à la dernière goutte de sueur. Au milieu de ce paysage désolé se tenait Kang Woojin, un sourire au visage.

Ici, ça devrait le faire…

– Gaebo ? Vérifie qu’il n’y ait personne aux alentours, lâcha-t-il à haute voix.

– Dans un désert ? Si tu voulais quelques personnes à massacrer, tu aurais dû essayer en centre-ville… répondit celui-ci de son habituel ton railleur.

– Imbécile. Contente-toi d’exécuter mes ordres, je ne suis pas d’humeur à plaisanter.

– Oula… Bon, soit.

La suggestion du spectre était exactement à l’inverse de ce qu’il recherchait. Loin de vouloir la sacrifier, il souhaitait préserver la vie de ce qu’il s’apprêtait à entreprendre.

Comme la dernière fois…

Il repensa à Alphène. C’était ainsi qu’il était parvenu à la quitter et à rentrer sur Terre. Ainsi qu’il avait réussi à l’invoquer. Il déposa au sol une pierre scellée, une pierre de retour et une pierre d’invocation, toutes trois acquises au sein du magasin dimensionnel. Puis, il les éclata d’un grand coup de marteau. Et il lui apparut.

– Vous êtes un nécromancien au sommet de son art… Où désirez-vous aller, maintenant ? tonna la voix d’un esprit d’une lumière malsaine et vêtu d’une armure spirituelle.

C’était lui, le maître de la dernière marche, que les seigneurs dimensionnels devenus fous prenaient pour l’être suprême. L’Administrateur Dimensionnel.

Nostra

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 200
SSN Chapitre 202

10 Commentaires

  1. Storm

    Hmmmm je suis absolument perdu. Pourquoi Sooah doit elle être tuée ? Pourquoi est il dangereux que Woojin revienne sans le code de Sooah ? Et pourquoi tout le monde a été envoyé dans le monde virtuel ?

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      1) Sooah a le code maître de la Terre, ça a été précisé dans le chap précédent me semble-t-il.
      2) No se. Je subodore qu’il ne pourra plus revenir en arrière et risque de tout détruire.
      3) Précisé dans le chapitre précédent aussi, parce que la Terre a été détruite et qu’ils cherchent à sauver l’humanité.

      Répondre
  2. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. hollowrebel

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  5. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  6. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Cèlen

    Merci Nostra ! Prend soin de toi surtout !!

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  9. tang san

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com